Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Ces grands travaux qui pourraient peser sur la présidentielle
Publié le : Samedi 1 Décembre 2018 - 15:38 - Source : dakarmatin - Commentaires : 8 - Consulté : 907 Imprimer

Critiqué sur le front social et démocratique, le gouvernement sénégalais met les bouchées doubles sur la réalisation de chantiers d'envergure lancés, pour la plupart, dans le cadre du plan Sénégal émergent (PSE). Ainsi de Diamniadio, future cité d'affaires en pôle ministériel en devenir au sud de Dakar qui continue à sortir de terre au milieu des vastes étendues de latérite. Dans le même temps, les wagons or et blanc flambant neufs du français Alstom sont déjà arrivés au port autonome de Dakar à bord de la Grande Angola. Il s'agit des premières voitures du Train express régional (TER) qui devra, à terme, relier la capitale sénégalaise au nouvel aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) sur 55 kilomètres.

Comme l'imposant pont de béton censé traverser la Gambie, long de 1,8 km, qui doit être inauguré en janvier prochain, il s'agit de l'un des projets phares du PSE. À l'approche du premier tour de l'élection présidentielle, fixé au 24 février 2019, les mastodontes infrastructurels s'inaugurent à tour de bras. Le 25 octobre dernier, l'asphalte de l'autoroute Ila Touba était foulé pour la première fois par les pèlerins en direction de Touba, pour le grand magal des Mourides. Plus tôt cet automne, la première pierre était posée pour l'érection du plus grand champ éolien d'Afrique de l'Ouest, dans la région de Thiès, au nord de Dakar. Une hâte qui sonne comme un piège électoraliste pour les opposants de Macky Sall et certains représentants sociaux.

L'émergence en leitmotiv

Les triptyques de flèches vert, jaune, rouge pointant vers le haut ont poussé comme des champignons dans les environs de Dakar. Devant le Dakar Arena, complexe sportif inauguré en août, à proximité de l'AIBD ou encore aux abords de Diamniadio. Ce logo, symbole du plan Sénégal émergent, illustre la volonté du gouvernement de laisser une marque visible. Celle de l'émergence. « L'aéroport, les routes, les ports, le transport de façon générale, la réouverture de la compagnie nationale Air Sénégal : ce sont des ouvrages structurants que tout pays émergent se doit d'achever », estime El Hadj Hamidou Kassé, ministre en charge de la Communication. « Le bilan est hautement visible, mais ce n'est pas un choix du gouvernement. L'inauguration de l'autoroute Ila Touba, par exemple, n'a pas vocation à aller chercher des votes mais à s'ouvrir sur l'intérieur du pays. Le rôle du pouvoir est de construire le pays, élection ou non », défend-il. « Évidemment, ce genre d'infrastructures est une bonne chose et tous les pays en ont besoin, admet Mamadou Diouf, coordinateur du Forum social sénégalais. Mais il y a une précipitation politico-politicienne selon laquelle il faut finir les travaux et inaugurer coûte que coûte pour intégrer ces infrastructures au bilan du septennat de Macky Sall. »

Masquer le vrai bilan ?

Pour Mamadou Diouf, ces réalisations sont un écran de fumée visant à dissimuler un bilan social et démocratique désastreux. Il déplore une ruée sur l'achèvement des infrastructures « pour donner l'illusion d'un bon bilan ». Et d'ajouter : « Le vrai bilan aurait dû se porter sur le renforcement des institutions républicaines, le changement de gouvernance, le passage du septennat au quinquennat. C'est pour ces promesses-là que 65 % des Sénégalais ont voté pour Macky Sall en 2012. Pour pouvoir manger ce que le Sénégal produit, être soigné et avoir accès à une école stable et de qualité. » D'autant que certains projets, comme l'aéroport international Blaise-Diagne ou le parc éolien de Thiès, furent initiés du temps de la présidence d'Abdoulaye Wade.

Des accusations que balaie le gouvernement : « Les infrastructures, c'est du matériel, c'est nettement visible. Le social revêt des figures qui ne sont pas immédiatement physiques, c'est du vécu. Mais nous avons fait plus sur le plan social que dans les infrastructures », avance El Hadj Hamidou Kassé. Accès à l'eau potable pour les populations rurales, couverture maladie universelle pour 47 % de la population, bourses familiales, valorisation des pensions de retraite, fin des délestages électriques…, le ministre de Macky Sall déroule un élogieux bilan social. S'il reconnaît que les ouvrages achevés pourront influer sur le vote des Sénégalais « parce qu'ils ont un impact concret sur la vie des gens », il se défend de toute accélération des chantiers. « On ne peut pas bâcler des réalisations aussi importantes sous prétexte qu'il y a des élections. Ça n'a pas de sens. »

« La précipitation nuit à la transparence »

Pourtant, du côté des populations impactées par les travaux du TER, on dénonce les manquements liés à l'achèvement accéléré du projet. Le premier tronçon, s'étirant de Dakar à Diamniadio et passant par 14 gares de banlieue de Dakar, devrait être inauguré le 14 janvier prochain. Selon le Collectif des impactés du TER, déjà 250 000 personnes auraient été déplacées, parmi lesquelles des familles ou des commerçants. C'est le cas de Jérôme Mendy, 35 ans, régulateur à la gare routière de Pikine. Avec sa femme, ses deux enfants et seize autres membres de sa famille, il habitait une grande maison de deux étages dans les quartiers de Pikine-Est, aux abords de Dakar. Depuis le 28 juillet, il n'en reste que des gravats et quelques carreaux rose et bleu qui constituaient la façade. Jérôme attend toujours les 50 millions de francs CFA de dédommagement promis et regrette la manière dont est mené le chantier. « Ces travaux ont interrompu le déroulement de notre vie. Je ne sais pas où je dois habiter, je ne peux pas inscrire mes enfants à l'école tant que je ne sais pas où je peux habiter. Et je ne peux pas racheter un logement ou en louer un sur le long terme tant que je n'ai pas été dédommagé », s'insurge-t-il.

