Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
Ne pas confondre pouvoir de révocation et légalité d’un décret de révocation
Publié le : Lundi 10 Septembre 2018 - 08:02 - Source : dakarmatin - Commentaires : 6 - Consulté : 1171 Imprimer

Le débat sur la légalité de la révocation du Maire de Dakar est pollué par une analyse bancale des partisans du régime qui confondent pouvoir de révocation et légalité de la révocation. L’examen des textes juridiques démontre que le lien entre les deux n’est nullement établi et qu’à contrario, la démarche de désinformation (manipulation de l’opinion) menée par le pouvoir ne repose sur aucun fondement juridique. En effet, la procédure de révocation d’un Maire, prévue à l’article 135 de la Loi n° 2013-10 du 28 décembre 2013 portant Code général des Collectivités locales est strictement encadrée, du point de vue administratif, sous peine d’illégalité. Ledit article est libellé comme suit : « Lorsque le maire ou tout autre conseiller municipal est condamné pour crime, sa révocation est de droit. Les Maires et adjoints, après avoir été entendus ou invités à fournir des explications écrites sur les faits qui leur sont reprochés, peuvent être suspendus par un arrêté du Ministre chargé des Collectivités locales pour un temps qui n’excède pas un mois et qui ne peut être porté à trois mois que par décret ». La légalité d’un décret de révocation d’un Maire nécessite que des conditions soient remplies :

  • L'intéressé doit avoir été entendu ou invité à fournir des explications écrites sur les faits qui lui sont reprochés. Cela suppose que les faits lui soient communiqués pour qu'il soit à même de se rendre compte qu'une sanction administrative est engagée contre lui. Cette obligation d'information est substantielle et a été consacrée par de nombreuses jurisprudences en France (CE 13 novembre 1953, Gillot, Lebon p. 488 ; CE 8 juillet 1938, Mailloux, Lebon p. 649).

 

  • La preuve doit être apportée sous 2 formes : soit par l'audition par l'intéressé, soit par la réception de ses observations écrites. Un délai suffisant doit être accordé au Maire, pour présenter utilement sa défense L’inobservation de ces formalité substantielles (sanction prononcée sans tenir compte des explications fournies par le maire) a été sanctionné par le juge français (CE 7 juillet 1971, Simonetti, Lebon p. 512).
  • Tous ceux qui affirment que le rapport de l’Inspection Générale D’Etat suffit à lui seul pour révoquer le Maire de Dakar sont aux antipodes du Droit. Lorsque l’article 140 énumère (liste non limitative) 8 fautes qui peuvent entraîner l’application des dispositions de l’article 135 et conclut « que dans les 7 premiers cas, la sanction administrative ne fait pas obstacle aux poursuites judiciaires », il établit une distinction claire entre la sanction administrative et les poursuites judiciaires qui doivent donner lieu, à 2 procédures distinctes (qui peuvent être conduites simultanément). Lorsque l’ex Président Français, Nicolas Sarkozy a pris le décret du 13 janvier 2011, révoquant le Maire M. Ahmed SOUFFOU « mis en examen pour aide au séjour, usage de faux et corruption », ledit décret visait expressément la lettre du Préfet de Mayotte en date du 16 septembre 2010, par laquelle il invitait M. Ahmed SOUFFOU à lui communiquer ses observations sur les faits qui lui sont reprochés. Malgré la mise en examen du Maire (procédure pénale), la procédure administrative menant à la révocation a été strictement respectée. Dans l’affaire Khalifa SALL, seule une procédure pénale a été engagée qui a donné lieu à 2 décisions (un jugement du Tribunal d’instance de Dakar du 30 mars 2018, et une confirmation de la condamnation du Maire à 5 ans de prison ferme, par la Cour d’appel de Dakar le 30 aout). Cette procédure est toujours en cours (du fait d’un pourvoi en cassation envisagé par les Conseils du Maire).

    Il apparait clairement, que sur le volet lié à la sanction administrative (révocation), le pouvoir n’a pas respecté la procédure prévue par l’article, 135 de la Loi n° 2013-10 du 28 décembre 2013 portant Code général des Collectivités locales « Préalablement à toute révocation, les Maires et adjoints, doivent être entendus ou invités à fournir des explications écrites sur les faits qui leur sont reprochés ». A ce jour, le régime ne peut brandir aucun document officiel attestant qu’une notification officielle a été adressée au Maire de Dakar, par les autorités administratives (Ministère de la Gouvernance territoriale, du développement et de l’aménagement du territoire) envisageant une sanction administrative (révocation) et lui demandant d’apporter ses explications écrites. A preuve, le rapport de présentation du Ministère de la Gouvernance territoriale, du développement et de l’aménagement du territoire vise les 2 décisions de Justice (jugement de 1ére instance le 30 mars 2018 et Arrêt de la Cour d’appel de Dakar du 30 aout 2018), et ne mentionne aucun autre acte administratif.  
  • Une révocation implique une procédure administrative (notification officielle de la sanction administrative envisagée à l’intéressé et demande d’explication sur les faits qui lui sont reprochés). C’est seulement au terme de 2 ces étapes qu’un décret peut être pris par le Président pour révoquer le Maire de Dakar.

