Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Inégalités des citoyens devant la loi - Impunité de la magistrature - Traque sélective - Mission dévoyée des corps de contrôle: des Sénégalais "dubitatifs"
Publié le : Lundi 16 Avril 2018 - 14:46 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 1 - Consulté : 881 Imprimer
Certains Sénégalais semblent circonspects, voire même dubitatifs, quant au sort réservé aux différentes interpellations judiciaires qui découlent des rapports des organes de contrôle de l’Etat, que sont la Cour des comptes, l’Ige, la Centif, la Crei, ou encore l’Armp, l’Ofnac, etc. C’est ce qui ressort de l’avis de nombre de citoyens interrogés. Des suspicions tant soit peu alimentées par les condamnations «d’adversaires» au régime du président Macky Sall, au moment où des alliés ou camarades de partis «épinglés» vaquent tranquillement à leurs occupations.

La plainte déposée par le Forum du Justiciable auprès du procureur de la République afin qu’il ouvre une enquête sur les autres rapports des corps de contrôle de l’Etat qui épinglent, notamment, des pontes du pouvoir, remet au goût du jour la lancinante question des interpellations judiciaires qui découlent des rapports de ceux-ci. Une requête déposée le 3 avril dernier qui, selon son initiateur, Babacar Ba, président du Forum du justiciable, «mettra le procureur de la République face à ses responsabilités et l’invitera également à prouver aux Sénégalais que la justice sénégalaise est loin d’être instrumentalisée et sélective pour ne poursuivre que ceux qui sont dans l’opposition». Des préoccupations tout au plus légitimes, si l’on se réfère au traitement réservé à certains dossiers.

LA TRAQUE «SELECTIVE»

La condamnation du maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall et ses co-accusés, fait suite à un rapport de l’Inspection générale de l’Etat (Ige), qui aurait constaté du faux, lors d’une enquête, dans les documents qui servaient à alimenter la caisse d’avance de la municipalité incriminée.  Seulement, les souteneurs et autres inconditionnels du député-maire maintiennent, à tort ou à raison, que c’est le choix politique, à savoir le rejet de l’offre politique du régime, qui serait la cause de ses démêlées judicaires. Il en serait ainsi de l’affaire “Karim Wade“, du nom du fils de l’ancien président, Abdoulaye Wade, condamné par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) pour fautes de gestion, quand il était aux affaires. Le responsable libéral, notamment Tahibou Ndiaye, ancien directeur du Cadastre, et ses proches, ont été condamnés aussi par cette Cour pour des faits similaires. Que dire de l’affaire “Aïda Ndiongue“, ancienne sénatrice libérale, même si elle a été acquittée récemment par la Crei, après un marathon judiciaire qui a duré plus de 4 années, dont plus de 2 années passées en prison ?  

Des poursuites qui contrastent avec le traitement réservé à certains dossiers qui incriminent des proches du pouvoir. Ce qui pousse les détracteurs du régime en place à les qualifier de «sélectives». En réalité certaines affaires sont laissées pour mortes, même si les autorités assurent de la poursuite des actions judiciaires contre les auteurs de malversation ou de mauvaise gestion, dans le cadre de la promesse de gestion sobre et vertueuse du chef de l’Etat, Macky Sall. Le Directeur général du Coud, ainsi que le comptable public, ont été épinglés dans le rapport public d’activités 2014-2015 de l’Ofnac pour détournement de deniers publics. Pour rappel, l’Ige, dans son rapport 2014, a fustigé la gestion des terrains situés à Bambilor qui a fait perdre à l’État du Sénégal des recettes fiscales de plus de 30 milliards 500 millions. Il s’y ajoute l’affaire Bictogo, la gestion du Port autonome de Dakar, le scandale de la privatisation et la gestion de l’hôtel King Fahd Palace relevé par le rapport de l’Ige de 2013, le rapport de l’Ige sur l’affaire Petro-Tim, etc,. Ce sont là autant d’affaires qui semblent être rangées dans les tiroirs par la justice. Il faudrait citer dans ce lot de dossiers presque «abandonnés», la fameuse liste de la Crei qui fouinait dans le patrimoine de certains anciens ministres et directeurs sous l’ère Wade, dont Oumar Sarr, Abdoulaye Baldé, Samuel Sarr, Me Madické Niang, Ousmane Ngom,  Doudou Diagne, ancien directeur de l’urbanisme, etc. Certains de ces dignitaires du défunt régime auraient retourné leurs vestes pour échapper à Dame justice, selon certaines indiscrétions.

