Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Gagner les élections par les urnes et non à la DAF
Publié le : Jeudi 29 Novembre 2018 - 18:07 - Source : seneplus - Commentaires : 8 - Consulté : 1379 Imprimer

Qu’on ne s’y trompe pas, si rien ne change dans le processus électoral, les véritables urnes et résultats de l’élection présidentielle de 2019 se trouvent déjà à la Direction de l’Automatisation des Fichiers (DAF).

Le parrainage, les déclarations de résultats de sondage, la campagne, les électeurs qui votent, la surveillance des bureaux et centres de vote, les observateurs de tous bords, la CENA et le dépouillement ne sont que des miroirs aux alouettes destinés à cautionner des résultats préfabriqués au ministère de l’intérieur et prêts à être diffusés le 24 février au soir.

Depuis 2000, il est communément admis que les résultats issus des bulletins introduits par les vrais électeurs dans des bureaux de vote bien identifiés ne peuvent plus être falsifiés. Il faut donc trouver d’autres voies et moyens. Une piste est de procéder à une distribution sélective des cartes d’électeur en privant les franges de populations présumées acquises à l’opposition du précieux sésame ; ce sont les jeunes, la diaspora et certaines grandes agglomérations. Le pouvoir a l’intention de répéter l’exercice des législatives de 2017 tout d’abord en confiant l’organisation à un membre du parti au pouvoir, maire d’un département et ministre de l’Intérieur, puis en désorganisant le vote dans les zones à priori non favorables.

Le 30 juillet 2017, outre la non disponibilité des bulletins de certains candidats, beaucoup de citoyens n’avaient pas reçu leur carte d’électeur et beaucoup de ceux qui la détenaient n’avaient pas pu trouver leur centre ou bureau de vote. Une pagaille indescriptible avait nécessité à la dernière minute de faire des entorses à la constitution pour maintenir le scrutin à cette date.

Pour février 2018 l’opposition a raison d’exiger l’accès au fichier électoral contenant toutes les informations introduites dans les fiches de parrainage afin de s’assurer en amont de la validité des signatures collectées. Il lui faut vérifier que les citoyens qui donnent leur signature sont habilités à parrainer. Elle doit s’assurer que les informations qui figurent sur les cartes d’électeur sont les mêmes que celles figurant sur le fichier électoral. Il lui faut tout simplement éviter autant que possible de rééditer les couacs de juillet 2017. Donc, avant de présenter des projets de sociétés, il convient de s’assurer que les élections se dérouleront équitablement. Cette préoccupation mène directement à l’accès pour tous les candidats au même niveau d’information et à tous les paramètres du processus électoral. Le candidat à la candidature Macky Sall et son dispositif électoral disposent de toutes ces données, il devrait en être de même pour tous les autres protagonistes. C’est un minimum et c’est conforme à la loi. Ceux qui pensent que l’opposition mène un combat stérile et lui demandent les contenus des programmes devraient savoir qu’il y a un préalable : la candidature doit être acceptée et que cela dépend de la validité de la liste de parrainage déposée au Conseil Constitutionnel.

Le gagnant qui présidera à la destinée de ce pays doit être noble ; alors le combat doit être loyal et se dérouler dans la paix et la sérénité. Pour cela tous les participants doivent disposer des mêmes armes afin que le résultat puisse être indiscutable et accepté par tout le monde. Seulement, en laissant le libre jeu démocratique s’exercer, le candidat de Macky Sall est conscient qu’il ira au deuxième tour. Avec cette capacité des sénégalais à « voter contre » et à n’exercer leur rôle de citoyen que le jour du vote, il sait que cela sonnera l’heure de sa défaite. Il connaît la force de l’opposition, aussi essaie-t-il de la minimiser dans ses discours et de l’écraser en usant de moyens peu orthodoxes ; il est arrivé à la conclusion que laisser se dérouler des élections libres et transparentes le privera d’atouts sur les autres candidats. Examinons la situation des candidats :

- le candidat Macky peut se prévaloir de son bilan comme la CMU, les bourses de sécurité familiales, le PUDC, le PUMA, les infrastructures telles que le nouvel aéroport, le TER, l’autoroute Ila Touba, des stades, des financements pour l’entreprenariat des femmes et des jeunes et autres chantiers. Ces résultats n’ont pas eu d’impacts significatifs sur le vécu d’une grande majorité de citoyens en terme d’emploi, de la prise en charge de leur santé, de l’éducation, de l’amélioration de leur cadre de vie et de leur pouvoir d’achat. La preuve s’étale dans images de grèves et manifestations dans tout le pays que les médias relatent chaque jour. Pire, ils ont créé un sentiment de grosse frustration dans le secteur privé national parce que ces financements ont été captés par des sociétés étrangères sur fond de surfacturation et la dette publique nationale est devenue une plaie endémique. De fait, la croissance annoncée n’existe que pour les tenants du pouvoir et les partenaires internationaux. Le sénégalais de la rue, des banlieues et des villages en a une autre analyse.

