Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
WAX DEUG
 
 
Affaire Khalifa Sall : après avoir terrassé l'immunité parlementaire, place à sa levée !
Publié le : Vendredi 27 Octobre 2017 - 17:31 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 9 - Consulté : 9123 Imprimer

Le Procureur de la République avait décerné un ticket pour l'hôtel zéro étoile de Rebeuss à un MAIRE accusé de détournement de deniers publics.
Jusque là pas d'objection. 
Dès lors que le MAIRE détenu devient DÉPUTÉ officiellement suite à la proclamation des résultats des élections législatives, il incombait à l'Assemblée Nationale, notamment à son Président, apres avoir constaté l'absence de ce député lors de sa séance d'installation pour cause de détention en prison, de saisir officiellement le Maitre des poursuites qui a délivré le mandat de dépôt, pour l'informer que le détenu en question est député et par conséquent jouit de l'immunité parlementaire.
La conséquence naturelle normale serait alors la libération ipso facto du DEPUTE car son maintien en détention serait arbitraire et hors la loi.
Ainsi le Procureur, pour poursuivre son action contre l'accusé est alors tenu de saisir officiellement l'Assemblée Nationale pour une demande de levée d'immunité parlementaire.

Voilà comment les choses devraient se dérouler dans une République normale, dans un État de droit soucieux du respect scrupuleux des lois et règlements qui régissent son fonctionnement.
Il n'y a point besoin d'avoir fait l'ENA ou Maths Sup. pour comprendre ce processus qui relève du simple bon sens agricole.

Le Procureur n'est pas censé être informé, comme un citoyen lambda par voie de presse, du statut de député d'un détenu qu'il a placé sous mandat de dépôt.
C'est l'Assemblée Nationale qui à la prerogative de l'informer OFFICIELLEMENT (on est quand même censé être dans une République que je sache).
Sous ce rapport, l'Assemblée Nationale a délibérément viole les droits fondamentaux d'un de ses membres.

Ensuite le Procureur ne peut demander la levée d'une immunité parlementaire d'un détenu qui n'est pas censé être un député pour lui puisque l'Institution habilité à l'en informer qui est l'AssembléeNationale ne l'a pas fait : c'est donc anachronique !

Maintenant si l'Assemblée Nationale a informé officiellement le Procureur du statut de député du détenu Khalifa Sall avec retard juste avant que le Procureur ne demande la levée de son immunité parlementaire alors là c'est extrêmement grave et doublement forfaitaire :
- d'abord l'Assemblée Nationale, pour des raisons inavouées (très probablement politiciennes) a laissé délibérément un député en détention arbitraire.
- Ensuite le Procureur serait un hors la loi puisque dès lors qu'il a pris connaissance officiellement du statut de député de son détenu, devrait le libérer aussitôt, même s'il l'a su tardivement par voie officielle, avant d'adresser une demande de levée d'immunité parlementaire pour poursuivre son action.

Voilà la stricte vérité. Toute contorsion sémantique ou tentative de légitimer cette grosse farce politico-judiciaire est une insulte grave à notre intelligence.
Voilà ce qu'il fallait décrypter sur ce sujet.

PS: je ne suis mêlé ni de près ni de loin aux considérations politiques et politiciennes afin que nul n'en ignore.
Wassalam !


Mamadou mansour diouf

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (9)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Aram - 27/10/2017 - 21h 48  
Le pouvoir de MAKY Sall a franchi le Rubicon de l indignité
Maodo - 27/10/2017 - 22h 40  
Maky a instauré dans ce pays une pratique très malsaine de la politique. Aucun de ses prédécesseur n'a été aussi loin dans cette décadence. Ce qui se passe avec Khalifa suffit pour le démontrer. On garde un député en prison malgré son immunité. Ce n'est que quelques mois plus tard qu'on commence à penser à lever son immunité. On a mis la charrue avant les bœufs. Quelqu'un qui est en prison n'a plus besoin qu'on lève son immunité. Ce qui prouve que tout ce qui se passe avec Khalifa n'est pas net. Et puis Tanor et ses acolytes devront s'expliquer un jour ou l'autre devant leurs militants. Ils sont pour beaucoup dans cette affaire. Jamais depuis l'indépendance le pays n'a été aussi bas. Il faut qu'un on fasse notre examen de conscience. Parce que nous sommes indirectement responsable de cette situation.
@Xeme - 28/10/2017 - 19h 46  
Peut-être que Macky a vécu les excès de le lait...enfin! Si on n’arrête pas ci bison qui fonce direct sur le peuple, les dégâts seront incalculables.Il va emprisonner ses opposants, disloquer des partis politiques, organiser la transhumance style "exode", non pas pour se faire réélire en 2019, mais pour léguer l'Apr-parti-unique à son frère...
Ps - 28/10/2017 - 20h 48  
LOU EUPE TOUROU. SENEGALAIS TAKHAWE DIOTE NA
Au fond de moi - 29/10/2017 - 13h 49  
j'ai eu la chance de croiser M.le Président Sall a trois semaines avant l’élection. A la sortie de cette rencontre, j'ai eu le sentiment d'avoir déjà voté pour lui alors qu’au fond de moi, j'ai eu le sentiment qu'il n'est pas L'Homme qu'il nous faut. Chaque jour qui passe, ce sentiment a raison sur moi. Du coup, je me suis trahi moi même.Le temps nous donne toujours raison sur nos hommes politiques.
Senegalais bokoul féne - 14/02/2018 - 14h 56  
SVP parlez de choses que vous maitrisez arretez !!!iL N'y'a pas de doute que la procedure a été violé et c'est la procedure qui garantie les droits de la defense et non le fondc'est une question de droits de l'homme
Citoyen - 05/06/2018 - 08h 47  
Je sais une chose et c'est la v
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
SÉNÉGAL: Obsession de réélection, mercato électoral et signes de fin de règne !
Affaire Khalifa Sall : après avoir terrassé l'immunité parlementaire, place à sa levée !
SÉNÉGAL : L'art d'opposer des victimes les unes aux autres !
Le festin des pilleurs de la République : l’exemple de la Caisse des dépôts et consignations
Sénégal: où est passé le délit d'offense au chef de l'Etat ?
SÉNÉGAL : La République du reniement ou Le Hit-parade du "Wax waxeet".
Législatives 2017-Le bétisier n°11: Paix définitive en Casamance ou mirage?
Onde de choc dans un pays qui va mal !
SÉNÉGAL : FUITES AU BAC, LE VER EST DANS LE FRUIT !
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 136984 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 93632 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 69304 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59149 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 58600 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017