Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Le dialogue des biceps se fait une place dans la campagne
Publié le : Mardi 12 Février 2019 - 07:47 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 8 - Consulté : 1038 Imprimer

Et ce que l’on craignait arriva. Un jeune d’une trentaine d’années, Ibou Diop, vient de perdre la vie suite à des affrontements entre les jeunes de Benno Bokk Yakaar, au pouvoir, et ceux du parti Pur.

En regardant les images, on se rend compte qu’il s’agissait d’intifada et d’affrontements directs entre des camps adverses. Et cela a duré un bon moment. Avec malheureusement, des guets-apens et tout ce qui rappelle la grande délinquance.

Des journalistes ont été pris à partie, agressés physiquement.

Et nous n’avons vu ni intervention des forces de défense et de sécurité ni arrestation dans l’immédiat de fauteurs de trouble. Et même si ces forces de l’ordre sont arrivées après sur les lieux, il est important d’en tirer toutes les leçons nécessaires pour éviter que pareils évènements ne se reproduisent.

Du côté de la majorité, le Président Sall a notamment fustigé cette violence et a mis tout cela sur le dos de l’opposition qui avait appelé à la violence.

Tout le monde sait en tout cas que les militants de Pur n’avaient jamais appelé à la violence, mais que leur leader Issa Sall avait expliqué que des mesures idoines avaient été prises en matière de sécurité.

Nous estimons en effet que des solutions ne seront jamais trouvées si les différents états-majors politiques ne reconnaissent pas leur part de responsabilité sur ce qui se passe.

Quand le siège de Pastef avait été saccagé à Dakar, le Président Sall avait clairement mis en garde ses partisans qui seraient tentés de verser dans la violence en porte à faux avec ses orientations. C’était déjà bien.

Mais, entre-temps, il a eu les violences constatées à Saint-Louis sans que cela ne fasse réagir le camp du pouvoir.

Il est important cependant de noter que les milices privées de sécurité sont visibles dans la plupart des convois des candidats. Et leur objectif est clairement d’assurer la      sécurité du leader et de ceux qui l’accompagnent, mais aussi d’apporter la riposte nécessaire en cas d’attaque.

Cela veut dire qu’on est en train de laisser la sécurité des candidats à des privés qui ne sont pas forcément des professionnels. Et on est en train de laisser la violence s’installer dans la campagne.

C’est ce que semble déplorer le Directoire de campagne du parti Pur qui, dans un communiqué rendu public hier, dit ‘’prendre comme témoin l’opinion nationale et internationale que le Ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, sabote le processus électoral en minimisant la sécurité des candidats de l’opposition’’.

Dans ce document, le Pur dit avoir été attaqué à Tambacounda par des membres de BBY et déplore le fait que ‘’leur candidat subit des sabotages qui entravent gravement le déroulement normal de (leurs) activités’’.

Il nous semble important, dès lors, de faire entourer les candidats de la sécurité nécessaire à une bonne campagne. Ils sont tous au même pied d’égalité parce que présidentiables et susceptibles d’être élus.

Partant, ils doivent bénéficier d’une protection rapprochée et leurs activités suffisamment sécurisées pour éviter les dérapages constatés.

Le déploiement d’éléments de sécurité pour encadrer les activités des candidats est une exigence républicaine, démocratique et s’impose aux autorités.

On ne peut pas laisser la sécurité se privatiser. C’est un blanc-seing pour ceux qui veulent semer le trouble.

Dans cet ordre d’idées, l’administration territoriale, notamment les Préfets, sont à même d’éviter que des candidats organisent, d’une manière simultanée, des activités politiques dans la même localité.

Si des itinéraires et des meetings et autres caravanes sont organisés à des lieux et des moments différents, cela peut atténuer les chances de la survenue d’actes de violence.

Enfin, la violence doit disparaitre du discours des hommes politiques. Il n’est pas admissible de faire l’apologie de la violence en insultant ses adversaires et en les menaçant.

Et tant que la violence verbale n’aura pas disparu de la compétition politique, il faudra s’attendre à d’autres dérapages de ce genre avec, malheureusement, des pertes en vie humaine.