En 2012, la reddition des comptes et un meilleur usage des ressources publiques avaient été une forte demande sociale que le président Macky Sall s’était engagée à satisfaire. La manipulation de la justice à des fins politiques, la non publication des rapports des corps de contrôle sur la gestion des deniers publics et l’implication de sa famille dans les affaires économiques et financières de l’état, notamment l’attribution à son frère d’une licence de recherche de pétrole et sa nomination au juteux poste de directeur de la Caisse de Dépôt et de Consignation, ont largement montré que sa seule motivation était de neutraliser des opposants tout en persistant dans l’accaparement des biens publics. Ayant bénéficié d’un large consensus et d’une feuille de route issue des assises nationales, on pouvait espérer qu’on avait tracé la route d’une nouvelle dynamique économique adossée à une démocratie apaisée. Au fil du temps, les travaux des cadres de concertation ont révélé les intentions de manipulation de l’opinion publique et des participants, le manque de considération que l’état manifeste vis-à-vis de l’opposition et, in fine, la ferme intention de décider tout seul de la destinée de la nation sénégalaise. A titre d’exemple, des lois importantes sont votées en procédure d’urgence, les députés de l’opposition se battent pour obtenir leur temps de parole, la gestion des ressources minières est opaque et, depuis 2012, le consensus sur le processus électoral hérité des indépendances n’existe plus. Tout cela constitue le lit de l’ambiance politique délétère que nous subissons aujourd’hui.

- Côté politique, les élections législatives de 2017 ont donné 48% des voix à la coalition de Macky ; ces résultats doivent être pondérés par les pires conditions de vote que le Sénégal a connu depuis son accession à l’indépendance à en juger les éléments contenus dans les rapports de l’Union Européenne et notre amorphe CENA.

Quant aux forces de l’opposition en place, on peut citer :

- ce qui reste du PDS qui bénéficie toujours d’une base de militants fidèles à la personne d’Abdoulaye Wade ; on peut aussi préjuger que le parti dispose d’un trésor de guerre et d’une présence sur l’étendue du pays surtout à Touba, troisième bastion électoral et centre d’influence nationale ; à cela s’y ajoute l’élan de sympathie que les conditions désastreuses du procès de Karim Wade et la décision controversée de l’écarter de la liste des électeurs pour le priver de l’habilitation à être candidat ont produit chez certains électeurs ; à ce titre, on peut redouter une dure confrontation avec le pouvoir pour annuler cette injustice.

- Taxawu Senegal avec Khalifa Sall qui tient Grand Yoff donc Dakar, premier bastion électoral ; il hérite d’une bonne partie du PS qui est un parti structuré et présent sur tout le territoire ; son procès, jugé non conforme par divers organes internationaux car n’ayant pas respecté les droits de la défense, a boosté la notoriété de l’ancien maire de Dakar.

Le triste sort de ces deux composantes ferait mouche.

- REWMI qui résiste surtout à Thiès, deuxième bastion électoral ; le parti est déjà connu sur tout le territoire avec un appareil opérationnel ; il travaille à renouveler sa base dans la discrétion et nul doute que sorti de son silence, son leader charismatique fera mouche dans le paysage politique.

- PUR qui a surpris aux législatives avec 4 députés et qui a dévoilé son jeu lors du Gamou de Tivaoune avec le choix d’un chef religieux attitré comme candidat à la présidence de la République.

- PASTEF qui a percé aux législatives de 2017 ; le profil de son leader qui a révélé les détails des contrats de gaz et pétrole octroyés par le gouvernement et ses prises de paroles à l’Assemblée nationale ont séduit fortement la jeunesse et la diaspora en quête de renouveau.

- le Grand Parti qui a annoncé être déjà prêt pour les joutes de février ; son leader doit impérativement remporter Guédiawaye, autre grand réservoir d’électeurs, pour prendre sa revanche et retrouver une légitimité.

