Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
Ousmane Sonko, la meute
Publié le : Vendredi 19 Octobre 2018 - 08:33 - Source : dakarmatin - Commentaires : 8 - Consulté : 1164 Imprimer

« Il faut tirer les leçons du mensonge d’État, dans l’affaire Imam Ndao » 
  
Le retentissant procès de l’Imam Ndoa est encore frais dans toutes les mémoires : une armada de policiers encagoulés, une cascade de perquisitions, des dizaines d’auditions, des  centaines de procès-verbaux de police, une avalanche de « preuves fabriquées », versées au dossier, un ministre de l’Intérieur qui s’épanche dans les médias dans une affaire supposée être la plus grande opération de démantèlement d’un réseau terroriste au Sénégal, un journal du palais (le quotidien Libération de Yakham Mbaye), qui exhibe des PV de police, relayant un gigantesque mensonge d’État, une enquête menée à charge et un parquet qui requiert 30 ans de condamnation ferme à l’encontre du principal prévenu. A l’arrivée, l’acquittement spectaculaire d'Alioune Ndoa et des accusations de financement et d’apologie du terrorisme qui s’effondrent comme un château de cartes. L’affaire Imam Ndao qui s’est dégonflée comme un ballon de baudruche (un des plus grands mensonges d’État sous le magistère de Macky Sall) démontre l’extraordinaire capacité du régime à manipuler l’opinion. Ce fiasco digne d’un film de science-fiction prouve à quel point, la lutte contre le terrorisme peut être dévoyée par un régime déviant. 
  
De fait, la levée de boucliers contre Ousmane Sonko sonne comme un air de déjà vu et fait penser à une meute en action. Un à un, dans une répétition savamment organisée, les soutiens du régime atteints d’un délire paranoïaque (maladie psychiatrique qui fait perdre au patient le sens des réalités) inondent les médias de communiqués, et attribuent aux propos de Sonko une connotation « terroriste ». Nous en convenons tous : toute forme de violence verbale ou physique doit être bannie du vocabulaire politique. De ce point de vue, les propos tenus par Ousmane Sonko appelant à « fusiller les politiciens » sont inconvenants, voire excessifs. Pour autant, les cris d’orfraie des membres du régime et de ses affidés s’apparentent à un véritable bal des hypocrites. 
  
Aucun parmi les nouveaux enragés n’a levé le moindre doigt lorsqu’un ancien Premier Ministre, Souleymane Ndene Ndiaye a affirmé dans une vidéo qu'il fallait, je cite " fusiller tous les transhumants". L’ancien Premier Ministre est allé plus loin, en utilisant le vocable de « traîtres », une expression qui rappelle le sort réservé aux collabos lors de la seconde guerre mondiale. Dans quelle planète vivaient ces indignés qui s’émeuvent soudainement à la veille des élections des propos tenus par Sonko, mais s’emmurent dans le silence complet, s’agissant de leur allié Souleymane Ndene Ndiaye ? Comment pourront-ils justifier que l’auteur de l’expression « fusiller tous les transhumants » ait été reçu en grandes pompes au palais, par Macky Sall, qui l’a promu PCA d’Air Sénégal ? 
  
Si l’expression « fusiller » relève du terrorisme, alors faut-il en conclure que le Président Macky Sall finance un « terroriste » qu’il a nommé PCA d’une compagnie aérienne et qui perçoit un salaire de l’Etat du Sénégal ? Reconnaitre que Ousmane Sonko est un « terroriste », c’est admettre que Macky Sall soutient un« terroriste ». Des propos identiques, appellent des conclusions identiques. Evidemment, personne ne croit une seule seconde qu’Ousmane Sonko, ou Souleymane Ndene Ndiaye soient affilées à la mouvance « radicale djihadiste ». Mais, la démonstration prouve jusqu’où un tel raisonnement peut mener. En vérité, nul (surtout le régime) n’a intérêt à laisser ce débat de caniveau prospérer. En exhumant les poubelles de l’histoire, on découvre plusieurs déclarations incendiaires du candidat Macky Sall, dont 1 discours en 2011, dans lequel il appelait ouvertement les sénégalais à un soulèvement populaire, pour « déloger le président Abdoulaye Wade du palais ». Cette déclaration tombe sous le coup des infractions suivantes : appel à la sédition, atteinte à la sûreté de l’Etat, incitation à la violence contre un pouvoir légalement constitué. A force de jouer avec le feu, les partisans du régime risquent de s’enfermer dans leur propre piège et d’éclabousser Macky Sall. Le terrorisme est une affaire sérieuse qui porte sur la sécurité des citoyens. Vouloir vaille que vaille assurer à Macky Sall un second mandat ne justifie pas tous les écarts. 
  
