Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
24 février 2019 : Forces publiques et Médias ne doivent pas être complices du hold-up électoral
Publié le : Dimanche 17 Février 2019 - 21:17 - Source : dakarmatin - Commentaires : 8 - Consulté : 626 Imprimer

  « Il faut agir pour empêcher un coup de force électoral le soir du 24 février 2019 »

Dans les « Carnets secrets de l’alternance, un soldat au cœur de la démocratie », le Général Lamine Cissé, ancien Ministre de l’Intérieur, restituait le contenu d’un échange téléphonique historique avec le Président Abdou DIOUF, au soir du 19 mars 2000 (à 23H40 précises), au cours duquel, il avait la lourde tâche d’annoncer à ce dernier qu'il avait définitivement perdu l'élection présidentielle : « Monsieur le Président, la situation est difficile pour vous et pour votre parti. Les tendances en votre défaveur sont désormais irréversibles. Si vous félicitez votre adversaire comme vous l'avez promis à votre directoire de campagne, vous serez le vainqueur moral de cette élection ». Avec un sang-froid hors pair et un professionnalisme remarquable, le Général Lamine Cissé a fait preuve d’objectivité, d’impartialité et de responsabilité, en préparant le Président Abdou DIOUF à digérer sa défaite le 19 mars 2000, lui communiquant dès 18H50, les premières tendances issues de 275 bureaux de vote tests répartis sur tout le Sénégal.

En 2000, les médias privés, malgré la censure, la corruption, les pressions, et les intimidations, ont joué un rôle décisif dans l’avènement de la première alternance, grâce à une couverture complète du scrutin et un maillage du territoire national, s’appuyant sur les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) pour informer l’opinion publique, en temps réel, des résultats dans chaque bureau de vote. Le titre évocateur et audacieux du Journal Sud Quotidien le 20 mars 2000 « WADE, Président », traduit la fin d’une époque : celle où un régime pouvait fabriquer et imposer des résultats officiels, en matière d’élections.

En 2012, alors que tout le monde redoutait un passage en force du Président sortant, dès le premier tour, Abdoulaye Wade qui a mobilisé des millions de sénégalais lors des meetings, a été mis en ballotage, et contraint au second tour par le vote des sénégalais. Après avoir analysé la situation et tenu compte des conseils du Ministre de l’Intérieur, WADE s’est plié au verdict des urnes, précisant avoir été trompé par les images de foules compactes. La suite, on la connaît. Etrangement, le scrutin du 24 février 2019 rappelle les présidentielles de 2000 et 2012. Induit en erreur par les foules mobilisées à coups de centaines de millions de francs CFA et par les propos loufoques de ses partisans qui lui promettent une victoire au premier tour, le candidat Macky Sall (comme Abdou Diouf en 2000) fait montre d’une incroyable cécité et semble impréparé à une débâcle. Tous les observateurs avertis, tous les analystes politiques, tous les Experts des questions électorales savent que la théorie du 1er tour relève d’une fiction ; compte tenu de la configuration politique, du résultat du scrutin faussé du 30 juillet 2017 (le pouvoir n’a pu atteindre la barre des 50% malgré la neutralisation du vote de millions de sénégalais, la fraude à Dakar et le saccage de 96 bureaux de vote à Touba) et du rejet massif dont Macky Sall fait l’objet auprès d’une bonne frange de l’électorat (les jeunes).

Le 24 février 2019, les forces publiques (forces militaires, paramilitaires, police et gendarmerie) devront, à l’instar du Général Lamine Cissé en 2000, faire preuve de stricte neutralité, de professionnalisme et d’un sens républicain élevé. Elles doivent désobéir à tout ordre illégal, du pouvoir visant à confisquer le suffrage des sénégalais. Leur mission n’est pas de couvrir un coup de force électoral, mais d’assurer la sécurité des sénégalais et de garantir l’intégrité du territoire.

Le Général Mansour SECK qui a récemment lancé un appel pour un scrutin apaisé doit compléter ses propos en appelant les forces publiques à la neutralité, et en leur demandant de veiller à ce que l’expression de la volonté populaire ne soit, en aucun cas, détournée.

