Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Histoire générale du Sénégal: Les arguments de Iba Der face aux critiques
Publié le : Dimanche 15 Septembre 2019 - 21:39 - Source : seneweb - Commentaires : 5 - Consulté : 675 Imprimer

La polémique sur l'Histoire générale du Sénégal s'enfle. Les critiques continuent de plus belle sur le volume 1/A Tome III. Dans un communiqué rendu public, le professeur Iba Der Thiam a répliqué face à ces attaques qui fusent de partout.

Après avoir répondu sur la part réservée aux Ceddo dans ce projet littéraire, il a apporté des précisions suite à la sortie du porte-parole de la famille Nguédiène de Thiès. Mieux, l'historien et non moins coordonnateur général de l'Histoire générale du Sénégal a également fait savoir que le comité de pilotage n'a pas été créé par le président de la République Macky Sall. Donc, "il n’a aucune responsabilité dans les polémiques qui se sont fait jour.


(...)

A l’intention de tous ceux qui se soucient de la vérité, le Comité de Pilotage apporte les clarifications suivantes, fondées sur des faits palpables et des preuves concrètes.

I) Dans le Numéro 4786 du Quotidien L’Observateur, une personnalité, qui se présente sous l’étiquette d’historien traditionnaliste, se demande : « Pourquoi l’Histoire du Sénégal devrait se résumer aux marabouts ? »

Poser une telle question ne représente pas un grand intérêt, parce que l’Histoire du Sénégal a été, dès l’origine, déclinée comme « une histoire globale, qui ne laisse de côté aucune région, aucune langue, aucune culture, aucune ethnie.

Elle est ancrée dans une vision sénégambienne et panafricaine. 

Elle est une histoire, à la fois, économique, sociale, politique, diplomatique, culturelle, religieuse et scientifique, pour réconcilier toutes les écoles de pensée ».

Ceux qui ont lu les Tomes publiés savent qu’on y parle de société, de culture, d’art, de Ceddo, de religion, d’économie, de politique, de diplomatie, etc. Elle ne se résume, donc, pas à une catégorie sociale, fut-elle celle des marabouts. Cela dit, pourquoi, l’Islam et les Chefs religieux en seraient-ils exclus dans un pays à 95% musulman, un pays dont l’identité et la culture endogènes ont été sauvegardées grâce à leurs sacrifices ? A l’appui de sa thèse, l’historien traditionnaliste dit : « Nous attendions l’Histoire des Ceddo, qui ne figure pas dans ces tomes et que cela l’avait déçu ».

II) Dire que l’Histoire des Ceddo ne figure pas dans ces tomes est une autre contrevérité, qui prouve que celui qui parle n’a pas lu les livres qu’il conteste.

En voici la preuve :

A la page 92 du Tome III Volume 1/A, figure un chapitre intitulé :

b) L’influence des communautés Ceddo et des Lettrés musulmans dans la société sénégambienne de la première moitié du XIXe siècle

Voici ce que le livre écrit :

« L’alliance entre ces Ceddo et les familles régnantes constituait, le plus souvent, un facteur de stabilité, mais entretenait, en même temps, un processus de prédation au détriment des populations et, quelquefois, un facteur de rivalités dans la gestion du pouvoir et le contrôle des sources de revenus.

Ces Ceddo cohabitaient avec une masse de paysans et d’artisans vivant, le plus souvent, de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, là où existaient des cours d’eau et des lacs ou mares et pratiquaient, quelquefois, un artisanat local, de faible rentabilité économique, tout juste apte à satisfaire les besoins locaux.

A côté des chefs Ceddo, l’élite de cette société était composée de lettrés musulmans, formés dans les daaras. C’étaient, pour la plupart, des dirigeants d’écoles coraniques, des imams et des cadis, disposant d’un large prestige social, assumant même, quelquefois, des fonctions de régulation sociale et d’arbitre dans les conflits qui se manifestaient au sein des villages. Les rapports des Ceddo avec les dynasties régnantes, avec les Garmi, les Geer, variaient d’un royaume à un autre et pouvaient aller du partenariat fondé sur des intérêts convergents de partage du pouvoir avec la Cour, les Princes et les Rois, à des rivalités plus fortes, lorsque leur autorité entrait en conflit, ou que leurs intérêts s’opposaient.

Contrairement à ce qu’on a, jusque-là, écrit, il n’existe pas un seul modèle Ceddo, ni un seul modèle de lettré musulman, selon qu’il s’agisse de la société Wolof, Al Pular, Manding, Sarakholé ou Peul.

