Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
Troisième mandat : même si Macky Sall s’aventurait à se présenter, il perdrait.
Publié le : Mardi 11 Février 2020 - 11:35 - Source : dakarmatin - Commentaires : 4 - Consulté : 1807 Imprimer
Interrogé par RFI et France 24 sur un éventuel troisième mandat, le président guinéen, Alpha Condé dit ne pas comprendre : « Je ne comprends pas, il y a beaucoup de pays qui ont changé de Constitution et c’est passé comme une lettre à la poste, quand il s’agit de la Guinée, comme Alpha Condé est un homme indépendant et qui a son franc-parler, peut-être que ça gêne beaucoup de gens ».
 

En vingt ans, plus de dix présidents africains ont changé la Constitution de leur pays pour se présenter à un mandat de plus. C’est ainsi que bon nombre de présidents africains maintiennent le clair-obscur sur la question du troisième mandat. Au Sénégal, le président Sall, refuse d’être clair sur le sujet pour des raisons qui lui sont propres. Pourquoi vouloir être à la tête d'un pays pauvre où tous les secteurs sont à l’agonie, la pauvreté à chaque coin de rue et des chômeurs qui augmentent de 400 000 diplômés par année ? Pourquoi l’Africain aime tant s’attacher au pouvoir éphémère ? 

Il était une fois l'homme le plus diplômé du Cap au Caire

Dans une interview accordée le 18 septembre 2009 à VOA, Abdoulaye Wade avait annoncé qu'il allait se présenter pour un troisième mandat. Immédiatement après cette annonce, les dirigeants de l'opposition ont tourné en dérision la décision en disant que ce n'était qu'un stratagème du président pour mettre de côté la question de la succession jusqu'à ce qu'il puisse mieux positionner son fils, Karim Wade pour le remplacer.

Dans l'ancienne constitution du Sénégal, il n'y avait pas de limites sur le nombre de mandats pour le poste de président. Le président Wade a été élu en 2000 sous cette constitution. En 2001, le Sénégal a adopté une nouvelle constitution qui a introduit une limite de deux mandats consécutifs pour la présidence et réduit la durée du mandat à cinq ans. Cependant, cette loi n'a pas été appliquée rétroactivement au premier mandat du président Wade parce qu'il était élu avant l'entrée en vigueur de la nouvelle constitution. Pour cette raison, son premier mandat était de sept ans et les deux mandats consécutifs ont commencé avec son deuxième mandat, qui a commencé en 2007. Cependant, dans un amendement ultérieur, l'Assemblée nationale sénégalaise, à la demande du président Wade, a prolongé le mandat à sept ans. Ce changement n'avait pas été appliqué rétroactivement au second terme, qui devait être de cinq ans et s’est terminé en 2012.

L'Assemblée nationale s’était préparée à un autre amendement constitutionnel pour changer l’élection du président de deux tours à un système uninominal majoritaire à un tour. Wade savait que ni lui encore moins son héritier ne pouvaient récolter les 50 % nécessaires pour éviter le second tour. Amadou Gallo Ndiaye, ancien député du PDS, avait même affirmé que la question était auparavant réglée et que l’élection présidentielle se ferait en un tour. En guise de réponse, feu Ousmane Tanor Dieng, ancien secrétaire général du PS disait que ce serait la paille qui briserait le dos du chameau.

Mieux comprendre l’électorat incompréhensible

Alors que la récession persiste, le président Senghor passe la main à son dauphin putatif Abdou Diouf en 1980. Une décision applaudie par l’opinion internationale, mais critiquée par l’opposition sénégalaise. Le 6 mars 1983, les résultats publiés par la Cour suprême sont comme suit : sur 1 928 257 électeurs inscrits, 1 093 244 ont voté, avec 4 169 bulletins nuls, le nombre de suffrages exprimés était de 1 089 075 et c’est naturellement que le président Diouf l’emporta avec 908 879 voix, soit 83,45 %.
C’est avec difficulté que s’est écoulé ce mandat, les politiques économiques ont été un échec, la dette était de 800 milliards de F CFA, soit environ 70 % du PIB et un service de la dette qui représentait 50 % des recettes budgétaires. Malgré tout cela conjugué à la grogne estudiantine et à l’année blanche, le président Diouf remporta les élections de 1988 avec 73,20 % des suffrages exprimés.

La démission du président du Conseil constitutionnel représenta un coup brutal pour le régime socialiste, car elle sous-entendait que les résultats étaient truqués. Les résultats des élections de 1993 ne tomberont que 20 jours après le scrutin et l’assassinat de Maitre Babacar Seye, vice-président du Conseil constitutionnel. C’est ainsi que le président Diouf l’emporte au premier tour avec 58, 40 % des voix.

