ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL VIDEOS AUDIOS PEOPLE
 
 
 
CONTRIBUTIONS
 
 
Sénégal : répression pré-électorale
Publié le : Vendredi 6 Janvier 2017 - 08:22 - Source : dakarmatin.com - Commentaires : 2 - Consulté : 374 Imprimer

De sombres menaces planent sur notre pays à cause de la boulimie pouvoiriste de nos autorités, qui tiennent coûte que coûte à s’assurer une confortable majorité au Parlement et à remporter la prochaine élection présidentielle au premier tour. Pour ce faire, elles ne se satisfont plus du mode de scrutin inique et des tricheries électorales habituelles (achat de conscience, utilisation des moyens de l’État…), mais semblent maintenant vouloir s’attaquer aux piliers de notre Démocratie.

Il ne peut en être autrement, quand on a la farouche volonté d’écraser toute forme de résistance émanant aussi bien de l’Opposition que des partis membres de la grande Coalition présidentielle. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’inculpation probable de certains militants socialistes suite aux incidents du 05 mars 2016 à la maison du Parti socialiste et la réouverture du dossier de Ndiaga Diouf. Ces faits constituent une immixtion inadmissible - initiée suite à des plaintes de certains politiciens de la majorité - dans le fonctionnement d’une organisation privée que constitue tout parti politique.

Dans le cas d’espèce, il s’agit d’une formation politique caractérisée par une longue histoire de violences internes, pendant les renouvellements de bureaux de section ou coordination, sans que presque jamais la Justice n’ait eu à intervenir.

Cela confirme les inquiétudes des démocrates et patriotes de notre pays, qui ne peuvent que constater que les fossoyeurs de la Démocratie sénégalaise tombent les masques, à mesure qu’approchent les élections législatives.

Jusque là, le pouvoir essayait de sauver les apparences et le recul démocratique paraissait confiné au niveau des textes de lois et des procédures, depuis la modification unilatérale du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale jusqu’aux pirouettes référendaires, en passant par le reniement présidentiel, de triste mémoire.

Nous assistons impuissants, à présent, à ce qui ressemble de plus en plus à l’installation d’un État totalitaire, avec en toile de fond l’euphorie "émergente" des pouvoirs publics, qui promettent aux masses laborieuses, enlisées dans une grande misère matérielle et morale, des lendemains qui chantent.

Toutes les valeurs positives portées par les Assises Nationales sont entrain d’être piétinées et les Institutions censées les porter sont désarticulées – ainsi que l’a constaté un éminent membre de la société civile - voire déstructurées.  En effet, après le limogeage de fonctionnaires exemplaires, modèles de probité, la radiation arbitraire de lanceurs d’alerte, le classement sans suite de dossiers compromettants, on assiste à la nomination de personnalités aux parcours controversés dans des organes chargés de promouvoir la bonne gouvernance et la transparence.

On observe également l’instrumentalisation du pouvoir judiciaire. Il semble, plus que jamais, être devenu le lieu de toutes les iniquités, comme semble le révéler la récente levée de boucliers des magistrats, pourtant jusque-là considérés comme les enfants gâtés de la République, contre le projet de loi organique portant Statut de la magistrature et celui sur le Conseil supérieur de la Magistrature.

Il est, par ailleurs, très curieux, qu’on veuille ressusciter la CREI à l’occasion du cambriolage de la maison d’un officier de douane, alors qu’une vingtaine de dignitaires de l’ancien régime cités par le procureur Ndao ont été jusque là épargnés. Les limiers de la République en sont-ils désormais réduits à ne compter que sur les petits voleurs pour attraper les grands ?

Le pouvoir législatif ne se porte guère mieux que la Justice. Jamais l’Assemblée Nationale n’a été autant soumise à la volonté du Prince, votant en procédure d’urgence des lois touchant des domaines si sensibles, qu’elles pourraient générer, demain, des explosions sociales telles que celle du 23 juin 2011.

Le degré d’irresponsabilité des apprentis-sorciers, qui nous gouvernent avec une témérité suicidaire, peut être illustré par le flou entourant la révision exceptionnelle des listes électorales en cours, sur fond d’incertitude sur la date des prochaines élections législatives. Tout cela contribue à décrédibiliser le processus électoral, à installer la méfiance entre acteurs du jeu politique et à poser quasi-inéluctablement, les jalons d’une crise post-électorale.

Et l’histoire retiendra que c’est au moment où la Gambie est en train de vouloir émerger de plus de vingt ans de dictature que notre pays semble glisser lentement mais sûrement vers une remise en cause de nos acquis démocratiques.

NIOXOR TINE

 
 
 
COMMENTAIRES (2)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
MALHEUR - 05/01/2017 - 20h 22  
NOTRE MALHEUR EST QUE LE PRÉSIDENT MACKY SALL QUI ÉTAIT ÉLU SUR DES VALEURS A RESTAURER ET DES SLOGANS DE GESTION SOBRE ET VERTUEUSE A METTRE EN ROUTE EST ACTUELLEMENT PRÊT A TOUTES LES MALVERSATIONS, A TOUTES LES TURPITUDES SANS AUCUNE DIGNITÉ, SANS ESPRIT DÉMOCRATE OU RÉPUBLICAIN, PRÊT A ABSOLUMENT TOUT POUR GAGNER TOUTES LES ELECTIONS. C' EST UN TRÈS TRÈS GRAND MALHEUR QUI FRAPPE NOTRE PAYS. TOUS LES ESPOIRS DE MIEUX ETRE MORALE ET SOCIALE SONT ANÉANTIS.... QUELLE DÉCEPTION. LES PROPRES PARTISANS DU PRÉSIDENT NE LE RECONNAISSENT PLUS...
Diop - 06/01/2017 - 07h 20  
Macky fera tous pour gagner meme s ill faut tueMacky a peur de perde et que tous les scandales financier de sa femme et ses proches soient juge car il sait tres bien quils finirront en prisonArcelor mittalPetrotimAhsBuilding administratiifTer..........La liste est tellement longue que meme cette page ne suffira pasMacky, est un super menteur, voleur , dictateur et rien d autre
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Lettre ouverte au Président de la République sur la situation des sénégalais du Brésil, injustement privés de passeport.
La Gambie après le 19 janvier 2017 : 7 scenarii de sortie de crise pour Yaya Jammeh
Intervention militaire du Nigeria en gambie: quelles consequences pour le Sénégal?
Les inscriptions électorales à Paris : Une fraude MASSIVE est en marche !
Pour un large front républicain face aux apparences bavardes et trompeuses de la gouvernance du président-politicien
Le Sénégal revendu à la France?
TOUNKARA, dites « astaghfirullah » !
Monsieur le Président, les défauts des Chefs d’État conduisent toujours vers leur échec
Tanor, tel Cronos
« A mon ami Bamba Fall » par Malick Noel Seck
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 53500 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 41224 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 37599 fois
Voici la chronique du 19 octobre 2016
Consulté : 32981 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 32970 fois
 
   
LES BUZZ
ACTUALITE - Nos femmes et hommes politiques sont les seuls responsables de la recrudescence des meurtres au Sénégal
ACTUALITE - La démocratie est morte, ne serait il pas temps de l'enterrer ?
ACTUALITE - Le Sénégal et ses multiples institutions : présomption forte d’inutilité
ACTUALITE - Interdiction des partis politiques , un préalable à l'émergence du Sénégal
ACTUALITE - Souvenir quand Souleymane Jules Diop nous parlait de Macky et les Marabouts
 
   
 
   
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright InfiniGroup, 2014