Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Abdoulaye Daouda DIALLO : le symbole d’un régime fâché avec la vérité et la transparence
Publié le : Lundi 18 Novembre 2019 - 23:03 - Source : dakarmatin - Commentaires : 8 - Consulté : 1718 Imprimer

Durant la plénière de ce vendredi 15 novembre 2019 portant examen de la seconde Loi de Finances Rectificative, j’ai interpellé monsieur le ministre Abdoulaye Daouda DIALLO sur un certain nombre d’aspects problématiques de leur gestion budgétaire. Ses réponses ont été soit inexistantes, soit insuffisantes.

 

Je reviens livrer à l’opinion, dans cette première publication qui sera suivie d’une seconde, les détails que le très faible temps de parole imparti par les plénières ne nous permet pas de développer à la tribune de l’hémicycle.

 

1 – Exécution budgétaire : le cas de certaines indemnisations d’expropriations pour cause d’utilité publique

 

Un budget, ce n’est pas seulement la préparation et le vote, c’est aussi l’exécution et le contrôle. L’examen de cette LFR2 était l’occasion de revenir sur les procédés ingénieux mis en place par certains agents ou services de l’État, en complicité avec des hommes d’affaires, pour détourner d’importants fonds publics de leur destination budgétaire initiale. C’est le cas des indemnités d’expropriations pour cause d’utilité publique que nous avons partiellementsoulevées avec l’affaire dite des 94 milliards.

 

Suivez bien !  

 

J’ai rappelé au ministre qu’en matière d’indemnisation des expropriés, les services du ministère des finances utilisent trois mécanismes :

 

  • le premier consiste à des paiements effectués par le chef du bureau des domaines sur la base des crédits budgétaires disponibles notifiés par le MEFP au titre de la loi de finances ;

 

  • le deuxième concerne des conventions tripartites de reconnaissance de dette (lettre de confort) entre l’État, l’exproprié (plus précisément l’acquéreur de l’indemnité d’expropriation) et une banque privée (Ex : État – SOFICO/ CFU– UBA) ;

 

  • le troisième procède de comptes ouverts par l’État du Sénégal dans des banques privées avec des intitulés comme : « Programme de Défense des Intérêts Économiques et Sécuritaires du Sénégal (PDIES) ou « Expropriation État ».

 

Ces comptes sont directement gérés par le Directeur général du Budget qui procède aux ordres de virements. 

 

Si ce dernier mécanisme (comptes ouverts par l’État dans des banques privées) a été plus utilisé que les deux autres, pour verser des dizaines de milliards à un seul homme d’affaire, à travers ses deux entreprises (SOFICO et CFU) et sur la base de créances douteuses ou inexistantes, c’est simplement parce qu’il n’est pas soumis aux contrôles de l’ordre administratif. Même la cour des comptes n’effectue aucun contrôle au niveau des rubriques budgétaires au sein desquelles ces crédits sont logés.

 

Le ministre Abdoulaye Daouda DIALLO a préféré ignorer la question en n’y répondant pas.

 

Je comprends sa gêne car il sait très bien que j’ai fait allusion à une véritable association de malfaiteurs dont les fonctionnaires cités jusque-là dans l’affaire des 94 milliards ne sont que la face visible. Le ministère des finances est impliqué jusqu’au cou, et certainement, des sphères plus élevées encore de l’État sont également impliquées. Et c’est cette association de malfaiteurs, qu’une autre association de 7 vieux députés dans le vent, a voulu blanchir par une commission d’enquête qui restera comme l’une des plus grosses tâches de l’histoire parlementaire du Sénégal. 

 

Alors, quelques questions simples à monsieur le ministre :

 

  • Pouvez-vous (oserez-vous) nier l’existence de ces comptes ?

 

  • le compte « Programme de Défense des Intérêts Économiques et Sécuritaires du Sénégal (PDIES) » est-il logé à la Présidence de la République et rattaché aux fonds secrets ?

 

  • En quoi payer des indemnités toxiques suite à des rachats de créances fictives relève- t-il de la sécurité nationale ?

 

  • Pouvez-vous nier que ces comptes ont servi à payer des dizaines de milliards aux sociétés SOFICO et CFU ?

 

  • Pouvez-vous affirmer que ces dizaines de milliards ont été payées en toute légalité ?