Par exemple, la catégorie des Ceddo qui se caractérisait par des spécifications, des valeurs et des modes de vie particuliers, tout en présentant certains traits communs, n’en contenait pas moins de grandes différences. Les sociétés Wolof, par exemple, étaient fondées sur l’éthique traditionnelle ceddo depuis des siècles. Elles s’étaient constituées sur la base d’un certain nombre de valeurs, qui n’étaient pas toutes négatives, mais qu’on a tendance, de nos jours, à rejeter en bloc, alors qu’elles représentaient le soubassement de la civilisation qui les avait structurées et leur avait permis de résister à tous les défis, d’impulser l’économie de subsistance et de promouvoir la vie politique et sociale dans une relative stabilité.

Bien qu’il ait existé en Afrique, comme partout ailleurs, des marginaux (voyous, brigands, dissidents politiques, dictateurs, etc.), on peut affirmer, sans courir le risque d’un désaveu, que le modèle humain que les Sénégalais avaient décidé de promouvoir, à travers aussi bien le Ceddo que le ndongol daara, était un prototype humain qui ne mentait presque jamais, qui avait le sens de l’honneur et de la dignité, un sujet respectueux de la parole donnée, fidèle dans l’amitié jusqu’au sacrifice, un homme de courage, un « gor », un patriote convivial, discipliné, armé de « jom », de « ngor », de« fit », refusant le déshonneur et la honte, pétri de générosité et de reconnaissance, protecteur de la femme, de l’enfant, du vieillard et du handicapé.

Il ne volait presque jamais le bien d’un étranger, était attaché au respect de sa famille, de son clan et de sa tribu, ainsi qu’à la solidarité avec son groupe ; il était animé du respect dû à l’autorité, était pénétré d’un esprit de discipline et d’abnégation, de privilège et d’exclusive et était attaché à la loyauté, à la vérité, au goût du Bien, du Beau, du Vrai, du Juste. C’était un véritable honnête homme, un « nawlé », un « Samba Linguère » , pour parler comme « Karim » dans tous les actes qu’il posait. Cela était valable, aussi bien pour les hommes, que pour les femmes ».

Qui peut soutenir sérieusement, après ce qui précède, que les Ceddo ne figurent pas dans les livres ?

III) Concernant la famille Ndieguene, le Comité de Pilotage tient, aussi, à préciser que celui qui avait parlé au nom de l’illustre famille Ndieguene, qui est une personnalité intègre et honnête, pleine d’expérience et de sagesse, dont certains avaient abusé de la bonne foi, après avoir pris connaissance des clarifications apportées par le Comité de Pilotage, a reconsidéré sa position. Dans une correspondance datée du 12 septembre 2019, « il félicite le Professeur Iba Der THIAM pour cette importante réussite et affirme ne douter, ni de sa bonne foi, ni de son honnêteté, encore moins de ses compétences », pour avoir travaillé avec lui dans le passé.

Le Comité de Pilotage le remercie très vivement, lui et toute sa famille.

IV) Une personnalisé qui n’a pas décliné son identité a évoqué la figure du grand-père de Blaise DIAGNE, Samba Youga DIAGNE sans fournir la moindre preuve. Nous répondons que ce n’est pas un membre du Comité de Pilotage qui l’a évoqué. C’est Feu le Dr Doudou GUEYE, Ancien Responsable du RDA, lors du Colloque tenu sur Blaise DIAGNE, à l’époque de SENGHOR. Feu le Dr Doudou GUEYE avait recueilli la tradition orale et rendu compte de ses travaux. Il n’a jamais été démenti par une autorité scientifique, ni de son vivant, ni après sa mort. Le livre qui en parle se contente de dire ce que Feu Doudou GUEYE a dit et écrit.

Nous confirmons, donc, ce que Feu le Dr Doudou GUEYE a écrit jusqu’à ce qu’on nous amène des preuves concrètes, qui infirment ses recherches.

V) Enfin, notre Comité n’a pas été créé par le Chef de l’Etat Macky SALL, mais par nous-mêmes. Il n’a aucune responsabilité dans les polémiques qui se sont fait jour. Le Comité n’a rien de commun, ni avec la CNRF, ni avec la CNRI, ni avec la CNDS.

C’est une initiative autonome des historiens uniquement. Le Président de la République nous a apporté son soutien, après notre Séminaire de planification et d’orientation de 2014, ainsi que le Ministère de l’Enseignement Supérieur, celui de la Culture, le Maire de la Ville de Dakar et 15 Sponsors, ont encouragé les initiateurs du Projet, en leur apportant leur appui ; un appui que tout le Comité a fortement apprécié et pour lequel, il ne cessera jamais de les remercier, au moment où certains, à l’intérieur du Sénégal, comme à l’extérieur, faisaient circuler le bruit que les Sénégalais ne s’entendraient jamais sur une version commune de leur Histoire, qu’ils ont toujours été divisés et le resteront toujours.

