Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Des écoles ferment leurs portes par manque d’enseignants
Publié le : Mardi 14 Novembre 2017 - 15:22 - Source : dakarmatin - Commentaires : 0 - Consulté : 177 Imprimer
Les abris provisoires constituent un réel problème dans le secteur de l’éducation certes mais quand les écoles sont fermées pour fautes d’enseignants c’est encore grave et honteux pour un pays en voie de développement.

L’émergence dont nous pompe l’actuel régime est une grosse chimère en réalité. Des écoles publiques sont fermées pour faute d’enseignants. Et c’est Serigne Mbaye Thiam, le ministère de l’Education nationale, qui a osé donner l’information. En manque d’argument, le gouvernement soutient que des efforts de rationalisation de la gestion du personnel sont entrepris depuis 2012.

Malgré tout, ces déséquilibres persistent, note le ministre. « Il y a des régions qui sont des régions à fort départ d’enseignants comme Matam, Sédhiou, Kédougou, Tambacounda, entre autres. A côté, il y a des régions prisées par les enseignants, il faut s’arrêter parce que nous avons au niveau du gouvernement, le devoir d’assurer une éducation de qualité à tous les enfants du Sénégal. Pour ce faire, nous consultons aujourd’hui les partenaires dans cet atelier inclusif avant de prendre de décisions », a encore déclaré Serigne Mbaye Thiam.

Le ministre précise : « Les gens préfèrent aller dans les centres urbains. A côté des départs qui relèvent du mouvement national, il y a des départs qui relèvent d’interventions multiples des responsables à tous les niveaux. Mais, c’est notre responsabilité de faire pour que tous les enfants du Sénégal puissent avoir des enseignants en quantité et en qualité. »

Un fait qui n’est pas aujourd’hui sans conséquence, car la plupart des enseignants sont concentrés à Dakar. « On voit des villages où des écoles sont fermées, faute d’enseignants, ou bien on organise des classes multigrades ou des classes à double-flux parce qu’on n’a pas d’enseignants. On voit aussi des lycées où on nomme des censeurs ou des proviseurs dans ces régions qui n’ont pas le profil pour l’être. Parce que tout simplement on n’a pas des enseignants expérimentés, parce que ces derniers préfèrent venir au niveau des centres urbains », constate le ministre.

Il note toutefois que «c’est une situation qui ne peut pas continuer. Les professeurs d’enseignement secondaire, ce sont les professeurs les plus qualifiés au niveau de l’enseignement moyen secondaire. Quand on fait le ratio professeurs d’enseignement secondaire et surnombre d’élèves, on est à 1 professeur d’enseignement secondaire pour 34 élèves à Dakar. On est à 1 professeur d’enseignement secondaire pour 139 élèves à Sédhiou, alors que les enfants de Sédhiou et les enfants de Dakar sont sur un pied d’égalité en ce qui concerne l’éducation et de ce que l’Etat doit faire pour eux ».
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (0)
Ajouter un commentaire
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Remous à la commission ad hoc : l’opposition exige une copie du dossier khalifa sall
Précisions de la SENELEC : un « délestage tournant » a été mis en place
«Le recours à la détention prend trop souvent le dessus sur le principe de la liberté»
Le bâtonnier invite les procureurs à être «plus humains et moins mécaniques »
Wade parle de sa mort: "Quand Dieu enverra l’ange de la mort, ..."
Vidéo-Pikine : Violent incendie à « Parc Lambaye »
Vice-présidence de la commission ad hoc de l’Assemblée nationale: Madické Niang rend le tablier
Ministère du Pétrole et des Energies : MEK, Attention ! Le gendarme arrive !
Chanson pour les Lions: Macky envoie You en studio
Immigration clandestine: 98 Sénégalais arrêtés en Gambie
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 67460 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 60103 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 47942 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 42046 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 40334 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 16 novembre 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 16 novembre 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 15 novembre 2017
AUTRES AUDIOS ...
"Autour du micro" reçoit le ministre des Sports, Matar Ba
 
SCANDALES D'ETAT
   
Sénégal: Le géant immobilier marocain Addoha s’ensable dans la Cité de l ...
16/11/2017 - 11:39
Le scandale des phosphates de Matam ……
12/11/2017 - 15:00
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Macky Sall disait ...
01/11/2017 - 08:02
Quand Macky Sall défiait les force de l'ordre vidéo
03/10/2017 - 10:03
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
A Wilane le Vilain
L'OEIL DU CITOYEN
Re-manie-ment, la médiocrité dans la continuité !
WAX DEUG
Affaire Khalifa Sall : après avoir terrassé l'immunité parlementaire, place ...
AUTRES ...
Voici la chronique du 15 novembre 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Un Président qui incite sa population à la violence est un Président médiocr ...
14/11/2017 - 08:28
Deux poles de mal gouvernance
13/11/2017 - 17:36
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 05 août 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Spécial plateau législatives 2017 : bilan des élections avec Pape Alé Niang ...
AUTOUR DU MICRO
"Autour du micro" reçoit le ministre des Sports, Matar Ba
AUTRES VIDEOS
Éventuelle levée de l'immunité parlementaire de Khalifa Sall: ses soutiens me ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017