Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Imbroglio du jeu politique: Fada ou l’art d’une transhumance plus ‘’soft’’ !
Publié le : Mercredi 13 Juin 2018 - 06:52 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 12 - Consulté : 1435 Imprimer

L’audience a eu lieu avant-hier au Palais de la République. Modou Diagne Fada est dans une dynamique sinon de rejoindre Macky Sall, du moins de ne plus s’opposer à lui. Un adversaire de moins, comme qui dirait.

On l’avait certainement senti ou ressenti dans les déclarations de son parti somme toute assez ambiguës. L’ancien Président du groupe Liberté et démocratie à l’Assemblée nationale sait que ses frères de parti doutent de lui et savent depuis longtemps qu’ils ne peuvent plus compter sur lui.

Même s’il n’entre pas dans le Gouvernement, il entre dans le mouvement, celui-là des souteneurs de Macky comme l’Apr, Macky 2012, Benno et tant d’autres.

Mais ce n’est pas sans doute pas là une surprise. Celle-ci surviendra dans les prochaines semaines lorsque d’autres leaders politiques seront reçus au Palais.

Les démarches vont bon train et j’en connais qui sont déjà d’accord à 80%.

A ce propos, il est important de savoir qu’il y a deux façons de transhumer : La transhumance directe et celle que l’on peut qualifier d’indirecte.

La première est celle de ceux qui rejoignent sans sommation le pouvoir et surtout son parti. Ceux-là font légion et il est inutile d’en exhiber la liste du reste assez bien connue.

A côté de ceux-ci, il y a les autres dont la transhumance est plus ‘’soft’’. Ils parlent avec Macky directement ou indirectement, reçoivent son argent, son appui et travaillent pour lui en fragilisant ses adversaires.

Nous pensons que Modou Diagne Fada est de ce groupe, comme du reste beaucoup d’autres comme Samuel Sarr dont l’hibernation politique de longue durée a trahi la volte-face. Et ils ne sont pas les seuls. La liste est longue.

Cette nouvelle forme de transhumance est celle de ceux qui n’entrent ni dans le parti présidentiel ni dans le Gouvernement.

Pourtant, ils ne s’en sont pas moins efficaces. On l’a surtout observé lorsqu’il s’est agi de fragiliser le Pds. Nombre de caciques de ce parti ont déclaré mettre en place des formations politiques. Ils ont fini par ôter les masques.

C’est à cause de ce phénomène insidieux dans notre système politique que les discours des hommes politiques ne valent plus grand-chose.

Ce sont des déclarations à prendre avec circonspection. Car, chez nous, les ennemis d’hier peuvent être les amis d’aujourd’hui, et vice-versa. Les gens agissent au gré de leurs intérêts et ceux qui semblent plus vulnérables sont ceux qui ont déjà goûté aux délices du pouvoir. Celui-ci est comme une drogue et attire par ses multiples avantages et opportunité.

Cependant, nous ne pouvons pas manquer de souligner que la transhumance est un phénomène qui a fragilisé substantiellement le jeu démocratique sénégalais. Il aide à caser nombre de délinquants à col blanc dont, souvent, la place est entre les barreaux. Il fausse le jeu des partis politiques, détruit ces derniers, fragilise les coalitions et humilient à jamais ceux qui s’y prêtent. Ils perdent souvent l’estime des autres et font profil bas.

Ces types d’hommes politiques que l’on peut qualifier d’alimentaires ne forgent plus le respect. Ils entrent dans une forme d’hibernation et deviennent peu efficaces pour ceux qui les recrutent.

C’est pourquoi, il serait important que la classe politique réfléchisse sur un phénomène qui pose un réel problème d’éthique.

Il a, en réalité, les mêmes causes que la corruption. C’est dire que tant que les hommes politiques une fois au pouvoir n’hésitent pas à vivre au-dessus de leurs moyens, il en sera toujours ainsi. Le train de vie, cela s’entretient. Et souvent ce sont ceux qui jurent de ne jamais transhumer qui le font allégrement, secoués par leurs difficultés de survie.

Comme quoi, le phénomène est encore pour perdurer longtemps.

