ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL VIDEOS AUDIOS PEOPLE
 
 
 
CONTRIBUTIONS
 
 
Tanor, tel Cronos
Publié le : Mardi 10 Janvier 2017 - 09:37 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 6 - Consulté : 1320 Imprimer

Avec la bénédiction de Macky, il fait appel à la Justice qui vient d'embastiller le maire Bamba Fall - Il est l'incarnation du dieu Cronos qui mange ses enfants pour ne pas avoir d’héritier.

Quand le 30 mars 1996, le président de la République Abdou Diouf, l’alors président du Parti socialiste (PS), intronise Ousmane Tanor Dieng, son homme-lige, comme le nouveau Premier secrétaire, son oukase ne manque pas de créer un séisme politique au sein de la formation politique de Léopold Sédar Senghor. Le manque d’échanges critiques entre acteurs politiques concernés lors de cette rencontre historique et décisive dans la vie du PS a valu à cet événement l’appellation railleuse de « congrès sans débat ». Cet acte de réformation voire de refondation qui consacre l’arrivée massive de jeunes technocrates dans les instances du PS crée des dissensions profondes et des frustrations ingérables chez les anciens appelés « légitimistes » au point que le parti commence à s’ébrécher pour ne pas dire se fracturer. Mais les renouvellements frauduleux et bâclés prédisaient les décisions arbitraires qui allaient être prises lors de ce « congrès sans débat ».

De Charybde en Scylla

Djibo et plusieurs de ses camarades, premières victimes de Refondation dont le chef de file est Ousmane Tanor Dieng, flétrissent le centralisme démocratique du parti et remettent en cause le découpage arbitraire et partial des coordinations. Ainsi le 25 octobre 1997, à l’hôtel Indépendance, ils tiennent une conférence et lancent le courant du Renouveau pour contrecarrer la Refondation tanorienne. Le PS vient de connaître sa plus grave crise après le « congrès sans débat ». Les sanctions du bureau politique ne feront pas reculer les Rénovateurs qui tiennent la dragée au dauphin putatif du président Diouf, chef de file des Refondateurs. Et aux législatives de 1998, ils font une percée à l’Assemblée nationale avec 11 députés. Moustapha Niasse suit les traces de Djibo Ka et le 16 juin 1999, il publie un texte qui marque la rupture avec le PS version Tanor. Et le voilà exclu du PS. Les deux mastodontes qui se présentent contre leur ancien mentor à la présidentielle de 2000 pèseront lourd dans la défaite du président Abdou Diouf. Leurs scores (16,77% pour Niasse et 7,08) contraignent le candidat socialiste à un second tour d’où il ne sortira pas vainqueur. Ainsi Ousmane Tanor Dieng qui a dirigé la campagne d’Abdou Diouf, même s’il a été écarté intelligemment au second tour, récolte 41,51%. La défaite électorale de Diouf permet aux légitimistes socialistes restants de tourner casaque. Certains (Assane Diagne, Adama Sall, Abdourahmane Sow, Sada N’Diaye, Abdoulaye Diack, Iba Guèye, Aïda Mbodj et Salif Bâ…) transhument vers les prairies bleues alors que d’autres mettent sur pieds leur propre formation politiques. Le courant contestataire « Démocratie-Solidarité » voit le jour avec les apparatchiks Robert Sagna, Mamadou Diop, Souty Touré, Abdou Khadre Cissokho (qui a opéré un come-back), Moustapha Kâ, Madia Diop et Amath Cissé. La désignation contestée du Premier secrétaire comme le candidat socialiste à la présidentielle de 2007 par le Congrès d’investiture, le 13 janvier 2007, sous la présidence de Cheikh Abdoul Khadre Cissokho, Secrétaire à la vie politique du Parti socialiste et ex-co-fondateur de « Démocratie-Solidarité », poussera Robert à se présenter, au nom de son courant, sous la bannière de la formation de Tété Diédhiou, l’Union des forces démocratiques (Ufd). Finalement Tanor obtient 13,56% des voix se classant 3e derrière Wade et Idrissa Seck. Avec Tanor, la descente aux enfers continue. Il va de Charybde en Scylla. C’est ainsi qu’au sein du Ps, de nouvelles voix commencent à se faire entendre pour contester le leadership de Tanor et lui dénient la légitimité pour être le candidat du PS à la présidentielle de 2012.  

