Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Atermoiements d'un pouvoir : lignes de rupture
Publié le : Vendredi 7 Avril 2017 - 13:09 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 4 - Consulté : 2192 Imprimer
Le durcissement du front social montre à suffisance les errances et les errements d’un pouvoir qui rappelle un peu le récit de ce personnage célèbre. A la différence de celui-ci qui voulait parvenir à tout prix, le pouvoir s’est recélé dans sa litanie de promesses du Yokkuté au Yakaar pour parvenir à ses fins. Ici nous ne pouvons pas dire qu’il n’a pas compris le Prince. Les échéances électorales s’approchent et leur diktat est cruel  pour un pouvoir qui au départ ne « se souciait » guère de sa réélection.

Ce quinquennat-septennat se termine sans commune mesure par une panique jamais vue ailleurs dans une démocratie comme nous aimons bien se le revendiquer. Mais pourquoi cette débandade quand les forces sociales réclament leurs droits et demandent la juste application du programme qui a suscité la confiance de 2012 ?

 L’oubli du slogan phare « la Patrie avant le parti ; la gouvernance sobre et vertueuse » : La rupture a eu lieu mais c’est entre le pouvoir et le peuple

 Il est des moments dans l’histoire où le brin de chaos perceptible est un passage ténébreux au cours duquel toutes obscurités se dévoilent avant la réverbération. C’est ce que nous vivons en ce moment. « Les nerfs sont tendus et on est fatigué » ; ce passage a fait le buzz dans une vidéo récente mais au delà de l’événement qui a eu lieu dans un vol, c’est un sénégalais qui l’a proféré. Etait-ce un signe ? En observant la scène politique loin de chez moi, j’ai un recul qui me permet d’avoir cette analyse. D’aucuns la trouveront partisane, c’est vrai on ne peut parler de son pays sans prendre parti. Au lendemain de 2012, je fus nourri d’enthousiasme à l’idée de congédier le clientélisme ploutocrate qui naquit en 2000. La raison est celle-ci. Ma naïveté m’a fait croire à ces slogans : « la Patrie avant le parti » ; « La gouvernance sobre et vertueuse », en quoi je trouvais une sorte de renouvellement de l’engagement politique. Que nenni de tout cela !

Les institutions financières s’alarment déjà du niveau d’endettement du Sénégal. La cause : on nous fait croire à un Sénégal capable de tamponner les Dragons Asiatiques.

Le front social se durcit et  pour cause, l’oubli des populations au profit d’un maintien au pouvoir en mettant à l’écart les potentiels et sérieux opposants. On dirait qu’il fallait cette étincelle, alors que la sonnette d’alarme s’est déclenchée depuis fort longtemps pour raviver la flamme des fronts sociaux avant-gardistes. Le paradigme du nouveau type de sénégalais est une belle trouvaille mais ceux qui les portent en ont-ils conscience dans sa capacité à révolutionner la manière de faire la politique au Sénégal. Pourquoi l’élite pensante n’en fait pas un sujet fondamental d’une révolution culturelle typée sénégalaise ? Ou son appropriation par la classe politique ?

 « Ce ne sont pas les devoirs qui ôtent à un homme son indépendance, ce sont ses engagements »

 

Les promesses non tenues ont fini par exacerber l’idée d’engagement, de convictions politiques pour un idéal de société. Effet positif : au moins le débat politique peut se relever face à ces manquements ! Chimère de chimère ! Si un pouvoir, quand des organisations de la société civile montent au créneau pour sonner l’alerte, sort ses griffes, c’est qu’il y a problèmes : Le pouvoir se trompe de bataille. Celle-ci est autre part que sur le même terrain que ces organisations. Pas diversion ! Quand on gouverne on n’organise pas des marches, on agit. Le pouvoir ne sachant plus quoi faire, se terre dans l’escalade de la violence verbale à coups de menaces et de chantages - Yakham et compagnies à qui colle bien cette image du corbeau fabuleux en faisant les piètres rutilants auprès d’un chef aux abois. Ma conviction est qu’un pouvoir fort face à une opposition forte ne peuvent que faire avancer notre pays, mais surtout hisser le niveau du débat sur les enjeux et défis centraux de notre société. Le pouvoir actuel en a-t-il peur au point d’annoncer la couleur dès le départ : « réduire l’opposition à néant » ? C’est l’impression que tout un chacun peut être tenté d’avoir à la lecture des feuilletons politico-judiciaires et des marches interdites. Le pouvoir a les mains ligotées par une oligarchie de parvenus dont la survie réside dans des actes laudatifs ou va-t’en guerre envers ou pour le chef.