Assane Samb

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Fallou - 12/02/2019 - 07h 57  
C'etait prévisible !Avec les "marrons du feu",encouragés implicitement,il fallait s'attendre à ce que les opposants prennent leurs disposition....
Toutou - 12/02/2019 - 08h 19  
En tout cas l'hypocrisie de ce pouvoir et sa lacheté s'affirme chaque fois plus. Que le non dieu nous débarrasse définitivement de macky sall le 24 fevrier 2019. Ça fait vraiment mal de voir comment ce pays recule dans tout les domaines.
Maquis - 12/02/2019 - 08h 40  
Maky, apôtre de la violenceMaky violente le bureau de vote de Fatick pour voter sans carte d’identité.Maky crée le groupe le presse « il est midi » pour que ndiogou wack seck insulte pour luiMaky violente abdoulaye wade en lui arrachant sa maison du point E acquise avant les indépendances.Maky téléguide Moustafa cissé Lo qui insulte pour luiRTS, madiambal, le groupe de presse de youssou ndour violentent et violent la conscience des sénégalais Maky violente la justice en éliminant des adversaires comme karim et khalifa sans se battre à la loyale Maky violente le peuple en lui refusant la libertéMaky torture le peuple en abusant des forces de l’ordreMaky violente le peuple par une assemblée qui vote des lois scélératesMaky violente le peuple par abus tous azimuts de tous les pouvoirsMaky violente le peuple avec la violence symbolique exercée par l’étalage de richesses volées au contribuableMaky violente le peuple en rejetant les candidats qu’il s’est choisisMaky violente le peuple en choisissant les adversaires qu’il ose affronter.Maky violente le peuple en organisant le sabotage des électionsMaky violente le peuple en lui refusant le droit de voteMaky violente le peuple en arrachant le consensus électoralMaky violente la démocratie en envoyant ses marrons du feu provoquer les partisans de wade
Yakar Bou tass - 12/02/2019 - 09h 01  
Programmer juste 4 adversaires pour mieux les violenter. Payer des betes pour les agresser et utiliser la Police et la Gendarmerie pour bloquer des potentiels Presidents.Malheurs Sénégalais (MS) même si tu vole les élections tu les perdra.Dawal si bagay amm tankk
Falilou - 12/02/2019 - 10h 19  
Paix a leur âmes
Passant - 12/02/2019 - 10h 33  
Mr le président, en imposant votre réélection dès le premier tour et en y mettant tous les moyens de l’État domestiqués et politisés, c'est vous la source de toute violence présente et future.Vous avez politisé la justice, l'administration et à outrance pour éliminer des candidats, vous avez donné des milliards pour forcer la décision au peuple, vous ne reculez devant rien, absolument rien pour votre victoire au premier tour, vous avez refusé d'appliquer le code consensuel que vous aviez exigé et obtenu du président wade, mr le président,, vous êtes le seul et unique comptable de ses élections que vous avez voulu brutales, immorales, antidémocratiques, antirépublicaines, non transparentes, non consensuelles, indignes de ce pays et des promesses que vous aviez faites au peuple pour être élu.MR LE PRÉSIDENT REVENEZ A LA RAISON, MONTREZ NOUS QUE VOUS AIMEZ CE PEUPLE, NE BRÛLER PAS CE PAYS QUI VOUS A TOUT, ABSOLUMENT TOUT DONNÉ.IL EST ENCORE TEMPS D'ORGANISER DES ELECTIONS TRANSPARENTES, LIBRES, DÉMOCRATIQUES, APAISÉES, SANS AUTRE MORT....Vous n'aviez pas été élu par ce pays pour vous réélire obligatoirement, mais pour le servir,...
Damrek.insalla. - 12/02/2019 - 12h 28  
1e.tour.85/pour100
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
PORTRAIT: Amath Dansokho, Che Guevara moins le béret !
Omar Sarr déballe sur la libération de Karim Wade
Crise au Pds: Le MEEL fait de graves révélations et accable les frondeurs...
Comment Oumar Sarr a planifié son coup de Jarnac
Omar Sarr et Cie fusillent Karim Wade : « , il a malheureusement choisi le confort de Doha au détriment des espérances d’un peuple… »
Entre infanticide et parricide
«Qui règne par l'épée périra par l'épée»
Le député Cheikh Bara Dolly annonce un mandat d'arrêt contre Aliou Sall aux Etats-Unis
Ousmane Sonko explique l'objet de ses deux plaintes devant le juge... en "giflant" le Procureur
Pds : La guerre se prépare
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 124363 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 88814 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 64842 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 55226 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 54571 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 21 aout 2019
AUTRES AUDIOS ...
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
 
SCANDALES D'ETAT
   
Scandale foncier à Mbane : Tahirou Sarr encore à la manoeuvre
22/08/2019 - 18:32
SENELEC : Surfacturer pour combler le déficit ?
20/08/2019 - 15:46
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Tout va bien, M. le Président !
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 21 aout 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Mody Niang - « le président-politicien n'aurait jamais dû penser à ce TER »
23/08/2019 - 19:09
Rebeuss hotel
23/08/2019 - 14:27
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017