Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
CHEIKHE HADJIBOU SOUMARE "Des pages sombres de l'histoire de notre pays sont entrain d'être écrites"
Publié le : Lundi 7 Janvier 2019 - 12:01 - Source : dakarmatin - Commentaires : 13 - Consulté : 1251 Imprimer
Je me permets, en ce jour du 7 janvier 2019, à la veille des élections présidentielles, compte tenu de la gravité de la situation, de vous adresser cette lettre en guise de témoignage des moments sombres de l’histoire de Notre pays, que le président de la République, Macky Sall, par ses actes, va léguer aux générations futures. L’heure est si grave, que chaque Sénégalais, quelle que soit la position qu’il occupe dans l’appareil d’Etat, comme fonctionnaire judiciaire, administratif, militaire, para militaire ou comme simple citoyen doit être conscient, que par sa posture il est en train d’écrire les pages d’histoire d’un Sénégal de stabilité ou d’instabilité, dont les seuls responsables, seront ceux qui n’auront pas su prendre leur responsabilité. Le peuple ne s’est jamais autant enfoncé dans l’extrême pauvreté, dans un environnement de gabegie, de concussion et de corruption comme le pays n’en a jamais connu.
 
Le Président Mamadou Dia disait, «nous avons des droits et des devoirs, les droits on peut décider de ne pas les exercer, mais les devoirs nous ne pouvons pas nous en soustraire». C’est faisant miens ces propos, que j’ai décidé d’exercer non seulement mes droits, mais aussi mes devoirs de citoyen, aimant profondément son pays. Je m’étais abstenu, depuis ma sortie du 22 juillet 2018, au grand théâtre, de participer à la médiatisation des griefs à l’encontre du pouvoir, dont chacun a été bien documenté par d’autres et qui tenaient de l’évidence même. Je pensais, qu’en hommes responsables, ceux qui exercent le pouvoir auraient donné l’occasion à tous les Sénégalais qui le souhaitent, de parler de leur pays à travers des projets de société qui seraient arbitrés par le libre choix des citoyens. Mais par la ruse, la manigance, la tricherie éhontée le pouvoir est resté sourd à l’appel des citoyens, ainsi qu’au «silence» d’autres qui attendaient une réelle posture de démocrate à travers une gestion irréprochable du processus électoral. Nous sommes des citoyens du monde, le Sénégal fait partie du monde libre, nous voulons pour notre pays ce que chaque patriote veut pour le sien. Nous voulons pour nos enfants ce que les autres veulent pour les leurs et non ce spectacle insoutenable des traversées de la Méditerranée, qui nous met au banc des pestiférés, dans cette Europe de la déclaration universelle des droits de l’homme.
 
Malheureusement depuis un certain temps, par le tripatouillage de la Constitution et de la loi électorale, le pouvoir sans concertation sérieuse avec les acteurs  politiques, a fait un forcing pour imposer SON Parrainage  à des acteurs pourtant acquis au parrainage avec des règles qui seraient claires et impartiales pour tous. J’en veux pour preuve, le spectacle désolant à l’Assemblée nationale, lors de l’examen d’une loi aussi importante que celle sur le parrainage, votée sans débat par la seule majorité présidentielle. Cette forfaiture dans la préparation de ces élections, n’a été possible que grâce à des cabinets étrangers et sénégalais, avec la complicité de fonctionnaires zélés qui seraient seuls responsables d’un tel crime contre le peuple sénégalais. Aucun acteur politique, aucun arbitre des élections, aucun représentant de la société civile ne peut attester aujourd’hui sur l’honneur, de la fiabilité du fichier électoral.
 
Tout cela s’est fait avec le silence coupable de certains amis du Sénégal au détriment d’un peuple assoiffé d’une gestion vertueuse de ses biens, de l’égalité de chance entre ses enfants, de tracer sa propre voie dans le concert des nations en étant ancré dans ses valeurs ancestrales que sont l’honneur, la dignité, le respect de la parole donnée et la démocratie. C’est pourquoi, en ces moments difficiles de l’histoire du Sénégal, je me veux être dans le camp de ceux qui auront pris leur responsabilité face à la dérive d’un pouvoir devenue sans limite, pour défendre les intérêts d’une jeunesse en désarroi, de familles qui continuent de se paupériser, de fonctionnaires gagnés par la politisation extrême de notre administration dont les grades ne se gagnent plus au mérite, d’une justice piégée, d’une représentation du peuple chahutée, d’une société civile utilisée par certains comme tremplin d’accès au pouvoir, d’un monde rural à l’agonie laissé à lui-même.
 
En qualité d’ancien  Premier ministre, d’ancien Président de la Commission de l’Uemoa,  je sais ce que la mise en place de la pratique des coûts unitaires dans la commande publique, comme dans le cas de l’Ocde, aurait épargné à notre pays. La conséquence en est aujourd’hui la surfacturation maintes fois dénoncée et qui nous a amenés à cette nécessité de comblement de déficits importants de trésorerie.
 