La voie vers le « compromis dynamique » entre politique et populations.

L’occasion pour le peuple de montrer qu’il est le seul maître à bord. A chaque fois que notre fondement de société est en phase d’être bousculé, le peuple s’est toujours montré à la hauteur en sanctionnant de façon nette. De Tunis au Caire, le sirocco a déjà transporté le sable des ergs et libéré un relent de chaleur populaire libératrice. Par l’effet de la force de Coriolis le détournement de ce mouvement éolien nous laisse penser à direction vers le sud Sahara à la rencontre de l’harmattan, un vent chaud. Ca va chauffer. Comme une alluvion ballottée entre les méandres et affluents, n'attendant qu'une chose: être charriée dans la zone dépressionnaire pour y gagner le lit du fleuve sur lequel elle peut commencer sa sédimentation, la marche se poursuit au pas cadencé. C’est une marche vers la vraie rupture. L’émergence, nous la voulons. La gestion vertueuse, nous la voulons. Mais commençons par construire des hommes pour l’émergence de ces valeurs. La rupture réside dans cet acte citoyen dans lequel l’engagement est réciproque et respecté.

 

Ce processus dont l’aboutissement est le conditionnement de nos dirigeants à ramer dans le même sens que les aspirations du peuple, nous pouvons le mettre en marche. Il est long et truffé d’embuches. Les forces d’anéantissement de cette capacité  de discernement des masses sont toujours là, se dressent en court-circuit, sérieusement obstruant à la libération des énergies en synergie. Leur objectif : créer des mouvements asynchrones qui tiennent en otage les aspirations de tout un chacun. Au stade actuel, seul un esprit obtus ne peut voir vers quoi tendent ces aspirations. Point de prétexte ! Vous parliez de rupture !

Résolvez la question de l’éleveur qui souffre de la concurrence déloyale du lait en poudre importé ! Résolvez le problème du malade qui a besoin de dialyse, de radiothérapie ! Résolvez la stabilité de l’écosystème pour la reproduction de nos espèces halieutiques. Résolvez notre système éducatif où l’année académique en cours est celle passée ! Résolvez le problème de la femme rurale qui monte sur une charrette pour aller accoucher à 10 Km! Résolvez les flous juridiques et comptables des fonds politiques !

 

Pour finir rappelons ces paroles sacrées : « Au commencement était le Verbe ». Nos vaillants compatriotes du Sénégal des abysses souffrent par la carence de l’action du verbe. La renaissance commencera par là : le respect des engagements pris.

Toutes ces vagues déterminées et enthousiastes des sénégalais résistants n’échouent pas en vain devant la surdité ou l’oubli sélectifs, elles érodent et dépiautent inexorablement la trahison et le mensonge qui sont devenus le blason d’un règne. Il n’est pas trop tard pour maculer la fin de règne de la vraie {fausse} gouvernance vertueuse qui nous a été vendue.

 

