Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
L'œIL DU CITOYEN
 
 
Restons sur l’essentiel !
Publié le : Vendredi 19 Mai 2017 - 10:47 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 3 - Consulté : 1713 Imprimer
<< C’est une lapalissade que de dire: nos professionnels de la politique cherchent perpétuellement à nous détourner de l’essentiel; nous orientant vers des débats soporifiques à travers des querelles fratricides, guerres d’égos et autres conflits d'intérêts. >> Bocar GUEYE (Demain une autre Afrique)


Cette semaine encore l’actualité est foncièrement politicienne; la sécurité des populations, une justice pour tous, l’incivisme, la pédophilie et tous ces autres sujets qui touchent directement le citoyen lambda relégués au second plan. Cette autre actualité, ces faits divers déroutants et désespérants (un bébé violé). Un énième drame humain, qui cette fois-ci s’est déroulé aux Parcelles Assainies a certes suscité l’émoi, mais au-delà de l’indignation: << plus jamais ça >> ! En effet, l’émotion passagère a encore pris le dessus, et l’éternel ennemi fataliste est revenu au galop. Sur le banc des accusés, le fonctionnement de la justice dans notre pays. En cause, ces nombreux dossiers traités selon le poids du client, dans l’espace et le temps. Ici, un homme en détention préventive depuis cinq années sans être jugé, et qui finit par perdre ses enfants dans des circonstances aussi dramatiques. Un cas qui nous rappelle parmi tant d’autres ce père de famille soupçonné d’avoir acheté un mouton volé, emprisonné à la veille de la Tabaski, et qui a perdu la vie lors de la mutinerie de Rebeuss. Ceci nous interpelle tous, car le corollaire de ces drames familiaux est la précarité, aussi l’ignorance du véritable sens et le rejet de la non assistance à personnes en danger. De la part de nos autorités, mais aussi notre responsabilité individuelle et collective en tant que citoyens d’un pays qui prône à tout-va, l’hospitalité << la teranga >>. Nous sommes nombreux à croire que donner une pièce de monnaie, du riz, du sucre ou des biscuits en aumône est un geste méritoire; mais au fond que faisons-nous pour nos voisins qui survivent dans la précarité tout en cherchant de préserver leur dignité ?


Ils sont nombreux ces mères et pères de famille qui ont du mal à dormir avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Un combat quotidien contre le loyer, les factures, les repas, les soins médicaux, la scolarité des enfants, etc… afin d’éviter de recevoir des étiquettes à la place de l'éthique, pour être accepté dans notre société. Nous aimons de plus en plus étaler notre bien-être; du voyeurisme à outrance promu par un phénomène crescendo, le larbinisme ambiant. Les soirées de gala musicales et religieuses se confondent, de par l’ambiance, les titres honorifiques et parrainages. Dernièrement, dans les émissions censées éclairer les populations, on a tendance à entendre que la pauvreté était synonyme d’aigreur, de jalousie, de méchanceté envers les autres. En d’autres termes le père de famille pauvre a sûrement envié quelqu’un, tenté de jeter un mauvais sort...bref un retour de bâton. Piètre manière de justifier un manque criard de solidarité, malgré nos valeurs culturelles, religieuses et morales. Les victimes des inondations en savent quelque chose, point besoin d’être riche pour héberger temporairement.

D’un autre côté, nous avons ces citoyens pas du tout ordinaires. Accusés ou pris la main dans le sac, mais jamais jugés et libres comme l’air du jour au lendemain. Alors, cela devient plus inquiétant quand le citoyen ordinaire que nous sommes et qui devrait s’inquiéter de son sort, parce que potentielle victime, se désolidarise de sa propre cause et ne daigne manifester dehors que pour l’élite qui se voit intouchable. La famille voisine peut se faire décimer par un feu ou les inondations, mais le nouveau type de citoyen ne sort que pour hurler contre << l’injustice >> faite aux autres; oui ceux qu’il voit meilleurs que lui-même, plus nobles et plus dignes. Lui et ses semblables peuvent tout subir, car leur destin est de subir. Ce même type de citoyen aime bien trouver refuge chez un guide qui peut être spirituel ou politique, souvent les deux à la fois. Fataliste, il se refuse à la réflexion, car il ne veut en aucun cas avoir à prendre son destin en main. Ceux qui refusent d’abdiquer face à l’injustice sociale, qui appellent à une révolte intellectuelle à travers la conscientisation des masses, deviennent à ses yeux des récalcitrants au décret divin. Pourtant, de simples compatriotes engagés et déterminés à défendre leurs intérêts communs.