Je sais également, que des pans entiers du secteur parapublic sont aujourd’hui mis à contribution pour entretenir un clientélisme politique érigé en règle, ce qui a fini d’en faire le réceptacle de tous les déficits. Le peuple sénégalais est en droit d’exiger la tenue des élections à bonne date conformément à la Constitution. Le peuple sénégalais est en droit d’exiger des élections libres et transparentes organisées par des personnes au dessus de tout soupçon de collusion. Le peuple sénégalais est également en droit d’exiger de la part du pouvoir, la non utilisation de la force contre lui, quand il sera amené à défendre fermement ses droits les plus élémentaires.
 
Le peuple sénégalais est en droit d’exiger de la communauté internationale non pas de la compassion ou de l’aide, mais d’être la sentinelle de l’Etat de droit à ses côtés, face à un pouvoir qui ne veut pas prendre en charge ses aspirations légitimes comme peuple libre, fière de ce qu’il est et maître de son destin. Le Sénégal a toujours été une nation debout, elle le restera par la mobilisation de tous ses enfants contre toutes les dérives autoritaires. J’en appelle encore à la responsabilité du pouvoir, en particulier à celle de celui qui l’incarne au plus haut niveau, le président de la République, pour se ressaisir pendant qu’il est encore temps. J’en appelle à la responsabilité des arbitres de cette élection, pour choisir la voie du peuple, celle de la vérité. J’en appelle à la responsabilité de la communauté internationale, à celle de tous les amis du Sénégal pour agir ici et maintenant, au lieu de se porter au chevet du Sénégal quand certains finiront d’écrire les pages sombres de notre histoire et que le peuple prendra la responsabilité de défendre ses biens les plus précieux, la Démocratie et la République. J’en appelle à la responsabilité de notre jeunesse, en lui disant, que les plus grandes batailles ont été gagnées par la non violence, et l’exemple le plus illustratif a été celui de Madiba, Nelson Mandela, un grand Africain, pétri de ses valeurs et qui demeure une référence et une fierté pour toute l’Afrique.
*CHEIKHE HADJIBOU SOUMARE*
Whatsapp Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (13)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Kebs - 07/01/2019 - 12h 24  
Émigrés sénégalais parlez avec vos parents et familles restés au pays de ne pas voter ce regime!!! Vous les aiderez aussi a ne pas vendre leur NGOR pour un sac de riz ou quelques billets!! Wa salaam
Kebs - 07/01/2019 - 12h 25  
Émigrés sénégalais parlez avec vos parents et familles restés au pays de ne pas voter ce regime!!! Vous les aiderez aussi a ne pas vendre leur NGOR pour un sac de riz ou quelques billets!! Wa salaam
ND - 07/01/2019 - 12h 26  
Bien dit. Bravo.Je salue votre politesse.
Bounkhatab - 07/01/2019 - 12h 28  
IL Y AURA ELECTION ET MACKY SALL NE POURRA FORCER AUCUN ELECTEUR, UNE FOIS DANS L ISOLOIR DE VOTER POUR LUI, AVANT L ELECTION , AUCUN SENEGALAIS N ACCEPTERA DE SE FAIRE MASSACRER POUR DEFENDRE UNE FACTION OU L AUTRE DE POLITICIENS,CE PARRAINAGE, AU LIEU D AIDER MACKY SALL,VA FACILITER LA CHOSE POUR LES QUATRE OU TROIS CANDIDATS QUI SERONT EN FACE DE LUI,CE SERA COMME UN DEUXIEME TOUR,ET FINALEMENT UN PETIT POUCET VA PRENDRE LE POUVOIR,
LOL - 07/01/2019 - 12h 30  
Bounkhatab, c'est toi le magistrat qui s'est fait taper sur les doigts par L'UMS?
Alice - 07/01/2019 - 12h 30  
Très belle analyse mais la chute du texte est comme un cheveu dans la soupe. L'ANC menait bel et bien une lutte violente pour briser les chaînes de l'Apartheid. Le mérite de Madiba c'est non seulement de ne pas avoir été un pouvoiriste, mais surtout d'avoir su pardonner.
PA - 07/01/2019 - 12h 32  
Article bien écrit. Merci beaucoup
Shekhou - 07/01/2019 - 12h 38  
"Cette forfaiture dans la préparation de ces élections, n’a été possible que grâce à des cabinets étrangers et sénégalais". C'est précisément cela qui fait HORRIBLEMENT et PROFONDÉMENT MAL !!! Que pour la préservation d'intérêts bassement matériels Maky Sall et acolytes croient devoir s'attacher des "cabinets étrangers" pour détruire une démocratie sénégalaise construite systématiquement et méthodiquement pendant de très longues années...
Malick - 07/01/2019 - 12h 59  
