Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
3ème mandat...qui trompe qui ?
Publié le : Jeudi 7 Novembre 2019 - 19:05 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 5 - Consulté : 749 Imprimer

Nauséabond et sentant le fécal est ce débat sur le 3ème mandat. Avec tout le vacarme engendré depuis les évènements du 23 juin 2011 sans compter son lot de morts et de lourds tributs payés par les uns et les autres, soulever ou même insinuer l’idée d’un 3ème mandat rapprocherait d’un crime.

A la suite du précipice frôlé, la 2èma alternance survenue en 2012, les différents fora informels et institutionnels (pensons à la CNRI !), le referendum de 2016 où le nœud très gordien semblait être le règlement définitif de la question du 3ème mandat, revenir alors que le mandat 2 n’est même pas commencé , le sortant réélu encore dans ses réglages et pérégrinations,c’est se f. éperdument des sénégalais que de mettre sur la table un débat clos.

Clos oui, ce débat l’est en des termes très clairs et sans équivoque et sur le nombre et sur la durée : « Nul ne peut exercer deux mandats consécutifs » avec un grand soulignement au marqueur rouge sur le « consécutif ».disposition intangible et d’éternité et verrouillée en fond et en comble.

Qu’est-ce que vous voulez, nous parlons français way ! Sinon traduisez en toutes langues nationales et revisitez le contexte de rédaction et d’adoption du referendum : Où est le constituant 1er ?

A l’époque, la pollution au soufre  à ce niveau atteignait des pics et nous sortions de ce que les grands profs de fac, constitutionnalistes émérites appelaient la migration irrévocable des dispositions déconsolidantes vers les consolidantes et la pierre angulaire était le mandat dans sa durée comme dans son nombre.

Si le oui l’a emporté de fort belle manière c’est pour ne plus retomber dans les travers du conseil constitutionnel sous Wade avec les interprétations diverses dans un pays où tout le monde est expert en tout et sur tout. L’overdose politicienne est tel que c’est manquer de respect que d’ouvrir ce chapitre de joutes et de bisbilles entre soi-disant spécialistes sur un 3ème mandat.

A quand la pause tant voulue avec les différentes consultations pour un espace de travail et se consacrer au développent du pays. La prise en charge de la demande sociale exprimée et les attentes nécessitent une plage au moins de répit verbo-tonal creux et une redirection  vers les urgences.

Si on n’y prend garde et à ce rythme déjà d’invités d’experts et de juristes en mal et en herbe par une presse à l’affût pour du sensas, ce sera le point de départ d’un marathon qui ne finira jamais et mettra en rade ou rangera aux oubliettes  les engagements lors de la consultation du pouls national du 24 février.

Déjà se profilent les législatives avec un ajustement souhaité par certains (couplage/ accouplage / découplage ) qui fait rage avec les pros et anti qui squattent les media à longueur de journée. Déjà les « locales » sont repoussées sans agenda net et les ressentiments bourdonnent.

Quant au dialogue, il tire  en longueur et en largeur et sans aucune profondeur contrairement à des pays voisins « petits frères »dans l’apprentissage de la démocratie et qui ont ouvert, discuté , clôturé et déposé des conclusions : Ici…aucune notion du temps comme si cela arrangeait tout le landerneau.

Pays de « NAXANTE », toujours la même rengaine les mêmes décibels encombrants et assourdissants : chacun y va de son commentaire et les tympans sont bouchés et refoulent d’ondes inutiles et prématurées. C’est un véritable jeu, cette question du 3ème mandat, un sparadrap  avec chloroforme pour endormir alors que les urnes ont parlé et attendent des réponses. Cette fois-ci le prince a-t-il raison en sortant le glaive ?!  Qui disait … « au travail ! »

IBOU SENE KAOLACK

                                                                                        

 

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (5)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
NDOYE - 08/11/2019 - 15h 52  
"les urnes ont parlé et attendent des réponses"Je vais axer mon intervention sur ce passage, car d'après mes analyses, je me suis toujours posée la question à savoir pourquoi le vote, d'autant plus que même si les urnes parlent, le pouvoir cherche toujours à bafouer les régles du jeu.en tout cas l'idée me vient toujours d'arrêter d'accomplir mon devient citoyen en allant aux urnes?Quel Sénégal malheureux
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Les vérités indéniables de Barth
An 1 de la confiscation de la volonté du peuple
Les hommes du Président et les comploteurs de l'ombre
Tout ce qui est excessif devient insignifiant…
PAPA, un jour la République se souviendra de toi… !
Politique d'austérité au niveau de l'Etat.(par aliou Fabregas Ndiaye)
Interdiction de manifester au Sénégal : subis et tais toi !
Sénégal, retour vers le moyen-âge !
Aminata Mbengue Ndiaye, cheval de Troie de Macky
Plus déterminé que jamais !
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 146573 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 95539 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 71005 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 60726 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60262 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017