Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
«Aucun pays d’Afrique y compris le Sénégal n’est a l’abri de la malédiction du pétrole»
Publié le : Mercredi 7 Novembre 2018 - 22:11 - Source : l'as - Commentaires : 4 - Consulté : 699 Imprimer

La question de la bonne gouvernance des ressources Minérales préoccupe les acteurs de la Société Civile. C’est dans ce sens que l’organisation Afrikajom en partenariat avec l’Ong 3D, le Collectif des organisations de la Société Civile pour les Elections (Cosce), et le Plateforme des Acteurs Non Etatiques a tenu hier un atelier sur «les Défis et opportunités de la gouvernance transparente, équitable, inclusive et respectueuse de l’environnement». Cette question, selon le Fondateur d’Afrikajom Alioune Tine, est d’une importance capitale car avec ces ressources, notamment le pétrole, «aucun pays africain n’est à l’abri de la malédiction, y compris le Sénégal».

Pour étudier les modalités d’une bonne gouvernance de nos ressources minérales, des acteurs de la société civile se sont réunis hier à Dakar. Cette rencontre initiée par Afrikajom est, selon son Fondateur Alioune Tine, «une occasion pour examiner avec des experts, des organisations de la Société civile et des spécialistes de tous bords comment nous pouvons aborder la question des défis et des opportunités de la gouvernance transparente, équitable, inclusive et respectueuse de l’environnement des ressources minérales. D’abord la transparence est une question importante dans la mesure où la plupart du temps, les états Africains, qui sont des états qui n’ont pas les moyens et l’expertise, peuvent difficilement savoir ce qu’ils ont comme ressources.

En effet l’évaluation des ressources pour la plupart des états Africains est impossible. De ce point de vue, l’absence de la transparence est déjà sur l’échelle internationale. Pendant très longtemps, les gens ont exploité l’uranium du Niger sans savoir pourquoi. Le pétrole du Congo Brazzaville a été exploité sans que les Congolais aient même pu avoir la possibilité d’aller vérifier ce qui se passait», se désole Alioune Tine. Pour ce qui est de la question des enjeux, il a évoqué la bataille du contrôle des recettes nationales du pétrole. A son avis, c’est cette bataille qui est à l’origine de la malédiction du pétrole, des guerres entre autres violences. «Aucun pays africain n’est à l’abri de cette malédiction, y compris Sénégal. L’impact également de l’extraction des ressources n’est pas sans effet sur le plan économique, sur le plan social et même sur le plan écologique. Toutes ces questions sont abordées, dans la mesure où on parle du Forum de la Sécurité à Dakar.

En réalité quand on parle de la sécurité, cela veut dire tout simplement que nous travaillons sur les symptômes des manifestations les plus tragiques, sur les guerres, dont les causes profondes sont celles que nous abordons. Donc c’est une façon pour nous de donner notre contribution sur le Forum de la sécurité de Dakar», a indiqué le Directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Selon lui, les défis à relever pour mieux gérer ces ressources sont nombreux, «parmi eux, il y a le syndrome Hollandais qui consiste à négliger les autres ressources qu’on a, à cause du pétrole. Il y a aussi les difficultés causées par l’exploitation du pétrole avec la pollution des mers et des forêts, ce qui fait que l’agriculture et la pêche deviennent impossibles. Ça peut avoir aussi des impacts sur la démocratie. Donc cette question mérite d’être examinée au Sénégal. Et quand nous aurons terminé les ateliers, nous allons entamer des plans d’actions pour sensibiliser les populations», fait-il savoir.

Par ailleurs, il a abordé la question des minerais de fer de la Falémé. A ce propos, il souligne : «Je ne veux pas entrer dans le fond de ce débat, mais le grand débat c’est effectivement que toutes les questions des contrats ne soient pas seulement l’affaire de l’administration. Il faut également que toutes les institutions démocratiques soient impliquées. Le grand problème que nous avons en Afrique, c’est que s’il y a des ressources, ce sont les Chefs d’états avec leurs petits groupes qui décident de tout. Mais de mon point de vue, il faut effectivement que les décisions soient participatives, que ça fasse un débat, sinon c’est très compliqué. Parce que les ressources appartiennent au peuple. Donc il faut qu’il ait son mot à dire», tonne-t-il.