ABDOURAHMANE SOW DU COS/M23 DENONCE UNE MISSION DEVOYEE DES CORPS DE CONTROLE

A noter, par ailleurs que leur rôle de contrôleurs et de vérificateurs de la gouvernance économique et financière du pays, dans un contexte de forte demande de transparence de la société civile, des pays donateurs et de crise de légitimité du service public, ne souffre d’aucun doute, au regard des Sénégalais. En effet, la quasi-totalité des personnes interrogées apprécient positivement la mise en place de ces organes de contrôle pour le respect des principes de bonne gouvernance, de reddition des comptes. Malheureusement, de l’avis d’Abdourahmane Sow, coordonnateur de la Commission orientation et stratégie Cos/M23, leur mission semble dévoyée par les autorités. Pour lui, «ces organes se sont transformés en des armes contre des adversaires politiques». Argumentant ses propos, M. Sow trouve qu’il y a un «traitement de favoritisme, de complaisance» vis-à-vis des mis en cause. Il rappelle ainsi certaines affaires, notamment les recommandations de l’Ige dans son rapport 2013, qui avait demandé l’ouverture d’une instruction judiciaire contre le ministre de l’Energie, Samuel Sarr. Ne s’en limitant pas là, M. Sow cite aussi la brouille entre la Cour des Comptes et un ministre de la République, la problématique du Coud avec des surfacturations, le limogeage de Nafissatou Ngom Keita de son poste de directrice de l’Ofnac pour avoir ouvert des enquêtes sur le pétrole. Il n’a pas oublié le cas Khalifa Sall où des percepteurs ont bénéficié d’un «traitement exceptionnel», alors qu’ils étaient incriminés dans ladite affaire. Des cas, parmi tant d’autres, qui lui font dire que ces organes sont devenus des «armes» utilisés pour combattre des adversaires politiques.

BABACAR BA PARLE D’INEGALITE DES CITOYENS DEVANT LA LOI

Même son de cloche du coté du Forum du justiciable, par son président Babacar Ba. Invité aussi à livrer ses impressions sur les interpellations judiciaires qui découlent des organes de contrôle, M. Ba doute de la pertinence des recommandations aux fins de poursuite judiciaire souvent formulées dans les rapports des organes de contrôle. Il trouve ainsi qu’elles n’ont aucune «pertinence dans la mesure où aucune suite n’est donnée à ces différentes recommandations pour ne pas dire qu’elles sont diligentées en fonction des humeurs changeantes du président de la République». Il évoque, à titre illustratif, le rapport d’activités 2014-2015 de l’Ofnac, qui fait état d’un détournement de deniers publics par le Dg du Coud, l’affaire SECURIPORT pour laquelle un ancien ministre de l’Intérieur a été épinglé par le rapport de l’Ige, sans omettre le rapport 2016 de l’Armp épinglant plusieurs services étatiques qui ne se sont pas conformés aux règles des marchés publics. Devant ces faits, s’indigne-t-il, le maitre des poursuites, à savoir le procureur, s’emmure dans un «silence assourdissant». Il en déduit pour le déplorer que cela laisse apparaitre une «sorte d’instrumentalisation des rapports». Ce qui serait, à son avis, «une violation ostentatoire du principe d’égalité des citoyens devant la loi».

BABACAR FALL DU GRADEC PARLE D’IMPUNITE ET DE  NON  INDEPENDANCE DE LA MAGISTRATURE

Le constat est le même du coté du Coordonateur du Groupe de recherche et d’appui du conseil pour la démocratie participative et la bonne gouvernance (Gradec), Ababacar Fall. Membre actif de la société civile, M. Fall trouve que «les interprétations judiciaires qui découlent des rapports des organes de contrôle posent le problème de l’effectivité de l’Etat de droit et de l’indépendance de la justice dans notre pays». Indexant ainsi cas les nombreux cas de mauvaise gestion, de détournements de derniers publics, de fautes de gestion, etc, relevés dans les rapports des organes de contrôle, il note que «le traitement fait de ces rapports est différencié en fonction des textes». Il s’est, par conséquent, fait une religion sur ledit traitement, notamment «que le traitement de ces dossiers se fait en fonction de l’appartenance politique des personnes incriminées ou épinglées». Ce qui ferait, à son avis, «le lit de l’impunité», non sans renforcer sa conviction «quant à l’existence d’une justice sélective et une magistrature non indépendante». Pour lui, c’est clair : «l’état de droit ne saurait s’accommoder de telles pratiques».


