Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
LES POSTS D'ADAMA GAYE
 
 
Au secours, sociologues !
Publié le : Samedi 7 Décembre 2019 - 20:12 - Source : dakarmatin - Commentaires : 5 - Consulté : 2164 Imprimer

Au secours, sociologues !

Souvenez-vous de ces mots, ils bercèrent, beaux, tant de vies enfantines; ils étalent aujourd’hui un linceul sur une société décadente...

Écoutons le poète: 
“Femme noire, femme africaine,
O toi, ma mère, je pense à toi
....
Toi qui la première m’ouvris les yeux aux
Prodiges de la terre
Je pense à toi.”

Ce matin, je n’ai pu m’empêcher de revisiter ces vers de CAMARA Laye, dans son éternel poème consacré à sa mère. Il la chantait. La magnifiait pour avoir été là, en guide de ses premiers pas, en déchiffreuse de ce vaste et complexe monde qui se dévoilait.

Ce matin, je pense, a contrario, au misérable sort infligé à deux jeunes filles en l’absence de la leur.

La nouvelle est passée presque banale, filtrée vers la rubrique des faits divers, ce que dans le jargon journalistique on appelait naguère celle des chiens écrasés. 

Aucune réaction du comique Ministre de la justice. Ni du magouilleur Ministre de l’Interieur. Encore moins du frimeur, irresponsable, de la Santé. Ne parlons pas de la danseuse étoile chargée de la Jeunesse. 

Silence lourd du Sommet. Le President perdu se dépatouille dans les croc-en-jambes verbaux de ses alliés politiciens, son gueulard Cisse LO en tête. 

À peine eut-il le temps de s’énerver sur le naufrage de 15 pêcheurs de la petite côte alors qu’à quelques encablures, en Mauritanie, s’échouait un autre bateau rempli de désespérés migrants, signe de l’horizon refermé qui couvre la perspective de tant de jeunes alentour.

Est-ce parce qu’ils sont dépassés ? 

J’ai dû me frotter les yeux plus fort encore pour tenter de comprendre pourquoi face à cette ignominie ce n’est encore qu’un silence lâche qui ne cesse de résonner.

Pourquoi ces paupières volontairement refermées à vie l’ont-elles été et sans émouvoir qui que ce soit ou presque ?

C’est l’histoire de deux jeunes filles de la banlieue dakaroise. Dix ans, plus ou moins...

Elles sont à l’aube de leurs vies. Elles devaient rêver. Chaque matin au réveil, qu’est-ce qui pouvait les empêcher de vouloir conquérir cet univers qu’elles voyaient de leurs beaux yeux? De leurs gros yeux, spectacle animé et gourmands de tout vouloir capter! Comment se priver d’aller à la conquête des curiosités excitant leurs envies enfantines?

Le rêve, leur rêve, ne leur est hélas plus permis. Tout le reste de leurs vies, réduites à tâtonner ou à se faire guider, elles chercheront à trouver l’impossible voie qui est désormais la leur. 
Jouer? Aller aux toilettes seules? Lire? Être éleves? Être citoyennes? Attirer l’attention des garçons? Se sentir femmes? Se débrouiller? Être ?

Rien. Seul un manteau obscur, le voile définitif sur leurs innocents visages.

Elles ne verront pas, ou plus, comme l’enfant CAMARA Laye, les prodiges de la terre.

Dans la nouvelle brutalement banale que j’ai lue dans la presse sénégalaise, si peu apte à sérier les priorités, on parle d’une mère par procuration, l’ex co-épouse de leur mère, qui à choisi de les rendre aveugles en injectant des produits toxiques sur leurs yeux jusqu’à atteindre son objectif. Projet démoniaque. Méthodiquement mené. Cyniquement. Jusqu’à son terme. Comme un assassin s’assurant par une ultime balle sur la tempe de signer son acte, de le sceller. Elles sont devenues aveugles...plongées dans une nuit noire. 

Leur bourreau s’en délecte. Elle ne tolérait pas ces yeux joyeux, remplis de rêves et d’espoirs, de vie, qui lui empestaient la sienne.

Dans le sombre dessein d’un cœur impitoyable, elle a donc fait son choix: elles ne donneront pas au monde le fruit de leurs yeux, vivants.

J’ai relu. Cela s’est passé dans la banlieue de Dakar. Deux vies brisées. Un monde qui s’effondre.

...puis le silence de la société.

Je me suis dit: c’est quoi ça ? Ces paupières qui se referment jeunes et à vie au milieu de fracas sociaux secondaires occupant les rampes de l’actualité, ces joies détruites ne sont-elles pas le signe d’une société morte? 

Sociologues, aidez-nous, au secours! 
Expliquez-nous!

Il fait sombre.
Dans le Sénégal.

Adama GAYE, le 7 Décembre 2019

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (5)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Amadou - 07/12/2019 - 22h 30  
Les sociologues ne peuvent pas t.aider Gaye..ils sont devenus des PGV dans cette pirogue qui n,avance pas..ils cherchent désespéramment leurs paix quotidien..les psy..oui ceux là peuvent t'aider et pas n'importe...même guy marius Travailleur social peut t'aider à comprendre..praticiens des genres de vie, le TS, les psys..peuvent t,aider pas les socio..qui sont dans toutes les sauces et parlent de tout
Teuss - 08/12/2019 - 01h 10  
le ciel du Sénégal c est assombri brusquement et cela est depuis les élections. voler un tam-tam est facile mais ou et quand le battre c est comme si les élections ont étées volées et maintenant tout tombe sur sa tête non sur notre tête un président qui se fait élire sans le consentement de Dieu dirigera sans la main de Dieu et devra assumer tout seul tout ce qui arrivera.
Goor - 08/12/2019 - 13h 45  
Pendez le ce gros lard de l’apr
Kocc - 08/12/2019 - 19h 07  
Je n'ai pas de mots pour répondre.
Dou Nesto - 08/12/2019 - 20h 24  
Diouf Sarr le frimeur...ah ah ah. Adama Gaye connapit bien ce Monsieur. Ce sobriquet lui va bien et je me demande ce qu'on a fait pour mériter ce genre de personne pour s'occuper de notre santé.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Pathétique Macky !
ECO : Tel est pris…
Le printemps des élites…
UN-Doing Business: Encore toi, Mackylleur !
Au secours, sociologues !
IRONIE DE L'HISTOIRE
Sénégal: Terreur chez les fêtards...
Hey You: Daccorouma
Bodiobodio: Meurtre au Parlement !
De FAR à MAR*: Silence, on tue en masse...
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 143062 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 94693 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70238 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59987 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 59466 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017