Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Trafic d’ordres de mise en liberté à la cour d’appel de Dakar « Ceux qui le font maîtrisent le circuit» (Magistrat)
Publié le : Mercredi 13 Septembre 2017 - 09:10 - Source : Dakarmatin via Rewmi - Commentaires : 1 - Consulté : 1041 Imprimer
Une information circule, depuis hier, dans la presse et fait état d’un trafic d’ordres de mise en liberté à la Cour d’appel de Dakar. A en croire cette source, certains juges ont appris, au moment d’appeler une trentaine de dossiers soumis à leur autorité, que les concernés ont déjà humé l’air de la liberté. Interrogé, un magistrat indique que d’habitude, ceux qui le font maîtrisent le circuit.

Le trafic d’ordres de mise en liberté provisoire à la Cour d’appel de Dakar aurait obligé les responsables de la juridiction à saisir la brigade de recherches de la gendarmerie pour l’ouverture d’une enquête. En attendant que l’enquête nous révèle les tenants et les aboutissants de cette affaire, nous avons contacté un magistrat dont nous préférons taire le nom pour recueillir son avis. Il explique que « d’habitude, ce sont des gens qui maîtrisent le circuit qui font ces genres de trafic au tribunal. Ils commettent des faux pour libérer des personnes. Et très souvent, ce ne sont pas les juges qui le font ». Il rappelle que si une affaire est en instruction, seul le juge d’instruction est habilité à ordonner une mise en liberté provisoire. Ou bien, poursuit-il, quand on défère un détenu devant le procureur de la République, il peut décider de le placer sous contrôle judiciaire. Mais, il va comparaître à l’audience le jour de son procès. L’autre cas, c’est qu’en audience, le juge peut ordonner la mise en liberté provisoire d’un détenu. Mais si le parquet s’y oppose, ce dernier restera dans les liens de la détention. Pour terminer, le magistrat rappelle également qu’à l’ouverture d’une information judiciaire, le juge d’instruction peut ordonner aussi une mise en liberté provisoire.

Comment ordonner une mise en liberté provisoire sur un dossier en instruction ?

Sur une question de savoir dans quelles circonstances un mis en cause peut-il bénéficier d’une mise en liberté provisoire,  notre interlocuteur rétorque que pour ordonner une mise en liberté provisoire sur un dossier instruction, cela dépend du juge. « Parce que c’est une faculté laissée à l’appréciation du juge. Le juge peut t’inculper et te mettre sous contrôle judiciaire ou bien en liberté provisoire. Maintenant, il existe des dossiers où le mandat de dépôt est obligatoire. Il s’agit des cas de détournement de deniers publics, les délits douaniers, etc. Dans ces cas, si le montant dépasse un million, le mandat de dépôt est obligatoire », a-t-il déclaré. Avant d’éclairer : « dans les cas toujours de détournement de dénier publics, s’il y a cautionnement, le mis en cause peut bénéficier d’une liberté provisoire. Il peut aussi reconnaître et décide de rembourser. Il y a trois possibilités pour obtenir une mise en liberté provisoire dans une affaire de détournement de deniers publics. Premièrement, il y a les contestations sérieuses avec des documents à l’appui. Deuxièmement, c’est lorsqu’il y a cautionnement de l’intégralité du montant. Et troisièmement, lorsqu’il y a le remboursement de l’intégralité du montant ».

Ce que risque le mis en cause

Par ailleurs, le magistrat indique que la liberté provisoire est fondée sur les garanties de représentations en justice. Mais aussi, si la personne commet un délit dont la peine est inférieure à trois ans et qu’elle soit régulièrement domiciliée, l’article 127 bis du code de procédure pénale peut s’appliquer. Cette personne peut bénéficier d’une liberté provisoire. Et l’autre élément, c’est que si l’enquête est bouclée, le juge peut ordonner la mise en liberté provisoire. Revenant sur l’affaire de trafic d’ordres de mise en liberté à la Cour d’appel de Dakar, le magistrat renseigne que « si jamais le mis en cause est poursuivi pour association de malfaiteurs, faux et usage de faux dans un document, ce sont des peines très lourdes qu’il risque. Pour l’association de malfaiteur, le mis en cause risque des peines allant de 5 à 10 ans. Pour le faux dans un document administratif, il risque une peine allant de 6 mois à 3 ans de prison ».
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
El hadj - 13/09/2017 - 12h 35  
Ce n'est surprenant. Il y a plus grave, beaucoup plus grave.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Suspension de 5 ans des candidats exclus – L’Office du Baccalauréat dément
Suspension de 5 ans des candidats exclus – L’Office du Baccalauréat dément
Suspension de 5 ans des candidats exclus – L’Office du Baccalauréat dément
Procès des présumés terroristes : Jeudi décisif pour Imam Ndao et compagnies
Arrêt de la CEDEAO : les précisions de Lansana DIABY
Procès en appel : Demba Kandji refuse la parole à Me Fall et suspend l'audience jusqu'à jeudi
Manque de confiance en notre système de santé: Le juge Demba Kandji fait plus de 4000 km pour un simple check-up à l’hôpital américain de Paris, alors pourquoi faire confiance à la justice sénégalaise ?
Vidéo-Revivez les coulisses du procès en appel mouvementé de Khalifa Sall
Vidéo-Me Baboucar Cissé : «Le droit a été dit »
Vidéo- les partisans de Khalifa décident de boycotter les audiences pour occuper la rue
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 75637 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 70595 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 53869 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 46015 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 44959 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 18 juillet 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 18 juillet 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 18 juillet 2018
AUTRES AUDIOS ...
Décryptage du 11 juillet 2018 avec Pape Alé Niang : Macky a-t-il réuss ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Sn-Hlm : L'Armp découpe Mamadou Kassé pour 443 millions de Fcfa et le rappelle ...
10/07/2018 - 11:53
Tronçon de l'autoroute Aibd-Sindia : Ageroute et Eiffage signent un marché gr ...
06/07/2018 - 12:43
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Arrêt sur image : Mame Mbaye Niang devant les grilles de l'Assemblée nationale ...
13/04/2018 - 19:33
Vidéo-Premier discours de Macky Sall (3 avril 2012): que reste-t-il des engagem ...
03/04/2018 - 20:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO du 29 juin 2018 : Procès d’un régi ...
L'OEIL DU CITOYEN
L’engagement citoyen !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 18 juillet 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Un ancien juge de la CREI valide l'Inscription et candidature de Karim Wade
17/07/2018 - 08:17
L’affaire Imam Ndao : dire le droit, rien que le droit.
16/07/2018 - 16:08
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 14 juillet 2018 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 11 juillet 2018 avec Pape Alé Niang : Macky a-t-il réussi à an ...
AUTOUR DU MICRO
Les experts du transport aérien répondent au D.G de Air Sénégal S.A,Phillipe ...
AUTRES VIDEOS
Marche du 13 juillet : L'opposition envahit la place de la nation
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017