Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Deuxième semaine de campagne : Les discours des candidats éclipsés par les morts de Tambacounda
Publié le : Mardi 19 Février 2019 - 11:02 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 2 - Consulté : 531 Imprimer

La campagne électorale bat son plein mais dans un climat extrêmement macabre. Elle a été entachée par 12 morts depuis le 11 février dernier. Neuf de ces décès sont causés par des accidents de voiture, un par un malaise cardiaque et deux résultent de violences physiques. Au finish, cette actualité macabre a fini de reléguer au second plan les discours programmatiques des candidats en lice.

Le pic de ces violences a été atteint à Tambacounda où deux morts ont été relevés. Le premier au cours d’une bagarre ayant opposé des militants de l’Apr et des membres du service de sécurité du Parti de l’Unité et du Rassemblement (Pur). Le second a été fauché mortellement par un chauffeur du convoi du candidat Issa Sall du Pur, à la suite de la chasse à l’homme organisée par les militants du parti présidentiel pour venger leur mort. Cela dit, ces violences se manifestent aussi à travers les réseaux sociaux où les partisans du pouvoir et ceux de l’opposition se livrent à une guerre sans pitié. Les commentaires sordides enflamment le net et les échanges contradictoires laissent souvent la place à des altercations scripturales, des insultes blessantes d’internautes voulant défendre leur candidat tout en dénigrant ses rivaux. Alors la tension monte, et tantôt, à court d’arguments, l’on profère un flot de grossièretés et d’insanités pour déstabiliser ses adversaires.

Mais si on en est arrivé à cette exacerbation de la violence, c’est parce que la coalition qui porte la candidature de Macky Sall a fait preuve de laxisme quand, au deuxième jour de campagne électorale, des militants de Pastef ont été attaqués à Saint-Louis sous l’œil complice des forces de l’ordre. D’autres militants de Sonko ont été attaqués à Mbour et Fatick par les militants de Bennoo. A chaque fois, des blessés ont été enregistrés. En route vers Bignona durant son séjour dans la région de Ziguinchor, le convoi de Sonko a été bloqué nuitamment par des éléments de la gendarmerie au niveau du pont Émile Badiane sous prétexte d’un arrêté interdisant la circulation routière à pareille heure. Hélas, après chaque attaque, les responsables politiques du camp présidentiel incriminés versent dans le ponce-pilatisme pour dégager leurs responsabilités dans ces exactions. Excédé par cette violence répétitive qui risque de déboucher sur un drame, le Patriote en chef, Ousmane Sonko, a lâché ces propos qui appellent à une posture vindicative : « Ceci n’est pas un appel à la violence mais prenez vos dispositions. N’attaquez personne et n’insultez personne mais si on vous attaque défendez-vous ».

Malgré cette alerte, le siège de Pastef dans la localité de Madina Wandifa a été attaqué par des nervis, lors du passage de Macky Sall. Le mercredi 6 février, lors d’un meeting de Madické Niang à Sédhiou, des nervis appartenant à la coalition Bennoo ont jeté des projectiles aux militants du candidat de Jam ak Khewal avant de prendre la poudre d’escampette devant la détermination de la foule en furie. Et aucune condamnation n’est venue du camp des auteurs de ces actes barbares et antithétiques aux principes républicains qui promeuvent l’expression démocratique des contraires. On a laissé faire, on a voulu systématiquement se dédouaner devant ces actes de violence qui entache la campagne électorale. Il a fallu qu’à Tambacounda il y ait mort d’hommes dans le camp du pouvoir pour que des condamnations fusent de partout.

En réalité, ce qui est arrivé à Tambacounda est de la responsabilité exclusive de la coalition au pouvoir et du ministre de l’Intérieur. Aucun acte au préalable n’avait été pris pour donner un coup d’arrêt à cette violence sauvage qui a fini par atteindre mortellement deux militants de Bennoo. Le procureur de Tamba, le ministre de l’Intérieur et le président sortant ont hâtivement accusé les Puristes d’être les meurtriers de des deux militants de Bennoo. Et ce au moment où aucune information judiciaire n’avait été alors ouverte. Cette orientation délibérée de la responsabilité de la mort de ces deux malheureux entache aujourd’hui la sincérité de l’enquête dont 24 militants du candidat Issa Sall font les frais depuis le lendemain du drame.