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Pouf - 07/11/2018 - 21h 32  
La gestion du pétrole doit revenir au peuple....Elle nécessite de la transparence, la dignité, le patriotisme et beaucoup de nos dirigeants sont corrompus et ne pensent qu'à leurs enrichissements personnel, familial et clanique....
Amadou - 08/11/2018 - 03h 03  
Au Sénégal, la malédiction a commencé avant l'exploitation réelle..
Great - 08/11/2018 - 15h 06  
Avis de recrutement 2018-2019La société Great Wall Motors lance au titre de l’académie 2018-2019 un recrutement en recherchant des gents qui ont au moins un diplôme scolaire et autre diplôme pour travailler dans cette société. Apres vos inscription Certain papiers sont à fournir gratuitement au postulant de cette année comme : le billet d'avion aller-retour, carte de séjour,hébergement et l'aide pour sont visa (Pays de provenance-ANGLETTERRE LISBURN).Contacter le chef représentant pour votre inscription : E-mail: africagreatwallmotors@yandex.com
Ousmane Faye - 09/11/2018 - 11h 38  
Cette question ne pas être abordée sans prendre en compte la gouvernance de manière générale. Par exemple ceux qui représentent le peuple sont les parlementaires qui votent les lois. En réalité ceux-ci sont réellement élus par et travaillent pour le parti au pouvoir qui fait tout pour y rester le plus longtemps possible. Par ailleurs la bonne gouververnance est une question de crédibilité et de "redevabilité" vis-à-vis des citoyens. Par exemple la société civile accepte souvent d'être dans les cercles du pouvoir ou de l'opposition selon la situation. Cette versalité pose un problème de crédibilité vis-à-vis des citoyens qui finalement n'ont plus aucun recours. Compte tenu de ce précéde, s'époumoner derrière la gestion transparente des ressources naturelles est un combat perdu d'avance à l'image de nos organes d'expression des suffrages universels. En plus il sied de voir qui en est l'initiateur.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Le Sénégal, une démocratie de paradoxes
Mamadou Racine SY, le plus grand cumulard de fonctions
Gérard Sénac, un intouchable
Diagna Ndiaye, un homme de réseaux
Les hommes qui contrôlent le système: Baba Diaw, l’incontournable pétrolier
La haine viscérale de Macky Sall à l’égard de Khalifa Sall
L’Etat, otage des lobbies
Deuxième mandat : Les défis qui attendent Macky Sall
PDS,faut-il craindre le déluge ?
Qui a tué Fatou Makhtar Ndiaye et pourquoi protége-t-on les commanditaires ?
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Tuerie de Nouvelle-Zélande : Mame Makhtar Guèye et Cie protestent et invitent Macky Sall à...
Rapport mondial : Les Sénégalais parmi les moins heureux au monde
Affaire Ousseynou Sy : La réaction du directeur des Sénégalais de l'extérieur
"Maitresse d'un homme marié" : Jamra a reçu un coup de fil de Babacar Diagne du Cnra
Italie : Mame Diarra Fam a peur des «représailles» sur les Sénégalais à cause de Ousmane Sy
Mamadou Racine SY, le plus grand cumulard de fonctions
Philippe Bohn : ‘’Un pilote n’a pas de couleur de peau’’
Afrique de l’Ouest : Près de 18 millions d’enfants atteints de malnutrition (Rapport)
Gérard Sénac, un intouchable
La Météo annonce une chute "sensible" des températures jusqu'à 14°C
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 98555 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 83438 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 59771 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 50831 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 50172 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 06 mars 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
La Douane épinglée pour un marché d’un demi-milliard
11/03/2019 - 09:49
Petrosen : la gestion toxique de Mamadou Faye
07/11/2018 - 15:06
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
Quand Aïssata Tall Sall dénonçait la transhumance
29/01/2019 - 09:49
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Le festin des charognards
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 06 mars 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Forcer la main de Dieu
22/03/2019 - 08:35
Dérives audiovisuelles halte à l’apologie de la perversité !
21/03/2019 - 09:50
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017