Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Le Sénégal à l'écoute des 7 sages ce dimanche
Publié le : Samedi 12 Janvier 2019 - 20:21 - Source : seneweb - Commentaires : 8 - Consulté : 1891 Imprimer

C'est un jour de vérité pour les candidats déclarés à la prochaine élection présidentielle qui devront être édifiés, au plus tard ce dimanche, par le Conseil constitutionnel, sur la validité ou non de leur dossier de candidature. Sur les 27 dossiers, seuls 7 ont passé l'étape fatidique des parrainages.

Ce 13 janvier, jusqu'à minuit, soit 43 jours avant le scrutin, les juges du Conseil constitutionnel pourront rendre leur copie. En vertu de la loi électorale, les "7 Sages" devront dévoiler la liste provisoire des candidats retenus à l'élection présidentielle du 24 février 2019. Sur les 27 dossiers de parrainages présentés par les candidats, 20 ont finalement été rejetés. Ce qui ramène à sept (7) le nombre de probables prétendants au fauteuil présidentiel. Il s'agit de Me Madické Niang (coalition Madické 2019), Idrissa Seck (Rewmi), Macky Sall (Bby), Ousmane Sonko (Pastef), Issa Sall (PUR), Karim Wade (PDS) et Khalifa Sall (Taxawu Senegaal), dont les parrainages ont été validés après l'opération de vérification.

Ce mardi 8 janvier, les parrainages du candidat du Grand Parti Malick Gackou ont été invalidés par le Conseil constitutionnel, après une mise en sursis pour cause de doublons. Ceci, après 19 rejets, le 2 janvier, sur 27 dossiers de parrainages qui avaient été présentés au greffe de la haute juridiction.

Le parrainage avait d'ailleurs fait l'objet de moult contestations venant notamment du côté des candidats recalés de l'opposition qui, regroupés autour du collectif (C25), continuent de dénoncer la manière dont les vérifications se sont déroulées au niveau du Conseil constitutionnel. Celui-ci avait même tenu à préciser que le parrainage n'est qu'une étape du processus d'examen des conditions de recevabilité des candidatures qui sont cumulatives. A travers un communiqué de presse, le Conseil rappelait à cet égard -d'une part que l'obtention du minimum requis des électeurs inscrits au fichier et du minimum requis par région ne préjuge pas de la recevabilité des candidatures, d'autre part que la recevabilité s'apprécie au regard de l'ensemble des conditions exigées par les dispositions constitutionnelles, législatives et réglementaires et sera l'objet d'une décision du Conseil constitutionnel arrêtant la liste des candidats.

"Cinq candidats face à Macky"
Parmi les candidats recalés, beaucoup ont déposé recours sur la table du premier président du Conseil constitutionnel. C'est le cas de Thierno Alassane Sall de la République des Valeurs, de Bougane Gueye Dani (Geu Sa Bopp), de Pierre Goudiaby Atepa, ou encore de Malick Gackou. Obtiendraient-ils gain de cause ou seront-ils définitivement exclus de la course? Les prochaines heures nous édifieront. Mais il faut convient de souligner que le Conseil doit d'abord statuer sur ces recours avant de dévoiler sa liste.

Il faut aussi et surtout se rappeler que sur les sept (7) candidatures pour l'instant validées pour la présidentielle, d'autres pourraient toutefois être empêchées pour non-conformité avec les autres exigences du code électoral en matière de candidature à une élection. En tout cas, il faut le rappeler, le chef du gouvernement "avait souhaité" que le nombre de challengers du candidat sortant ne dépasserait pas cinq (5). "Il n'y aura pas cinq candidats face à Macky Sall", prophétisait en effet le Premier ministre à l'occasion du congrès d'investiture du président sortant devant les cadres de la coalition Benno Bokk Yakaar, fin novembre dernier. Avant d'ajouter : "Le 24 février, à 18 heures, tout sera déjà joué".

Il faut noter que dans les 48 heures qui suivent le jour de l'affichage de la liste des candidats, (soit au plus tard 35 jours avant le scrutin), les candidats recalés seront invités à introduire une réclamation.

Le 20 janvier, le Conseil constitutionnel va statuer sur les réclamations des candidats, s'il y a lieu, ensuite arrête et publie la liste définitive des candidats. La campagne électorale démarrera le 02 février prochain, soit à 22 jours du scrutin.