 

  • Pouvez-vous nier que les montants payés à ces entreprises à titre d’indemnisation sur la période 2014 à 2018 dépassent très largement les crédits budgétisés et votés à cet effet ?

 

  • Comment avez-vous pu payer plus de 6 milliards d’indemnités à la SOFICO en 2015 alors qu’aucune inscription budgétaire n’était prévue à cet effet ?

 

  • Pourquoi l’agent judiciaire de l’État, sous votre hiérarchie, ne bouge pas le plus petit doigt alors que des milliards du contribuable ont été détournés dans une entreprise d’escroquerie à grande échelle ?

 

Vous comprendrez par ces questions, chers compatriotes, pourquoi toute la République tremble et veut enterrer cette affaire au plus vite (comme pour la nébuleuse du pétrole et du gaz). Nos vis-à-vis évitent soigneusement d’en parler depuis quelques semaines et procèdent à des sondes, par voie de presse, pour un éventuel classement sans suite. Mais à monsieur le Ministre, aux collègues de l’Assemblée et à l’ensemble du peuple sénégalais, nous disons que cette affaire ne fait que commencer. Elle ne sera ni classée sans suite, ni oubliée, et aucun procureur ou juge, fussent-ils totalement soumis, n’oserait le faire. Le peuple ne l’acceptera pas !

 

2 - la LFR2 consacre une hausse de 650 millions sur les dépenses de personnel justifiées par la prise en charge des indemnités accordées aux ayants droit pour charge de téléphone. 

 

D’une part, j’ai rappelé au ministre que la création de cette « allocation forfaitaire mensuelle » est incompréhensible pour un gouvernement dont l’argument a été jusqu’ici la maitrise de la masse salariale. Elle pose ainsi un premier problème d’équité et de justice. Comment un gouvernement qui refuse d’ouvrir toute discussion avec les syndicats sur la question de la rémunération, peut octroyer une nouvelle indemnité à une catégorie d’agents n’exerçant, pour l’essentiel, que des fonctions politiques, et en zappant ceux-là qui effectuent des tâches opérationnelles pour un service public de qualité ? 

 

D’autre part, j’ai fait noter que cette allocation forfaitaire mensuelle pour charges de téléphonie pose un problème d’équité et de justice au regard de son traitement fiscal illégal consacré par la lettre du ministre Abdoulaye Daouda DIALLO n°7888 MFB/DGID du 14 octobre 2019 portant traitement fiscal de l’allocation mensuelle forfaitaire pour charges de téléphonie mobile à certains agents de l’Etat. Dans cette lettre adressée au Directeur général du Budget, il précise que cetteallocation est exonérée de l’impôt sur les traitements et salaires

 

Dans sa réponse, monsieur le ministre a invoqué les dispositions de l’article 167. 4 : « sont exonérées de l’impôt les indemnités et primes spéciales destinées à assurer le remboursement de frais forfaitaires, dans les limites fixées par le ministre chargé des Finances ».

Cette réponse est erronée. Monsieur le ministre, inspecteur des impôts de profession, sait pertinemment que son argument ne tient pas. Et mieux que quiconque, il comprend parfaitement que cette allocation constitue, à n’en pas douter, à une augmentation de salaire au profit des bénéficiaires ainsi que le démontrent les décrets n°2019-1310 et n°2019-1311 du 14 août 2019 qui l’ont instituée. 

 

A ce titre, conformément aux dispositions combinées des articles 164, 165, 166 et 167 de la Loi n°2012-31 du 31 décembre 2012, modifiée portant Code général des Impôts, cette « allocation forfaitaire mensuelle pour charges de téléphonie mobile » est un revenu imposable.

 

En exonérant cette allocation par une simple lettre administrative, le ministre des Finances et du Budget s’est non seulement rendu coupable de violation de la constitution (article 67) et de la loi (CGI), mais il a consacré une rupture fondamentale du principe d’égalité des citoyens devant l’impôt. La violation de la Constitution consiste dans le fait qu’il appartient à la loi votée par la seule Assemblée Nationale de fixer les règles concernant l’assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toutes natures. Sous ce rapport, il est évident qu’il n’appartient pas au Ministre des Finances et du Budget, ni même au Président de la République, de dire par un acte réglementaire ce qui est imposable ou ce qui est exonéré. C’est pour cette raison certainement que le ministre, mal à l’aise après mon interpellation, a cherché à se réfugier dans les dispositions de l’article 167-4° du Code général des impôts. Mais cette démarche met à nu sa mauvaise foi. Car s’il est clair que l’allocation en question est exonérée par la loi, comme l’a soutenue le ministre Abdoulaye Daouda Diallo, à quoi bon prendre un arrêté pour définir son régime d’imposition ?

