Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
L'offense au chef de l'Etat n'a pas de place dans une démocratie
Publié le : Samedi 12 Août 2017 - 10:58 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 4 - Consulté : 1603 Imprimer
Affaire Amy Colé Dieng: M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, VOUS PERMETTEZ? Que n’a-t-on dit et écrit sur Barack Obama: il a été traité publiquement de "menteur", de "parjure", de "batard", d’avoir menti au sujet de la mort de Ben Laden.




« L’offense au Chef de l’Etat » est une disposition désuète qui aurait dû être effacée du code pénal sénégalais dés lors que la liberté  d’expression est non seulement proclamée par la Constitution mais que le législateur prétend fonder dans les faits une société véritablement démocratique.

Comme cela a été le cas avec la Constitution de 2001.

Comme vous le savez, dans l’esprit du législateur français qui l’établissait en 1881, la filiation est directe entre cette disposition et celle relative au « crime de lèse majesté » de l’Ancien Régime.

Et vous n’êtes pas sans savoir que si au début de la Vème République, son usage était courant, on dit que De Gaulle y a eu recours 500 fois, aucun de ses successeurs n’y a eu recours jusqu’à….Nicolas Sarkozy en 2008.

Le délit d’offense au Président de la République avait alors été retenu contre un homme qui avait brandi face au Président Sarkozy une affiche avec l’inscription « Casse toi pov’con » et le condamnait à une amende de 45 000 Euros.

La Cour Européenne des droits de l’Homme revint  sur cette décision estimant que l’affiche en cause relevait plutôt de l’« impertinence satirique », constituait « une critique de nature politique » et que la condamnation relevait donc de  « l’atteinte à la liberté d’expression »

Dés le 19 Novembre 2008, une proposition de loi  pour l’abrogation du délit d’offense au Président de la République « transposition dans le droit républicain du crime de lèse-majesté de l’ancien régime » est déposée par un certain sénateur Jean Luc Mélenchon.

Finalement le 15 mai 2013, les députés français adoptent à l’unanimité des membres de la commission des lois un amendement abrogeant « le délit  d’offense au Président de la République ».

Ils publient dans l’exposé des motifs ce court texte sur lequel je voudrais, Monsieur le Président de la République attirer votre attention.

« Si le président de la République mérite évidemment le respect de ses concitoyens, une telle disposition dérogatoire au droit commun n’apparait plus justifiée dans une démocratie moderne.»

Je voudrais également attirer votre attention Monsieur le Président de la République sur le fait que dans la tradition anglo saxonne, la liberté d’expression a depuis le 18eme siècle été si hégémonique, qu’il n’y a jamais eu place dans les législations pour une quelconque « offense au chef de l’Etat ».

Si la Common Law britannique inclut des dispositions dites « libel laws », « lois contre la diffamation », elles visent « l’offense » à autrui (il ne s’agit  pas particulièrement du Chef de l’Etat), et concernent généralement les médias.

Et pour que la Common Law reconnaisse le délit d’offense ou de diffamation, il faut non seulement que la fausseté de ce qui a été dit (ou écrit) soit vérifiée mais qu’en plus l’intention malfaisante (malice, en anglais) soit établie.

C’est dans cet esprit que les Lois sur l’Information (Freedom of Information Act) des Etats Unis et des autres pays anglo saxons opère.

Que n’a-t-on dit et écrit sur Barack Obama : il a été traité publiquement de « menteur », de « parjure », de « batard », d’avoir menti au sujet de la mort de Ben Laden …

Sans bien entendu qu’il ne réagisse, si ce n’est que par l’humour.

Mon propos, Monsieur le Président de la République, est d’indiquer que « l’offense au chef de l’Etat » limite la liberté d’expression et  de ce fait ne devrait pas sévir dans une démocratie moderne.

Il constitue également un instrument trop commode et facile de combattre l’opposition politique.

De ce fait il entrave et dévoie le pluralisme politique.

Il faut reconnaitre que dans notre pays, depuis votre accession à la magistrature suprême en 2012, il a servi à poursuivre et à emprisonner plusieurs de vos opposants.

Il sert à présent, dans le cas Amy Collé Dieng, à brimer la fougue d’une jeunesse, certes insolente, qui cherche de manière confuse, à prendre la parole sur la place publique pour participer aux affaires de la Cité.

Il n’est pas vrai par ailleurs que l’avènement de l’Internet et des médias sociaux justifie le recours à une telle loi.

En réalité les défis que les nouveaux médias posent sont relatifs notamment à la protection de la vie privée, des citoyens et non du seul Président de la République, la sécurité des données et des biens, la protection de la propriété, la défense nationale contre le hacking, la lutte contre la pornographie et les trafics en tous genre qui ont cours dans le Deep Web (l’Internet Caché).

C’est vrai qu’Il y’a toutes sortes de photos montages, de vidéos et de textes insultants à votre égard sur la Toile.

Sachez Monsieur le Président qu’il y en aura toujours et de plus en plus.

Les condamnations à la prison et les amendes n’y feront rien.

Considérez qu’il en circule 1000 fois plus encore chaque jour sur Macron, Markel ou Trump.

Je sais que nombre de vos conseillers en accord avec beaucoup de Sénégalais vous inciteront certainement à maintenir cette loi et à continuer à ne pas tolérer le moindre dénigrement et encore moins une insulte.

C’est que Le Sénégal est un pays en réalité féodal, de par ses structures sociales comme de par sa culture.

