Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Affaire Khalifa Sall : les explications de Mbaye Touré, gérant de la caisse d'avance
Publié le : Lundi 20 Mars 2017 - 12:44 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 7 - Consulté : 3414 Imprimer
A travers l'étude de l'extrait du pré-rapport n°12/2016 du 23 mars 2016 relatif à la caisse d'avance dont il est le gérant, Mbaye Touré apporte des observations sur l'affaire qui alimente tous les débats ces derniers temps pour avoir valu une incrimination à l'édile de Dakar.

"La caisse d'avance destinée à la prise en charge des dépenses diverses a toujours existé au niveau de la commune de Dakar. Elle est, pendant toute l'existence de la commune de Dakar, considérée et acceptée par les acteurs (autorités politiques et fonctionnaires) et quel que soit le régime en place, comme des fonds politiques", précise-t-il d'emblée dans le document estampillé "confidentiel" dont Dakarmatin détient une copie.

Poursuivant sur le débat suscité par la caisse d'avance, M. Touré renseigne que celle-ci "ne date pas d'aujourd'hui". "Déjà, rappelle-t-il, en 1997, une mission de l'IGE conduite par l'Inspecteur général d'Etat Samba Diallo, au niveau de la Communauté Urbaine de Dakar en avait fait état". C'est pourquoi, s'explique-t-il, pour fonder une opinion sur la nature de la caisse et son mode de fonctionnement, je vous avais suggéré de consulter ce rapport de l'IGE de 1997 pour mieux apprécier le traitement qui a été réservé à cette question".

A l'en croire, l'origine de l'exécution des crédits destinés aux dépenses diverses se faisait par de simples décisions de mandatement signées par le Maire et approuvées par le ministre chargé de la tutelle des collectivités locales. Et ces décisions de mandatement, estime-t-il, ne précisent pas également la nature des dépenses et aucune pièce justificative n'est demandée.

Quant à la justification de l'utilisation des sommes encaissées, Mbaye Touré indique que celle-ci se faisait non pas au niveau du receveur percepteur municipal, mais au niveau du ministre chargé de la décentralisation. "Il y a lieu d'indiquer qu'au même moment, toutes les autres dépenses effectuées sur le budget, également approuvé par le ministre, sont justifiées auprès du receveur percepteur municipal par la production de pièces justificatives. Le receveur percepteur municipal remettait directement les sommes d'argent en numéraire au Maire et n'avait pas droit à des pièces justificatives", détaille M. Touré qui estime que ce seul fait révèle, s'il en était besoin, le caractère spécial des sommes mises à la disposition du maire.

Par ailleurs, le gérant de la caisse d'avance de la mairie de Dakar informe que le niveau d'exécution des crédits portant sur les dépenses diverses figurent sur les comptes administratifs adoptés par le conseil municipal au terme de chaque exercice budgétaire. Selon lui, les dépenses diverses concernées portent généralement sur :

-Appui aux autorités religieuses, politiques, militaires, administratives et coutumières.

-Appui financier et aides aux conseillers municipaux agents de l'administration municipale.

-Appui pour la prise en charge sanitaire des populations : les évacuations sanitaires, les séances de chimiothérapie des citoyens de tous rangs et de niveau social.

-Financement des activités de la ville: animation des plages pendant les vacances scolaires, paiement de PGA (Prime Générale d'Alimentation) aux forces de l'ordre pendant les opérations de désencombrement et de déguerpissements, organisations de centres aérés pour les élèves des familles démunies, les programmes noël pour tous et santé à l'école, concerts de plages pendant les vacances scolaires.

-Aides pour le transport de pèlerins à l'occasion des évènements religieux (Magal, Gamou, Pentecôte…)

-Prises en charge des dépenses des institutions et établissements religieux de la ville de Dakar (eau, électricité et divers équipements).

-Soutien aux activités des forces de défense et de sécurité dans les volets opérationnels, sociaux et culturels dans la région du Cap Vert et à l'intérieur du pays.