L’article 167-°4 du Code général des impôts invoqué par le Ministre dispose : « sont exonérées de l’impôt les indemnités et primes spéciales destinées à assurer le remboursement de frais forfaitaires, dans les limites fixées par le ministre chargé des Finances. ».

C’est en conséquence de cette disposition que le Ministre de l’Economie et Finances a pris l’arrêté n°012914 MEF/DGID du 31 juillet 2013portant évaluation des avantages en nature compris dans la base de l’impôt sur le revenu pour, en son article 1er, fixer forfaitairement le montant à 10.500FCFApour l’eau, 30.200FCFApour l’électricité et 67.500FCFApour le téléphone, entre autres… 

 

Ce même arrêté précise, en son article 3, que « Toute indemnité en argentreprésentative d’avantages en nature doit être intégralement comprises dans la base de l’impôt sur le revenu, la présente évaluation (article 1er) ne pouvant être retenue en ce cas ». Ironie du sort, cet arrêté porte, pour le compte du ministre de l’Économie et des Finances, la signature de monsieur Abdoulaye Daouda DIALLO, alors ministre délégué au Budget. Triste !

Ces allocations pour charge de téléphonie ont toujours été ainsi conçues par la doctrine fiscale. C’est en foi de cette claire lecture de la loi et de la doctrine que d’importants redressements fiscaux, assortis de pénalités et majorations, sont régulièrement opérés par les services de la DGID à l’encontre des entreprises privées qui ont omis d’imposer ces allocations de téléphonie pour des montants largement inférieurs à ceux octroyés à quelques agents de l’État et à la clientèle politique.  

 

2020 est annoncée par le gouvernement comme l’année d’une traque fiscale massive pour porter le taux de pression fiscale à 17,7%. Avec vos pratiques monsieur le ministre, vous aggraver l’injustice fiscale en protégeant les hauts revenus politiques et administratifs (ministres, députés, DG, hauts fonctionnaires, HCCT et CESE…) pour ne faire supporter le fardeau qu’aux petits salariés et quelques entreprises.

 

Le problème, monsieur le ministre, c’est que votre département est coutumier de tels forfaits et je vous avais déjà interpellé sur des cas similaires lors du vote de la première LFR au mois de juin 2019.

 

Monsieur le ministre Abdoulaye Daouda DIALLO a manifesté sa volonté de discuter de ces questions avec moi et j’y souscris entièrement. Seulement, la tribune de l’assemblée ne s’y prête guère avec un temps d’intervention de 3 à 5 minutes maximum par député, doublé d’un refus systématique de la majorité pour un second tour de parole.

 

Comme toujours, je me mets à la disposition des médias pour un débat public qui nous permettrait, sur ces questions comme sur d’autres, tels que la dette, la gestion des ressources naturelles, l’investissement, les grands chantiers… d’édifier les citoyens sénégalais sur la nébuleuse gouvernance actuelle du Sénégal.

A suivre…

 

 

Ousmane SONKO, député                                         Dakar, le 18 Nov 2019

 Assemblée nationale du Sénégal

XIIIème Législature

 

 

 

