Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Succession à la présidence: Comment Macky brise les ambitions dans son propre camp...
Publié le : Samedi 9 Novembre 2019 - 18:53 - Source : seneplus - Commentaires : 3 - Consulté : 2559 Imprimer

Parler et se faire virer ou se taire et rester dans le rang, ou manoeuvrer sans se faire prendre, tels sont les choix qui s’offrent désormais aux membres de la coalition Benno Bokk Yakkar au pouvoir. Le climat est pesant dans les rangs de la majorité, chacun surveille ses propos et ses arrières.

Le président commettrait-il une faute en interdisant aux membres de sa coalition de sortir du bois et de s’exprimer à propos du troisième mandat, fusse-t-il pour conforter ses dires qu’il n’en briguerait pas un ? Et pourquoi ceux qui en parlent et qui souhaiteraient qu’il en brigue un ne seraient-ils pas sanctionnés au même titre que les autres ?

N’aurait-il pas obtenu une victoire à la Pyrrhus en coupant les têtes de Kaba et de Diakhaté ?

En bannissant toute insurrection dans son camp, force est de constater que le président Sall tue une part d'avenir dans ce pays. Nous, autres citoyens, aimerions voir apparaitre de nouvelles figures politiques au sein de la majorité plurielle. Nous aimerions voir fleurir de nouveaux projets de vie, de nouvelles idées s’affronter et enfin disposer de temps pour jauger les nouvelles politiques que ne manqueraient pas de nous proposer les nouveaux prétendants à la magistrature suprême en 2024. 

Face à cette menace présidentielle, il y a ceux qui, nonobstant les ambitions présidentielles qui les habitent, obtempèreront et resteront dans le rang. Ceux là courront le risque de s’enfermer dans des schémas incertains qui les neutraliseraient d’ici 2024. Une élection, ça se prépare. Il faut sillonner le pays, se faire mieux connaitre, proposer des solutions souvent différentes de celles en cours. Cela demande donc du temps. En imposant le silence dans ses rangs, le président brise les élans dans son propre camp et n’y favorise pas l’éclosion naturelle d’un champion qui le remplacerait. Tout porterait ainsi à croire qu’on s’acheminerait vers un candidat qu’il choisirait lui-même dans sa coalition, s’il décidait de ne pas y aller ! 

Il y a ceux qui passeront outre le message présidentiel et qui verront, de fait, peser sur eux la menace de perdre leur place. C’est le cas de Moustapha Diakhaté. Son éviction était devenue la seule issue possible. Dans un attelage gouvernemental, la parole n’est pas libre. Le grand écart n’était plus tenable. Il eût peut-être mieux valu pour sa grandeur qu’il démissionnât plutôt qu’on le congédiât. Maintenant qu’il peut parler en toute liberté, gageons qu’il ne se taira pas. 

Il y a  les lieutenants aux dents longues à qui on prête des velléités d’être califes à la place du calife. Ceux-là devront manoeuvrer en eaux troubles. Des clans séditieux vont bientôt naitre. Ils devraient toutefois méditer cette phrase de Benjamin Franklin que “ceux qui abandonnent une liberté essentielle pour acheter un peu de sécurité temporaire, ne méritent ni liberté, ni sécurité”. Bien qu’ils sachent mieux que quiconque qu’on sort de l’ambiguïté à son détriment, il leur faudra choisir et vite, leur camp.

Il y a ceux, nombreux, de la coalition au pouvoir, sans ambitions présidentielles, qui pourront le mieux se conformer à cette injonction présidentielle. En fait, ce mot d’ordre les arrange, ils n’auront pas à choisir entre les factions qui ne manqueraient pas de se former si la compétition était ouverte. Pour ceux-là, leur objectif est ailleurs : Garder leur poste jusqu’en 2024. Ce sont eux qui tenteront de convaincre le président de briguer un troisième mandat pour garder leurs privilèges. Ce furent les mêmes qui, naguère, l’avaient du reste convaincu de requalifier ses 5 ans en 7 ans lors de son premier mandat.

On aurait sans nul doute évité ces imbroglios si on avait dissocié le rôle de président de l’exécutif de celui du président de parti. Cela aurait permis au président de poursuivre tranquillement son mandat et son parti l’APR et sa coalition Benno, de se préparer au grand jour pour faire émerger de ses rangs, un candidat pour 2024. C’est ce que font les grand pays démocrates du monde, et c’est ce que recommandaient les conclusions des Assises Nationales.