Oswald SARR

oswald.sarr@gmail.com

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
GEORGE - 07/04/2017 - 15h 11  
IL FAUT NOTER QU IL EST TRÈS DIFFICILE DE GOUVERNER UN PAYS QUI A POUR PORT FAVORI LA POLITIQUE POLITICIENNE 12 MOIS SUR 12
Xeme - 08/04/2017 - 07h 27  
Le tyran dictateur; Macky Sall, a compris que le peuple l’a compris. Le stratagème de la terreur sous couverture médiatique a atteint ses limites. On en comprend les réactions de l’écorché vif Yakham Mbaye. Lorsque le chargé de peinture constate que sa peinture ne couvre lus l’ignominie qui lui fait vivre il ne peut q’en être effarouché. C’est la moindre des choses.
Lu eupp tuuru - 08/04/2017 - 10h 02  
Du temps du PS au moins il y avait de vraies idées qui sont débattues. Mais depuis Wade on peut regretter de constater que les politiques sont pauvres d'esprit. Chez Macky c'est encore pire. C'est l'arrogance et l'ignorance couplées. BBY est une coquille vide. M. SARR il faut des gens comme vous pour redresser ce pays. Votre constat est lucide et objectif.
Passant - 08/04/2017 - 23h 33  
Ce pays est au bord du chaos ou aucun secteur ne marche.Pour moderniser par exemple l´administration, il faut impérativement:- dépolitiser complètement les recrutements et modes de fonctionnements du personnel,- créer une commission nationale permanente de recrutement des cadres de l´administration, composée d´universitaires, de magistrats et de cadres relevant du type de personnel concerner, pour une durée déterminee,avec des gens competants, y associant si nécessaire des bureaux de recrutements prives,- les recrutements se feront uniquement par la compétence et seront ouverts a tous, notamment aux sénégalais de la diaspora, - bannir le népotisme, le clientélisme dans toute la fonction publique, - lutter et bannir toutes formes de corruptions dans la fonction publique,- veiller a la promotion juste et équitable des fonctionnaires,- supprimer le cese, le hcct, les bidules de djibo ka, awo coudou ndiaye, inocente tap ndiaye, ...qui n´ont aucune utilité dans une administration moderne,- supprimer tous les postes plus politiques qu´administratifs de ces innombrables conseillers, ministres conseillers,...- rationaliser les agences et attribuer des salaires équitables a tous et laisser les avantages bidons, sans fondements,- supprimer les caisses noires, les fonds politiques, les marches mafieux des grès a grès et les détournements de toutes sortes, sources de toutes les corruptions et des magouilles de toutes sortes. Cette mafia de l´argent facile fait courir beaucoup de gens médiocres pour uniquement se servir...- rendre la justice totalement indépendante pour sanctionner tous les voleurs de la république, au même pieds d´égalité,- rendre les corps de contrôle totalement indépendants de l´exécutif, transmettant sans escale tous leurs rapports directement en justice, après leurs publications intégrale dans la presse,- bannir la corruption, l´injustice et l´impunite dans la fonction publique,-....avec ces mesures, nous aurons une administration moderne, fer de lance d´un senegal émergeant.Vous conviendriez avec moi que cela demande une réelle volonté politique, pas des réformettes sans lendemain...LE FONCTIONNAIRE DOIT ETRE LA POUR SERVIR ET NON SE SERVIR..... C`EST VRAI, L`EXEMPLE DOIT VENIR D`EN HAUT DE EN HAUT..
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
La pudeur des tartuffes et la Justice des injustes
L’intégralité de la question posée au Conseil Constitutionnel, méconnue du Grand Public
SEN PETIT GALLE : la vache laitière de Prince Art
Et maintenant? Attaquons les racines du mal...
Revisiter l'héritage des Assises pour apaiser le climat socio-politique !
L’insolence de Assane DIOUF, Amy Collé DIENG, Penda BA et Oulèye MANE doit être condamnée avec la dernière énergie
Attention ! Tirons la sonnette d’alarme avant que le pire ne se produise. « Ndaxté nak Luy ram ci ñak ba la jëm, té ay du yam ci boppu borom».
Pour Macky, l'essentiel est de gagner (par Wagane Faye, avocat)
Gestion du sport !A quand l'évaluation?
Sénégal: Autopsie d'un régime de terreur
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 63697 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 55989 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 45444 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 40603 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 38203 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 14 août 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 14 Août 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 16 Août 2017
AUTRES AUDIOS ...
Audio-Idy pilonne le manque d’unité de l’opposition
 
SCANDALES D'ETAT
   
Affaires Bictogo, Petro-Tim, BDK Aliou Sall, Ndèye Katy Fall...: l'OFNAC, le ci ...
14/08/2017 - 16:12
Scandale de la SAR : 15 millions de dollars mis en cause
14/08/2017 - 11:15
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Il y a 2 mois, Aminata Lô Dieng comparait Macky à Djimbory, aujourd’hui, ell ...
22/07/2017 - 10:07
Audio-Quand Macky Sall dénonçait la rétention des cartes et les achats de con ...
19/07/2017 - 09:50
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Comment passer aux choses sérieuses si nous devons défendre des choses vitales ...
L'OEIL DU CITOYEN
Halte à la xénophobie et à l'ethnocentrisme politicien !!!
WAX DEUG
Législatives 2017-Le bétisier n°11: Paix définitive en Casamance ou mirage?
AUTRES ...
Voici la chronique du 16 Août 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
La pudeur des tartuffes et la Justice des injustes
18/08/2017 - 10:45
L’intégralité de la question posée au Conseil Constitutionnel, méconnue du ...
18/08/2017 - 09:23
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 05 août 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Spécial plateau législatives 2017 : bilan des élections avec Pape Alé Niang ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
Faram Facce - Invité : Bamba Fall - 16 Aout 2017
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017