-Les cérémonies commémoratives telles que la fête du 4 avril, les journées du souvenir initiées par l'Etat, les visites officielles et les sommes des chefs d'Etat.

-Appui aux associations lors de l'organisation des soirées de gala et de conférences religieuses.

 

 

 

 

 

 
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (7)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Nay léér - 20/03/2017 - 14h 57  
donnez nous la liste des beneficiaires
SENEGAL - 20/03/2017 - 16h 27  
JE suis dèsolè vraiment notre paysest en dangè de mort des politicien ki mentent des journaliste partisanne mais ou va le pays . tout ce que vous faites allusion dans votre article c' est dans le budget municipal donc dite nous la veritè .s'il vous plait
Mamadou - 20/03/2017 - 17h 58  
Dans ce dossier y'a rien qui vaille une condamnation tout ceci montre que ces fonds ont été légalisés par l'Etat himself tout est légal personne ne scie la branche sur laquelle il est assis.Khalifa a utilisé les fonds que la loi lui a conféré comme ces prédécesseurs.Il était préférable pour l'Etat de supprimer ces fonds tout court malheureusement en voulant anéantir un adversaire il s'en est mal pris aujourd'hui il a crée un leader dangereux pour lui le retour de baton
Stéphane - 20/03/2017 - 18h 06  
Très clair. Franchement il s agit de fonds dérogatoires acceptés par le Tresor et partant par le pouvoir. Il faut libérer Khalifa Sall et essayer de le battre démocratiquement.
Doomi rewmi - 20/03/2017 - 22h 33  
http://www.ferloo.com/2017/03/09/declaration-du-secretariat-executif-permanent-de-bby-sur-laffaire-de-la-mairie-de-dakar-a31600.html
Dior - 20/03/2017 - 22h 51  
Merci pape ale ça devient de plus en plus clair
Kinas - 20/03/2017 - 22h 53  
Tout le monde sait que ces fonds sont politiques depuis leur création.Tout le monde connait le serieux de feu l´inspecteur general d´eat Samba Diallo. Dans un état de droit, le vol est interdit pour tous le monde, sans un coude présidentiel pour proteger certains...Dans un état de droit, tous les voleurs sont punis devant une justice totalement indépendante.Tout le chaos et le bordel dans ce pays est causer par cette justice aux ordres, cette justice politique pour enfermer les opposants au président et "récompenser" les voleurs du clan au pouvoir.Cela a trop durer. Il faut y mettre un terme:On ne peut pas pacifier ce pays selon la volonté de nos guides religieux sans que tous les sénégalais soient égaux en droits et en devoirs, dans un pays de droit. On ne peut pas sélectionner qui on va emprisonner et qui on va proteger. C´est anti-démocratique et anti-républicain, c´est une injustice totale, du grand n´importe quoi...Nul n´a le droit d´utiliser le pouvoir judiciaire a des fins politiques, c´est de la lâcheté hypocrite. En démocratie, les gens se "battent" a armes égales et laissent au peuple le libre arbitre.....Ce pays appartient a tous les sénégalais au même degré et personne ne l´a hériter de ses parents...
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Libération imminente de Bamba Fall et Cie: le Procureur a décidé de surseoir à son pourvoi
Visite à Bamba et Khalifa: Après Decroix et Baldé, Aïda Mbodji interdite d'accès
Serigne Moustapha Sy : « J'irai à Rebeuss si Macky ne libère pas Khalifa»
Double Meurtre à Médinatoul Salam : 5 ans sans procès
La France a voté sans observateurs étrangers
Marine Le Pen élue présidente? Une tragédie pour l’Afrique et la France
Coupe abusive de bois à Kolda: un gendarme et ses 3 complices condamnés à 18 mois de prison ferme
Démolitions de maisons à Tivaouane Peul: des dizaines de familles surprises par les bulldozers
Contenus des télévisions: le Cnra et les responsables des programmes appellent à plus de professionnalisme
Constructions irrégulières sur le littoral : après le mur des Turcs, les villas de la honte
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 57506 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 48567 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 41070 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 37866 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 35007 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017