En  novembre 2009, les premières salves retentissent aux yeux oreilles de Tanor. Au micro de Radio France Internationale, Aïssata Tall Sall, porte-parole du Ps, annonce : « je suis dans les dispositions pour me présenter aux prochaines échéances électorales au Sénégal. Rien ne s’y oppose… Il y aura bien des primaires pour la désignation de leur futur candidat ». Même son de cloche du côté de Khalifa Sall à la même radio : « le Ps n’a pas de candidat naturelle. Les élections primaires sont prévues par nos textes. Si on avait pensé avoir un candidat naturel on ne les aurait jamais prévues ». Même Abdoulaye Wilane dont les atomes crochus avec Tanor sont connus de tous soutient la même position en déclarant que « le Ps peut avoir un candidat naturel, mais il n’est pas l’officiel ». Alioune Ndoye, maire de Dakar-Plateau enfonce le clou : « le Ps n’a pas de candidat naturel » martèle-t-il. La naissance d’un mouvement de soutien « And Dolel Khalifa » sonne comme un adoubement du maire de Dakar à la présidentielle de 2012. Nonobstant ces remises en cause de son leadership, Tanor s’accroche aux basques de son poste de Secrétaire général du PS pour se présenter en 2012. Mais les résultats du premier tour le place quatrième avec 11,30%. Une régression par rapport à 2007.

D’ailleurs c’est cette régression que Malick Noël Seck fustigeait sans aménités au point d’être exclu du PS. « Il a été confié à Tanor une mission à la réussite de laquelle il a failli. Il est aujourd’hui au Parti socialiste ce que l’écharde est à la blessure, et il ne partira pas tant que nous ne l’aurons pas nous même extirpé. Il est nécessaire, urgent et impératif qu’il soit destitué. Convergence socialiste ne saurait soutenir une liste qui n'a plus rien de socialiste » vociférait-il.

Ainsi après trois échecs successifs – 2000, 2007 et 2012 –, l’hallali politique de Tanor semble avoir sonné. Lui-même avait déclaré qu’il ne serait plus candidat à une autre présidentielle après 2012. Malgré l’échec à la présidentielle, Tanor se dédit et annonce sa candidature au XVe congrès du PS du 5 juin 2015 qui le réélit comme Secrétaire général du PS dans des conditions non transparentes.

Pas candidat mais « candidataire »  caudataire

Il est avéré qu’en 2019, le Secrétaire général du PS n’est pas candidat, il est « candidataire »  caudataire du président Macky Sall. Là que le bât blesse, c’est le refus de Tanor d’admettre un autre candidat socialiste en dehors de sa personne. C’est cette infatuation que les jeunes comme Bamba Fall, Barthelemy Dias, Aminata Diallo et autres militants imbus des idéaux de la social-démocratie récusent. Et pour éviter que Tanor et ses apparatchiks transforment le PS en comité de soutien de l’APR, de jeunes socialistes se sont présentés à la maison du parti le 5 mars 2016 pour troubler la réunion du bureau politique qui devait officialiser l’assujettissement du wagon socialiste à la locomotive apériste. Incapable de régler politiquement ce différend qui l’oppose aux contestataires pro-khalifa, incapable de transcender les remous consubstantiels à toute formation politique, Tanor et sa valetaille ont demandé, avec la bénédiction de l’Exécutif, le secours de la justice, laquelle vient de décerner plusieurs mandats de dépôts au maire Bamba Fall et compagnie. Au préalable, Barthelemy Dias a été délesté de son immunité parlementaire avant de faire face aux juges du Prince qui, à coup sûr, essayeront de compromettre sa carrière politique. L’objectif de Tanor est clair : tuer impitoyablement ses adversaires de parti selon la volonté du président Macky Sall. Aujourd’hui après que l’AFP est rayée de la carte politique, il reste à déstabiliser le parti de Senghor.