Si le gouvernement estime que moins de 1 % des déplacés n'a pas encore été indemnisé, ils seraient plus nombreux selon le Collectif des impactés du TER. Il est difficile d'obtenir des chiffres précis, mais le mécontentement est réel. « Ce n'est pas un mécontentement politique, assure Macodou Fall. On comprend évidemment l'intérêt du chantier. Tout le monde n'est pas contre ce projet d'envergure qui vise à désengorger Dakar. Tout ce que demandent les populations, c'est d'être recasées comme on le leur a promis. » Et Mamadou Diouf d'ajouter : « La précipitation nuit à la transparence des projets, à leur durée de vie et donc à l'adhésion des populations à de telles installations. Les Sénégalais n'ont pas été suffisamment consultés et intégrés. Il faut garder en tête que ce sont les impôts des Sénégalais qui financent en partie ces grands travaux. » Plus que jamais, l'inclusion, dans toutes ses dimensions, apparaît comme l'un des défis majeurs que Macky Sall et son gouvernement auront à relever. 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
A.Diop - 01/12/2018 - 15h 46  
L.emergence d.un pays commence par le respect des citoyens!
Ndiaye - 01/12/2018 - 18h 37  
un pays ou personne presque ne travaille pas ne peu que aller en arriere ,il ne faut pas se leurer.au Senegal nous sommes tous conscient que vous etes la pour mentir et voler le peuple.VOUS NE POUVEZ PLUS NOUS TROMPER
Cauchemar - 01/12/2018 - 21h 11  
Plus que building, rail, autoroutes nous avons besoin de VALEUR, DIOM; KADOU. Je milite vivement pour une Plan Sénégal Ethique
Lemzo - 01/12/2018 - 22h 45  
Notre président macky sall nous avait dit de ne pas le juger sur des constructions mafieuses car sans aucun contrôle, mais sur des valeurs, sur l’érection d'un état de droit, avec une nette séparation des pouvoirs....Merci mr le président, nous respecterons vos désirs, nous vous jugerons sur la morale et l’éthique, sur la justice, la lutte contre la corruption et contre l'impunité. ...
Bizarre - 01/12/2018 - 23h 02  
Lemzo a transhumé ?Dieu merci, il a ouvert les yeux.
Mabousso - 01/12/2018 - 23h 17  
Ecran de fumée. Les sénégalais ne sont pas dupes. Ils pensent pouvoir nous berner en nous mettant plein la vue. Quand l'écran de fumée est dégagée et que j'ouvre les yeux je ne vois que la gabegie et la surfacturation. Ces parvenus du Benno sont arrogants et n'ont aucun respect sur les sénégalais. Le 24 février est bien proche et le vrai pouvoir reviendra au peuple. Le plan de vol ne passera pas.
Lemzo - 02/12/2018 - 01h 22  
Vous êtes tout simplement paniqués et désespérés, espèces d'opposants haineux et incapables ! Chaque jour qui passe, vous vous rendez compte que tout ce que notre pays compte de gens sérieux, responsables, influents, raisonnables et travailleurs soutiennent Macky. Seuls les paresseux et irresponsables sont contre Macky ! À l'intérieur comme à l'extérieur du pays Macky fait l’unanimité autour de son bilan, et c'est ce qui vous donne des cauchemars ! 2019 dina nèkhe waay....
Doudou - 02/12/2018 - 07h 45  
A quel lemzo faut t'il croire, au salarié de mfs, ou au nouveau opposant raisonble et raisonné.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Présidentielle-2019 : Me Madické promet une institution forte chargée des affaires religieuses
POUSSÉE DE FIÈVRE SUBITE DE CIVISME DU MACKY
L'OFNAC fouille le PRODAC
MACKY EN CAMPAGNE SUR LA TOILE
KHALIFA GARDE SES CHANCES DE SE PRÉSENTER À LA PRÉSIDENTIELLE
LES SÉNÉGALAIS CONNAISSENT BIEN MACKY
Lettre ouverte à Mr Macky Sall président de la république sortant et candidat aux présidentielles du 24 Février 2019
Le Commissaire Sadio ”publie” son ”Sénégal au coeur” 13 décembre 2018
Ousmane Sonko"Président, je me départirai de mes fonctions de chef de parti"
AFFAIRE KARIM: QUE VA FAIRE ME WADE ?
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Près de 7 ans après son élection : Macky Sall prône la réforme de l’administration
Les cadres de Benno accusent l’opposition de vouloir déstabiliser le pays
Macky Sall au forum des investisseurs : “Nous voulons avancer en rythme accéléré en évitant les pertes de temps indus, c’est pourquoi l’administration doit être réformée…”
Lettre Ouverte - Amadou Ba répond à Karim Wade: "c'est le mal être d'un enfant gâté depuis son exil doré"
Mankeur Ndiaye explique pourquoi les cimenteries doivent payer des taxes
Cheikh Bamba Dièye sur le Groupe consultatif de Paris: "Tout esprit cartésien devrait s'abstenir d'emprunter plus qu'il n'en a besoin"
Vidéo-Macky Sall prépare un hold up électoral
Apres le dépôt de leurs candidatures : Les deux «k» a l’écoute du conseil constitutionnel
Alioune Tine sur l’indépendance de la justice : «il est de la responsabilité des juges de s’émanciper»
Père noël
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 80789 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 80675 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 57371 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 48740 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 48111 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017