Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Quand Wade manoeuvrait , à visage découvert
Publié le : Mercredi 21 Août 2019 - 11:48 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 0 - Consulté : 852 Imprimer

De la nomination de son fils comme «ministre du Ciel et de la Terre» en 2009, à la réorganisation récente opérée dans le parti, en passant par le fameux poste de Vice-président élu sur la base d’un ticket, sans oublier la candidature forcée à la présidentielle dernière de Karim Wade, les manœuvres de «Wade père» pour hisser son fils (Karim) étaient flagrantes.

Qui, parmi les observateurs avertis ou même les ténors du Parti démocratique sénégalais (Pds), peut dire qu’il n’a pas senti venir le coup, relativement à ce qui se passe présentement au Pds, à savoir la «dévolution monarchique» du parti ? Ce ne seront certainement pas les «Frondeurs» au sein du Pds, à savoir Babacar Gaye, Me El Hadj Amadou Sall et/ou autres Oumar Sarr qui prépareraient une rébellion interne, suite au remaniement opéré par le «Pape du Sopi» sur le Secrétariat national du parti.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien président Me Abdoulaye Wade, Secrétaire général national du Pds ne s’est jamais caché dans ses manœuvres pour hisser son fils Karim au plus haut sommet de l’Etat, mais aussi au fauteuil qu’il a occupé depuis la création du Pds, en 1974. Son refus catégorique de participer à la présidentielle de 2019, parce que la candidature de son fils avait été rejetée par le Conseil constitutionnel en est l’une des preuves palpables.

Que dire de son «obstination» à maintenir la candidature de celui-ci, non inscrit sur les listes électorales, ou encore de la liquidation politique de tous ceux qui ont «osé» réclamer une candidature alternative à celle de son fils  ? Me Madické Niang n’oubliera pas de sitôt la déception connue lors de la présidentielle dernière, lui qui comptait sur le soutien de ses camarades du Pds. Il faudrait, par ailleurs, rappeler que les agissements pour positionner son fils ne datent pas d’aujourd’hui. Déjà, en 2009, il a réussi à placer «Wade fils» aux plus hautes fonctions de l’Etat, avec la nomination de ce dernier à un poste de superministre coiffant les secteurs économiques-clés du pays.

Pour sa première entrée dans le gouvernement, Karim Wade s’est vu élever au rang de ministre d’Etat en charge de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures, jusqu’en 2012. Il sera ainsi surnommé le «ministre du Ciel et de la Terre», pour son omnipotence, et «Monsieur 15%» pour les commissions dont il était soupçonné de percevoir sur des contrats publics. Mais, il manquait la recette institutionnelle de cette succession… quasi monarchique.

La trouvaille de «Wade père» fût alors de faire voter par l’Assemblée nationale, un projet de réforme constitutionnelle pour faire d’une pierre deux coups: à savoir se faire réélire avec «le quart bloquant» notamment les 25% des suffrages valablement exprimés, suffisant pour passer dès le premier tour, mais aussi instaurer le poste de Vice-président, susceptible de faciliter le passage du relais à «Wade fils», selon des analystes et autres politiques. Ce sera sans compter avec le peuple qui s’est opposé à ce projet «hautement controversé».

A noter que, des années plus tôt, de 2000 à 2004, Karim Wade était juste Conseiller de son père de président et se chargeait des dossiers plutôt techniques. Ce n’est qu’en juin 2004, qu’il franchit les étapes pour se voir confier la présidence de l’Agence nationale de l’Organisation de la conférence islamique (Anoci), avec pour mission de préparer et d’organiser le onzième sommet de l’Oci devant réunir, en 2008 à Dakar, les responsables de 57 pays musulmans.

Dans sa volonté de prendre ses distances à l’égard de la France et des États-Unis, le président Wade chargera son fils d’attirer les investisseurs arabes. Autant d’actes posés par Wade, parmi tant d’autres, au vu et au su de tout le monde, pour mieux positionner son fils. Ce qui fait que les actes posés récemment ne semblent surprendre personne, ou du moins les observateurs avertis.

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (0)
Ajouter un commentaire
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Direct-Marche Noo Lànk... Foire... Pentola... Rond-point... avec un énorme dispositif sécuritaire... au niveau du camp pénal...
‘’Acquisition des véhicules variant entre 6 et 20 millions Fcfa’’ : le CESE s’explique
Présidentielle 2024 : Me El Hadji Diouf veut succéder à Macky Sall
Me Elhadji Diouf : « Guy Marius Sagna est dangereux pour la société »
Libérez Guy Marius Sagna
Dieu, le président Sall et ses faux amis
L’APR réveille le traumatisme des mandats
Vidéo-Conférence de presse de Me El Hadji Diouf sur le 3e mandat...
Latif Coulibaly : « Moi attaquer Macky Sall, jamais… »
«Nous ne méritons pas Macky Sall, qui ne mérite pas toute cette pagaille»
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 146633 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 95557 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 71022 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 60743 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60288 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017