Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
LES POSTS D'ADAMA GAYE
 
 
Sénégal: Terreur chez les fêtards...
Publié le : Mardi 3 Décembre 2019 - 13:09 - Source : dakarmatin - Commentaires : 9 - Consulté : 2017 Imprimer

Poitrines palpitantes, par millions, prêts à déverser, en liesse, leur joie d’un sacre qu’ils croyaient, croix de bois, contre croix de fer, n’être qu’une formalité, aucun d’eux n’a bougé quand ils ont entendu, pour de vrai, les lourdes cellules carcérales se refermer derrière des militants de leur bien être malmené.

C’était pourtant à un battement de cœur, hier, quand des gardes prétoriennes, armées jusqu’aux dents, ont traversé la ville de Dakar, dans un fourgon, pour jeter dans la prison de Rebeuss, au cœur de la capitale sénégalaise, une dizaine des leurs. 

Plaisirs par procuration 

C’était le même. Pour la énième fois: militant droit-de-l’hommiste, combattant contre la mauvaise gouvernance, adversaire d’une hausse du coût de la vie, par celle de l’électricité, le voici, à nouveau, son éternel sourire aux lèvres, dans la violation de ses droits, qui retournait en taule. Ceux de Rebeuss, y restés longtemps, appellent son genre les “dem-dikk”, les “partis-revenus”, en guise d’identification de ces prisonniers habitués des lieux. Lui, ne l’est pas par ses crimes. Ce n’est pas un prisonnier de droit commun. 
Comme avant, comme toujours, il est revenu avec la même estampille: militant d’une cause juste, cause pour le peuple, cause pour la nation.
Il s’appelle Guy Marius Sagna. Cette fois-ci, c’est l’audace d’un “flash-mob”, ce mouvement de foule orchestré pour se rapprocher d’un lieu stratégique afin de manifester une colère: c’était, il y a cinq jours, à Dakar, et c’était devant le Palais de la Présidence de la République !
Guy manifestait contre la mortelle décision, annonciatrice d’une inflation généralisée, de la hausse des prix de l’électricité. 
Il était venu ici, déjouant l’attention des forces de répression, avec un groupe restreint de compatriotes, délaissant tous le débat qui, dans toutes, les chaumières du pays, faisait déjà rage autour de l’attribution...inévitable du Ballon d’or de football, couronnant le meilleur joueur mondial de l’année écoulée. 
Les foules sénégalaises n’ont pas eu de raison de sortir massivement hier pour exulter, hurler leur bonheur puisque le rêve fut raté, les membres du jury décidant de choisir autrui, un MessiE, qu’un Sadio Mané, l’enfant du pays, pour lui décerner le titre. 
Ainsi sont les peuples qui sont adeptes des plaisirs par procuration si ce n’est par dérivation. Avant, dans l’Antiquité Grecque, ils exigeaient des Empereurs pain et jeux avant de se laisser à l’abandon. Celui du Sénégal contemporain se suffit d’une fête à distance, d’une hypothétique victoire au bout d’un soulier dans une compétition décidée par une alchimie de chiffres et de sentiments dont ceux liés à la race ne sont pas des moindres. 
Par millions, devant le petit écran, oreilles collées sur les radios, les sénégalais ont attendu fiévreusement l’annonce libératrice, qui n’est jamais tombée, pour envahir les rues. 
Le Ballon d’or de Mané n’est pas devenu la réalité qu’ils avaient actée selon leurs propres certitudes. Ils ne leur restaient qu’à éteindre les lampes pour ne pas augmenter davantage leur facture, désormais leur hantise, d’électricité. 
En allant au lit, le cœur lourd, pas un mot ni une pensée à ces férailles qui se refermaient derrière Guy et ses compagnons d’infortune incarcérés pour avoir manifester contre la cherté de la vie. Au nom des leurs. Au nom de ces passionnés du football mais blasés pour tout ce qui touche à leurs portefeuilles et encore plus à leurs libertés et à leurs êtres. 
Guy était hier avec une figure emblématique: Babacar Diop, jeune et brillant professeur de philo à l’université, étoile montante dans un jeu politique ne se jouant pas qu’avec les pieds mais progressivement empêché de se dérouler par un régime de terreur détruisant les rêves d’une transformation, d’un redressement, de la démocratisation véritable de la nation.
Étrangement même pas un murmure de la part des universitaires du pays face au sort de cette pépite retenue loin de ses étudiants et jetée au fond d’une geôle, probablement au milieu de détenus de droit commun, dont des criminels dangereux voire des assassins. 

Lâcheté 

Football, danse et musique, y compris des thématiques rythmiques aussi loufoques que l’avarice dans les relations homme-femme, sont les ingrédients de la vie du peuple sénégalais. 
Il préfère s’y mouler pour oublier son quotidien et ne pas avoir à faire face aux dures réalités, mortelles, qu’une calamiteuse gouvernance d’un pouvoir illégitime, criminel, lui impose.
Qui n’a envie de penser au terme le plus évident: lâcheté !
Hier soir dans le fourgon l’amenant à la prison, les trois jours d’avant, sur le froid sol d’une cellule dans les commissariats, et, ce matin, dans sa chambre de prison encombrée ou dans la cour où se promènent des détenus, comment Guy et ses compagnons peuvent-ils s’empêcher de se demander s’il fait encore sens de se battre pour un tel peuple?
Pourquoi est-il si envoûté par les manifestations sportives, moments sans incidences majeures dans l’histoire des nations, pendant qu’il tourne le regard ailleurs alors que son écosystème socio-politique et économique n’en finit pas de limer, d’éroder, ses propres libertés, ses moyens de vivre et ses raisons d’être ? 
Pourquoi ferme-t-il les yeux devant l’enracinement d’une culture de la terreur et de la torture qui se banalise ?

