Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
LES POSTS D'ADAMA GAYE
 
 
Pathétique Macky !
Publié le : Jeudi 2 Janvier 2020 - 12:14 - Source : dakarmatin - Commentaires : 10 - Consulté : 2905 Imprimer

Pleurons, ce matin. Pleurons l'agonie de notre démocratie. Pleurons la fin de notre bonheur. Pleurons notre pays qui n'est plus ce qu'il était, havre de paix et de solidarité, de partage et de bavardages heureux. Pleurons notre civilisation qui se défait sous les coups de la sauvagerie. Avant-hier, alors que les Sénégalais, malgré les conditions d'une vie de plus en plus précaires, dures, accentuées par une électrocution générale, fermaient les yeux pour tenter malgré tout d'enterrer une horrible année 2019 en lui consacrant quelques feux d'artifices en mode sacrifices expiatoires, voilà qu'un pas de plus dans le mal qui les étreints a été franchi: la fermeture d'un des organes de presse par lesquels, bon an mal an, ils s'informent et se divertissent. Dictature, ont crié des choeurs instinctivement composés des villes aux villages! 

Ce qui s'est passé, c'est, en vérité, pire que la dictature. C'est le signe qu'un homme a peur. Au sommet d'un Etat dissolu, en faillite, il veut donner l'air d'être un homme fort, un dictateur, mais ce n'est qu'un mollasson, pris par l'angoisse du vide sidéral qu'il aperçoit depuis son branlant piédestal, qui agit en semeur de bordel. Sa peur est si puissante qu'il rêve d'anomie. De désordre général. De suppression de toutes les règles. De malheur émergent et total. C'est que, pense-t-il, c'est le seul moyen, non pas pour semer peur et silence dans les rangs du peuple, mais pour se faire oublier.
Il ferme donc un média. Une première dans l'histoire du sénégal. Le 31 décembre, le pays se forçait à la fête; les chefs de famille se débrouillaient pour améliorer l'ordinaire de la table; les jeunes se promenaient dans les lieux publics, en romantiques; des soriée dansantes accompagnaient la transition calendaire; des amours se nouaient, d'autres se dénouaient; le soir, devant la télé, tous plaçaient leurs espoirs en un nouvel élan en écoutant la prêche présidentielle et les perspectives du pays en oubliant ses problèmes. 
Les animateurs faisaient danser, les comédiens rire, les analystes phosphorer.
Ce 31 décembre, il n'y a eu qu'un seul sujet, digne d'un Etat martial: la fermeture d'un organe de presse parce qu'un homme apeuré, sentant sa fin, a pensé que la merde générale est l'unique voie pour détourner les attentions du fautif, vers le sauve-qui-peut qu'il croit être sa seule planche de salut.
Ne le présentez pas en dictateur mais en tapette. Il n'a pas le courage. Il poignarde. Lâchement. Ses critiques, il les fait arrêter arbitrairement, en allant les cueillir à l'heure du laitier, comme aux temps des pires dictatures communistes, ses références, en se réfugiant derrière quelque proxénète nommé ministre de la justice. Les activistes? Il les capturent jusque devant les grilles du Palais dans un vain effort de masquer sa déconfiture. Les populations? Il les terrorisent par des hausses de prix, symptômatiques de la faillite avant-la-lettre de l'émergence qu'il leur avait promise -mais qui n'est plus qu'un amas de ruines. Le pays? De sa monnaie devenue incertaine à sa démocratie accrochée à ses calculs faussés, y compris ses entreprises vedettes, politisées et pillées, comme la Senelec, à un gouvernement inapte, tout en fait un Etat-néant. 
Ce vide lui fait peur.
Le 31 décembre, il ne sait quoi dire à un peuple perdu dans une mer d'angoisses.
Il fait donc monter un autre de ses Kapos, ses collabos, formés à la mode d'un nazisme relu, et il fait dire de fermer une antenne lui donnant le tournis, sous le prétexte qu'elle a fait la promotion de produits de dépigmentation, vieille tradition soudain exhumée pour abattre un gêneur du peureux.
Que ce soit Babacar Diagne et son CnRAT, le même que celui dirigé par l'escroc caché Babacar Touré, hier, n'est pas surprenant. Au Sénégal, ce sont les mêmes vieilles lunes qui servent la messe des magouilles, la messe du 31 décembre. 
Ce qui est regrettable, c'est que des personnes, qui se la jouaient pros, comme Ibrahima Bakhoum, conseiller en communication du CnRAT, se sentent obligées de défendre une telle mesure, la pourriture au pouvoir. Quelle dégringolade !
Triste Sénégal. Que Bougane Guèye Dany ait eu une richesse bizarre, que son groupe de presse lui ait été donné dans des conditions louches, qu'il puisse même être, qui sait, un prête-nom, tout cela pouvait faire l'objet d'un débat posé, dans le processus de remise à plat du pays.
Seulement il ne viendrait à l'esprit de personne que son groupe de presse, malgré tout, offrait une fenêtre alternative d'information et de distraction pour le pays. Par une ouverture à des voix et des artistes interdits d’accès aux supports médiatiques contrôlés par le pouvoir en place.
En décidant de punir un groupe polisson, le régime de Macky Sall a franchi un pas fatal vers sa descente inévitable aux abysses. Il en devient plus minable encore que jamais.
Car, que ce soit dit, ce n'est pas la peur qu'il inspire mais la pitié. Manifestement, il n'a pas les épaules pour diriger un pays, il n'en a pas le cran ni les c.....