Nous, citoyens, restons défiants des promesses politiques. Nous n’avons pas la mémoire courte et nous nous rappelons ce que nous a coûté notre confiance en des paroles déjà entendues et non respectées. C’est  la raison principale pour laquelle le débat du troisième mandat prospère malgré les assurances maintes fois réitérées de l’exécutif de ne pas vouloir en briguer un. 

La confiance ne règne pas entre les politiques et leurs administrés. 

A qui la faute ?

tsow@seneplus.com

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (3)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
F - 09/11/2019 - 21h 46  
La chute de Macky viendra dans son propre camp. wait an see
Anti-cfa - 10/11/2019 - 05h 34  
tout ce qui interesse ce bouffon et faineant c'est que celui qui lui succedra ne puisse fouiner dans sa gestion calamiteuse en le mettant en prison ou des membres de son clan sa femme son frere mongol. meme dans son propre camp des esprits peuvent etre tentes de regarder dans le retroviseur. cependant si Ousmane Sonko prend le pouvoir inevitablement le bouffon macky sall dormira a Rebeuss car ce sera une demande sociale post-election. On ne laissera jamais ce gros porc dormir tranquille dans ce pays.il n'y a qu'un successeur issu de son camp qui peut lui garantir ce calme. tt le monde sait que amadou ba et aminata toure vont postuler. et que feront-ils si jamais il se decidait a aller pour un 3 ieme mandat ? quels sera le comportement de ces deux dans son camp ? mimi toure sait tres bien que les senegalais n'eliront jamais une femme comme presidente donc elle se fatique pour rien a moins qu'elle ne se decide a mettre un tiret a ses ambitions. quand a amadou ba il n'est connu de personne donc il n'a pas d'envergure nationale voila les raisons qui pousseront le bouffon a essayer de forcer le passage pour un 3 ieme mandat. aucun individu n'emerge car benno a fini de sacraliser ce fils d'esclaves. regardardez comment il tente de maitriser le Ps qui est en lambeaux de meme que l'afp de l'hyiene niasse. le ps n'existe qu'a dakar. si alpha conde et ouattara passent pour un troisieme eux aussi alors le bouffon tentera le tout mais nous n'avons pas les memes trajectoires que les ivoiriens oiu les guinnens.
Roro - 11/11/2019 - 04h 27  
Macky a peur de sa fin car ces gestes prouvent à suffisance que ce dernier n a meme confiance à ses camarades Mais il doit sa tactique de preparer son remplaçant Trouver dans son camp est son salut sinon il ira à REBEUSS et de jour il conforte la majorite des senegalais
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly à Mansour Faye: « vous êtes un premier ministre de fait »
Mamadou DIOP Decroix à Mansour FAYE : «vous faites des postes de santé mais où est le ministre de la santé ? »
Budget 2020 : 9,5 milliards pour le développement industriel
Mansour Faye vaut 1000 milliards, soit près 1/4 du budget national
Arrestation de Guy Marius et Cie : Abdoul Mbaye exige des poursuites contre le préfet de Dakar
Ébullition du front social: Les politiques brillent par leur absence
Appels internationaux : des milliards volés et virés vers des paradis fiscaux
Cissé Lô : « Seule la colère du Khalife général des Mourides ou de Serigne Moussa Nawel Mbacké peut m’ébranler. Je ne suis l’égal d’aucun politicien »
Moustapha Cissé Lô : « Ce que j’ai fait dans mon pays et à l’étranger, je ne crois pas que Macky Sall l’a fait »
Assemblée nationale : Aïda Mbodj réclame l’étude d’impact du Pudc et Promovilles
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 136413 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 93519 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 69236 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59058 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 58511 fois
 
   
POSTS ADAMA GAYE
Au secours, sociologues !
CONTRIBUTIONS
LETTREA GUY MARIUS SAGNA, DR BABACAR DIOP ET LES AUTRES…
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 04 décembre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Grand reportage sur l'exploitation du Zircon à Niafrang
 
SCANDALES D'ETAT
   
Le contrat Akilee, un scandale qui secoue la Senelec
05/12/2019 - 12:55
Ministère de l’hydraulique: Un demi-milliard Fcfa envolés
05/12/2019 - 11:48
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Lettre ouverte au président Macky Sall
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 04 décembre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
LETTREA GUY MARIUS SAGNA, DR BABACAR DIOP ET LES AUTRES…
09/12/2019 - 11:15
Le Sénégal de Senghor à Macky Sall : 60 ans d’ajustement structurel, d’in ...
09/12/2019 - 08:38
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Grand reportage sur l'exploitation du Zircon à Niafrang
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017