Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
ECONOMIE
 
 
Une traque fiscale massive lancée en 2020
Publié le : Mercredi 13 Novembre 2019 - 14:13 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 3 - Consulté : 1267 Imprimer

En 2019, le portefeuille de contribuables de l’administration fiscale devrait passer de 85.000 à 300.000 contribuables

La Stratégie de recettes à moyen terme (SRMT) lancée en 2020 fait partie des ruptures marquant le budget de l’année prochaine. Elle tient compte de l’impératif communautaire de limiter le déficit budgétaire à 3% du PIB en mettant l’accent sur la mobilisation des ressources internes au lieu d’un endettement massif. Pour sa mise en oeuvre, l’Etat compte lancer une vaste offensive pour faire passer le taux de pression fiscale de 17,7 % en 2020 à 20% d’ici 2023. Pour résumer l’ambition de la SRMT, c’est « l’élargissement de l’assiette » par une politique de recrutement et de fidélisation de nouveaux contribuables ou de primo déclarants. Mais en vérité, la bataille de l’élargissement de l’assiette a commencé depuis longtemps puisque rien que sur l’année 2019, le portefeuille de contribuables de l’Administration fiscale devrait passer de 85.000 à 300.000 contribuables, un effort qui sera maintenu en 2020.

Le diagnostic du système fiscal dévoile un nombre trop faible de contribuables et d’importateurs qui paient convenablement leurs impôts. Plus de 1000 milliards de francs de recettes fiscales échappent chaque année à l’Etat. La SRMT veut renverser une telle tendance. «  Elargir  l’assiette  fiscale  et douanière  ne  constitue  pas  seulement  un enjeu budgétaire, c’est quasiment un projet de société... Car l’impôt est le lien le plus fort qui rattache l’individu à la Nation. La fraude fiscale  et  douanière  ne  cause  pas  du  tort uniquement aux politiques de l’Etat, qui sont ainsi privées de ressources légitimes ; elle représente un coup de canif au contrat social et sape les fondements du vivre-ensemble. Elargir l’assiette, c’est d’abord rétablir l’égalité de tous les citoyens devant les charges publiques ».

Tel un préambule expliquant les raisons de la mise en œuvre de la SRMT. Selon les experts du ministère de l’Economie et des Finances, « dès  janvier  2020,  sera mise en œuvre une politique de recrutement et de fidélisation de nouveaux contribuables ou de primo-déclarants. Un dispositif d’accompagnement sera mis en place pour identifier les  acteurs  non  immatriculés  et  les acteurs du secteur informel pour une durée d’au  moins  deux  ans,  en  fournissant  un appui/accompagnement dans le processus de déclaration et une procédure de rappel des échéances. Mais en vérité, la bataille de l’élargissement  de  l’assiette  a  commencé depuis longtemps puisque, rien que sur l’année 2019, le portefeuille de contribuables de l’administration  fiscale  devrait  passer  de 85.000 à 300.000 contribuables, un effort qui  sera  maintenu  en  2020 ».

La SRMT (Stratégie de Recettes à Moyen Terme) accordera une attention toute particulière au secteur agricole. « Les mesures successives d’exonérations dont il (Ndlr, le secteur agricole) fait l’objet dans le temps l’ont pratiquement défiscalisé. Il convient donc de réfléchir sur la place de la fiscalité dans ce secteur, en déterminant les maillons des chaînes de valeurs de production agricole qu’il n’est pas pertinent de laisser hors du champ de l’impôt » notent les auteurs du budget 2020.

Finalisation de l’interconnexion Douane – Impôts

t tributaire de la performance du système fiscal. Une performance qui continuera de reposer sur les gains de productivité des administrations fiscale et douanière. La Stratégie de Recettes à Moyen Terme (SRMT), couvrant la période 2020-2025 sera mise en œuvre dans l’optique d’adapter le système fiscal et douanier aux évolutions du contexte économique, social, environnemental et numérique. Elle vise aussi à améliorer la productivité des services de recettes, à réduire les coûts supportés par les contribuables pour se conformer à leurs obligations vis-à-vis des administrations en charge de la mobilisation des recettes. « Il  s’agit  d’une stratégie intégrée puisqu’elle fédère (pour la première fois) des actions qui seront mises en oeuvre simultanément par la Douane et par les Impôts, tout en étant parfaitement cohérentes et complémentaires entre elles.