Et le bus des journalistes incendié...

 Aujourd’hui, les malfrats qui ont pourchassé comme des rats des 27 journalistes qui accompagnaient le candidat du Pur au point de vouloir attenter à leur vie plastronnent dans Tambacounda sans être inquiétés. Et pourtant le récit testimonial de Daouda Diouf, journaliste à la RFM par ailleurs chef de la délégation des journalistes qui accompagnaient Issa Sall, ne souffre d’aucune nébulosité. Il est établi que les nervis qui ont attaqué le convoi du Pur en dehors de la ville étaient déterminés à tuer les journalistes qu’ils prenaient certainement pour des anti-macky. Et en dépit de l’alerte donnée de Daouda Diouf par liaison téléphonique, le ministre de l’Intérieur, Ali Ngouille Ndiaye, n’a eu que cette réponse laconique : « la police fait son travail. » Or, si elle avait fait son travail comme le soutient le ministre, pourquoi aurait-on relevé immédiatement de ses fonctions le commissaire Yaya Tamba. Aly Ngouille Ndiaye lui-même a reconnu plus tard que le commissaire central de Tamba a été limogé pour ne pas avoir su gérer la situation malgré les forces mises à sa disposition.

Au finish, deux Sénégalais ont été tués dans ces événements de Tambacounda. Le candidat de Bennoo a, de façon timorée, dénoncé et non condamné cette attaque perpétrée contre des journalistes. Pourtant il incombe au procureur de la République de Tamba, sans aucune partialité, d’interpeller la mère de Ibou Diop, la victime par arme blanche. Une mère de qui cette altercation meurtrière est partie. Les autres nervis qui ont vidé les sacs des journalistes, volés leurs matériels et autres effets vestimentaires avant d’incinérer leur bus doivent passer dans le bureau du nouveau commissaire avant d’atterrir chez le procureur Demba Traoré. Mais au rythme où va l’enquête, on découvre que l’aiguille de la boussole accusatoire du Procureur n’indique que la direction du Pur.

Aujourd’hui, nous sommes habitués hélas à voir nos procureurs ou juges instructeurs, à part quelques rares exceptions, inculper des militants de l’opposition tout en exonérant ceux du pouvoir. On ne peut pas occulter cet appel insistant et persistant à la violence d’Abdoulaye Wade depuis son retour le 7 février dernier au Sénégal. Le même, devant ses partisans hystériques, leur a demandé de « brûler les cartes d’électeurs et les bulletins de vote » le jour du scrutin. D’ailleurs avant de quitter la France pour le Sénégal, il a fait cette évocation apocalyptique qui rappelle des périodes sombres dans certaines parties du continent : « Rappelez-vous ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, avec plus de 3 000 morts ; au Burundi, avec plus de 2000 morts ; en Guinée, avec 150 morts ; au Togo, avec entre 400 et 500 morts ; au Kenya, au Nigeria et en RDC… S’imaginer que ce qui est arrivé ailleurs ne peut pas arriver au Sénégal procède d’une touchante naïveté. »

Et le mercredi 13 février, à l’occasion de la réunion du Comité directeur de son parti tenu à l’hôtel Terrou-bi, l’ancien président de la République a invité ses partisans à mettre en marche son plan pour que les élections n’aient pas lieu. « Nous avons décidé de nous attaquer aux bureaux de vote pour qu’il n’y ait pas d’élection. Prenez les procès-verbaux, mettez de l’essence et brûlez-les », a-t-il martelé. La réitération de la violence de Wade comme seul expédient pour empêcher la tenue des opérations électorales est prise au sérieux par les autorités qui promettent de faire respecter l’Etat de droit. Pourtant, beaucoup soutiennent que Gorgui se trouve juste dans une stratégie communicationnelle, son véritable objectif étant d’installer la peur chez Macky Sall avant de l’achever par une consigne de vote en faveur de Idy ou de Sonko après le verdict de la Cour de Justice de la Cedeao qui doit délibérer sur la requête de son fils Karim relative à son droit d’inscription sur les listes électorales. Ce verdict est attendu demain mercredi. Toujours est-il que Wade a réussi aujourd’hui à se faire l’épicentre de cette campagne électorale sans pourtant avoir de candidat.

