Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Seydi Gassama : "La peine de mort n'a jamais été une panacée contre la criminalité"
Publié le : Jeudi 11 Octobre 2018 - 14:52 - Source : seneweb - Commentaires : 1 - Consulté : 397 Imprimer

Pour le directeur exécutif d'Amnesty Sénégal, Seydi Gassama, "la peine de mort n'a jamais été une panacée contre la criminalité". Il suggère d'attaquer le mal à la racine. Il s'est confié à Seneweb.

Comment faire face à la criminalité au Sénégal ?
Il faut d'abord savoir que la "criminalité zéro" n'existe nulle part au monde. Tous les pays et toutes les grandes villes du monde sont confrontés au problème de la criminalité et il appartient aux États de prendre les mesures qu'il faut pour comprendre la criminalité. Combattre la criminalité ne signifie pas seulement les mesures sécuritaires.

Que faut-il en plus ?
Les causes de la criminalité sont connues. Elles sont la pauvreté, l'exclusion, le chômage des jeunes, l'usage de la drogue, qui est omniprésent au Sénégal, l'alcoolisme dans les quartiers les plus pauvres de Dakar. Si on règle toutes ces questions, on aura attaqué les causes profondes de la criminalité.

Les forces de sécurité souffrent du manque d'effectifs et, malgré les efforts de ces dernières années, de matériel…
On ne peut pas lutter contre la criminalité si on n'a pas des forces de sécurité en nombre suffisant. Le Sénégal, depuis la radiation des policiers dans les années 1980, traine un déficit chronique en personnel de sécurité. Vous pouvez aller dans certains quartiers, vous ne verrez de policiers que lorsqu'il y a quelque chose qui s'y passe. Donc, c'est ce vide sécuritaire qui fait que la criminalité s'est développée. Il faut une présence policière visiblement dans les quartiers pour dissuader les criminels.

D'aucuns agitent le retour de la peine de mort. Cette solution pourrait-elle être efficace ?
La peine de mort n'a jamais été une panacée contre la criminalité. Nulle part la peine de mort n'a réussi à juguler la criminalité. Si elle pouvait juguler la criminalité, il n'y aurait plus de crime dans les pays comme Arabie Saoudite, l'Iran, la Chine. Ce sont des État où on exécute pratiquement tous les jours des personnes. Mais cela ne dissuade pas les criminels. Donc, ce n'est pas la peine de mort qui va régler la question de la criminalité. On va diminuer la criminalité si on s'attaque aux causes profondes que nous avons citées précédemment et si on recrute les membres de force de sécurité pour être présents dans les quartiers. Et cela c'est le rôle de l'État.

On entend souvent les populations dire que les criminels vont rarement au bout des peines pour lesquelles ils ont été condamnés ?
On comprend bien qu'au Sénégal, les populations disent : ‘Oui les meurtriers sont vite graciés ou bénéficient d'une réduction de peine'. Je pense que ce sont des inquiétudes légitimes qu'on ne peut pas ignorer. Il faudrait que l'État réfléchisse non seulement à forcer les peines mais aussi à faire en sorte que toutes ces peines soient assorties des périodes de sûreté durant laquelle la personne ne peut pas être libérée. Par exemple, si vous êtes condamnés à 20 ans, qu'il ait une période de sûreté d'au moins de 15 ans pendant laquelle vous ne pouvez ni être gracié ni bénéficié d'un aménagement de peine. Cela va calmer plus ou moins les sénégalais.

Êtes-vous satisfait de la sortie du procureur à propos du meurtre de Mariama Sagna ?
Le procureur est au courant de l'enquête. Nous pouvons a priori penser que le mobile n'est pas politique. Tous les Sénégalais voulaient entendre cela parce que c'est vraiment la dernière solution que nous souhaitons pour ce pays. Mais, ce qu'il faut dire c'est que cette campagne électorale qui a démarré plutôt que prévu à cause du parrainage est en train de déraper. Ce que nous entendons aujourd'hui, ce n'est pas un débat d'idées, ce n'est pas un débat de programmes mais c'est la diabolisation de l'autre. La diabolisation de l'adversaire. Or en diabolisant l'adversaire on l'expose à la violence de ses partisans. Et cette violence n'est pas généralement commanditée depuis là-haut, ce sont les seconds couteaux qui s'en chargent. Donc, il faudrait que la diabolisation s'arrête aussi bien du côté du pouvoir que de l'opposition et que les gens discutent de programmes.

 

Whatsapp Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Bour guewel - 11/10/2018 - 23h 04  
Mr gassama, on connait tous la ou les raisons de cette insécurité recurrente, ce sont l'extrême pauvreté des familles sénégalaises et les inégalités sociales. Tous ces jeunes gens qui agressent et tuent les honnêtes citoyens, pour la plupart viennent de familles extrêmement pauvres qui n'arrivent pas a assurer trois repas par jour.La faim n'a ni oreilles ni oeil.seydina Alioune ibn abi taalibin disait que la pauvre est presque source de mécréance et de violence.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Adja Astou libérée
Moustapha Fall «Che» convoqué par la gendarmerie
La derniere sortie du Bâtonnier de l'ordre des avocats fâche les magistrats
Affaire Khalifa Sall: Me El hadji Diouf traite Me Ousmane Seye de malhonnête
Peine de mort : l’Etat du Sénégal "n’est pas prêt", affirme le ministre de l’Intérieur
Des femmes parlementaires vont porter le combat pour la criminalisation du viol
Me Elhadji Diouf défend Adja Astou : « c’est un acharnement »
Affaire Adja Astou : Amnesty regrette la tournure des événements
Pierre Goudiaby Atepa trace la route de l’acier et de l’aluminium pour 1750 milliards Fcfa
Drame à Bambilor : Un berger de 20 ans abattu
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 111359 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 85761 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 62040 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 52922 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 52160 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Et pourtant dans sa chronique du 27 juin 2018, Pape Alé Niang avait tiré la sonn ...
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
A quel magistrat Maguette Diop se fier ?
23/05/2019 - 12:55
Comment l’Etat a perdu 1234 milliards de recettes fiscales en 2017
22/05/2019 - 21:34
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
A quoi servent nos engins acquis à coup de milliards ?
L'OEIL DU CITOYEN
Violence à outrance !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Et pourtant dans sa chronique du 27 juin 2018, Pape Alé Niang avait tiré la so ...
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Bordel judiciaire
26/05/2019 - 18:23
Dialogue national: Pas de consensus sur les termes de référence
25/05/2019 - 10:00
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017