Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Le clan Faye-Sall au cœur des scandales politiques et économiques du Sénégal
Publié le : Lundi 16 Avril 2018 - 07:40 - Source : dakarmatin - Commentaires : 3 - Consulté : 1327 Imprimer

« Les tyrans ont une grande connaissance des hommes. Ce ne sont pas des idiots. Ils savent exactement comment on manipule les peuples. Ils avancent jusqu’au bout, jusqu’au moment où la situation leur échappe » Emil CIORAN

Inexorablement, Macky Sall poursuit son projet d’asservissement des sénégalais, de confiscation des libertés, et de dépeçage de l’économie sénégalaise. Sans coup férir. Envers et Contre Tout. Après avoir érigé la mauvaise gouvernance en véritable mode de fonctionnement, vidé le code des marchés publics de sa substance afin d’organiser la captation des deniers publics par des réseaux affairistes (qui gravitent autour du pouvoir) et réservé des pans entiers de l’économie à son clan, l’un des plus grands coups portés contre le Sénégal est le choix de Macky Sall de placer son frère Aliou Sall à la tête de la Caisse des Dépôts et consignations. Cet acte de népotisme ouvertement assumé traduit le mépris total de Macky Sall à l’endroit des sénégalais et constitue une violation manifeste des règles de bienséance qui régissent le fonctionnement d’un régime démocratique. La nomination du frère du Président, Aliou Sall comme Directeur de la Caisse des Dépôts et Consignations en 2017 (un an avant le scrutin présidentiel), est d’une extrême gravité puisque que cet Etablissement Public à caractère spécial est chargé de recueillir l’ensemble des cautions déposées par des candidats à une élection présidentielle et de délivrer le précieux sésame (attestation signée par Aliou Sall himself) sans lequel aucune candidature aux présidentielles ne peut être validée.
L’immixtion directe et officielle du frère du Président dans le processus électoral, révèle une interférence jusque-là, jamais connue dans l’histoire politique du Sénégal, et doit être combattue avec la plus grande vigueur par tous les démocrates. Il s’y ajoute que de par sa position à la tête de la CDC, Aliou Sall dispose d’un trésor de guerre inestimable (des centaines de milliards de F CFA) qu’il ne se privera nullement d’injecter dans le scrutin présidentiel pour appuyer son frère, Macky Sall, Président de la République (CF article 14 de la Loi n° 2006-03 du 4 février 2006 portant création de la Caisse des Dépôts et Consignations qui permet au Directeur de la CDC de faire appel aux comptables du trésor ou de l’Administration pour effectuer des opérations de recettes et de dépenses…..). Une sérieuse entorse au principe d’égalité entre candidats. L’existence d’une situation inouïe de conflits d’intérêts, prouve le mélange des genres par les 2 frères SALL, unis par des intérêts convergents (Macky Sall œuvrant pour sa réélection en 2019, et Aliou Sall agissant pour préserver sa mainmise sur l’économie du pays). A la veille d’un scrutin présidentiel capital pour le devenir des sénégalais, Aliou Sall doit être démis de ses fonctions de Directeur de la CDC, dans les meilleurs délais, et céder sa place à une personnalité de la société civile, offrant toutes les garanties d’indépendance et de neutralité vis-à-vis du pouvoir exécutif. La mise en place d’un scrutin libre, sincère et démocratique en 2019, exige qu’Aliou Sall soit mis à l’écart de la Caisse des Dépôts et Consignations. Libre à Macky Sall, s’il le souhaite de nommer son frère comme Conseiller (encore que le pouvoir de nomination prévu par l’article 20 de la Constitution n’est pas une prime au laxisme) ! Dans le cas d’espèce, ce dont il s’agit, c’est de priver le frère du Président de tout pouvoir institutionnel lui permettant d’agir ou d’intervenir, de quelque façon que ce soit dans les joutes présidentielles. Nous dénions vigoureusement à Aliou Sall cet attribut.
