Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Vers une grave pénurie de vaccins au Sénégal: Les blocages et les responsabilités
Publié le : Vendredi 24 Janvier 2020 - 17:59 - Source : Dakarmatin via Pressafrik - Commentaires : 1 - Consulté : 766 Imprimer

Le Sénégal fonctionne avec sa réserve de vaccins disponibles. Depuis 2018, l'Etat peine à débourser sa contrepartie de 20% nécessaire pour l'acquisition des vaccins destinés au Programme élargi de vaccination (PEV) et autres. Son partenaire, l’ONG GAVI finance à hauteur de 80%. Les enfants sont ainsi en sursis car le stock couvre jusqu'à la fin du trimestre 2020. Au delà de cette période, le Sénégal risque de plonger dans une pénurie qui pourrait être chèrement payée par les ayant droit notamment ses progénitures. Le ministère des Finances et du budget peine à s'expliquer clairement sur le dossier. Tandis qu'au département de la Santé, le Directeur de la prévention tente de rassurer sur le stock disponible capable de couvrir jusqu’à la fin du premier semestre. La disponibilité des ressources mais aussi le montage du dossier seraient les points de blocages.

Le Sénégal pourrait connaitre une rupture des vaccins dès mars 2020, si l’Etat du Sénégal ne libère par les fonds. En effet, le ministère des Finances et du Budget dirigé par Abdoulaye Daouda Diallo n'a toujours pas approuvé le budget pour l’achat des vaccins de routine en 2019. La somme s’élève à 3 milliards 117 millions Francs Cfa. Un montant qui ne représente que 20 % de la commande de vaccins, puisque l’Ong Gavi, partenaire de l’Etat du Sénégal finance à hauteur de 80%.   

Le code des marchés publics en son article 29, stipule que l’acte d’approbation, matérialisé par la signature de l’autorité compétente à ce titre, est la formalité administrative nécessaire pour donner effet au marché public. Dans tous les cas, les fonctions d’autorité signataire et d’autorité approbatrice ne peuvent être cumulées. Ceci dit que les marchés de l’Etat sont approuvés par le Ministre chargé des Finances lorsque le montant est égal ou supérieur à 300.000.000 FCFA. Ainsi le Ministre dépensier (celui de la Santé) n’est habilité que lorsque le montant du marché est égal ou supérieur à 100.000.000 FCFA ou n’atteint pas 300.000.000 FCFA. 

"Le ministère des Finances nous a notifié qu'il n'y a pas d'argent"

Contacté par PressAfrik, un agent du ministère des Finances soutient que l’information n’est pas crédible. «A ce que je sache, il n’y a pas de marché de vaccins rejeté par la direction centrale de marché publics (DCMP)», dément-il avant de soutenir que la DCMP chargée d’émettre des avis sur les décisions concernant l’attribution des marchés et d’accorder, à la demande des autorités contractantes, les autorisations et dérogations nécessaires lorsqu’elles sont prévues par la réglementation en vigueur, « peut leur notifier des observations et non un rejet ». Ce qui signifie qu'il y a toujours pas de financement. 

Une affirmation que notre source sanitaire qui a préféré garder l'anonymat trouve incohérente. Pour lui, «comment justifie t-il l’approvisionnement des vaccins de routine qui devait être pris en charge sur le budget de 2018 (alors qu’en ce moment Amadou Ba était aux commandes aux finances), et que jusqu’en 2020, l’Etat n’a pas encore libéré les fonds. Et pourtant, ils nous ont notifié qu’il n'y a pas d’argent. Et on veut nous faire croire à des observations et non un rejet». 
 

 

Mamadou Ndiaye, Directeur de la Prévention
Mamadou Ndiaye, Directeur de la Prévention
 
Le directeur de la Prévention confirme la pénurie mais rassure
Le directeur de la Prévention médicale, Mamadou Ndiaye confirme qu’on va vers une rupture des vaccins si une solution n’est pas trouvée d’ici le deuxième trimestre de l’année 2020. "Ils (ministère des Finances) nous ont signifié que c'est un problème technique à leur niveau. Toutefois, selon leurs informations, le dossier est bien avancé et que nous devons patienter", précise le directeur de la prévention. Et de poursuivre : "pour le moment, nous disposons d'un stock de vaccins. Mais si le stock de vaccins du mois de mars est mis en place, il faut impérativement que la commande encore soit soldée et qu’elle soit livrée à temps sinon nous allons vers une rupture. Au-delà du mois de mars, cela sera très difficile. Il faut que ça se règle sinon au mois de mars nous allons fonctionner avec des réserves", prévient et alerte Mamadou Ndiaye.  

