Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
ECONOMIE
 
 
Problématique de la gestion des villes: Macky indexe la pollution, l’insalubrité et l’encombrement
Publié le : Mardi 10 Décembre 2019 - 08:38 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 1 - Consulté : 274 Imprimer

Le Président de la République, Macky Sall, en compagnie du Dr   Bandar Hajjar, président de la Banque islamique de Développement (BID), a présidé, hier à Diamniadio, le sommet annuel des « Transformers » en présence de plusieurs innovateurs venus à travers le monde.  

« Science, technologie et innovation pour des villes africaines sûres et résilientes », c’est le thème du deuxième sommet annuel des « Transformers ». Il regroupe des entrepreneurs, innovateurs et leaders mondiaux, dans le but de débattre des défis restant à relever pour la réalisation des Objectifs de Développement durable (ODD), notamment l’Objectif 11, à savoir « Faire en sorte que les villes et établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ».  Sur ce, le Chef de l’Etat  Macky Sall a déclaré que ‘’nos’’ villes, comme habitats et centres d’activités productives, se trouvent aujourd’hui confrontées à des niveaux jamais égalés de pollution, d’insalubrité, de trafic et  d’encombrement.

Ces défis déjà complexes, poursuit-il, vont s’amplifier davantage avec la croissance démographique qui, selon les estimations du PNUD, est de 4.2 milliards de personnes, soit 55% de la population mondiale vivaient dans villes en 2018. D’ici 2050, il y aurait 6.5 milliards de citadins dans le monde, dont plus d’1 milliard en Afrique. « Nous devons nous préparer à cette  perspective. C’est ce que propose le thème de ce sommet. Nous voulons rechercher les solutions  novatrices en  faisant recourt à la science, à la technologie et l’innovation pour des cités sûres et plus conviviales », a souligné le Président de la République. A l’en croire, le droit à un environnement sain, inscrit dans la Constitution du Sénégal, est une composante essentielle des droits de l’homme.

Chacun  a droit à un cadre  décent, compatible avec la dignité humaine.  A l’échelle de l’Etat et des pouvoirs locaux, dira-t-il : « nous devons faire en sorte que ce droit à un environnement sain, au-delà de sa simple proclamation, soit  une promesse tenue par une planification et un aménagement rationnels de l’habitat qui réponde aux normes de sécurité et de sureté publiques, ensuite par la facilitation de l’accès aux services sociaux de base : logement, eau, assainissement, électricité, éducation et santé, et enfin par la conciliation des fonctionnalités productive et résidentielle de la cité ».  A l’en croire, autant d’enjeux qui font de la gestion d’aujourd’hui et de demain, l’intégration des paramètres novateurs pour des réponses intelligentes et durables aux problématiques urbaines. Voilà ce qui rend indispensable le retour à la science, à la technologie et à l’innovation pour cerner et prendre en charge les mutations démographiques, économiques, sociales et environnementales  de la ville du 21e siècle. A cette occasion, le Président Sall a informé que les 34 représentations de l’Onu seront transférées à  Diamniadio.

 

Partenariat entre la BID et le Sénégal magnifié  

Ce sommet a été une occasion pour Macky Sall de revenir sur le partenariat exceptionnel qui lie la BID au Sénégal depuis 1976, année d’adhésion du Sénégal à la banque, un an après sa création. Ainsi ,il rappelle qu’avec un montant cumulé de 3,3 milliards de dollars, et plus d’une centaine de projets, dont celui emblématique du Train Express Régional, la BID est assurément un de ‘’nos ‘’meilleurs partenaires au développement ; contribuant depuis des années à la transformation positive du Sénégal dans plusieurs domaines. La tenue du Sommet des Transformers en terre sénégalaise s’inscrit donc dans la continuité de notre compagnonnage.  « La Banque islamique de développement  ce n’est pas la banque d’affaire, il s‘agit de vaincre la pauvreté, d’être innovant, généreux  et d’apporter une  véritable contribution pour la transformation. Cela mérité d’être entendu par tous ceux qui  œuvrent  à l’affaiblissement », lance -t-il.

 

Un nouvel modèle économique s’impose pour la BID

Quant au  Dr  Bandar  Hajjar, président de la BID, il  est d’avis  pour un nouvel modèle économique. « Il faut adapter notre modèle économique pour relever le défi de l’avenir. C’est pourquoi nous mettons  l’accent sur  4 piliers   notamment la science,  la technologie,  l’innovation et la finance islamique », révèle-t-il. Et d’ajouter : « Si nous continuons à faire les choses de la même façon comme on les  a faites jusqu’ici,  en attendant à un résultat différent, cela ne se réalisera pas.  Pendant 45 ans,  nous  avons fait la même  chose  et nos états membres  ont fait la même chose ».  Pour lui, ils ont peu réalisé des progrès importants au cours des années  d’existence de la banque   dans les projets et les programmes, mais  ils veulent faire des avancées  majeures  par le biais de changement de paradigme parce que le monde entame la 4erévolution industrielle. « Nos états membres sont confrontés à des défis immenses et nous ne pouvons pas relever ces défis en faisant les choses de la façon dont nous les avons faites  jusqu’ici » prévient le Dr. Bandar Hajjar.

 

Zachari BADJI

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Jules - 10/12/2019 - 11h 44  
La pollution,l'insalubrité et l'encombrement c'est vous et votre gouvernement.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Abdoul Mbaye : « passage du FCFA à l’ECO ? pas de panique »
Hausse des impôts impliquant une hausse du prix des biens de consommation: la DGID dément et explique
Position des pays de la ZMAO sur le CFA : « c'est une claque à Macron»
La ZMAO condamne la réforme du CFA annoncée CONDAMNE par OUATTARA
Exploitation du pétrole au Sénégal : Top c’est parti !
Assurance du ministre des Finances et du Budget : « Le Sénégal affiche une bonne santé économique et financière »
Douanes:Le nouveau DG contesté
Finance Islamique:L’Etat du Sénégal rembourse 15,052 milliards FCFA de dettes le 26 janvier
SURENDETTEMENT : Le Sénégal passe ‘’temporairement’’ du risque faible au risque modéré
Les entreprises étrangères «Doublent» les locales
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 142397 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 94633 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70181 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59938 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 59405 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017