Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Les derniers remparts
Publié le : Lundi 5 Novembre 2018 - 15:10 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 3 - Consulté : 866 Imprimer

Jusqu’ici, les organisations religieuses, toutes confessions confondues, servaient de filets de sécurité pour amortir les chocs politiques. Feu Abdou Aziz Sy Dabakh incarnait cette fonction de manière emblématique. D’autres dignitaires et chefs religieux ont, à des degrés divers, contribué à éradiquer des risques d’affrontements entre des factions politiques qui n’avaient d’autres motivations que la prise du pouvoir et l’accès aux maigres ressources d’un pays classé parmi les plus pauvres du monde.

Pour la prochaine élection présidentielle, la donne a changé du tout au tout. La mise en exploitation de gisements pétroliers et gaziers va métamorphoser l’activité économique. De nouveaux acteurs vont faire leur entrée dont beaucoup vont tenter de contrôler la tête de d’Etat. Ils le font  déjà dans des pays africains producteurs de pétrole comme le Congo Brazza et le Gabon, pour citer les plus typiques. Les prédateurs sont déjà là et cela excite davantage ceux qui rêvent de tirer avantage du bradage des richesses nationales. La bataille électorale n’en sera que plus rude.
 
En cas de contentieux post-électoral, ce qui est probable, il sera difficile de trouver un arbitre ou simplement un médiateur pour ramener les protagonistes à la raison.  Les litiges pourraient éclater même assez tôt, dès le comptage des signatures à la fin  de la collecte des parrainages des candidats, le mois prochain. Les institutions prévues à cet effet auront du mal à remplir leur mission, tellement leur image s’est détériorée, entraînant une perte de crédibilité constatée par des organisations professionnelles du secteur. Or la médiation religieuse qui intervient en dernière instance est affaiblie voire hypothéquée par les sollicitations des parties prenantes.
 
Le khalife des mourides a eu la hauteur de vue de recommander la foi au président sortant qui lui demandait de prier pour sa réélection. Les autres candidats se  le tiendront pour dit. Mais la neutralité des chefs religieux est loin de faire l’unanimité. Pouvoir et opposition ne reviennent pas toujours bredouilles de leurs chasses dans les cours des marabouts.

Certains en reviennent avec des alliés qui proclament très haut leur soutien à un candidat. D’autres sont si fraîchement accueillis qu’ils savent que cette froideur vaut fin de non-recevoir quant à leur demande d’alliance ou, au moins, de neutralité.
 
Les risques existent aussi que les choix proclamés au sommet de la confrérie ne fassent pas écho dans tous les compartiments de ces vastes rassemblements. C’est manifestement le cas à Tivaouane, cité religieuse qui sert de bassin électoral à des candidats multiples. 

Le risque est que les confréries passent de leur rôle d’arbitre à celui de belligérants, laissant la République orpheline de ses derniers recours. Or c’est bien là la configuration qui est en train de se mettre en place si l’on s’en tient aux prises de position de plus en plus nombreuses sur le terrain électoral.
 
En plus d’être de simples soutiens, les chefs religieux sont parfois candidats déclarés. La chose n’est pas nouvelle mais le phénomène n’avait pas jusqu’ici atteint de telles proportions. Il est confiné aux étages inférieurs des confréries musulmanes où l’on compte déjà quelques députés.

Les khalifes ne peuvent être atteints par la tentation, pour des raisons tout aussi bien de convenance que de souci de préservation de la cohérence de la communauté. La hiérarchie de l’Eglise, pour d’autres raisons, est également prémunie.
 
(SourceA) Mame Less Camara 
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (3)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Damel Fall - 05/11/2018 - 23h 32  
Le seul "Filet d Sécurité" qui vaille c'est l'Etat de Droit!C'est parce-qu’il y'a de justice équitable qu'on fait recours au médiation des Religieux ou de la société civils.S'il y'avait la démocratie et une justice bien administrée,les débats politiques auraient eu lieu a l’assemblée nationale,et les contentieux vides dans les tribunaux.Mais la on sème le bordel en bâillonnant les lois,et trouve des subterfuges pour repousser la vérité aux calendes Grecques....Toujours.
Lemzo - 06/11/2018 - 01h 45  
La prochaine présidentielle a soulevé les appétits insatiables « d'opposants » pour la seule et unique raison qu'ils ont entendu parler de « pétrole et gaz ». Demandez-leur leur programme alternatif viable ? Zéro pointé ! Cherchez leurs réalisations ou leur crédibilité en tant que anciens ministres ou premiers ministres. Zéro pointé ! Demandez-leur un plan stratégique de gestion des ressources naturelles, Zéro pointé ! Tous ces gens, Sonko en tête, ne sont candidats que parce qu'ils salivent déjà du « pétrole ». Mais, comme toutes les autres élections passées, 2019 passera sans problème et l'État continuera son chemin...
Warou waré - 06/11/2018 - 10h 01  
Lemzo t'es un vrai bordel de merde
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Cartes d’électeurs : La responsabilité pénale du Directeur de la DAF et des Maires fraudeurs
Si Macky a pu, pourquoi pas Kouthia
L’implosion économique du Sénégal : Macky Sall ou l’électorat ?
Ibrahima Thiam : « Un nouveau souffle pour le Sénégal »
Le parrainage, la bêtise du siècle !
29 ans après, faut-il reconstruire le mur de Berlin ?
Comment faire celui qui n'a rien vu, ni entendu ?
Une gouvernance peu vertueuse et sans sobriété
CNG Lutte : Doc. gynéco. lâche les bistouris way !
Cette fois, nous ne pouvons pas laisser passer
 
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 79716 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 78483 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 56497 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 47987 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 47376 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 12 novembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 12 novembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 07 novembre
AUTRES AUDIOS ...
Décryptage du 07 novembre 2018 - présidentielle 2019 : les suspicions ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Petrosen : la gestion toxique de Mamadou Faye
07/11/2018 - 15:06
Mansour Faye choisit la société SUEZ à la place de SDE
18/10/2018 - 16:24
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Ainsi parlait Gadio sur la transhumance
24/10/2018 - 08:15
«Je ne transhumerai jamais»
03/10/2018 - 20:40
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
La rétention illégale du fichier électoral invalide le parrainage
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 07 novembre
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Cartes d’électeurs : La responsabilité pénale du Directeur de la DAF et de ...
12/11/2018 - 11:00
Si Macky a pu, pourquoi pas Kouthia
12/11/2018 - 06:36
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 03 novembre 2018 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 07 novembre 2018 - présidentielle 2019 : les suspicions de l'opp ...
AUTOUR DU MICRO
Autour du micro reçoit Ibrahima Thiam « Un autre Avenir »candidat à la prés ...
AUTRES VIDEOS
Comment le journaliste Jamal Khashoggi a été tué au consulat Saoudien
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017