Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Les FDS décortiquent les pièges du parrainage
Publié le : Mardi 17 Avril 2018 - 09:00 - Source : dakarmatin - Commentaires : 0 - Consulté : 516 Imprimer
Le 19 avril prochain, l’Assemblé nationale, majoritairement composée des députés de la majorité présidentielle, va se réunir en plénière pour voter le projet de loi sur le parrainage. Une loi que les Forces démocratiques du Sénégal qualifient de «démocraticide ».

L’argument justificatif de la rationalisation des partis politiques en perspective de la présidentielle de 2019, n’est que la face visible de l’iceberg. Selon les FDS, ‘’ce projet de loi est sournois parce qu’il va profondément déconsolider la démocratie sénégalaise et ouvrir une brèche vers une dictature sous couvert d’institutions et de procédures démocratiques pour plusieurs raisons.’’

En effet, les FDS révèlent, qu’à travers cette loi, ‘’les tenants du régime couvrent d’un verni trompeur leur dessein inavoué qui est de faire avaler aux Sénégalais ‘’un projet inique et cynique’’. ‘’Comme par le passé, le régime de Macky Sall est en train de conspirer pour mettre la main sur la base de données des 65000 parrains déposés par les différents candidats et opérer soit à un ciblage pour faire des achats de conscience soit manipuler les règles du jeu’’, démasquent les FDS.

En effet, selon eux, Macky Sall veut rééditer le coup des dernières élections législatives lorsque l’inscription sur les listes et surtout ‘’la distribution des cartes d’électeur se sont faites d’une manière très arbitraire qui privilégie les électeurs favorables au régime en place’’. ‘’La disponibilité d’une base de données des parrains déposée par les différents candidats, sera un cadeau entre les mains du parti au pouvoir qui, parce qu’il contrôle le système, peut tripatouiller les élections’’, alertent- Babacar Diop et Cie.

Avant d’ajouter : ‘’Vouloir appliquer le parrainage aux partis politiques est une aberration puisque ces derniers ont une double légitimité qui leur en dispense’’. Ils s’expliquent : ‘’lorsqu’on crée un parti politique au Sénégal, on est soumis à des règles et à des procédures auxquelles s’ajoute une enquête de moralité du Ministère de l’intérieur qui est censé être suffisamment rigoureux pour disqualifier, en amont, tout parti qui ne remplit pas les conditions requises pour concourir au suffrage des citoyens.

Mais, dès lors qu’il existe légalement, un parti politique, il ne saurait se voir imposer un quelconque parrainage puisqu’il aura déjà fait la preuve de sa légitimité en ayant préalablement fourni une attestation qui est un instrument légal de validation de la candidature d’une personne au sein d’un parti.’’ Pour eux, ‘’rien ne peut justifier le fait de mettre les partis politiques au même niveau que les candidatures indépendantes, si ce n’est la volonté de masquer la légitimité entamée d’un régime qui fait feu de tout bois face sa chute imminente en 2019.’’

Pourquoi Macky doit retirer «sa» loi
Au-delà du timing, à moins d’un an de l’élection présidentielle et sans consensus, il y a beaucoup de questions non résolues sur les modalités et la sécurisation du processus qui doivent motiver l’abandon pur et simple du projet de loi. La première raison, d’après les Fds, est que le Conseil constitutionnel n’est pas techniquement et humainement outillé pour vérifier chaque parrainage avant de le valider ou l’invalider.

Comment garantir une transparence totale dans l’authentification des signatures si les cartes d’identité biométriques comporte toujours des erreurs non résolues sur le sexe, l’âge, le nom et prénom et l’adresse des électeurs, s’interrogent Babacar Diop et Cie.

Par ailleurs, il est prévu que le Conseil constitutionnel statue et déclare la liste des candidats 35 jours avant l’élection présidentielle (approximativement cinq semaines du scrutin). Il est clair que le volume d’au minimum 65 000 signatures requis (pour autant de candidatures qui auront déposé une lite) sera d’autant plus colossal qu’il risque de se poser un sérieux problème d’authenticité de ces signatures.

En plus de cela, il y a plus de 2 millions de cartes d’électeur qui ne sont pas encore distribuées. L’autre raison qui doit pousser à l’abandon pur et simple du projet de loi sur le parrainage, est l’absence de voies de recours permettant à tout candidat de pouvoir dire qu’il a bien réuni le nombre de signatures requis.

Mouhamadou BA
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (0)
Ajouter un commentaire
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Vidéo- Intégralité de la déclaration de l’opposition après le dépôt de son recours au conseil constitutionnel
Par la Force du Silence
Khalifa Sall-État Sénégal : La Cedeao délibère le 29 juin
L'opposition au Conseil constitutionnel ce mercredi
Ousmane Sonko : " On n'a pas les mêmes Adn politiques, mais on fera toutes nos actions ensemble"
Parrainage et batailles électorales futures… Le manque d’unité de l’Opposition, un obstacle
Didier Awadi déplore l'arrogance du régime de Macky Sall
RASSURE marche pour la libération de Khalifa Sall, vendredi prochain
«Mobilisation et parrainage»: Abdoul Mbaye interpelle le DG du Port
Grogne dans le secteur de la Santé : l’intersyndicale “And Gueusseum” en grève aujourd’hui et demain mercredi
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 73159 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 66878 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 52206 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 44755 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 43624 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 25 Avril 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 25 Avril 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 25 avril 2018
AUTRES AUDIOS ...
Boubacar Sadio, Commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle: "L ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
TER: la facture passe de 568 à 738 milliards 400 millions après la signature d ...
24/04/2018 - 10:58
SAR : Polémique autour d’un trou de 40 milliards et d’un contrat de 400 mil ...
10/04/2018 - 09:54
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Arrêt sur image : Mame Mbaye Niang devant les grilles de l'Assemblée nationale ...
13/04/2018 - 19:33
Vidéo-Premier discours de Macky Sall (3 avril 2012): que reste-t-il des engagem ...
03/04/2018 - 20:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Winnie Mandela, la Voix et le Cœur de la lutte contre l’Apartheid (par Mme Fa ...
L'OEIL DU CITOYEN
Une révolte saine, bien au-delà de l’indignation justifiée !
WAX DEUG
SÉNÉGAL: Obsession de réélection, mercato électoral et signes de fin de rè ...
AUTRES ...
Voici la chronique du 25 avril 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Les notes de DIAMANKA
26/04/2018 - 00:17
Les notes de DIAMANKA
24/04/2018 - 11:46
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
ÇA ME DIT MAG du 21 avril 2018 - le film du vote de la loi sur le parrainage av ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 18 avril 2018 avec Pape Alé Niang - le parrainage viole t'il la ...
AUTOUR DU MICRO
Boubacar Sadio, Commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle: "Les forces ...
AUTRES VIDEOS
Première déclaration du nouveau Khalif Général des mourides
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017