Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
Députés, intestins silencieux du palais
Publié le : Lundi 14 Octobre 2019 - 22:41 - Source : seneplus - Commentaires : 7 - Consulté : 1355 Imprimer

Une Assemblée nationale puissante et dynamique a un rôle essentiel à jouer en démocratie. Elle doit être un rouage démocratique essentiel à l’élaboration des lois, un contrôle de la politique gouvernementale par les députés. C’est un contre-pouvoir. C’est aussi le lieu sacro-saint où les différentes sensibilités politiques confrontent leurs idées à travers les débats et les échanges féconds. Cette confrontation des idées politiques communes ou contradictoires installe en profondeur la culture démocratique, celle où la prise de parole qui génère le compromis et la négociation n’est pas seulement une procédure, technique d’arbitrage, mais aussi une valeur légitimatrice des délibérations.

Mais au Sénégal, les députés vivent sur une autre planète. A la place d’une véritable institution parlementaire, on a une Assemblée obsolète, coûteuse, opaque et sans véritable utilité sustentant des godillots, des comploteurs, des délinquants fiscaux qui refusent de payer leurs impôts et qui répugnent tout contrôle par les corps habilités. Ce sont eux qui, refusant de changer leurs mœurs, coutumes et privilèges, font tout pour que l’Assemblée conserve sa mauvaise réputation séculaire. Aujourd'hui, elle est ravalée au rang de simple chambre d’enregistrements et d’applaudissements résolue à jouer un rôle de caisse de résonance politique. Ainsi face à une Assemblée nationale soumise et une institution judiciaire atone, le tout-puissant exécutif peut tout se permettre. Son omnipotence sur le pouvoir législatif et son emprise sur la justice fragilisent notre démocratie. Talon d’Achille de la République, l’Assemblée nationale sénégalaise n’a jamais été un contre-pouvoir mais un pour-le-pouvoir. Elle a toujours été un appendice du pouvoir exécutif, une chambre d’exécution politique de tous les opposants ou partisans de la majorité empêcheurs de tourner en rond. Par conséquent, notre Parlement est nu, comme l’enfant disait dans le conte d’Andersen « le roi est nu ».

De tout temps, les députés de la nation n’ont jamais joué le rôle que leurs mandants attendent d’eux : animer la vie démocratique par le débat contradictoire, contrôler l’action gouvernementale en toute indépendance sans subir la pesanteur ou l’influence du camp auquel on appartient. Au contraire, on a transformé l’Assemblée en un lieu de règlement de compte entre députés d’un même clan ou d’anéantissement de la minorité parlementaire. Elle est aussi un lieu d’acquisition de comptes. Au moment où l’Etat en crise financière procède à des ajustements et des économies parcimonieuses dans tous les domaines, les godillots, eux, créent trois nouvelles commissions qui auront des incidences économiques en termes de salaire, de véhicules, de crédit et de carburant. En sus, il ne serait pas surprenant qu’une de ces commissions soit confiée en guise de récompense au groupe parlementaire du PDS dont le leader vient de sceller ses retrouvailles avec le chef de la majorité. Il n’est pas exclu non plus que les escrocs politiques qui se font appelés non-inscrits puissent bénéficier à court terme d’un groupe parlementaire avec ses avantages matériels et pécuniaires. Ce qui veut dire qu’une opération de domestication de l’opposition parlementaire est en train d’être concoctée au sein de l’institution de Soweto. Et les prodromes sont déjà visibles lors de la plénière blanchissant Mamour Diallo, accusé d’un détournement de 94 milliards. Des députés libéraux, qui ont, dans un passé récent, combattu et voué aux gémonies la commission d’enquête parlementaire de Bennoo, ont béni les conclusions du rapport non sans reprocher à Sonko ses accusations sans preuve.

Aujourd’hui, le débat parlementaire fécond a déserté la place Soweto pour céder la place à la profusion des insultes. Faute de produire un discours instructif et constructif pour le bien des populations, nos déshonorants honorables députés s’illustrent par des scènes pugilistiques et des insultes obscènes. Voilà la face hideuse de l’Assemblée nationale avec ses godillots alimentaires toujours au service de sa Majesté et jamais du côté du peuple dont ils sont dépositaires des suffrages.

L’Assemblée nationale du Sénégal a écrit les pages les plus sombres de notre histoire politique. Les majorités mécaniques cautionnent systématiquement, les yeux fermés, les desiderata du Prince et de son gouvernement. Les projets de lois les plus impopulaires et les propositions de lois les plus scélérates sont votés sans remise en cause. La loi Ndiadiar Sène sous Abdou Diouf, la mise en accusation du Premier ministre Idrissa Seck, les amendements Moussa Sy et Aminata Tall, la loi Ezzan, la loi Sada Ndiaye sous le magistère de Wade en sont quelques exemples patents.  