La sortie de Moustapha Cissé Lo vient s’ajouter à la longue liste des « fanatiques enragés » du régime, fantassins de la médisance et colporteurs de ragots. Ses propos appelant ouvertement au meurtre d’Ousmane Sonko (cité nommément), diffusés par de nombreux médias sont inacceptables, injustifiables, abominables et doivent être condamnés avec vigueur, par tous les démocrates, la société civile et la presse républicaine. Cissé Lo étant Président du Parlement de la CEDEAO, c’est à la CEDEAO de se saisir de cette affaire qui entache la crédibilité d’une organisation dont un des buts est de promouvoir la stabilité dans la sous-région. Un parlementaire de la CEDEAO peut-il appeler ouvertement au meurtre et continuer à exercer ses fonctions ? De tels propos relèvent ils du salafisme ou du terrorisme ? Cissé Lo, Souleymane Ndene Ndiaye, Macky Sall, et d’autres ont eu, à des moments différents de la vie politique sénégalaise, usé d’une rhétorique extrêmement violente qui n’a pas sa place dans le débat démocratique. Faire croire que SONKO est l’incarnation du mal absolu, c’est insulter l’intelligence et la mémoire des Sénégalais. Dans une démocratie, la confrontation des idées et des programmes est la seule arme autorisée. 
  
Aucune réélection, fut-elle celle de Macky Sall, ne justifie que le sang d’un seul Sénégalais soit versé. On peut être Pour ou Contre Ousmane Sonko ; Pour ou Contre ses solutions ; Pour ou Contre son projet de société. Le débat doit être tranché par les électeurs sénégalais, dans le cadre d’un débat libre, contradictoire et démocratique. Il n’y a pas un seul sénégalais « rationnel » qui accorde la moindre crédibilité aux accusations grotesques de « salafiste » proférées contre Ousmane Sonko. Les menaces qui pèsent sur Ousmane Sonko doivent être prises très au sérieux. Il appartient aux services dédiés de garantir sa sécurité physique. Tout projet malveillant de nature à porter atteinte à sa sécurité physique constitue un attentat intolérable contre la Démocratie. Ousmane Sonko est un citoyen qui a décidé de briguer la magistrature suprême. C’est son choix et son droit le plus absolu. Au Sénégal, il n’existe pas une police de la pensée qui puisse dicter aux citoyens leur choix. Le KONPROMAT (méthode russe pour salir un adversaire) est abject. Pour obtenir un second mandat, Macky Sall devra convaincre les Sénégalais que son bilan, d’une médiocrité sans nom, est « élogieux ». 
  