Du pilotage efficace et du suivi-évaluation de la mobilisation des ressources budgétaires, avec les réformes institutionnelles et organisationnelles qu’ils requièrent, le renforcement de l’efficacité des investissements technologiques pour atteindre la maturité digitale, une meilleure maîtrise de l’information et de son exploitation à des fins de gestion du risque, de contrôle et de renforcement de la conformité fiscale/douanière. La digitalisation souhaitée dans le cadre de la SRMT devrait également augmenter la productivité des administrations en charge de la mobilisation des recettes par l’identification de complémentarités avec d’autres axes tels que celui relatif à la gestion des ressources humaines » lit-on dans le document du budget. Autres mécanismes envisagés, « le  renforcement  des  paiements électroniques dans l’économie pour mieux contrôler les chiffres d’affaires réalisés par les contribuables. » Dans ce cadre, un cadre légal et réglementaire sera créé pour accompagner les tendances actuelles de réduction des transactions en numéraire qui favorisent l’informel. «

En outre, le Gouvernement mettra en service la solution M-Tax dont la mise en production permettra aux contribuables de déclarer et de payer leurs impôts par téléphone mobile.  Dans le  même  sillage,  l’administration  des  Impôts adoptera des solutions numériques pour le contrôle en temps réel des factures afin de renforcer le contrôle sur les chiffres d’affaires et les déductions »disent encore les experts du ministère de l’Economie et des Finances. La finalisation de l’interconnexion de la Douane – Impôts est aussi une grande mesure attendue pour rendre performante la SRMT. 

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (3)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Modou - 13/11/2019 - 16h 32  
Vous nous emmerdez,allez plutôt auditer l'état voleur,fraudeur,corrompus.
S - 13/11/2019 - 18h 28  
c'est vraiment du n'importe quoi, laissez les impôts aux entreprises pour venir voler les miettes que le petit goorgoolou ramasse aprés une dur journée de travail
Anonyme - 13/11/2019 - 21h 38  
Ce qui est choquant dans ce pays, c'est cette pression fiscale insupportable et continuelle qui s'abat sur les petits goorgorlous qui cherchent à s'en sortir avec les auto-emplois, alors même que des remises d'impôts considérables (les fameux dégrèvements) sont consenties à de grandes structures ultra liquides.Ce qui est choquant dans ce pays, ce sont ces fameux "FONDS COMMUNS" directement issues de la pression fiscale et que se partagent tous les trois mois de façon injuste les seuls fonctionnaires relevant du Ministère des finances, en particulier les inspecteurs des impôts et domaines, enrichis sur le dos des contribuables.Ce qui est choquant dans ce pays, ce sont ces milliards attribués en guise de caisses noires à ces hautes autorités qui les dépensent et les dilapident comme bon leur semble, sans aucune forme de contrôle.Dommage !
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Abdoul Mbaye : « passage du FCFA à l’ECO ? pas de panique »
Hausse des impôts impliquant une hausse du prix des biens de consommation: la DGID dément et explique
Position des pays de la ZMAO sur le CFA : « c'est une claque à Macron»
La ZMAO condamne la réforme du CFA annoncée CONDAMNE par OUATTARA
Exploitation du pétrole au Sénégal : Top c’est parti !
Assurance du ministre des Finances et du Budget : « Le Sénégal affiche une bonne santé économique et financière »
Douanes:Le nouveau DG contesté
Finance Islamique:L’Etat du Sénégal rembourse 15,052 milliards FCFA de dettes le 26 janvier
SURENDETTEMENT : Le Sénégal passe ‘’temporairement’’ du risque faible au risque modéré
Les entreprises étrangères «Doublent» les locales
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 142947 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 94656 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70201 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59960 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 59420 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017