Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SCANDALES D'ETAT
 
 
Comment l’Etat a perdu 1234 milliards de recettes fiscales en 2017
Publié le : Mercredi 22 Mai 2019 - 21:34 - Source : le témoin - Commentaires : 2 - Consulté : 1344 Imprimer

Le potentiel fiscal de notre pays était estimé à 3079 milliards pour l’année 2017 soit 25,3 % du PIB. Or, cette année-là, le recouvrement effectif de recettes fiscales s’est élevé à 1845 milliards seulement soit une pression fiscale de 15,2 % du PIB. En d’autres termes, l’Etat aurait pu collecter 1234 milliards de taxes supplémentaires, soit une marge de progression de 66,9 % qui représente l’effort fiscal, n’eut été l’inefficience technique dont il a fait preuve. C’est à cette conclusion qu’a abouti une étude sur l’Evaluation du potentiel fiscal du Sénégal publiée récemment par la Direction de la Prévision et des Etudes économiques du ministère de l’Economie et du Plan.

Malgré des efforts énormes consentis dans le domaine de la fiscalité, l’Etat perd encore énormément d’argent. A preuve, sur un potentiel de 3079 milliards de francs, le recouvrement ne s’effectue qu’à hauteur de 1845 milliards de frs. Soit environ 1234 milliards de francs potentiellement recouvrables qui sont perdus par l’Etat. Dans l’étude intitulée « Evaluation du potentiel fiscal du Sénégal », les deux auteurs Arona BA et Youssoupha Sakrya Diagne indexent des inefficiences techniques pour expliquer cette contre-performance en matière de collecte d’impôts. Des inefficiences qui concernent notamment le secteur informel mais aussi les exonérations et réductions d’impôts. « D’après les derniers chiffres disponibles auprès de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, ce secteur (de l’informel, Ndlr) emploie plus de 2 millions de personnes soit 48,8 % de la population active occupée et sa valeur ajoutée est estimée à 41,6 % du PIB. Le manque à gagner en matière de fiscalité imputable au secteur informel est ainsi considérable. L’Etat accorde également d’importantes facilités au secteur privé (exonérations fiscales, réduction d’impôts) pour stimuler l’investissement. A ce titre, le rapport d’évaluation des dépenses fiscales estime ces faveurs à 588 milliards de FCFA en 2014, soit 39,7 % des recettes fiscales et 6,0 % du PIB » expliquent Arona Ba et Youssoupha Sakrya Diagne. Les auteurs du rapport ajoutent que « les facteurs à l’origine de la contreperformance du recouvrement de l’IR pourrait être notamment la main d’œuvre du secteur in- formel, la fraude et l’évasion fiscale ainsi que les facilités accordées par l’Etat sous forme d’exonérations au titre de l’IR ».

Sensibilisation aux obligations fiscales et simplification du système fiscal


Ces inefficiences présumées appellent des recommandations allant dans le sens d’une meilleure prise en compte du secteur informel, d’un renforcement du contrôle fiscal et d’une rationalisation des dépenses fiscales qui représentent 39,6 % des recettes fiscales et 6,02 % du PIB soulignent les auteurs du rapport. A les en croire, « une meilleure allocation des dépenses fiscales pourrait consister notamment à réaliser des économies sur les exonérations accordées au titre de l’IR. En effet, celles-ci sont coûteuses (elles représentent 1,5 % du PIB) alors que les performances au recouvrement de l’IR sont les plus éloignées du potentiel. En outre, pour une meilleure prise en compte du secteur informel, l’administration fiscale gagnerait à poursuivre les efforts allant dans le sens d’une sensibilisation aux obligations fiscales ainsi que de la simplification du système fiscal. Les efforts allant dans le sens du renforcement de la collaboration entre la douane, le Trésor et les impôts doivent se poursuivre notamment le croisement de données entre les deux institutions à travers un identifiant unique. En effet, un tel dispositif constitue un outil efficace de lutte contre la fraude en permettant notamment de confronter les chiffres d’affaires déclarés aux importations et aux données de marché public par liaison informatique. Enfin, de manière générale, les mesures visant à moderniser l’administration fiscale sont à encourager. En effet, elles contribuent à la rendre plus efficace et plus attractive pour une meilleure mobilisation des recettes fisc ».