Quant à la presse, son rôle sera décisif lors du scrutin du 24 février 2019 comme ce fut le cas lors des 2 alternances (2000 et 2012). La presse sénégalaise regorge de nombreux journalistes aguerris, et professionnels, qui exercent un noble métier qui est d’informer juste et vrai. Ces journalistes qui ont placé l’éthique et la déontologie au cœur de leur métier auront à jouer un rôle primordial le 24 février 2019. Ils devront communiquer à l’opinion les tendances lourdes issues des urnes, et résister aux multiples pressions émanant du régime. De leur côté, les citoyens doivent faire preuve d’une vigilance accrue pour mettre en échec la stratégie du hold-up électoral qui reposera, en partie, sur un « plan média » le jour du scrutin (diffusion de rumeurs et de fausses informations pour accréditer la thèse d’un passage au 1er tour). Le 24 février 2019, la méfiance doit être systématiquement de mise quant aux résultats publiés par une certaine presse, de connivence avec le régime, et dont les intérêts sont convergents avec ceux de Macky Sall (Le Soleil et Libération de Yakham M’Baye « membre de l’APR », TFM et l’Observateur de Youssou N’Dour « qui participe activement à la campagne du candidat Macky Sall », la RTS dont le DG Racine Talla doit tout à Macky Sall, le Quotidien de Madiambal Diagne « qui affiche publiquement sa proximité avec le régime », etc ….). Sans oublier les sites WEB « Pro-Macky » qui ont inversé les résultats à 2 heures du matin lors du scrutin du 30 juillet 2017, sur une simple déclaration d’un ministre de Macky Sall. Pour parer aux menaces de censure et au risque majeur de coupures d’Internet (Facebook, et WhatsApp), le 24 février 2019, l’ASUTIC (Association sénégalaise des Utilisateurs des Technologies de l’Information et des Communications), organise une table ronde sur la protection et l’intégrité de l’internet pour un scrutin libre et transparent le mardi 19 février 2019­ de 14h00 à 18h00 à l'hôtel Good Rade (VDN - Dakar) ; un atelier axé sur les possibilités d'atténuer les risques. Aucune piste ne doit être négligée, pour la mise en place un dispositif anti-fraude d’envergure, le 24 février.

L’idée selon laquelle « Macky Sall va voler l’élection présidentielle, mais qu’on ne peut rien faire pour l’en empêcher, est totalement fausse et relève d’une stratégie délibérée visant à créer un sentiment de résignation chez les sénégalais ». Modifier la volonté du peuple lors d’un scrutin est un acte extrêmement grave et constitue un coup d’état électoral. Ni plus, ni moins. La souveraineté appartient au peuple.

Le 24 février, les forces publiques républicaines, les médias libres et indépendants, et tous les citoyens peuvent et doivent agir pour empêcher un coup d’état électoral au Sénégal. Le 24 février 2019, les sénégalais ont besoin d’hommes dignes à l’image du Général Lamine Cissé qui puisse dire au candidat Macky Sall la vérité, toute la vérité, et rien que la vérité « Monsieur le candidat de Benno Bok Yakaar, au vu des tendances lourdes, le second tour est inéluctable ». Comme le disait Charles Péguy, « qui ne crie pas tout haut la vérité quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires » !

Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Lemzo - 17/02/2019 - 21h 45  
Les malades mentaux comme cet aigri de Sougou peuvent changer de pays si ça leur chante, la Gambie n'est pas loin ! Va soigner ailleurs ta paranoïa démagogique ! Le 24 février, les citoyens voteront paisiblement et avant 20h on élira Macky à plus de 60% ! Tu fais semblant de l'ignorer... tans pis, mais nous on est déjà dans l'après-24 février...
Zale - 17/02/2019 - 22h 02  
Lorsque les répondeurs automatiques de l’APR déversent leurs insanités, cela veut dire que l’objectif est largement atteint. Macky Sall est déjà à terre. Son camp est affolé et panique.Le 24 février, il passera la plus longue nuit de sa vie. Il sera laminé. Merci Sougou. Nous citoyens, nous terminerons le travail que tu as admirablement commencé.
Amadou - 18/02/2019 - 01h 42  
Sougou..il n'y aura pas de second tour..Macky travaille pour partir dès le 1e tour ....les officines de la FrancaAfrique lui ont fait savoir que les dès sont jetés..il ne peut pas rempiler et il vont éviter que le pays bascule....des milliers de citoyens n'appartenant à aucun parti vont voter conte lui et sécuriser leur votes au prix de leur vie..IL EST FOU À LIER mais il pense à demain
Ibrahima niass - 18/02/2019 - 07h 05  
texte bien opportun. l intimidation ,merci trafic d influence en nous faisons croire que les élections se termine au 1er tour c est peine perdue l histoire des 2 alternances restent dans la tête des sénégalais et sera répété au soir du 24 février
Jean - 18/02/2019 - 08h 16  
Je me demande bien comment un homme sérieux peut bassiner à longueur de journée de telles inepties.C'est à croire que vous nous prenez pour des illuminés.Les médias ne peuvent inverser aucun résultat.Ces résultats sont donnés sur la base de procès verbaux signés et paraphés par les représentants des candidats dans chaque bureau de vote. Ou est ce que les journalistes vont tirés des résultats faux pour les diffusés Une chose est sur ; ce SOUGOU la et ses compères, risquent de mourir dans les prochains jours à moins de se résigner à supporter Macky Sall pendant encore 5 ans.La victoire de ce dernier sera nette et sans bavure. Abdoulaye wade l'a compris, c'est pourquoi il joue à tous les subterfuges pour ne pas participer à ces élections et ainsi ne pas être mêlé de près ou de loin à la raclée historique qui attend l'opposition.
Ibou - 18/02/2019 - 09h 25  
Les médias ont bien inversé les résultats à Dakar à 3 heures du matin, avec la complicité des sites Dakaractu, Leral et seneweb. Les PV ont été falsifiés et modifiés à Dakar et à Thiès. Nous avons affaire à un régime de fraudeurs qu’il faut surveiller de près. Macky est tellement impopulaire qu’il ne doit même pas être qualifié au second tour. M. SOUGOU est trop gentil en disant que Macky sera au second tour.MACKY SALL EST UNE CALAMITÉ NATIONALE
FA - 18/02/2019 - 09h 45  
Objectivement Macky ne peut passer au 1ier tour sauf s'il magouille. Lorsque chacun là où il est, fait un petit sondage au niveau de ses proches et voisins, il se rend compte que les partisans de Macky ne font pas 30%. Les sénégalais qui ne militent dans aucun parti, n'ont plu confiance en Macky avec toutes les promesses de 2012 non tenues. Vous avez fait une bonne analyse Sougou. Soyons vigilants et allons tous voter !
Deug rek - 18/02/2019 - 09h 47  
Merci Sougou. Tu as détruit complètement leurs plans. Ils sont très énervés car pris en flagrant délit. Macky est cuit . Opération fakhass le 24 février.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
24 février 2019 : Forces publiques et Médias ne doivent pas être complices du hold-up électoral
Scrutin du 24 février 2019 : mettre en place un dispositif anti-fraude
Brûler les cartes d’électeurs : l’appel insensé d’Abdoulaye WADE
LE SENEGAL BASCULE DANS L’ANARCHIE JUDICIAIRE
Campagne avec ou sans Programme ?!
Président, un peu de hauteur ne vous ferait pas de mal !
POUSSÉE DE FIÈVRE SUBITE DE CIVISME DU MACKY
Ma si longue lettre à mes jeunes frères et sœurs Sénégalais pour demander pardon
La rétention illégale du fichier électoral invalide le parrainage
Ousmane Sonko, la meute
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 92395 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 82544 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 58992 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 50105 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 49468 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 13 février 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Thierno Alassane Sall ''La justice est le bras ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Petrosen : la gestion toxique de Mamadou Faye
07/11/2018 - 15:06
Mansour Faye choisit la société SUEZ à la place de SDE
18/10/2018 - 16:24
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
Quand Aïssata Tall Sall dénonçait la transhumance
29/01/2019 - 09:49
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
24 février 2019 : Forces publiques et Médias ne doivent pas être complices du ...
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 13 février 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Le candidat Macky Sall est moralement disqualifie pour diriger le pays.
19/02/2019 - 16:35
Deuxième semaine de campagne : Les discours des candidats éclipsés par les mo ...
19/02/2019 - 11:02
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Thierno Alassane Sall ''La justice est le bras armé pou ...
AUTRES VIDEOS
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017