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Lias - 19/11/2019 - 00h 39  
Merci encore Sonko, Dieu est avec les véridiques
Londonboy - 19/11/2019 - 00h 54  
Merci Mr Sonko, vous faites la fierté des gens de valeurs et vertus. Vous avez posé le débat et comme d’habitude, la réponse est non-existante. Les sénégalais doivent se réveiller car ceci ne peut plus continuer. Cette gouvernance à la Robin Hood doit cesser, combattue avec vigueur.Vive le réveil dès consciences et des masses.Regards
Londonboy - 19/11/2019 - 00h 56  
Les répondeurs automatiques ne comprennent rien en ce que Sonko est entrain d’argumenter donc les verbiages start soon.
Clair et pertinent - 19/11/2019 - 01h 23  
Une de plus, O. Sonko a clairement presenté les forfaitures et violations par le gouvernement voyou et voleur de macky dans la gestion de nos ressources budgetaires et des recettes fiscales. L'Etat sans foi ni loi, predateur insatiable de nos ressources est en train de ruiner le Senegal. Bientot la banqueroute, si ce n'est deja arrivé!
Yama - 19/11/2019 - 06h 10  
Le Sénégal a un état composé de charognards.
Alioune Gueye - 19/11/2019 - 06h 57  
L’honorable député Ousmane Sonko ne doit plus rien au peuple sénégalais .La balle est dans le camp des populations éveillées et instruites qui doivent partager avec les masses incultes les visions, dénonciations et solutions du député Sonko .Donnons a SONKO la majorité lors de toutes les prochaines élections afin de détruire ce hideux système qui rend les criminels voleurs malhonnêtes de plus en plus riches et les braves citoyens intègres de plus en plus pauvres et démunis
Thiat - 19/11/2019 - 08h 39  
Bravo et encore merciQue Dieu de préserve de la méchanceté de l’etre Humain
Ds - 19/11/2019 - 09h 31  
Sincèrement je suis un wadiste et je soutiens karim wade, mais sérieusement Sonko a du mérite et mérite d'etre le prochain président car il est le seul à combattre sur le terrain et sur le plan des idées parmi tous ces leaders de l'opposition dont la majorité d'entre eux étaient des anciens pm, des anciens ministres etc sensés connaitre l'état plus que sonko et ils se taisent tous sur tous ces magouilles de ce régime. Je me demande s'il n'y avait pas sonko actuellement que ressemblerait l'opposition?
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Moustapha Diakhaté, Cissé Lô, ABC… : L'Apr, la République des frondeurs
LETTREA GUY MARIUS SAGNA, DR BABACAR DIOP ET LES AUTRES…
Lettre ouverte au président Macky Sall
Le Sénégal de Senghor à Macky Sall : 60 ans d’ajustement structurel, d’instrument de coordination des politiques et d’instrument de soutien à la politique économique
Alioune Tine électrocute le Dg de Senelec : « quelqu’un qui ne veut pas d’audit n’a pas sa place...»
Alioune Tine : « Manifester devant les grilles du Palais n’est pas un crime »
Moustapha diakhaté " Comment j'ai appris mon limogeage...."
Moustapha Diakhaté " La hausse du prix de l'électricité est un scandale"
"Que celui qui n'est pas d'accord démissionne" : Moustapha Diakhaté rectifie Macky Sall
Non-respect de la baisse du coût du loyer : les aveux du gouvernement
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly à Mansour Faye: « vous êtes un premier ministre de fait »
Mamadou DIOP Decroix à Mansour FAYE : «vous faites des postes de santé mais où est le ministre de la santé ? »
Budget 2020 : 9,5 milliards pour le développement industriel
Mansour Faye vaut 1000 milliards, soit près 1/4 du budget national
Arrestation de Guy Marius et Cie : Abdoul Mbaye exige des poursuites contre le préfet de Dakar
Ébullition du front social: Les politiques brillent par leur absence
Appels internationaux : des milliards volés et virés vers des paradis fiscaux
Cissé Lô : « Seule la colère du Khalife général des Mourides ou de Serigne Moussa Nawel Mbacké peut m’ébranler. Je ne suis l’égal d’aucun politicien »
Moustapha Cissé Lô : « Ce que j’ai fait dans mon pays et à l’étranger, je ne crois pas que Macky Sall l’a fait »
Assemblée nationale : Aïda Mbodj réclame l’étude d’impact du Pudc et Promovilles
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 136413 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 93519 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 69236 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59058 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 58511 fois
 
   
POSTS ADAMA GAYE
Au secours, sociologues !
CONTRIBUTIONS
LETTREA GUY MARIUS SAGNA, DR BABACAR DIOP ET LES AUTRES…
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 04 décembre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Grand reportage sur l'exploitation du Zircon à Niafrang
 
SCANDALES D'ETAT
   
Le contrat Akilee, un scandale qui secoue la Senelec
05/12/2019 - 12:55
Ministère de l’hydraulique: Un demi-milliard Fcfa envolés
05/12/2019 - 11:48
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Lettre ouverte au président Macky Sall
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 04 décembre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
LETTREA GUY MARIUS SAGNA, DR BABACAR DIOP ET LES AUTRES…
09/12/2019 - 11:15
Le Sénégal de Senghor à Macky Sall : 60 ans d’ajustement structurel, d’in ...
09/12/2019 - 08:38
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Grand reportage sur l'exploitation du Zircon à Niafrang
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017