Mais lui ne croit qu’à l’homme providentiel, il ne peut donc succomber à la puissance de l’union des cœurs et des esprits; il n’a plus foi à la force de la vérité. Il pense que son sort est déjà scellé et entre les mains d’un individu, qui pourtant chaque soir en allant se coucher n’est même pas assuré de se réveiller le lendemain. Il se livre pieds et mains liés à un être humain au pouvoir éphémère qui peut capituler << transhumer >> contre un système politicien, à chaque fois que lui et ses compères ne sont pas aux commandes. Un mortel qui face à la maladie a recours comme nous autres citoyens ordinaires, au médecin. Un individu qui vit dans un luxe indécent face à la misère quotidienne, après nous avoir appauvri davantage. Alors ce type de citoyen là, souteneur de ses bourreaux, est victime ou coupable ? 

C’est peut-être cela le noeud du problème; ne jamais avancer aveuglément, avec n’importe qui, en ordre dispersé. Identifier ses vrais alliés avant de mener un combat est un atout majeur, car l’ennemi de l’intérieur est le plus redoutable des adversaires.

 Bocar GUEYE

 
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (3)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Badou - 19/05/2017 - 12h 36  
Bilaye Deugg nekhoul, kouko Degg, sa khol nangou ko, n réalité ce peuple n'est pas victime, il est plutôt complice.« Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice. »Georges Orwell
MDC - 19/05/2017 - 12h 40  
Ok pour moi, nous devons tous être plus sérieux et allez à l'essentiel en faisant le bien et éviter le mal. Travailler plus et parler moins, s'entraider, faire des efforts et avoir confinace en nous même, nos valeurs et allez de l'avant.
LATSABETCHA - 22/05/2017 - 07h 52  
Cette chronique devrait être notre bréviaire. L'enseignant l'ayant lu l'aurait partagée largement dans sa corporation, des fiches pédagogiques en auraient été faites et dissertées à tous les niveaux. Mêmes nous autres, citoyens lambda, pourrions nous éclairer et trouver des réponses à nos propre questionnements existentiels. Le survol millimétrique des moindres replis de notre société de Mr Gueye nous expose et explose en pleine figures ces hideux liens et attaches qui nous tirent vers le bas...nous avons beau nous debarbouiller et nous gargariser de notre "lotion-Teranga" mais le relent societal ne sent pas la rose ! Des lors, il devient nécessité individuelle et collective d'aérer , aérer et assainir car le Senegal, notre beau pays est très loin de l'émergence.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Re-manie-ment, la médiocrité dans la continuité !
Le pouvoir du pourboire !
Tabaski, une psychose pour l'extrême majorité des pères de famille sénégalaise
L’appel du démon de midi !
Halte à la xénophobie et à l'ethnocentrisme politicien !!!
STOP !!!
Bac à sable…
Sectarisme citoyen !
Le Ramadan citoyen !
De la coalition à la collision !
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 65509 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 57692 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 46513 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 41119 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 39028 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 21 août 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 21 Août 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 20 septembre 2017
AUTRES AUDIOS ...
Birahim SECK pilonne sévèrement , Macky , Cheikh Kanté ,Aliou Sall , M ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Mame Mbaye Niang a 69 chargés de missions
20/09/2017 - 10:53
Octroi de "fausses" mises en liberté à la Cour d’appel de Dakar : comment la ...
20/09/2017 - 10:07
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Hier Macky disait : « Je ne mêle jamais ma famille à la gestion »
12/09/2017 - 10:04
Il y a 2 mois, Aminata Lô Dieng comparait Macky à Djimbory, aujourd’hui, ell ...
22/07/2017 - 10:07
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky et sa caisse noire Aliou et sa caisse grise
L'OEIL DU CITOYEN
Re-manie-ment, la médiocrité dans la continuité !
WAX DEUG
SÉNÉGAL : La République du reniement ou Le Hit-parade du "Wax waxeet".
AUTRES ...
Voici la chronique du 20 septembre 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Le discours de Donald Trump, à l’Assemblée générale de l’ONU, nous rappe ...
21/09/2017 - 10:36
Lettre au Moro Naba récipiendaire du prix Macky Sall pour la paix
19/09/2017 - 09:52
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 05 août 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Spécial plateau législatives 2017 : bilan des élections avec Pape Alé Niang ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
Faram Facce - Invité : Bamba Fall - 16 Aout 2017
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017