Plusieurs hommes et femmes épris de paix l’appellent à la sérénité et l’invitent à se départir de cette rhétorique guerrière qui peut plonger le pays dans un cycle de violence abyssale. Ici l’on rend compte encore d’une condamnation à géométrie variable parce que tous les pontifes qui dénoncent voire condamnent les propos de Wade ont manqué de courage pour accuser le camp du pouvoir d’être à l’origine des violences sur Sonko et celles survenues à Tamba qui ont été fatales à deux jeunes habitants de cette ville. Si pendant la deuxième semaine de la campagne, l’actualité électorale a été oblitérée par la mort accidentelle de quatre gendarmes et d’un militant de Pastef, la violence meurtrière de Tambacounda et les propos incendiaires de Wade, on espère que les propositions des candidats reprendront le dessus sur ces événements macabres qui ont fini de reléguer au second plan la quintessence de leurs discours programmatiques.

 Serigne Saliou Guèye

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (2)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Great - 19/02/2019 - 14h 16  
Avis de recrutement 2019-2020La société Great Wall Motors lance au titre de l’académie 2019-2020 un recrutement en recherchant des gents qui ont au moins un diplôme scolaire et autre diplôme pour travailler dans cette société. Apres vos inscription Certain papiers sont à fournir gratuitement au postulant de cette année comme : le billet d'avion aller-retour, carte de séjour,hébergement et l'aide pour sont visa (Pays de provenance-ANGLETTERRE LISBURN).Contacter le chef représentant pour votre inscription : E-mail: africagreatwallmotors@yandex.com
AntiBullShit - 19/02/2019 - 14h 25  
J'aimerai juste attirer l'attention des lecteurs sur ce soit disant avis de recrutement qui ne serait ni plus, ni moins qu'une forme d'arnaque bien connue.Quelques exemples:- Partout dans le monde, l'adresse de contact (mail) d'une société doit contenir le nom de la société en question (aprés le "@") et ici le mail de contact est "africagreatwallmotors@yandex.com" alors que c'est la société la société "Great Wall Motors" qui est censée recruter- On ne précise pas pas le type d'agent que l'ont souhaite recruter - "Apres vos inscription Certain papiers sont à fournir" => il faudrait s'attendre à ce que l'on vous demande l'argent et des données personnelles pour d'eventuels chantages (genre, si vous faites pas ceci, on va envoyer cela à tout vos contacts, ...).- Beaucoup de fautes d'orthographe NB: NE JAMAIS ENVOYER VOS DONNEES PERSONNELLES A CES ESCROTSSinon autre reflex: Tapper le nom de cette soit disant société sur le moteur de recherche (e.g google, yahoo, bing, ...) de votre choix, et vous serez vite édifié.==> Prevenir vaut mieux que guérir
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Rénovation du stade Lat Dior facturée à 1. 638. 130. 000 f cfa- De qui se moque l'entrepreneur Mbaye Faye?
Gilets jaunes : Une nouvelle forme de contestation
Forcer la main de Dieu
Dérives audiovisuelles halte à l’apologie de la perversité !
Quelle réflexion face à la folie meurtrière ?
Les crimes de Karim
Dakar, ‘’capitale de l’émergence’’, ville salle et polluée. (Par Mody Niang)
Respectez ceux qui ont perdu ! Le déshonneur n'est pas leur
Macky ou le péril du 3e mandat.
La gangrène est générale
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 98908 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 83512 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 59824 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 50884 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 50217 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 06 mars 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Oumar Guèye cité dans une affaire de corruption
26/03/2019 - 11:12
La Douane épinglée pour un marché d’un demi-milliard
11/03/2019 - 09:49
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
Quand Aïssata Tall Sall dénonçait la transhumance
29/01/2019 - 09:49
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky 2 face à lui-même:L’Histoire, des histoires
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 06 mars 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Rénovation du stade Lat Dior facturée à 1. 638. 130. 000 f cfa- De qui se moq ...
26/03/2019 - 08:35
Gilets jaunes : Une nouvelle forme de contestation
24/03/2019 - 21:29
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017