Les hommes politiques ne peuvent rien contre la volonté de Maky. La,seule chose qu'ils peuvent faire c'est d'alerter leurs concitoyens. Donc c'est aux citoyens sénégalais d'arrêter d'être de simples spectateurs et de se lever pour dire non. Comme le font la plupart des autres pays africains. Malheureusement les sénégalais sont de nature passifs. Par conséquent Maky sera réélu dès le premier tour même s'il n'a pas gagné. Et vous ne verrez aucune réaction de la population. En Afrique du Sud l'Anc avait dit non face au pouvoir puissant des blancs. Mais au Senegal seuls les casamancais sont capables de se battre pour défendre leur idées
Ama gnilane DIOUF - 07/01/2019 - 13h 57  
Le pouvoir à aveuglé MAKY Sall . IL à devant lui la couvée de l'oiseau calamiteux à deux oeufs:qsil prend un son père meurt ,s'il prend deux sa mère meurt ,sil laisse les sur il meurt . C'est dans ce dilemme que MACKY a prolongé le SÉNÉGAL.
Gorguidiop - 07/01/2019 - 14h 11  
@Alice, j'ai eu le même sentiment que toi. Hadjibou s'est trahit à la fin de sa belle contribution, en appelant tout une jeunesse et au delà, un peuple à ne pas prendre sa responsabilité, si jamais macky veut forcer. Madiba a écrit ses belles pages, ne les souiller pas à votre guise. Madiba a sillonné route l'Afrique, le Sénègal y compris, à la recherche d'aides financières pour le combat armé contre dans les rues, quartiers, villages et villes contre le système pourri, que fût l'apartheid. C'est d'ailleurs sous ces accusations qu'il fût enfermé.Vous avez une lourde responsabilité sur le désiquilibre actuel, car c'est sous le magistère de wade que le bordel a commencé.
Ameth - 07/01/2019 - 16h 07  
Monsieur Soumaré, Au vu de la tournure des événements en ce moment, le peuple sénégalais n'aura d'autre choix que de riposter, face à un homme entêté dont la dernière carte reste la répression, pour arriver à ses fins. On ne le souhaite pas mais on est prêt à faire face, si ce cas de figure venait à se réaliser.
Diagnus - 08/01/2019 - 08h 46  
Personne ne ripostera ce monsieur fait parti de ceux qui ont fait du système ce qu'il est aujourd'hui il a une part de responsabilité il ne peut pas se trouver une nouvelle virginité politique sur la base de dénonciations, de lamentations le Président Macky SALL a une feuille de route qu'il déroule suivant un timing bien déterminé monsieur Hadjibou SOUMARE ne descend jamais sur le terrain politique il ne mouille pas son maillot si vous pensez que les sénégalais vont le faire à votre place vous vous trompez
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Deuxième mandat : Les défis qui attendent Macky Sall
PDS,faut-il craindre le déluge ?
Qui a tué Fatou Makhtar Ndiaye et pourquoi protége-t-on les commanditaires ?
Dialogue national: Alioune Tine tire la sonnette d'alarme ...
Troisième mandat de Macky : «Moralement impossible»
Commandant Malick Tall : "Air Sénégal Sa va droit vers le mur "
Mounirou Sy : "Le Conseil constitutionnel ne peut pas émettre un avis favorable pour un 3e mandat de Macky Sall"
Mouhamadou Mactar Cissé veut la primature
À quoi joue Abdoulaye Wade ?
Une victoire au gout amer obtenue au forceps
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Rebeuss: Idrissa Seck a rendu visite à Khalifa Sall
Main tendue de Tanor aux exclus: Une autre manière de mettre la pression sur Macky
Abdou Ndéné Sall invite Macky Sall à rester jusqu’en 2035
Politique : Khalifa Sall ignore l’appel aux retrouvailles au sein du PS
26 responsables du PDS rejoignent Madické Niang
Main Tendu de Tanor : La cinglante réponse de Barthélémy Dias
Deuxième mandat : Les défis qui attendent Macky Sall
19 ans d'enlisement démocratique
PDS,faut-il craindre le déluge ?
Aminata Touré sur le 3e mandat : «L’opposition cherche désespérément matière à s’opposer »
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 98021 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 83349 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 59691 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 50750 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 50081 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 06 mars 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
La Douane épinglée pour un marché d’un demi-milliard
11/03/2019 - 09:49
Petrosen : la gestion toxique de Mamadou Faye
07/11/2018 - 15:06
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
Quand Aïssata Tall Sall dénonçait la transhumance
29/01/2019 - 09:49
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Le festin des charognards
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 06 mars 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Macky ou le péril du 3e mandat.
15/03/2019 - 06:12
La gangrène est générale
12/03/2019 - 08:52
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017