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (5)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Lockwitch - 16/09/2019 - 00h 15  
Il veut rabaisser les uns et élevé les autres et ça ne passera pas, les niassénes ont raison de se faire entendre. Elhadji Abdoulaye niasse et maodo etaient des amis et des ascetes de la tidianiya, donc dire que le premier nommé est sorti de l'école de l'incomparable soufi de gaya est pure mensonge.
Lockwitch - 16/09/2019 - 00h 15  
Il veut rabaisser les uns et élevé les autres et ça ne passera pas, les niassénes ont raison de se faire entendre. Elhadji Abdoulaye niasse et maodo etaient des amis et des ascetes de la tidianiya, donc dire que le premier nommé est sorti de l'école de l'incomparable soufi de gaya est pure mensonge.
Lockwitch - 16/09/2019 - 00h 15  
Il veut rabaisser les uns et élevé les autres et ça ne passera pas, les niassénes ont raison de se faire entendre. Elhadji Abdoulaye niasse et maodo etaient des amis et des ascetes de la tidianiya, donc dire que le premier nommé est sorti de l'école de l'incomparable soufi de gaya est pure mensonge.
Bring - 16/09/2019 - 00h 54  
Je ne sais pas pourquoi les historiens comme abdoulaye bathily KALIDOU diallo ancien ministre de l'éducation nationale et autres n'ont pas étés associés ? Au Sénégal tout est politique.
Gaston SANKHARE - 16/09/2019 - 12h 20  
Aucune oeuvre humaine n'est parfaite. Convenons que c'est une très bonne initiative que d'écrire l'histoire générale du Sénégal.Donc, il faut accepter au départ qu'il peut y avoir des omissions et/ou des formulations qui ne collent pas avec la réalité.Le cas échéant, si tant est qu'on adhère au projet d'écriture de notre "vraie" histoire, la bonne attitude consiste à en informer les rédacteurs en leur donnant la ou les bonnes informations pour correction. Et je refuse de croire, un instant, que Macky Sall a eu un quelconque rôle dans l'écriture des erreurs ou manquements relevés par ci et par là. Cessons de tout confondre à la politique. Tous ceux qui peuvent apporter quelque chose d'objectif à cette gigantesque oeuvre de portée nationale doivent le faire sans aucun calcul car il y va de la clarté de notre vraie identité historique. Je m'excuse d'avance si mes propos ont heurté certains.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Succession de Macky Sall: Amadou Ba tisse sa toile...
Fin Du Mandat Du Président Macky Sall Et Constitutionnalité De Ses Actes…Par Mouhamadou Ngouda MBOUP
Meïssa Babou:«Notre Rythme D’endettement ExponentielA Atteint 51,5%»
DOING BUSINESS 2020:Le Sénégal à la traine des meilleurs réformateurs
MAURITANIE : Les rêves de retour contrariés de Mohamed Ould Bouamatou
Guinée: Alpha Condé et les loges maçonniques
Limogeages / Droits humains : « Macky Sall montre son niveau de respect pour le droit et les magistrats »
Sory Kaba a orquestré son départ...
Logements-poulaillers de Notto Diobass: une histoire belge qui ne fait pas rire le ministre Abdou Karim Fofana
PASSATION DE SERVICE A LA SICAP :Ibrahima Sall et Mamadou Kassé 
se prévalent de réalisations imaginaires...
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Emoi à Sicap-Mbao après le meurtre d'une jeune dame
Des éboueurs De l’ucg sans salaire Dakar pue!
Une hyène sème la panique à Keur Layine Guèye
Gamou de Tivaouane
Moustapha Ka et Samba Ndiaye Seck: l'Ums déplore la "brutalité et la médiatisation" de leur limogeage
Escroquerie de haut vol : La Section de Recherches arrête un "frère" du président béninois
La levée du corps d’Abdoulaye Cissé, fils d’ABC aura lieu le jeudi 24
Eaux usées à l’unité 15 des Parcelles Assainies : les habitants interpellent l’Etat
Thierno Alassane Sall rappelle à Macky Sall ses propos tenus sur un éventuel 3e mandat
Les syndicats d'enseignants sur le pied de guerre...
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 130866 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 91240 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 66910 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 57075 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 56494 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 23 octobre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Marche de l'opposition guinéenne violemment réprimée : Cellou Dalein D ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Logements-poulaillers de Notto Diobass: une histoire belge qui ne fait pas rire ...
23/10/2019 - 13:54
Scandale Petrotim : Les têtes continuent de tomber..
22/10/2019 - 12:55
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky grisé par le pouvoir....
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 23 octobre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Fin Du Mandat Du Président Macky Sall Et Constitutionnalité De Ses Actes…Par ...
23/10/2019 - 22:29
L’Afrique et ses balafres
23/10/2019 - 06:26
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Marche de l'opposition guinéenne violemment réprimée : Cellou Dalein Diallo P ...
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017