 Sud Quotidien
Whatsapp Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
GONDREZ DAGBEVO - 16/04/2018 - 14h 51  
Retour affectif Résultat en 3 jours garantis sans fin. Spécialiste du retour rapide de l'être aimé. Si vous , voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté je peux le ou la faire revenir dans 3 jours . Il , elle va courir derrière vous comme un chien derrière son maître . amour durable. chance au jeux, désenvoûtement , fidélité maladie inconnue, même cas désespérés. Pas de fausses promesses , travail efficace et rapide.100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse, pas de problème sans solution. Est réputé pour trouver une solution à tous vos problème qui vous empêchent de dormir, même les cas désespérésJe dispose des dons et de milliers de pouvoirs et techniques magiques terrible pour vous aider dans tous les domaines de la vie en vous apportant une solution à tous vos problèmes:séparation d'Argent, Amour, Chance, Richesse, Justice, Anti balle, gloire, vente, achat, commerce, affection, promotion sociale, désenvoutement, amour, voyage, sortilège, Examen, Etudes etc...Je suis également spécialisé dans la médecine traditionnelle et guérit toutes sortes de maladie et maladie incurable par la médecine. Je fais aussi le pacte avec le diable qui vous permettra davoir tout ce que vous voulez sur cette terrevoici mes contacteEmail/maitredagbevo@outlook.frtel: 229 64 93 34 68Tel/whatsapp: 229 64 93 34 68 http://retour-affectif-72h.wixsite.com/retour-affectif
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Proces Trafic d'héroïne présumé : Comment le lutteur Saloum Saloum est tombé
Médina : Modou Diop "battu à mort", sa famille accuse la police
Vidéo-Témoignages des anciens soldats et femmes de la guerre du Golf
Inondations en Côte d'Ivoire : Macky Sall présente ses condoléances à la population
Circulation : Encore un cas de corruption filmé
Les travailleurs de l’hôpital Abass Ndao décrètent une grève de 72 heures
Internet au Sénégal : Près de 10 millions d'abonnés sur 15 millions d'habitants
Les maires et les présidents de départements crient leurs misères
Locafrique en passe de saisir un immeuble des héritiers de Ben Bass Diagne
Envol Immobilier exempté de fiscalité
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 74920 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 69403 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 53391 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 45607 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 44561 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 20 juin 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 20 juin 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 20 juin 2018
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro : Dakarmatin vous propose une interview croisée entre ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Affaire Prodac : Mame Mbaye Niang et Pierre Senghor ont violé la loi dans la mi ...
12/06/2018 - 15:08
Scandale Financier au Prodac: Votre site Dakarmatin avait tiré la sonnette d'al ...
10/06/2018 - 21:21
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Arrêt sur image : Mame Mbaye Niang devant les grilles de l'Assemblée nationale ...
13/04/2018 - 19:33
Vidéo-Premier discours de Macky Sall (3 avril 2012): que reste-t-il des engagem ...
03/04/2018 - 20:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Du parrainage aux concertations sur le pétrole : L’éclatante mauvaise foi du ...
L'OEIL DU CITOYEN
Une révolte saine, bien au-delà de l’indignation justifiée !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 20 juin 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Réponse à Seydou Guèye, par Abdoul Aziz Diop
19/06/2018 - 08:03
Quel est le sérum efficace contre la malédiction du pétrole, la peste du PROD ...
18/06/2018 - 08:41
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me dit Mag du 19 mai 2018 avec Pape Alé Niang - 1ère partie
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 09 mai 2018 : comment réconcilier les acteurs politiques ?
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro : Dakarmatin vous propose une interview croisée entre Me Doudou ...
AUTRES VIDEOS
Les propos incendiaires de Birima Ndiaye envers ses camarades syndicalistes
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017