Le Sénégal, troisième meilleure performance en matière de pression fiscale

Les recettes fiscales présentent une configuration dominée par les impôts indirects prélevés sur le commerce extérieur, notent Arona Ba et Youssoupha Sakrya Diagne. Toutefois, ils estiment que le poids de ces taxes tend à baisser dans le temps notamment sous l’effet des mesures de libéralisation des échanges commerciaux. « Au Sénégal, les revenus fiscaux représentent environ 60 % du total des recettes budgétaires. La structure de ces ressources est dominée par les impôts indirects qui comptent pour près de 70 % des recettes contre environ 30 % pour les impôts directs. En outre, cette répartition montre une certaine dépendance par rapport à la fiscalité intérieure sur biens et services qui représente plus de 50 % alors que la part des prélèvements sur les revenus, bénéfices et salaires reste relativement modeste (environs 27%). Le pays enregistre toutefois la troisième meilleure performance en matière de pression fiscale de la zone UEMOA en 2016 derrière le Niger et le Togo. Il réalise ainsi un taux situé aux alentours de 17 % en 2016 qui reste inférieur au critère de 20 % retenu dans le cadre de la surveillance multilatérale au sein des Etats membres de l’UEMOA » concluent Arona Ba et Youssoupha Sakrya Diagne.

Abdou Karim DIARRA 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (2)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
GAYE - 23/05/2019 - 20h 38  
Le concept d'activités informelles devrait être mieux défini , pour mieux identifier par exemple qui est commerçant ou vendeur ;et qui est acheteur : c'est l'acheteur qui réellement paie la TVA , sans le savoir ; QUE GAGNE - t - il ?
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Une fuite de gaz s'est produite aux Ics
Affaire de la caisse d’avance: une demande de libération conditionnelle pour Mbaye Touré et Yaya Bodian déposée ce vendredi
Le gouvernement au bord de l'impasse
Affaire des 94 milliards: Birahime Seck " Le procureur doit s'autosaisir "
ThIès : sept mois après la débâcle de février dernier le camp présidentiel n’est toujours pas sorti de sa léthargie
Des nuages planent toujours sur l’année scolaire 2019/2020 !
Macky Sall, en mode urgence !
Adama Gaye bientôt libre ?
Que Cherche Aliou Sall en Mauritanie ?
Sénégal, ce pays aux bonimenteurs...
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Marchés au Sénégal :Le CITP de Seydou Kane, proche de Macky Sall, veut sa part du gateau
De nouvelles révélation sur l'affaire Pétro-Tim
Fer de Falémé : les membres du ministère des mines ont déguisé la vérité
Scandale foncier à Mbane : Tahirou Sarr encore à la manoeuvre
SENELEC : Surfacturer pour combler le déficit ?
Rebeuss : L'enfer si prés du palais...
Les preuves de la bamboula à l'Assemblée et au Hcct
Affaire scandale surfacturation au palais le texte qui mouille Seydou Gueye et Cie
Rachat de Toro Gold par Resolute Mining : un autre scandale financier ?
Prix attribué à Macky Sall : Voici le sulfureux Njock Ajuk accusé de blanchiment d’argent,usurpation de d’identité qui est à la manœuvre
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 127415 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 89820 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 65664 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 55952 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 55360 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 18 septembre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
 
SCANDALES D'ETAT
   
Marchés au Sénégal :Le CITP de Seydou Kane, proche de Macky Sall, veut sa par ...
13/09/2019 - 12:32
De nouvelles révélation sur l'affaire Pétro-Tim
02/09/2019 - 11:00
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Sénégal, ce pays aux bonimenteurs...
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 18 septembre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
« Une histoire générale du Sénégal », déjà des contestations !
19/09/2019 - 12:19
Compromis ou compromission?
19/09/2019 - 07:10
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017