Le peuple sénégalais en optant pour l’insouciance des moments ludiques, comme la cérémonie de remise du Ballon d’or, confirme son irresponsabilité. 

Sous ses yeux, hier, le Fonds monétaire international (FMI), revenu en grâce, prétextant de la soutenabilité de la dette souveraine, mais oubliant les crimes économiques à l’origine des malheurs africains, lui a préparé un corset d’ajustement structurel, voire la promesse d’une dévaluation de la monnaie locale, sans qu’il ne s’en préoccupe. 
Sa tête était décidément ailleurs: braquée sur les souliers au repos de Mané.

Comment s’étonner de son silence en entendant distraitement l’annonce de l’incarcération des détenus politiques envoyés hier à la prison bien qu’ils ne manifestaient que pour son bien-être...

Les peuples ont l’avenir qu’ils choisissent. Celui du Sénégal a donné le droit à Macky SALL de piétiner ses libertés. Voire d’inaugurer une ère de tortures: le monde doit savoir qu’une dérive inacceptable permise par l’apathie d’un peuple est à l’œuvre au Sénégal.

Vous avez dit peuple en danger! Oui, tel est le sort de celui du Sénégal. 
Qui pour le secourir? Ni le FMI, ni le ballon d’or.
Réveil brutal, ce matin, les paillettes ont été jetées aux poubelles...
Maslow aiderait bien ce peuple à retrouver un ordre plus rationnel des priorités par sa pyramide des besoins: des urgences vitales, minimales, alimentaires, sécuritaires, des libertés avant de s’abandonner à des passions d’auto-accomplissement.
Ce peuple marche sur la tête. Comme son pays. Ou la terreur est validée par les fêtards !
Adama Gaye, Le 3 Décembre 2019.

PS: Le régime incapable de macky SALL rêve de torture. S’il s’y adonne, que le peuple entier aille le déloger pour le pendre sur un croc de boucher. Avant d’en faire de même avec ses sbires.
Dictature et torture : NON !

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (9)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Abdallah - 03/12/2019 - 13h 26  
Merci que de chair de poule! No comment!
Jacob - 03/12/2019 - 15h 40  
merci Adama...ce peuple se réveillera..comme tout peuple qui dort..comme Rome avant...abruti par le cauchemars...quand, comment ? je donne ma langue au chat..mais j'ai peur de ce réveil...qui risque de surprendre...Oh pays, mon beau peuple pour paraphrasait Sembène Ousmane
Ass - 03/12/2019 - 15h 42  
<<Ce peuple marche sur la tête>>. Comme son pays. j'ai utilisè cette expression,dès l'accession du president Macky Sall au pouvoir, car pour moi il n'a rien d'un president,du moins Africain.Le president africain a trop de pouvoir, Il faut donc quelqu'un trop cultivè et experimenter. ceci restera valable tant que le syteme de gouvernence est ainsi fait. Et notre cher president n'a rien de tout celà.Le Peuple: il est preparer a fèter,toute occasion est bonne pour feter. Il ne sait pas qu'elir un president n'est pas jouer au loto. c'est a dire se fier au hasar. Voilà les consequences d'un choix hasardeux.
Ass - 03/12/2019 - 15h 49  
<<Le peuple sénégalais en optant pour l’insouciance des moments ludiques, comme la cérémonie de remise du Ballon d’or, confirme son irresponsabilité.>> parfaitement d'accord. Surtout les intelectuels qui sont la honte de ce pays.
LY - 03/12/2019 - 16h 34  
Moi, je pense à nos enfants. Que nous diront ils demain ? Une chose est sûre, ils nous reprocheront notre lâcheté !
Mamadou - 03/12/2019 - 22h 36  
Nos journalistes locaux doivent se sentir petits dans leurs souliers. Mr. Adama Gaye vient de leur administrer une brillante lecon de journalism. Au lieu de couvrir les problemes existentiels qui assaillent leurs compatriotes, ils passent leur temp a nous gaver de debats and d'editoriaux creux sur un hypothetique ballon d'or de football, soit-il pour un Sadio Mane que nous aimons tous. "Caxaan Faxxe", aurait crie Gormak, mon grand pere serere.Jokko Ndjal, Adama!
Louthi - 04/12/2019 - 14h 10  
Le Sénégal,un pays de folklore,même la réligion est folklorique.Travailler c'est trop dur,voler c'est mieux,puis faire du khawaré,c'est ça la devise de ce pays...
Abdoulaye - 04/12/2019 - 21h 34  
Effectivement, il est étonnant que les médias aient pratiquement tous ignoré les enjeux de ce forum pour se focaliser sur un ballon d'or.Chantons, dansons aux battements du tam-tam!Le réveil risque d'être brutal!
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Pathétique Macky !
ECO : Tel est pris…
Le printemps des élites…
UN-Doing Business: Encore toi, Mackylleur !
Au secours, sociologues !
IRONIE DE L'HISTOIRE
Sénégal: Terreur chez les fêtards...
Hey You: Daccorouma
Bodiobodio: Meurtre au Parlement !
De FAR à MAR*: Silence, on tue en masse...
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 145352 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 95366 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70843 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 60577 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60081 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017