- une multitude d’autres candidats indépendants, de partis et de coalitions avec beaucoup de nouveaux venus au profil très intéressant pour l’avenir politique du pays ; ils ont chacun une part de l’électorat voire sont solidement encrés dans certains petits départements et, s’ils arrivent à franchir le cap de la validation de leur liste de parrainage, ils peuvent faire mal.

Une plateforme de surveillance du vote ; si elle est effectivement opérationnelle, elle viendrait suppléer le CENA dans sa mission du bon déroulement du vote de l’opposition.

Le panorama montre bien que l’opposition est très représentée à Dakar et sa banlieue, Thiès et Diourbel qui totalisent près de 70% des votants. L’électorat est éclaté et Benno Bok Yakkar a déjà fait le plein de ses soutiens, en ralliant les transhumants, tous ceux qui avaient des dossiers pendants devant la justice et qu’ils ont pu faire chanter ainsi que tous « les produits politiques en vente ». Le candidat Macky espérait aller tranquillement vers un deuxième mandat par un « coup ko » après avoir éliminé ceux qu’ils jugeaient dangereux. En voyant pointer à l’horizon d’autres forces, il a unilatéralement instauré le parrainage pensant pouvoir neutraliser « ces nouveaux ennemis » par ce biais. Si le parrainage était souhaitable, ses modalités posent problèmes. Cependant, il aura permis à tous les candidats retenus de disposer de structures opérationnelles dans tout le pays et dans la diaspora pour battre campagne.  

Le candidat sortant a distribué beaucoup d’argent pour financer des projets insuffisamment étudiés et à des conditions électorales, c’est-dire : « si je suis réélu, j’efface la dette ». Toutes mauvaises pratiques les électeurs les ont déjà expérimentés. Il oublie que l’électorat sénégalais est mûr, bien averti et attend désespérément un véritable changement. Surtout, il devient très impatient face à l’offre politique et est expert pour « voter contre » tout en profitant de la manne financière des candidats en campagne.

En faisant le compte, le candidat Macky Sall ne pourra jamais atteindre les 50% qui le sauveraient d’un fatal second tour le 24 février prochain. Dans cette perspective, il pourrait être tenté de se passer de la vérité issue des 13 989 bureaux de vote et, par la manipulation de la base de données des électeurs, fabriquer sa victoire avec 54% des suffrages que tout le « Macky » clame à longueur de meeting dans le but de préparer les sénégalais à les accepter. Il pourrait puiser des arguments dans la confusion qu’il est entrain d’organiser : ils auraient collecté 3-4-5 millions de parrains au lieu de 65 mille exigés par la loi. Tous ces éléments donnent raison à l’opposition qui exige un organe neutre capable d’organiser les élections.