Durant le déracinement du baobab en l’an 2000, le président Diouf avait obtenu 41,33 % des voix au premier tour et 41,51 % au second tour et Abdoulaye Wade devient le troisième président de la République du Sénégal avec 58,49 % des voix. Après sept ans au pouvoir et de grands chantiers, le président Wade est parvenu à convaincre les Sénégalais durant les élections de 2007 qu’il remportera au premier tour avec 55,90 % des voix. Durant son second et techniquement dernier mandat, les malversations et son fils étaient source d'un problème majeur pour beaucoup de Sénégalais. Il décide toutefois de se présenter une troisième fois et le Conseil constitutionnel validera son troisième mandat. Durant les élections de 2012, le président Wade obtient 34,81 % des voix contre 26,58 % des voix pour le président Sall. Durant le second tour, le président Sall obtiendra 65,80 % des voix contre 34,20 % pour le président Wade. En 2019, le président Sall passera au premier tour comme l’avait fait le président Wade, avec 58,26 % des voix que le Conseil constitutionnel confirmera le 5 mars.

Macky Sall: pourquoi pas moi?

Ayant pris le pouvoir au moment où le Sénégal souffrait de dépassements budgétaires et de malversations financières, toute une nation avait espoir en ce président « normal » qui a une épouse « normale » et qui reflète les réalités sénégalaises. Il s’en est fallu de peu pour que le président ne veuille plus se rappeler de son passé douloureux et de faire comme si tout allait bien au Sénégal. Si nous analysons la manière dont les Sénégalais votent, on voit que faute de politique économique indépendante, le Sénégal finit systématiquement par adopter les programmes économiques des institutions de Bretton Woods et d’augmenter les prix des denrées et d’arrêter les subventions durant le second mandat des présidents. Cela fait que les présidents africains sont impopulaires durant leur second mandat et font face à la grogne de la population et à des manifestations interminables. Si la logique est respectée, il est IMPOSSIBLE que le président Sall gagne même s’il s’aventurait à se présenter à un éventuel troisième mandat.
 
Qui vivet videbit.
Mohamed Dia 
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
BOUNKHATAB - 11/02/2020 - 12h 31  
IL N A QU A FAIRE ET NOUS ALLONS FAIRE .C EST AUSSI SIMPLE QUE CELA.
Xeme - 11/02/2020 - 14h 04  
Khana Aly Ngouye Ndiaye ne serait pas alors ministre de l'intérieur chargé des élections ? Macky Sall a toujours perdu dans les urnes, mais cela ne l'a jamais empêché de gagner dans sa presse et chez son juge Kandji.NB: Observez que de plus en plus la presse accepte de valider le 3e mandat de Wade, qui n'était que le deuxième de la constitution qui limite les mandats à 2. Mais cette vérité a toujours été presque interdite dans la presse sénégalaise.
Lam - 11/02/2020 - 15h 33  
ce texte est un tissu de manipulations pour faire accepter la 3eme candidature de macky sall ce qui est impossible et inacceptable. la comparaison qu'il a fait est totalement faux. les contextes n'étaient pas les memes de meme que la volonté des acteurs qui tant soit peu respectaient les règles du jeu surtout avec wade. En plus Je lui rappelle que Me Seye a été assassiné lors des élections législatives de MAI 1993 et en ce moment abdou diouf a été déjà installé par par le juge youssou ndiaye qu'il avait choisit pour remplacer kéba mbaye donc il faut aller corriger ton texte mensonger et manipulateur. Si les sénégalais se font la bêtise d'accepter la candidature de macky sall en 2024, il remportera les élections avec le processus électoral actuel gérait par aly ngouye ndiaye ou quelqu'un d'autre de l'APR car tout le processus est déja biaisé et sous le contrôle total de macky sall.
Diola - 11/02/2020 - 18h 39  
Le jour ce batard s'amusera a déclarer sa candidature pour 2024, on lui fera faire le voyage retour dans le cul de sa mère d'où il était sorti pour venir nous amerder, la casamance attend macky au tournant, le jour où nous entrerons dans la bataille, cet imbécile va détaller comme un lapin.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Chef de parti et chef de l'Etat: Tous pareils....
Interdiction de manifester au Sénégal : subis et tais toi !
Cannibalisme à l'Apr
Samuel Sarr veut redevenir ministre de l’énergie
Ter: La bouche du mensonge
Bonne gouvernance et reddition des comptes au Sénégal:Quand le visage laid maudit le miroir
Le phénomène talibé au Sénégal : Gêne, honte et hypocrisie au sein de la République.
Un président qui « s'occupe de tout » devient une institution banalisée
L'histoire d'un grand homme qui risque de sortir par la petite porte
Le sexe ! Mais ils ne pensent donc qu’à ça ?
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Cannibalisme à l'Apr
L'histoire d'un grand homme qui risque de sortir par la petite porte
Troisième mandat : même si Macky Sall s’aventurait à se présenter, il perdrait.
Justice où es tu ?
OFNAC : Une plainte contre Nafi Ngom Keita est totalement ridicule et n’a aucune chance d’aboutir
Macky, un Président qui méprise son peuple!
Dialogue national, une imposture nationale
Pa Wade...
Aucune loi ne peut restreindre la liberté de manifestation le vendredi et le dimanche
L’art de déplacer le problème
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 145295 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 95362 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70840 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 60573 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60074 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017