En décembre 1962, le président Léopold Sédar Senghor exécute politiquement Mamadou Dia, chef du Conseil gouvernemental, accusé de fomenter un putsch, en instrumentalisant les députés godillots qui n’ont pas hésité pas à voter une motion de censure contre son gouvernement. Pourtant, le Mawdo a voulu combattre les députés délinquants qui, non seulement, avaient voté une loi pour augmenter leur salaire dans un contexte de sacrifice et d’édification de notre jeune nation souveraine, mais avaient contracté des dettes auprès d’une banque de l’Etat sans vouloir procéder au remboursement obligatoire. La situation de confusion qui s’en est ensuivie entre l’Union progressiste sénégalaise (UPS) et l’Assemblée nationale a permis à Léopold Sédar Senghor, président du Sénégal et valet des Français, de se débarrasser définitivement de Dia le patriote.

Cette même Assemblée, sous le règne du président Abdou Diouf, sera manipulée par le superpuissant Jean Collin pour anéantir son adversaire de même parti. Il faut préciser que, dans le dessein d’affaiblir l’opposition d’alors, le président Abdou Diouf avait instauré aux législatives de 1983 la règle des 15% pour l’institution d’un groupe parlementaire. C’est ainsi que le parti d’Abdoulaye Wade, qui avait obtenu 8 députés sur 120, n’avait pas pu disposer de groupe parlementaire. Et le PS régna en maître absolu à l’Assemblée sans opposition parlementaire.

En 1984, Habib Thiam est victime des manœuvres, sur fond d’un contentieux des années 70, de Jean Collin qui a « marrionnettisé » une bande de députés socialistes sous sa coupe pour pousser aux orties l’alors président de l’institution parlementaire. Le même procédé est utilisé par la même personne en décembre 1988 pour se défaire de Daouda Sow successeur d’Habib Thiam au perchoir. Son crime : avoir demandé, après des élections législatives catastrophiques, un nouvel organigramme du PS qui écarterait Jean Collin de sa position de numéro 2 officieux du parti. On a souvenance de l’agacement des députés libéraux qui, sous la conduite de Boubacar Sall, ont quitté l’hémicycle en vitupérant le comportement des socialistes : « nous ne sommes pas à la maison du PS ». En l’espace de cinq ans, les problèmes relatifs à la réorganisation hiérarchique du PS ont eu comme conséquences dommageables la défenestration de deux présidents de l’Assemblée nationale, victimes de la toute-puissance de Jean Collin.

Ces intrigues et manœuvres ont refait surface sous le règne d’Abdoulaye Wade quand Youssou Diagne, premier président de l’Assemblée de la première alternance démocratique, est contraint à la démission le 12 juin 2002, après avoir perdu les locales dans son fief de Ngaparou. Six ans après, l’alors président de la 11e législature, Macky Sall, accusé d’avoir voulu auditionner le fils du président de la République, patron de l’Anoci, est sacrifié sur l’autel de la haine vindicative et des jeux de positionnement de ses frères ennemis de parti.

Voilà aujourd’hui que Macky Sall, qui a tant souffert de ces manœuvres et intrigues de la place Soweto, dirige une coalition qui ramène la démocratie parlementaire aux années sombres de notre histoire politique. La première loi scélérate et liberticide votée sous la 12e législature le 29 juin 2015, c’est celle relative à la constitution d’un groupe parlementaire sur la base de 15% alors qu’Abdoulaye Wade l’avait ramenée à 10 députés en 2000. La seconde est la tenue en bride des députés dans leur groupe d’origine au risque de grossir le rang des non-inscrits. 

Aujourd’hui, le Parlement va institutionnaliser une déontologie pour affermir les sanctions disciplinaires contre les députés absentéistes et leurs écarts de conduite. Mais en réalité, cette réforme vise l’attitude d’Ousmane Sonko qui a refusé de déférer à la convocation de la Commission d’enquête. Pourtant, le samedi 1er décembre 2018, 129 députés apéristes à l’exception d’un seul, avaient procrastiné le vote du budget de Pape Abdoulaye Seck, ministre de l’Agriculture pour assister à l’investiture de Macky Sall candidat de Bennoo Bokk Yaakaar à la présidentielle, sans grief.

Cette commission d’enquête qui a rendu ses conclusions blanchissant Mamour Diallo prouve à suffisance qu’à l’Assemblée nationale, les hommes et femmes de la majorité avec leur alter ego collabos de l’opposition qui y siègent, faute de devenir des députés du peuple, se sont transformés en « de simples digéreurs, intestins silencieux de la bouche du Palais », pour reprendre le mot du président du groupe communiste français, André Chassaigne. 