Le Buur doit être craint et respecté par le Badolo, pense t-on

Pourtant votre deuxième mandat dépendra non pas de  votre aura de  Buur tout puissant et de la crainte que vous inspirez mais du jugement des citoyens sur ce que vous aurez fait pour améliorer leurs vies et de ce qu’ils peuvent attendre de vous dans les années à venir.

Or votre Plan Sénégal Emergent dont le but est de propulser enfin ce pays dans la « modernité » ne peut se réaliser qu’avec une nouvelle culture, une culture démocratique qui ne placera  pas le Président de la République sur un piédestal. Et qui libérera la parole du badolo

C’est pourquoi, Monsieur le Président, je vous conjure de supprimer cette loi.

Vous rehausserez en fait l’institution présidentielle, renforcerez la démocratie et contribuerez à la modernité de notre pays.

Alymana Bathily, éditorialiste Seneplus 
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Paul Kagame - 12/08/2017 - 15h 30  
Je suis sidéré de voir que la liberté d'expression n'existe pas dans ce sunugal où nous prétendons être démocrate jusqu'à la moelle épinière. Au moment où Macky traite la jeunesse d'oisifs errants il peut se le permettre eh oui c'est le Prési, j'oubliais.
Bounkhatab - 12/08/2017 - 15h 44  
des que vous faites comparaison avec obama et autres occidentaux, ta contribution part en couille,laisse nous notre delit d offense au chef de l etat jusqua ce qu un parent senegalais accepte de son enfant des injures du genre . tu mens et autres,,,
Mor - 13/08/2017 - 06h 14  
Du temps ou Senghor etait President de la Republique,Idy Bocum,un partisan de Mamadou Dia,venait tous les Matin devant le palais pour insulter Senghor de Pere et de Mere.Tous ceux qui ont habitaient Dakar a l'epoque et qui frequentaient le centre ville,l'ont vu a l'oeuvre.Il n'a jamais ete inquiete.C'est la rancon d'etre au pouvoir que d'avoir des insulteurs.Il ne fallait meme pas faire cas de ces caricatures.
Ass - 14/08/2017 - 08h 27  
Le vieux Senegal est en train de partir en couilles et ..peut être c'est tant mieux!La parole citoyenne se libère de plus en plus avec ses dérives malheureusement , et il sera difficile d'arrêter la mer avec ses bras! Les sénégalais se sont massifiés ( 14 millions et dans les années 60, ils étaient que 3 millions et certainement faisaient moins de 500 mille dans les années 20 !!) et la société s'est fortement urbanisée et beaucoup plus ouverte ( diaspora important, internet, médias ..).La conception féodale du Pouvoir (ngour, le President Bour de droit divin sacralisé) perd de plus en plus de terrain et un autre type de sénégalais est en train d'émerger, qu'on le veuille ou pas!Nos élites doivent effectivement prendre en compte toutes ces mutations afin que cela débouche sur quelque chose de positif au lieu d'essayer de s'enfermer ( coupons l'Internet!) et de pleurnicher sur la disparition du vieux monde d'ailleurs complètement fantasmé ( des tiedos violents , une société de castes hiérarchisée avec des esclaves !!).Que Dieu préserve le Senegal!
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
La célébration du Maouloud, la compilation du Saint Coran et le « Salatout Tarawih » sont-ils des innovations
Esclavage en Libye: "Un Autre avenir" condamne
Au-delà de l’indignation, la responsabilisation
Pape Samba Mboup a des troubles de la personnalité (par Moïse Rampino)
La spirale de la dette : la forme exaltée d’un esclavage impitoyable
Quatrième forum de Dakar sur paix et sécurité : leçons d’une rencontre (par Fatou Sow Sarr, Docteur en Anthropologie et Sociologie politique)
La Méthode du dialogue politique : (Une contribution à l’élaboration des Termes de Référence)
L’art de mouliner dans le vent!
Le coup de gueule de Bougane : « Sommes-nous maudits nous les Africains ? »
Un Président qui incite sa population à la violence est un Président médiocre
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 67609 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 60288 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 48105 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 42103 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 40455 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 22 novembre 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 22 novembre 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 22 novembre 2017
AUTRES AUDIOS ...
"AUTOUR DU MICRO" reçoit Aminata Touré, envoyée spéciale du Président ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Toute la vérité sur la nature du Contrat du Directeur de l’Automatisation de ...
21/11/2017 - 17:40
Sénégal: Le géant immobilier marocain Addoha s’ensable dans la Cité de l ...
16/11/2017 - 11:39
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Macky Sall disait ...
01/11/2017 - 08:02
Quand Macky Sall défiait les force de l'ordre vidéo
03/10/2017 - 10:03
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Bercy à l'image du PSE
L'OEIL DU CITOYEN
Esclave un jour, esclave pour toujours…
WAX DEUG
Affaire Khalifa Sall : après avoir terrassé l'immunité parlementaire, place ...
AUTRES ...
Voici la chronique du 22 novembre 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
La célébration du Maouloud, la compilation du Saint Coran et le « Salatout Ta ...
22/11/2017 - 08:22
Esclavage en Libye: "Un Autre avenir" condamne
21/11/2017 - 18:04
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 18 novembre 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Spécial plateau législatives 2017 : bilan des élections avec Pape Alé Niang ...
AUTOUR DU MICRO
"AUTOUR DU MICRO" reçoit Aminata Touré, envoyée spéciale du Président Macky ...
AUTRES VIDEOS
Reportage exclusif sur la vente des Noirs en Libye
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017