    Le décret présidentiel n°2018-1701 portant révocation du Maire de Dakar, est totalement illégal, parce qu’il n’a pas respecté ces 2 étapes, méconnaissant gravement les dispositions de l’article 135 qui précisent « qu’aucune suspension ou révocation ne peut avoir lieu sans que le Maire ne soit entendu » par les autorités administratives. Dans cette affaire, le régime s’est fourvoyé. Chaque procédure (administrative ou pénale), pour être légale et conforme au Droit, nécessite que des formalités substantielles soient respectées. Il ne faut pas confondre pouvoir de révocation et légalité de la révocation. La question ne porte pas sur le fait de savoir si le Président peut juridiquement révoquer le Maire, mais sur la légalité du Décret présidentiel en date du 31 aout 2018. La réponse coule de source : le Décret présidentiel N°2018-1701 portant révocation du Maire de Dakar, est totalement illégal.

    Par ailleurs, jusqu’au terme de la procédure pénale (Cour suprême), le Maire de Dakar est présumé innocent, et à ce titre sa déclaration de candidature aux élections présidentielles de 2019 ne fait l’objet d’aucune contestation possible, d’un point de vue juridique. Tous les observateurs se souviennent de la leçon magistrale de Droit administrée au régime par le Doyen et Eminent professeur de Droit, Jacques Mariel NZOUANKEU (Directeur de la Revue des Institutions Politiques et administratives du Sénégal), dans un article intitulé « Observations sur la légalité des actes portant nomination des membres de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption et propositions de régularisation », lorsque le Président Macky Sall a pris un décret illégal, pour limoger Nafi Ngom KEITA, Ex-Président de l’OFNAC (Office National de Lutte Contre la Corruption). Enfin, le spectacle ahurissant de Macky SALL s’adressant à 14 millions de sénégalais le 16 février 2016 à la télévision nationale pour leur dire les yeux dans les yeux (mensonge du siècle) qu’un avis du Conseil Constitutionnel est une décision a plongé la nation sénégalaise toute entière dans la stupéfaction. Le démenti apporté aussitôt par 45 Professeurs de Droit, par le Constitutionnaliste Babacar Gueye (un des rédacteurs de la Constitution de 2001) et par le Professeur Agrégé en droit public Serigne DIOP, ancien Médiateur de la République est encore frais dans tous les mémoires. La preuve que le Sénégal a déserté le chemin du Droit, se muant sous le magistère de Macky Sall, en une République bananière.