Dans le clan FAYE-SALL, le beau-frère du Président, Mansour Faye n’est pas en reste. Tout le monde se souvient que lors des élections locales de 2014, le résultat du scrutin a été inversé à Saint Louis (grâce à un impressionnant déploiement des forces de l’ordre avant la proclamation des résultats) pour permettre à un des piliers du clan, de devenir le Maire de Saint Louis. Celui qui cumule les casquettes de Maire et Ministre de l’Hydraulique est davantage célébré pour son incompétence notoire et son exploit de ramener le Sénégal à l’âge de la pierre (persistance des pénuries d’eau à Dakar et sa périphérie). Quant à la fondation « Servir le Sénégal » déclarée d’utilité publique ; son fonctionnement pour le moins opaque interpelle tous les sénégalais. D’où tire t’elle ses subventions et quelles en sont les contreparties ? Qui en sont les bénéficiaires ? Qui contrôle les activités de cette fondation ? Mystère et boule de gomme. La galaxie FAYE-SALL c’est une kyrielle de flagorneurs, de courtisans, et de distributeurs de billets automatiques, au service exclusif de la défense des intérêts du clan.
En 2012, les sénégalais se mobilisaient pour contrecarrer une dévolution monarchique du pouvoir (du père au fils). En 2018, les sénégalais ont affaire à la galaxie FAYE-SALL, un clan dont la boulimie est sans limite, et qui, telle une pieuvre, étale ses tentacules partout, avec une mainmise totale sur tous les leviers administratifs, politiques et économiques du Sénégal.
Ne nous y trompons pas : le projet de loi sur le parrainage citoyen et le projet de révision de l’article L57 du code électoral (ajout de la mention “ELECTEUR”) ne sont que la face visible d’une stratégie globale pour le forcing électoral qui se prépare en Février 2019.  S’agissant des multiples entraves mis en place par le régime pour le bon déroulement du scrutin présidentiel à venir, l’un des plus grands dangers réside dans l’édition des bulletins de vote des candidats. En effet, la tentation est grande d’éditer des bulletins suffisants pour le candidat Macky Sall et de produire, volontairement, en nombre limité les bulletins des adversaires du Président, prétendants à la magistrature suprême.
Cette technique vieille comme le monde, est utilisée par certains régimes impopulaires, adeptes de fraudes, lors de scrutins présidentiels. Elle permet mécaniquement, le jour J (jour du vote) au Président sortant de se retrouver avec un nombre global de voix supérieur à celui de ses concurrents, en toute « légalité », du fait d’un dysfonctionnement volontaire parfaitement planifié dans les centres de vote. A ce niveau, le bulletin unique adopté par de nombreux pays africains (Côte d’Ivoire, Kenya, Libéria, Congo Brazzaville) et plébiscité par tous les démocrates y compris, l’ex-Ministre, Aminata Touré, membre de l’APR (à moins d’un revirement à 180 degrés), constitue par excellence l’outil permettant de parer à ce type de fraude (le principe d’égalité est garanti, puisque tous figurent dans le même bulletin). Il y a lieu de se demander pourquoi le bulletin unique qui permet de réduire en pièce l’achat de conscience, de réaliser un gain de temps, et des économies substantielles pour le budget national n’a pas les faveurs du régime qui clame sous tous les cieux une transparence, dont elle ne veut jamais.
En réalité, le « parrainage citoyen » entre dans le cadre d’une stratégie globale de conservation du pouvoir, murie, planifiée et dont l’exécution est en train de se dérouler sous nos yeux. De la rétention illégale des cartes d’électeurs de millions de sénégalais à la nomination d’Aliou Sall à la tête de la CDC, en passant par le parrainage citoyen, Macky Sall et ses conseillers comptent une nouvelle fois se défaire de la vigilance des sénégalais, et rééditer le coup parfait. Par surprise. La forte opposition au parrainage contrecarre le plan d’un passage en douceur, mais ne modifie pas l’axe nodal du projet de Macky Sall qui peut se résumer en ces termes « Que vous le vouliez ou non, j’ai décidé de rempiler en 2019 ». D’où sa détermination vaille que vaille à faire adopter ses 2 projets de lois.