Soyons prêts pour faire franchir une nouvelle étape à notre démocratie. Soyons prêts à sanctionner un président après un seul mandat parce qu’il n’a pas respecté le pacte noué avec le peuple !
FATOU BLONDIN NDIAYE 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Aimarti - 29/11/2018 - 17h 10  
Oui...je suis prêt...il faut sensibiliser au maximum...et descendre dans la rue le moment venu. N'oublions pas ces paroles de ché guevara: celui qui n'a pas le courage de se rebeller n'a pas le droit de se lamenter... cette parole s'adresse aujourd'hui aux sénégalais
S - 29/11/2018 - 17h 45  
Analyse pertinente et véridique. Il faut que l'opposition taise leur égo et soit présente dans tous les bureaux de vote du sénégal. Il faut que l'opposition fasse tout pour s'assurer du nombre de bureaux de vote au ministère de l'intérieur au à la cena et à la cours d'appel pour éviter les bureaux fictifs. il faut que l'opposition dote tous ses représentants dans les bureaux de vote de moyens technique tels les iphones et smartphones pour transmettre les résultats au tps t aprés dépouillement et-c...
Abdou - 29/11/2018 - 17h 59  
CELUI QUI N'A PAS LE COURAGE DE SE REBELLER N'A PAS LE DROIT DE SE LAMENTER !!! Déclinée en Wolof cette belle sentence donnerait : Kou Amoul Foulleu Djénguou Na Niookh Guéname Té Teudj Guémigname...Il faut se mobiliser et exiger des élections libres, transparentes et démocratiques qui signeront à coup sûre la défaite cuisante du Régime moribond et corrompu du Politicard Macky SALL. Le Sénégal est à un tournant crucial de son évolution et il faut se réjouir fortement de la montée en puissance de PASTEF-LES PATRIOTES et du Président Ousmane SONKO qui est aujourd’hui à n'en plus douter en pôle position pour gagner haut la main les élections présidentielles de février 2019 !!! Pour le plus grand bien du Sénégal !!!
Espoir - 29/11/2018 - 22h 50  
Tout est dit. Et bien dit.Moi je suis prêt !!! Niani bagn naSénégalais Debout!Sénégal Rek
Bocar - 30/11/2018 - 10h 24  
Très bonne analyse. Soyons vigilants comme le préconise Maître Mame Adama Guéye.
URUBE - 30/11/2018 - 10h 54  
MOI JE SUIS PRET
Idrissa Niang - 30/11/2018 - 16h 10  
Les gens de Benno savent très bien qu'ils sont minoritaires et qu'ils n'ont aucune chance de gagner si les élections sont transparentes. Ils misent sur la manipulation par les transhumances tous azimuts, les grandes foules ambulatoires pour convaincre d'un éventuel hold-up électoral. Mais le peuple stoïque attend le 24 février pour s'approprier de de sa victoire. Leur plan s'effondrera comme un château de cartes si le peuple est debout. C'est maintenant aux leaders de mettre en place la parade anti vol.
Lato - 30/11/2018 - 16h 29  
Voilà ce que disait Abdou Sow dans sa chronique du 26 avril 1996 dans walfadjri. Les constructions électorales"L’histoire électorale récente nous permet de constater que, lors des scrutins de 1993, la victoire du PS aux législatives et celle de son candidat à la présidentielle ont été le fait d’une technicité avérée dans l’art de composer le corps électoral lui-même. En effet, c’est au cours des inscriptions que les socialistes avaient construit leur triomphe, en multipliant les obstacles aux électeurs qui n’étaient pas politiquement sûrs, c’est-à-dire des alliés ou des militants. Les difficultés s’étaient même prolongées jusqu’à la réception des cartes d’électeurs avec, notamment, l’installation d’une grande anarchie qui empêchait leur localisation à tel ou tel centre. Tout cela avait été interprété par l’opposition comme les indices sûrs de manœuvres effectuées par le parti socialiste pour filtrer l’électorat. Quelle que soit l’interprétation, la morale de cette affaire est que la formation au pouvoir avait remporté la victoire technique, fondée sur une démarche dite proximité et une assistance patiente auprès de chaque électeur potentiel pour le pousser à s’inscrire et retirer sa à temps sa carte." Rien de nouveau sous le ciel. Vivement la plateforme de Me Adama Guèye pour faire face
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Présidentielle-2019 : Me Madické promet une institution forte chargée des affaires religieuses
POUSSÉE DE FIÈVRE SUBITE DE CIVISME DU MACKY
L'OFNAC fouille le PRODAC
MACKY EN CAMPAGNE SUR LA TOILE
KHALIFA GARDE SES CHANCES DE SE PRÉSENTER À LA PRÉSIDENTIELLE
LES SÉNÉGALAIS CONNAISSENT BIEN MACKY
Lettre ouverte à Mr Macky Sall président de la république sortant et candidat aux présidentielles du 24 Février 2019
Le Commissaire Sadio ”publie” son ”Sénégal au coeur” 13 décembre 2018
Ousmane Sonko"Président, je me départirai de mes fonctions de chef de parti"
AFFAIRE KARIM: QUE VA FAIRE ME WADE ?
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Sénégal, pays du « Yalla Bahena »
Pas de ruptures possibles avec Karim
Démocratie ou horiocratie ?
Cri de cœur d'un citoyen : Pourquoi doit on faire confiance à une administration commanditée
Affaire Khalifa Sall : la Cour suprême doit casser l’arrêt du 30 aout 2018
LES SÉNÉGALAIS CONNAISSENT BIEN MACKY
Lettre ouverte à Mr Macky Sall président de la république sortant et candidat aux présidentielles du 24 Février 2019
Le Commissaire Sadio ”publie” son ”Sénégal au coeur” 13 décembre 2018
CHERS « MARAS », OSEZ LE DIRE AU PRÉSIDENT !
SÉNÉGAL, D’UN PRÉSIDENT À L’AUTRE
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 80789 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 80675 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 57371 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 48740 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 48111 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017