    Il ne faut point se tromper : ce régime et ses « JUGES » sont aux antipodes de la LEGALITE. Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (6)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Themis - 09/09/2018 - 13h 56  
Votre exposé ne souffre d'aucune contestation, pour qui connaît et vit le droit. Merci
Militant - 09/09/2018 - 19h 19  
PERSONNE NE PEUT JUSTIFIER L'INVERSE. LE DÉCRET SADIQUE DU PRÉSIDENT EST ILLÉGAL.Revoilà Lemzo. Il va vite se manifester.Il ne faut pas le prendre au sérieux. Il ne croit rien à ce qu’il écrit. Il défend son emploi, son maffet quoi.Il est le coordonnateur des répondeurs corrompus Universels de l’Agence Nationale pour la Corruption et les Achats de Consciences, dont le siège social se trouve au Palais présidentiel et dont le PCA est le président macky sall, le corrupteur en chef de classe exceptionnelle, ayant à son palmarès, la mise à mort de tous les services de contrôles de l’État, pour encourager le pillage systématique des ressources matérielles et financières du pays par son clan, dans une impunité totale et générale…LE PRÉSIDENT MACKY SALL CORROMPT PLUS VITE QUE SON OMBRE.La caravane aboie, le chien passe.
Maodo - 09/09/2018 - 21h 12  
Le Sénégal est devenu une république bananière. Tous les présidents qui se sont succédé n'ont jamais osé aller aussi loin. Parce qu'ils croyaient que le peuple allaient se soulever. Mais Maky nous a démontré qu'on peut faire ce qu'on peut être président et hors la loi au Sénégal sans que cela entraine une insurrection. Les gens vont parler un peu puis la vie continue. Si nous étions un peuple courageux Maky serait chassé depuis longtemps comme Compaoré ou Gbagbo.
Md - 09/09/2018 - 21h 25  
Si quelqu'un *se moque* de ta vie, sache qu'il peut *te trahir*s'il *te vole...il peut te tuer*S'il *te ment...il peut t'empoisoner*maky defnaniou leupe nioun sénégalais yi
Gorguidiop - 10/09/2018 - 01h 01  
Quand la vérité est le lit de la pensèe, l'explication devient claire, merci Seybani Sougou.Quand le mensonge est le lit, l'explication d'un professeur agrègé pour tailler la constitution, est tellement inapproprièe, qu'elle laisse des trous ènormes, qui cachent mal la nuditè du roi derrière l'habit de fortune. Oh mon Dieu, que c'est villain et gènant de nous exposer à cette vue.
JURISTE - 10/09/2018 - 04h 09  
L'analyse est claire et ne peut faire l'objet d'aucune contestation. M Sougou à raison sur toute la ligne. La révocation relève d’une sanction administrative. La condamnation relève d’une procédure pénale. Un juge condamne mais ne peut pas révoquer. Pour révoquer il y a une procédure à respecter. La révocation est encadré par le Droit. Le pouvoir ne l’a pas respecté. C’est le droit administratif qui régit la révocation pas le droit pénal. Le vrai sujet le non respect de la procédure administrative. LE DECRET PRESIDENTIEL EST ILLEGAL. ENFIN LE DROIT REHABILITE. Nom de Dieu, qu’ils sont nuls. Le Sénégal est mal barré avec ces THIOUNEE.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Le Parti socialiste réaffirme sa décision d’investir Macky Sall comme son candidat à la présidentielle de 2019
Karim prépare discrètement son retour....
Tension budgétaire ou plutôt hypertension budgétaire au Sénégal
Abdoul Mbaye " Macky doit renoncer à un second mandat"
Guinée équ.-Sénégal (0-1) : Les lions font le boulot....
Pierre Atépa Goudiaby: Macky est incompétent...."
Le mandat de Macky Sall a mis l’économie sénégalaise à genoux, un second l’achèverait
Le communiqué du conseil des ministres du 14 novembre 2018
Vidéo-Présidentielle 2019: Malick Gackou « je suis prêt »
Affaire Karim Wade: Coup de tonnerre Les Nations Unies annulent l’arrêt de la CREI
 
DANS CETTE RUBRIQUE
La rétention illégale du fichier électoral invalide le parrainage
Ousmane Sonko, la meute
Devenir président : comment se l’enlever de la tête ?
Pourvoi en cassation : La Jurisprudence Abdourahmane LY doit s’appliquer à Khalifa SALL
Ismaela Madior Fall : « le fou du roi »
Voie de contournement politique
"Chronique Afrique Debout" de l'Alphabet en Politique.
Le nombre de parrains ne détermine pas l’ordre d’arrivée aux présidentielles de 2019
Gouvernance de Macky SALL : De la corruption à ciel ouvert au népotisme exacerbé
« CHRONIQUE AFRIQUE DEBOUT » Premières Dames : du pouvoir d’influence à la conquête d'un vrai pouvoir.
 
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 79909 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 78904 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 56656 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 48143 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 47500 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 16 novembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 16 novembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 14 novembre 2018
AUTRES AUDIOS ...
Ça Me Dit Mag du 17 novembre 2018 avec Pape Alé Niang
 
SCANDALES D'ETAT
   
Petrosen : la gestion toxique de Mamadou Faye
07/11/2018 - 15:06
Mansour Faye choisit la société SUEZ à la place de SDE
18/10/2018 - 16:24
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Ainsi parlait Gadio sur la transhumance
24/10/2018 - 08:15
«Je ne transhumerai jamais»
03/10/2018 - 20:40
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
La rétention illégale du fichier électoral invalide le parrainage
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 14 novembre 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Tension budgétaire ou plutôt hypertension budgétaire au Sénégal
17/11/2018 - 22:02
Me Doudou Ndoye : pour une loi d’amnistie
17/11/2018 - 11:23
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 17 novembre 2018 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 14 novembre 2018 avec Pape Alé Niang : que retenir de l'entretie ...
AUTOUR DU MICRO
Autour du micro reçoit Ibrahima Thiam « Un autre Avenir »candidat à la prés ...
AUTRES VIDEOS
Comment le journaliste Jamal Khashoggi a été tué au consulat Saoudien
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017