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Fall - 12/01/2019 - 23h 38  
Karim et KHALIFA seront éliminés par ces juges aux ordres. Vous verrez
Fouduroi - 13/01/2019 - 05h 02  
S'ils éliminent khaf et karim, le cochon sera éliminé par le peuple.
Maquis - 13/01/2019 - 06h 15  
7 obligés de maky, ils rappelllent yao ndré de la cote d ivoire
Degagez - 13/01/2019 - 06h 16  
ils sont en mission commandée pour éliminer karim et khalifa qui donnent la trouille à maky
Kjl - 13/01/2019 - 09h 46  
Le conseil constitutionnel confirmera qu il fait ce que veut le président
Ok - 13/01/2019 - 10h 16  
des yao ndré au service de maky pour éliminer karim et maky, Rv le 24 et on prendra la revanche
Passant - 13/01/2019 - 13h 42  
Pour la première fois dans notre pays, le conseil constitutionnel avance masqué et encagoulé pour donner la liste provisoire des candidats à une présidentielle. 1) Il choisit un dimanche, ce qui est extraordinaire et exceptionnel. C'est sans précédant dans notre pays.2) Il choisit de se concerter probablement avec la présidence et un promoteur de lutte hyper partisan pour faire coïncider la lutte et les résultats du conseil constitutionnel. 3) On savait que le calendrier juridique s’accélérait pour et avec le calendrier électoral, mais pour la première fois, la lutte est appelée au secours.Deux remarques s'imposent:_ Le journaliste chroniqueur pape alé niang nous avait dit de surveiller ce dimanche et la lutte pour les résultats: il a eu raison._ Le conseil constitutionnel qui a besoin d'avancer masqué risque très très fort de nous servir une grosse très grosse forfaiture.Dans la logique , dans la légalité, ni le candidat karim wade, désinscrit par le ministre de l’intérieur et non par une instance judiciaire, ni khalifa sall dont le jugement n'est pas définitif ne peuvent être éliminer. MAIS QUAND C'EST UN CANDIDAT AUX ELECTIONS QUI NOMME LUI MÊME TOUT SEUL LES 7 SAGES DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL EN UNE SEULE MANDATURE, CE QUI EST UNIQUE AU MONDE, ON VA SE FAIRE UNE IDÉE, CE JOUR DU CAHIER DES CHARGES QUI LEUR A ÉTÉ ASSIGNÉ. LE CC VA T IL DIRE LE DROIT OU RENDRE DES SERVICES ?
Broussard - 13/01/2019 - 16h 12  
Il n'y a pas à chercher de midi à 14h. TOUT le monde sait que ces soit disant 7 sages du conseils constitutionnel sont des juges ais ordre du maquisard. Personne, à part le maquis et son camp, ne croit en ces juges là
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Deuxième mandat : Les défis qui attendent Macky Sall
PDS,faut-il craindre le déluge ?
Qui a tué Fatou Makhtar Ndiaye et pourquoi protége-t-on les commanditaires ?
Dialogue national: Alioune Tine tire la sonnette d'alarme ...
Troisième mandat de Macky : «Moralement impossible»
Commandant Malick Tall : "Air Sénégal Sa va droit vers le mur "
Mounirou Sy : "Le Conseil constitutionnel ne peut pas émettre un avis favorable pour un 3e mandat de Macky Sall"
Mouhamadou Mactar Cissé veut la primature
À quoi joue Abdoulaye Wade ?
Une victoire au gout amer obtenue au forceps
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Rebeuss: Idrissa Seck a rendu visite à Khalifa Sall
Main tendue de Tanor aux exclus: Une autre manière de mettre la pression sur Macky
Abdou Ndéné Sall invite Macky Sall à rester jusqu’en 2035
Politique : Khalifa Sall ignore l’appel aux retrouvailles au sein du PS
26 responsables du PDS rejoignent Madické Niang
Main Tendu de Tanor : La cinglante réponse de Barthélémy Dias
Deuxième mandat : Les défis qui attendent Macky Sall
19 ans d'enlisement démocratique
PDS,faut-il craindre le déluge ?
Aminata Touré sur le 3e mandat : «L’opposition cherche désespérément matière à s’opposer »
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 98021 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 83348 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 59691 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 50750 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 50081 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 06 mars 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
La Douane épinglée pour un marché d’un demi-milliard
11/03/2019 - 09:49
Petrosen : la gestion toxique de Mamadou Faye
07/11/2018 - 15:06
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
Quand Aïssata Tall Sall dénonçait la transhumance
29/01/2019 - 09:49
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Le festin des charognards
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 06 mars 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Macky ou le péril du 3e mandat.
15/03/2019 - 06:12
La gangrène est générale
12/03/2019 - 08:52
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017