Une pénurie qui va entrainer des conséquences fâcheuses consécutives à l’indisponibilité des vaccins d’où une perturbation du calendrier vaccinal. De plus, confie un acteur du secteur de la santé «la condition première pour que l'obligation vaccinale puisse être respectée, est la disponibilité des vaccins. Si ce n’est pas le cas, pas de prévention pour les nouveaux nés, ni pour les femmes enceintes, ni les futurs pèlerins de la Mecque ainsi que Rome. Pire, les nouveaux vaccins comme celui contre le cancer du col de l’utérus administré aux filles de neuf (9) ans vont connaitre une rupture aussi.  

Le Sénégal, bon élève en 2017,  pourrait se trouver dernier de la classe en 2020

Et quant au coordonnateur du Programme élargi de vaccination (PEV), Dr. Ousseynou Badiane, «il peut y avoir un retard dans la mobilisation des fonds. Parce que le ministère de la Santé donne son rapport au ministère des Finances qui à son tour approuve le financement qui, par la suite transmet les fonds à l’Unicef qui se charge de l’achat. Mais, si cela n’est pas fait dans ce premier semestre, il y a risque de pénurie», souligne-t-il aussi, précisant que pour le moment il n y a pas de rupture. 

Le financement des vaccins de routine doit être pérenne pour le maintien des résultats. En 2017, le Sénégal était  « sur la liste des pays les plus performants en Afrique, qui ont accompli le plus de progrès dans le domaine de la vaccination». Des résultats validés conjointement pour l’OMS et l’UNICEF. Mais, les «bonnes performances» du Programme élargi de vaccination (PEV), pourrait être catastrophique, si les fonds ne sont libérés d’ici mars 2020. 
 

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Krissar - 24/01/2020 - 20h 38  
La bamboula extrême dans les ressources de ce pays reste la base de tous les ennuis financiers,....A coté d'institutions bidons destinées à caser des politichiens hypocrites et nuisibles, les grès à grès mafieux, les surfacturations, les détournements des derniers publics,...Tout décaissement fait l'objet de malversations financières, sans aucune exception, dans une impunité assourdissante... Même les pauvres livres invendus du président macky sall ont été surfacturés par Mr saidou gueye pour les offrir à des gens qui ne les liront pas... Tout y passe comme argent,des milliers, millions, milliards, par dizaines, par centaines, par milliers.... IL NE RESTE RIEN POUR CE QUI EST IMPORTANT
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
" Avec les cas communautaires la guerre vient juste de commencer "
La hantise des cas communautaires du coronavirus
Yoff : Une pirogue interceptée, les 35 passagers en quarantaine
Hissène Habré : Oui à la protection, Non à une libération déguisée.
Moustapha Mbengue (Maire de Keur Massar): «La difficulté de tracer le parcours des cas communautaires»
Covid-19 / Sindia : Inaugurée il y a 3 mois par Macky Sall, l'usine de carreaux licencie ses agents
Coronavirus : « Aucun transfert de corps provenant de pays infectés ne devra être permis », annonce le ministre de la Santé
12,5 milliards, Moïse Sarr : éclairez-nous !
Limitation de la progression du coronavirus : le Ministère de l’Intérieur suspend les autorisations de circuler
Pénurie de sang : le S.o.s du directeur du Centre national de transfusion sanguine
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 149650 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 96429 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 71928 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 61513 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 61078 fois
 
   
POSTS ADAMA GAYE
L’homme et le virus...
CONTRIBUTIONS
Corona et silence dans l'adresse à la nation
CHRONIQUE PAPE
Live-direct de Pape Alé : Faisons le point avec la diaspora
AUTRES AUDIOS ...
Vidéo-Cérémonie de présentation et de dédicace du livre"Scandale au co ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Passations de marchés : C'est la dérive totale...
07/04/2020 - 21:03
Accaparement des terres du Sénégal : Le Festin des multinationales
12/03/2020 - 22:51
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Audio-2012 quand Macky accusait Babacar Diagne...
03/01/2020 - 17:30
Que vaut la parole de Souleymane Ndéné Ndiaye?
19/12/2019 - 15:17
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
"«Emprisonnement » de Habré à son domicile pour 60 jours
L'OEIL DU CITOYEN
Cordon contre le virus !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Live-direct de Pape Alé : Faisons le point avec la diaspora
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Corona et silence dans l'adresse à la nation
07/04/2020 - 08:35
Essais vaccinaux en Afrique : L’Inconscient néocolonial !
05/04/2020 - 19:38
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Vidéo-Cérémonie de présentation et de dédicace du livre"Scandale au coeur d ...
AUTRES VIDEOS
Revivez la conférence de presse de Guy Marius Sagna Après sa libération
 
 
Seneplus
Actusen
Xibaar
Walf
Seneweb
Pressafrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017