En matière de transparence, les Sénégalais sont en droit de s’interroger sur le financement de la campagne de Macky Sall en 2011, au vu de sa déclaration de patrimoine parue dans le Journal officiel n°6660 du 24 avril 2012. Comment un homme qui n’est pas héritier d’une fortune, encore moins Chef d’entreprise a-t-il pu amasser autant de biens financiers, et immobiliers et disposer d’un parc de 35 véhicules ? Cette manne provient-elle de l’étranger ? Quels sont les liens entre le milliardaire Harouna Dia, soutien de Macky Sall et l’ex président déchu Blaise Compaoré ? Ce n’est pas par une diabolisation excessive et ridicule des opposants (Idrissa Seck, Sonko…) que le régime apportera des réponses à ces questions. Parce que le péril islamiste constitue une menace pour les pays du Sahel, la lutte contre le terrorisme, et les Imams prêcheurs de haine doit être implacable et menée sans concession. Les partisans du régime doivent faire preuve de dignité : la Fin (2éme mandat) ne justifie pas tous les moyens. 
Seybani Sougou 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Boy fouta - 19/10/2018 - 00h 18  
Vive sonko
Lemzo - 19/10/2018 - 00h 55  
Mais S Sougou comment peux-tu oser dire que les gravissimes propos de Sonko sont simplement « inconvenants » ?? Tu es un vrai nafèkhe car ces propos sont une insulte irresponsable à toute l’histoire de l'État du Sénégal. On ne peut pas pardonner à Sonko des écarts pareils ! Non seulement les gens pensent que nitou todj todj la, mais aussi nitou fitna la ! Si on relie ces propos de Sonko à tous ses discours depuis 2016, on se rend compte qu'il monte chaque année de degré de violence, et on ne sait pas ce qu'il complote sur notre pays ni avec qui. C'est ça l'inquiétude de l'immense majorité des Sénégalais. Toi Sougou ou toi Pape Alé Niang et tous les autres souteneurs de Sonko, vous de devez pas et de pouvez pas empêcher les Sénégalais d'exprimer leur grande inquiétude sur le cas Sonko. Un simple fonctionnaire radié pour faute grave ne peut pas s’improviser du jour au lendemain président de la république, d'ou tous ces excès et son amateurisme, mais les électeurs lui répondront de la meilleure des manières en 2019...
DEUG - 19/10/2018 - 04h 50  
CE QUE M. SOUGOU A DIT EST IMPARABLE.LES PROPOS DE SONKO SONT CONDAMNABLES MAIS NE DOIVENT PAS ÊTRE DÉTOURNÉS. SI OUSMANE SONKO EST UN SALAFISTE PARCE QU IL A UTILISÉ UNE EXPRESSION INAPPROPRIÉE ALORS NDENE N’DIAYE EST UN SALAFISTE. ET SI NDENE NDIAYE EST UN SALAFISTE, MACKY SALL QUI L’A NOMME SOUTIENT LE TERRORISME.LA DÉMONSTRATION EST LIMPIDE. LE RÉGIME TOMBE DANS SON PROPRE PIÈGE. IL FAUT STOPPER NET CE DÉBAT NAUSÉABOND.
Gueye - 19/10/2018 - 07h 14  
M Sougou à raison. Sonko on l aime bien mais il faut qu il arrête de faire des déclarations à l emporte pièce. Cela étant, quand un imbécile comme Cisse lo dit ce qu il a dit C est très grave. Cela donne une idée de la gouvernance catastrophique de maky. Avec de tels énergumènes il creuse sa propre tombe.
Blacka - 19/10/2018 - 07h 31  
On dirait que Sonko dérange au point que ses bandits d'État que je nomme Salle dicta Ousmane T.Dieng ce vieux racaille, Cissé Lo, A Khalifa Niasse et toutes cette mafia s'intéresse à lui. LEMZO c'est l'original NAFEKHE toi et tout ce qui défende ce régime dictature et mafieux qui gaspille l'argent du contribuable par le billet des scandales ministérielles par le Premiere Dame qui jette notre Argent par les fenêtres (cas d'Iran Ndao à qui il à fille 5 000 000 000 FCFA TTC) , à qui cet argent ??? .. Le pays est kao et nous voulons un changement... SONKO il ne s'est pas fait lui même, il a conquit le cœur des Sénégalais sinon vous ne vous intéresserez pas à lui..
Zolem - 19/10/2018 - 08h 14  
Lemzo tout le monde sait que c'est toi le vrai NARFEKH. Tu parles des dérapages de sonko, mais parle au moins pour une question d'équité de la langue fourchue de Moustapha Cissé lo, de ceux de S Néné Ndiaye. que fais tu des insultes de ce connard d'Abdou Mbow.ton Président lion dormeur est devenu président par défaut. Alors pourquoi pas un autre. c'est toi qui prend les sénégalais pour des débiles.
Juste - 19/10/2018 - 09h 25  
Thiéye Lemzo! Toujours seul dans tes labyrinthe à vouloir défendre l'indéfendable. Tout le monde sait que sans frauder macky va tomber inchallah en 2019. Ce type de gouvernance sombre et mafieux est révolu mon gars. Cherche toi un autre métier car bientôt ce sera la fin de règne!
Great - 19/10/2018 - 09h 41  
Avis de recrutement 2018-2019La société Great Wall Motors lance au titre de l’académie 2018-2019 un recrutement en recherchant des gents qui ont au moins un diplôme scolaire et autre diplôme pour travailler dans cette société. Apres vos inscription Certain papiers sont à fournir gratuitement au postulant de cette année comme : le billet d'avion aller-retour, carte de séjour,hébergement et l'aide pour sont visa (Pays de provenance-ANGLETTERRE LISBURN).Contacter le chef représentant pour votre inscription : E-mail: africagreatwallmotors@yandex.com
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Ousmane Sonko, la meute
Devenir président : comment se l’enlever de la tête ?
Pourvoi en cassation : La Jurisprudence Abdourahmane LY doit s’appliquer à Khalifa SALL
Ismaela Madior Fall : « le fou du roi »
Voie de contournement politique
"Chronique Afrique Debout" de l'Alphabet en Politique.
Le nombre de parrains ne détermine pas l’ordre d’arrivée aux présidentielles de 2019
Gouvernance de Macky SALL : De la corruption à ciel ouvert au népotisme exacerbé
« CHRONIQUE AFRIQUE DEBOUT » Premières Dames : du pouvoir d’influence à la conquête d'un vrai pouvoir.
Ne pas confondre pouvoir de révocation et légalité d’un décret de révocation
 
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 79018 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 77032 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 55962 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 47551 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 46915 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 19 octobre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 19 octobre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 17 octobre 2018
AUTRES AUDIOS ...
Décryptage du 17 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - thème : l'insécuri ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Mansour Faye choisit la société SUEZ à la place de SDE
18/10/2018 - 16:24
TOSYALI, la sulfureuse entreprise turque débarque au Sénégal
18/10/2018 - 16:44
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
«Je ne transhumerai jamais»
03/10/2018 - 20:40
Transhumance : Moussa Sy (aussi) rattrapé par l'histoire !
03/10/2018 - 09:54
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Ousmane Sonko, la meute
L'OEIL DU CITOYEN
L’engagement citoyen !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 17 octobre 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Une candidature si différente
20/10/2018 - 08:02
Ousmane Sonko, un «DOOMU ARAAM» qu'il faut exécuter !
19/10/2018 - 09:08
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 17 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - thème : l'insécurité da ...
AUTOUR DU MICRO
Autour du micro reçoit Ibrahima Thiam « Un autre Avenir »candidat à la prés ...
AUTRES VIDEOS
Candidature à la présidentielle 2019 :revivez l'intégralité de la déclarati ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017