Bon, chers compatriotes, contre mauvaise fortune, faisons bon coeur: la communication, c'est, pour commencer, un projet interpersonnel, le bouche à oreilles, nous-dans-nous. 
Sèchons nos pleurs et parlons nous, pour le pays! Mettons fin au paathioo, ouvrons le page du Penthioo, aurait dit le muet Momar Samb -bouche remplie entre Conseil économique, social et environnemental (Cese) et autre bonbon dialogue machin.
Comme sa gueule fermée de honte, le pays, sans espoir, est bloqué !

Adama Gaye, le Caire, le 2 Janvier 2019.

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (10)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Londonboy - 02/01/2020 - 13h 03  
Thank you Mr Gaye, très belle analyse. Avec tous ces coups bas, le reste est entre les mains du peuple sénégalais qui doit se battre contre maquisard et regagner sa liberté
France - 02/01/2020 - 14h 03  
Mercigrand Ada Super...Macky l incompetence personifiee
Latt diop - 02/01/2020 - 15h 23  
Ce qui me fait mal avec ce Macky c'est le fait d'avoir melangé les ethnies en melangeant les wolofs au haal pulaar , les sereres aux diolas , Les mourides contre les tidianes .Vraiment j'ai mal
Ndiaye - 02/01/2020 - 15h 26  
Je suis très déçu par le caractère plat de cette envolée vulgaire et pauvre en arguments!!! qui n'honore pas son auteur. Son auteur qui croit tenir l'occasion rêvée de déverser son venin sur ses confrères. Ce corsaire de la plume considère DAKAR MATIN comme un torchon sur lequel il crache son venin. en quoi Babacar Touré est responsable,? DMedia est-il au dessus des lois? Bougane n4a t-il pas prété le flanc?
AL - 02/01/2020 - 17h 26  
je suis attristé par l'attitude de Bakhoum. il est aussi léger qu'une plume.il défend l'indéfendable. il était si enclin à donner des leçons, alors qu'il n'est intéressé que par son beef steackPauvre type.il n'est utile de parler de la raclure qui sert les régimes ...
Jacob - 02/01/2020 - 23h 17  
Oui, il n'est pas un dictateur..car les dictateurs se respectent..ont une vision, un chemin..lui difficile à caractériser ni mouride ni tidiane, ni serere ni pular, ni maçon ni forgeron, ni libéral ni socialiste, lui....il maquille, il maquille, bidonne bidonne..tâtonne tâtonne,..
Madamaty - 03/01/2020 - 00h 26  
Maty sall a pété les plombs depuis. Cette dame de Compagnie de macron, ainsi que son rival watara, n'ont qu'une raison de vivre, satisfaire leur petit copain commun.
Bara - 05/01/2020 - 15h 14  
Momar SAMB est un renégat, le pétrole fait l'objet non pas d'un pincho, mais d'un pacho , mais Momar se tait stoïquement. Pauvre de moi qui le croyais honnête.
Ousseynou - 07/01/2020 - 11h 21  
Je ne suis d'aucun parti politique. Mais l'article que je viens de lire n'honore pas la république. Si tout le monde insultait… Allons sur le débat d'idées ! Je trouve que c'est mieux.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Pathétique Macky !
ECO : Tel est pris…
Le printemps des élites…
UN-Doing Business: Encore toi, Mackylleur !
Au secours, sociologues !
IRONIE DE L'HISTOIRE
Sénégal: Terreur chez les fêtards...
Hey You: Daccorouma
Bodiobodio: Meurtre au Parlement !
De FAR à MAR*: Silence, on tue en masse...
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 142603 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 94643 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70185 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59949 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 59409 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017