Assane Samb

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (12)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Diémémoussa - 13/06/2018 - 08h 43  
c ça les conséquence la politique n'est une professionbonjour les difficulté une fois l pouvoir perdu
De dakar - 13/06/2018 - 09h 00  
Ce qui justifie l'attaque des nouveaux transhumants contre Idy car il est l'un des rares des libéraux dont on est sûr qu'il ne rejoindra pas Macky.Le fait d'être la principale alternative crédible par rapport à la transhumance donne à Idy une crédibilité très forte
MBACKE - 13/06/2018 - 09h 19  
C est un petit ruminant
MBACKE - 13/06/2018 - 09h 29  
AWA CODOU NDIAYE SOULEYMANE NDENE NDIAYE SERIGNE MBAKHE NDIAYE FATOU TALLA NDIAYE SADA NDIAYE MODOU FADA NDIAYE AH LES NDIAYES
Tira18 - 13/06/2018 - 09h 46  
Sérieux dans ce pays le ridicule ne tue pas
Baye fall - 13/06/2018 - 10h 39  
il a eu a gerer les affaires du pays et de façon scandaleuse .Si la presse veut recycler ces cretins c'est de sa responsabilite mais ne faites pas du peuple votre complice.C'est ecoeurant que des gens creent un systeme ou ils arrivent a etre dans les coulisses du pouvoir se taper un butin (l'argent du peuple ) et vont creer un parti pour revenir demander le suffrage de ces meme senegalais a qui ils avaient voler leur argent.Nous voulons à present du sang neuf , nous voulons des hommes et des femmes integres , intelligents et patriotes genre Sonko , Dem ,tas pour relever ce pays que les ultra corrompus heritiers du ps et du pds ont detruit avec la complicite des marabouts et des journalistes .
Malédiction - 13/06/2018 - 11h 06  
La transhumance a ceci de hideux, son indignité, l'absence de valeur morale, d'humanité. Le prochain régime doit condamner tous ces transhumants à rester au moins 5 ans sans faire de la politique. Le budget corruption du président est riche de centaines milliards du pétrole et des grès à grès et autres détournements. Il semble sans limite pour pervertir durablement notre société pour la réélection obligatoire du président. TOUT LE MONDE SAIT QUE C'EST DU RIBBAT, TOUT LE MONDE SAIT QUE LE RIBBAT EST INTERDITION DIVINE, MAIS TOUT LE MONDE BOUFFE DU RIBBAT. L"INDIGNITÉ S'EST GENERALISEE DANS NOTRE PAYS....
SALIOU DIENG ZALTAMBA - 13/06/2018 - 11h 17  
En r
La honte Fada Macky - 13/06/2018 - 13h 44  
Eliminons ces gens là ils portent a senegal la poisse.
Fada - 13/06/2018 - 15h 03  
Entreprenariat politique ou comment gagner sa vie sans travailler : les médiocres prennent le pouvoir.La politique est une entreprise financièrement rentable au Sénégal. Le pays est un immense gâteau de chef étoilé à partager entre plus de 300 partis dont 290 vautours n’osant pas voler de leurs propres ailes à une présidentielle car n’ayant ni le quotient électoral, ni la surface financière pour payer la caution, si ce n’est pas le pouvoir qui s’en acquitte à leur place pour berner les masses, astakhfiroullah !, baiser devrais-je dire. Les polluants politiques persistants et vrais faux opposants se réfugient derrière le nid douillet des coalitions, désertent le terrain politique pour envahir le terrain médiatique et exister par l’unité de bruit ; ni permanence, ni structures, zéro activité. Le récépissé ne sert point à conquérir le suffrage des électeurs, mais c’est un permis de combinazione, de spoliation, de prédation, d’accaparement de ressources sur le dos du Sénégal. La stratégie est simple. Le parti-media dit soutenir l’action du Président de la république en fonction qui lui jette un grand os à ronger rembourré avec fromage : salaire, avantages en nature et espèces, impunités garantis durant le mandat.Si c’est à la veille du premier tour de la présidentielle, il faut faire semblant de se présenter sans en avoir le courage. Aucune consigne et on attend le deuxième tour pour le grand chantage du maître en la matière. Au président sortant qui détient la caisse noire de milliards, il est exigé des frais de campagne. Les soi-disant souteneurs du challenger prétendent que leur soutien est sans condition. De ce fait, ils reçoivent des frais de campagne. Si le challenger passe, c’est le jackpot : rentes assurées durant le mandat du nouvel élu. Le supporter du candidat battu va transhumer par contournement, pour, dit-il, soutenir l’action du Président de la République. Dans tous les cas, les entrepreneurs politiques ne perdent rien de leur investissement et suceront le sang du contribuable sénégalais : salaires, passeport, logement, couverture maladie, parc automobiles, carburant, voyages à l’autre bout du monde. C’est pourquoi les partis yobbaléma, altoppé prospèrent. Violence au summum sur le peuple dépouillé ne saurait être plus pernicieuse. Ainsi déguisé, le vol est institutionnalisé et le crime organisé sans porter le nom de camorra ou oser appeler au « legalize it » à propos du yamba de Peter Tosh et du mouvement rastafari. Personne ou peu pour défendre les intérêts supérieurs de la nation orpheline et impunément violée à répétitions sur recommandation juridiquement encadrée. Le seul métier qui vaille est la politique. Inutile de travailler ; point de curriculum-vitae à faire valoir. Le parcours politique prime sur parcours professionnel.Faites de la politique et toujours de la politique, rien que de la politique, ainsi ventre et bas-ventre sont éternellement satisfaits. Les compétences en politique politicienne payent plus que les compétences pures. Ah tchim !, tchim mbaye !vagabondage politique ! transhumance !, appellation d’origine contrôlée de la prostitution politique dans le maquis avec ou sans la carte sanitaire du parti au pouvoir! Et si la proposition de l’ex- Premier Ministre Souleymane Ndéné Ndiaye avait abouti, combien d’hommes politiques, pardon, de bêtes en transhumance à la recherche de pâturages d’abord verts-PS, ensuite bleus-PDS, après marron-beige-APR, voulant goinfrer à tous les râteliers, de Senghor à Diouf, en passant par Wade et Macky, seraient fusillés ?Rage du Sunugal, les politichiens émergent, l’homo-senegalensis s’immerge et se noie mais quand le peuple se réveillera, le monde des politichiens s’effondrera. Donald Trump ne parlera plus de pays de merde. Le rire du nègre bon banania, comme pendant l’époque coloniale, ne se rappellera plus au bon souvenir de l’homo-africanus, risée du monde.Tuubé Waalo
Pros - 13/06/2018 - 15h 03  
^^^^^$$
Boy thies - 13/06/2018 - 23h 25  
La transhumance de ce diamou nar ne doit surprendre, il l'un des plus incapable parmis les fils de l'incomparable Abdoulaye wade, un cancre foncièrement nul. A darou mousty, il ne pese plus chose.Tout le monde se rappelle les vacances cityenne qu'il organisait au temps où il etait ministre et les détournements spectaculaires qu' il avait fait, khaalis bobou moo comacé dieekh il n'a plus le choix il lui faut rejoindre le macky pour avoir sa part du gateau mackien, c'était l'un taupe de macky dans l'opposition qui se rendait nuitamment au palais pour rendre compte sur les strategies du front anti macky, un vrai diamou naar. Honte a toi fada.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Vidéo-Mimi Touré: « Karim est un candidat épistolaire..’
Accusé de rouler pour le Pastef: le RDS envoie balader ses accusateurs
"Ce que Macky a réalisé à Tivaouane, aucun homme politique ne l'a fait"
Présidentielle 2019 : Tivaouane vote Macky
Macky attendu à New-York: L’opposition de la diaspora lui promet l’enfer
Pourquoi Birame Soulèye Diop a été arrêté
Serigne Pape Malick Sy : " Je soutiens le président Macky Sall... J'ai des amis dans l'opposition... L'emprisonnement de Khalifa Sall est une épreuve du bon Dieu..."
Présidentielle 2019 : Macky Sall drague la Casamance de Baldé
Le parrainage de tous les désordres
Incongruités autour d'une interdiction
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 78045 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 74092 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 55306 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 47068 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 46097 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 21 septembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 21 septembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 19 septembre 2018
AUTRES AUDIOS ...
Ousmane Sonko présente son livre "Solutions " à Dakar
 
SCANDALES D'ETAT
   
Le building de la corruption
21/09/2018 - 11:55
Hcct : Nébuleuse autour d'une location
17/09/2018 - 15:20
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Wade décidait de retirer l'organisation des élections
01/09/2018 - 17:15
Quand Macky Sall traitait les transhumants de rat
17/08/2018 - 15:54
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Gouvernance de Macky SALL : De la corruption à ciel ouvert au népotisme exace ...
L'OEIL DU CITOYEN
L’engagement citoyen !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 19 septembre 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
La politique au Sénégal à l'épreuve des convictions religieuses (par imam Is ...
21/09/2018 - 10:26
Supprimer l'arrêté Ousmane Ngom ou extirper l'insertion superfétatoire du dro ...
20/09/2018 - 08:16
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 15 septembre 2018 avec Pape Alé Niang - invité me Adama Guey ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 12 septembre 2018 avec Pape Alé Niang - l'Etat de la démocratie ...
AUTOUR DU MICRO
Les experts du transport aérien répondent au D.G de Air Sénégal S.A,Phillipe ...
AUTRES VIDEOS
Décryptage du 15 août 2018 - présidentielle 2019 : un scrutin de tous les dan ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017