sgueye@seneplus.com

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (7)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Momar - 15/10/2019 - 00h 01  
Triste et pitoyable assemblage de dépités. Le Sénégal mérite mieux que ces miteux.
Amar19 - 15/10/2019 - 00h 18  
Pourquoi vous voyez en cette situation une visée contre Sonko? Pourquoi ne vous questionnez pas sur ses absences et son attitude à l’égard du parlement? Pourquoi ne démissionne t-Il s’il estime que cette institution n’a pas sa raison d’être même si grâce à elle qu’il parvient à nourrir sa famille? Voilà serigne Saliou des questions à lui poser au lieu de rester dans une.victimisation juvénile.
Lemzo - 15/10/2019 - 03h 10  
Exactement Amar ! Pourquoi SS Gueye ne s'indigne pas d'un député qui, au lieu de venir combattre les tares qu'il dénonce à l'Assemblée, en profite plutôt pour se faire du buzz politique et pour se victimiser ? Pourquoi Sonko Fusilleur refuse de répondre à une Assemblée nationale qui l'emploie et le paye pourtant, et apporter ses preuves à la commission parlementaire (comme c'est le cas dans les pays démocratiques du monde) ? S'il avait une once de dignité il n'accepterait jamais le salaire de l'Assemblée. C'est du riibah qu'il mange ! Mais au Sénégal les grands donneurs de leçon comme les SS Guèye, Pape Alé Niang, Demba Ndiaye, Ndiaye Doss et d'autres guignoles nous servent les pires indignations sélectives de l'histoire... Mais si vous écoutez bien les commentaires des gens dans les rues, les maisons et les marchés, vous verrez que Sonko Fusilleur est complètement discrédité dans cette affaire...
Despite - 15/10/2019 - 05h 59  
A chaque que Sonko prend la parole les dépités de BBY désertent la salle. Pourquoi voulez vous qu'il vous écoute?
Mamout - 15/10/2019 - 06h 44  
''quelle meilleure preuve que l'aveu ?la loi sénégalaise interdit la session de créance née d'une expropriation, cela a été confirmé par 2 décisions de justice ( le 15/11/216 et le 11//01/2018), déboutant m.tahirou sarr de sa demande d'homologation de créance.ce monsieur n'en a rien eu à faire, le directeur des domaines m mamour diallo non plus, ils se sont tout simplement assis sur ces décisions et se sont arrangés de façon tout à fait illégale.le directeur des domaines et sa fameuse commission de conciliation, commission dont le rôle défini par la loi de 1972 est de rapprocher l’exproprié et l'état pour s'entendre sur l'existence de la créance et son montant.ce qui est extraordinaire c'est que ce rachat de créance annulé par les jugesi n'a pas empêche notre directeur de domaine de donner son accord (acquiescement), acquiescement qui lui aussi devait être validé par un juge avant paiement, ce qui ne fut pas le cas.question pour quelle raison notre cher directeur de domaine a doublement contrevenu à la loi, pour ne serait ce que valider le paiement de 94 milliards à une personne qui de par la loi n'en avait pas droit ?''
Dia - 15/10/2019 - 06h 45  
Magnifique. Digne fils du pays
Pape - 15/10/2019 - 09h 02  
merci serigne saliou. ton article est impressionnant. le sénégal est un triste pays bilahi
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Affaire des 94 milliards : Vers un classement sans suite ?
Alerte : Le Sénégal sous la menace d'une "insécurité alimentaire accrue"
Chantiers de l'Etat: Macky en retard permanent..
Forum : Le Sénégal a les pires qualités de route au monde
" Macky a un agenda électoral caché"
Le professeur Mary Teuw NIANE alerte:"Je suis inquiet .. (...) La dignité del’esprit humain est bafouée"
CHEIKH DIALLO SUR 2024 : «Dionne me rappelle Medvedev qui avait chauffé le banc pour Poutine»
Lamine Bâ du Pds : "Macky Sall doit réhabiliter Karim Wade dans ses droits"
Succession à la présidence: Comment Macky brise les ambitions dans son propre camp...
Respect des droits humains : Le Sénégal , un Etat voyou...
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Le Sénégal est un Etat délinquant sous le magistère de Macky SALL
Khalifa SALL est éligible en 2024 : L’article L.31 du code électoral est inconstitutionnel
Pauvre Aissata !
Sacré Macky !
Supercherie....
Dakar : nouveau paradis des blanchisseurs d’argent et des narcotrafiquants
Retrouvailles des Libéraux : les protagonistes peuvent-ils échapper facilement à un certain passé ?
BRT : Quand la corruption au sein de l’administration tue les projets au Sénégal
Demande de publication des rapports 2016, 2017 et 2018 : L’IGE doit se conformer à la loi
La République vire au théâtre
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 132623 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 92177 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 67717 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 57863 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 57282 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 13 novembre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Intégralité : Face à Pape Alé Niang avec le président Ousmane Sonko Pa ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Bureau de mise à niveau :La bamboula inexpliquée de Ibrahima Diouf
05/11/2019 - 13:18
Exclusivité : Le consul du Sénégal à Milan contracte un prêt de 850 million ...
02/11/2019 - 18:38
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Le Sénégal est un Etat délinquant sous le magistère de Macky SALL
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 13 novembre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Le populisme expliqué aux cadres de l’APR
13/11/2019 - 16:01
Pourquoi une loi sur la laïcité ?
12/11/2019 - 15:08
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Intégralité : Face à Pape Alé Niang avec le président Ousmane Sonko Pastef
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017