Compte tenu de la fébrilité du régime, il est fort à parier, que Dakar sera en quasi état de siège la veille du 19 avril 2018, Macky Sall ayant prévu d’instaurer une nouvelle épreuve de force contre le peuple.
Curieux paradoxe pour un régime auréolé de 65% en 2012, qui entonne partout, un bilan élogieux, mais qui, pour faire voter 2 projets de lois décriés à l’Assemblée Nationale en 2018, est désormais contraint d’appeler à la rescousse, les forces de « l’Ordre » ! La preuve que Macky Sall a perdu la main et la confiance des sénégalais.
Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (3)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
BOULA - 16/04/2018 - 11h 00  
Formidable . Tu as tout dit. Le senegalais connait la valeur de la carte. Le mackysard et sa meute seront surpris en mars 2019.
ANTA - 16/04/2018 - 14h 08  
Bravo Sougou pour cette pertinente analyse que le bon Dieu nous débarrasse de macky et ses alliés
Papis - 17/04/2018 - 23h 11  
Macha hala Sougou rien n a dire .....bravo que le peuple se leve vomme un seul homme pour arreter ce faciste de Macky le 19 avril 2018 devant l assemblee nationale qui sera le debut du plus grand soulevement populaire jamais vu au Senegal............DASSS FANANAL FOUMOU YEM NEKH
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Un ancien juge de la CREI valide l'Inscription et candidature de Karim Wade
L’affaire Imam Ndao : dire le droit, rien que le droit.
Le Président Macky Sall ignore-t-il que l’erreur tisse le linceul du pouvoir ? (Par Babacar Justin Ndiaye)
Le candidat Macky sall avait déjà donné une claire idée de quel président il serait
ALIOU SALL MANGE ET TAIS TOI.
Macky Sall est un risque pour la stabilité juridique et sociale du Sénégal
LETTRE À MONSIEUR ALIOU CISSE
23 mois après naissance prématurée, l'oiseau est toujours en cage qui peine à prendre envol
Mamadou Oumar Ndiaye : ah bon, la CEDEAO n'a rien à nous dicter ?
Quand l’état de droit est foulé du pied par le régime de Macky SALL
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 75637 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 70596 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 53873 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 46015 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 44959 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 18 juillet 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 18 juillet 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 18 juillet 2018
AUTRES AUDIOS ...
Décryptage du 11 juillet 2018 avec Pape Alé Niang : Macky a-t-il réuss ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Sn-Hlm : L'Armp découpe Mamadou Kassé pour 443 millions de Fcfa et le rappelle ...
10/07/2018 - 11:53
Tronçon de l'autoroute Aibd-Sindia : Ageroute et Eiffage signent un marché gr ...
06/07/2018 - 12:43
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Arrêt sur image : Mame Mbaye Niang devant les grilles de l'Assemblée nationale ...
13/04/2018 - 19:33
Vidéo-Premier discours de Macky Sall (3 avril 2012): que reste-t-il des engagem ...
03/04/2018 - 20:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO du 29 juin 2018 : Procès d’un régi ...
L'OEIL DU CITOYEN
L’engagement citoyen !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 18 juillet 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Un ancien juge de la CREI valide l'Inscription et candidature de Karim Wade
17/07/2018 - 08:17
L’affaire Imam Ndao : dire le droit, rien que le droit.
16/07/2018 - 16:08
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 14 juillet 2018 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 11 juillet 2018 avec Pape Alé Niang : Macky a-t-il réussi à an ...
AUTOUR DU MICRO
Les experts du transport aérien répondent au D.G de Air Sénégal S.A,Phillipe ...
AUTRES VIDEOS
Marche du 13 juillet : L'opposition envahit la place de la nation
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017