Aujourd’hui, le mérite de Tanor, c’est d’avoir sombré depuis 1996 le PS dans une abime insondable et de s’être débarrassé de tous ses contradicteurs excepté encore l’intraitable Khalifa Sall qui refuse toute compromission et collusion avec le président Sall. Il a saccagé l’héritage idéologique de Senghor qui s’est révélé être pour lui un véritable faix politique. Jamais Tanor n’a su refonder le PS et le mettre dans une nouvelle dynamique de conquête du pouvoir. Las de ses défaites successives, il a choisi de mettre à l’encan la formation de Senghor pour jouir des prébendes du pouvoir. Sachant qu’il n’a plus un avenir politique prometteur, il refuse de passer le flambeau aux jeunes loups ambitieux. Mais Tanor, c’est l’incarnation du dieu Cronos qui mange ses enfants pour ne pas avoir d’héritier. Mais la mythologie enseigne qu’un de ses enfants Zeus a échappé à son autophagie et lui Cronos finit ses jours dans le Tartare, la prison des Enfers située au profond de la terre.
 
 
 
COMMENTAIRES (6)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Massiré - 10/01/2017 - 11h 33  
Une analyse pertinente
Diokel - 10/01/2017 - 14h 30  
l'APR rit sous cape en pensant ramasser les dividendes aprés les pots cassés,mais attention au retour de baton: 6senegalais sur 10 pensent que c la justice de MAKY qui est derriere tout cela, qu'ils considerent com une injustice,le senegalais n'aiment pas l'injustice.............
Anonyme - 10/01/2017 - 15h 51  
La 1ere question de l'enquêteur.A qui profite le crime ? Alors Mr le PR méfiez-vous des embastillements à tous vents.
Pisko - 10/01/2017 - 18h 19  
moi ce qui révolte dans tout ça c'est la qualification de tentative d'assassinat qu'on reproche aux jeunes alors que (ne parlons même pas des jeunes APR) farba ngom a dégainé arme et tirer des coups de feu à Matam sans être inquiété. quelle justice de merde
Jack - 11/01/2017 - 01h 38  
Voilà j journaliste qui est malhonnête intellectuellement.Pas pertinent de mon point de vue..
Analyste - 11/01/2017 - 03h 32  
en toute objectivité, cette "analyste" manque d'objectivité.La conclusion n'est rien de plus qu'une prise de proposition, ou tout simplement une volonté de nuire , de salir en somme de porté préjudice. Mais bon rien d’étonnant c'est du journalisme à la sénégalaise.Par contre Je suis un peu dessus que cela soit publier par un site qui jusque là n'avait jamais été dans les prise de position
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Lettre ouverte au Président de la République sur la situation des sénégalais du Brésil, injustement privés de passeport.
La Gambie après le 19 janvier 2017 : 7 scenarii de sortie de crise pour Yaya Jammeh
Intervention militaire du Nigeria en gambie: quelles consequences pour le Sénégal?
Les inscriptions électorales à Paris : Une fraude MASSIVE est en marche !
Pour un large front républicain face aux apparences bavardes et trompeuses de la gouvernance du président-politicien
Le Sénégal revendu à la France?
TOUNKARA, dites « astaghfirullah » !
Monsieur le Président, les défauts des Chefs d’État conduisent toujours vers leur échec
Tanor, tel Cronos
« A mon ami Bamba Fall » par Malick Noel Seck
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 53500 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 41224 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 37599 fois
Voici la chronique du 19 octobre 2016
Consulté : 32981 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 32970 fois
 
   
LES BUZZ
ACTUALITE - Nos femmes et hommes politiques sont les seuls responsables de la recrudescence des meurtres au Sénégal
ACTUALITE - La démocratie est morte, ne serait il pas temps de l'enterrer ?
ACTUALITE - Le Sénégal et ses multiples institutions : présomption forte d’inutilité
ACTUALITE - Interdiction des partis politiques , un préalable à l'émergence du Sénégal
ACTUALITE - Souvenir quand Souleymane Jules Diop nous parlait de Macky et les Marabouts
 
   
 
   
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright InfiniGroup, 2014