Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
L'œIL DU CITOYEN
 
 
La violence n’est jamais gratuite !
Publié le : Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:41 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 4 - Consulté : 1867 Imprimer

<< J’ai le sentiment que les différences de classe sociale ne sont pas justifiées et qu’elles ne reposent en fin de compte que sur la violence. >> Albert Einstein

Après l’émoi suscité par le niveau de la violence sociétale qui a monté d’un cran aux yeux de certains compatriotes, tandis que d’autres l’ont vu venir au fil des ans, nous sommes passés par plusieurs autres sentiments. Entre les surprises électorales aux U.S.A. et en Gambie, en passant par la mort de Fidel Castro, du renoncement du président Français à  briguer un second mandat, face à la pression de ses concitoyens qui trouvent son premier mandat catastrophique,  là où ses homologues africains s’autorisent souvent à changer la constitution pour un quatrième ou cinquième mandat, et le référendum italien où un comédien a eu raison du président du Conseil... Tout ceci nous interpelle et nous conforte dans l’idée que le pouvoir appartient au peuple, et que la violence protéiforme, autant psychique que physique qu’elle subit ou exerce, ne peut être réduite à un phénomène objectif mesurable. Il arrive toujours ce moment où le peuple excédé, finit par imposer sa loi: les urnes ou la rue.

 Pour revenir à l'actualité nationale, plusieurs études sur le sujet ont démontré que la violence répond le plus souvent à une autre violence, sans pour autant la justifier. Ceci, au-delà de la critique des prénotions dont nous a habitué la rhétorique sociologique. Les sociétés fortement intégrées ont toujours, semble-t-il, offert aux jeunes, surtout aux jeunes hommes, des espaces de violence tolérée. Une violence à la fois explicitement condamnée et implicitement encouragée par les adultes. Dans notre société sénégalaise, nous avons malheureusement troqué tout ce qui faisait la beauté du bon vivre ensemble par un esprit politicien qui incarne les rivalités malsaines, l’autoritarisme et la corruption au détriment de nos valeurs culturelles et morales.

 Le chef de quartier ou de village qui représentait le pouvoir à travers la conciliation a complètement disparu, comme ces références que l'on trouvait dans toutes les localités. Du guide religieux à l’enseignant, en passant par le joueur de navétane, basketteur, judoka, lutteur, joueur de dames, scrabbleur ou autre, mais idole des jeunes. Mes idoles quand j'étais enfant, vivaient dans mon quartier et avaient tous un comportement exemplaire. Des références qui suscitaient auprès des jeunes, admiration et respect. Il suffit de comparer les personnages de l’année au niveau national, par dix ans d’intervalle depuis les indépendances pour avoir une idée.

 Nombreux sont ces grands penseurs qui ont trouvé que la violence était une conduite << naturelle >>, ne serait-ce que comme agressivité nécessaire à la survie et comme une réponse << normale >> à l'agression. D’après leurs analyses, les sociétés la régulent et la canalisent plus qu'elles ne l'interdisent.

En ce sens il y a une violence acceptée et << normale >>, pas seulement la violence légale de l'armée, de la police et de la répression, mais aussi la violence << spontanée >> qui trouve des expressions possibles. Dans la politique politicienne et son langage ordurier, ses guet-apens, sa corruption, sa tortuosité… dans les médias de plus en plus corrompus… dans une nouvelle culture musicale avec propos et danses obscènes… le sport avec la violence dans la lutte, les rixes entre supporters de foot… dans la religion avec des gourous imposteurs et manipulateurs...


En suivant un débat entre deux jeunes sénégalais, j’ai eu deux positions différentes sur comment traiter les coupables. L’un proposait de rétablir la peine de mort avec ses arguments: "qui tue volontairement doit être tué. C’est inadmissible de retrouver dehors même si c’est plusieurs années plus tard, l’assassin d’un membre de votre famille, qui vous a plongé dans la douleur et l’incompréhension. C’est injuste !"
Et l’autre de dire non à la peine de mort, mais: "il faudrait condamner les criminels aux travaux forcés. Ce qui est anormal, c’est de les enfermer gratuitement et de les nourrir avec l’argent du contribuable sénégalais. Des hectars de terres inexploitées sont là et on a qu’à transformer les assassins en agriculteurs. Non seulement ils vivront de leur propre labeur, mais apprendront les valeurs du travail et peut-être avec le temps, réussiront leur rédemption..."

La précarité, le désespoir, le nihilisme, la passion…les différences de classe sociale peuvent susciter la convoitise, les complexes d'infériorité comme de supériorité, la jalousie maladive, le mépris, la paranoïa, etc... et tant d’autres sentiments ou situations qui peuvent pousser à la violence verbale ou physique. Mais la violence psychique engendrée par le mépris d’un homme ou d’une femme qui incarne une haute fonction politique ou religieuse, peut et doit être bannie dans notre société. L’injustice sociale provoque un mal être qui intoxique l’individu au point de causer une véritable détresse psychologique chez certains. Une société parfaite n’existe pas, mais tout être humain a besoin du minimum nécessaire pour vivre décemment, dignement. Ainsi tout ne peut être parfait, mais la seule volonté de rétablir une justice sociale par des actes concrets, serait déjà un énorme réconfort pour les coeurs meurtris par les déceptions politiciennes à répétition. C’est connu, "l’oisiveté est la mère de tous les vices". Du moment qu’on ne peut complètement éradiquer la violence, la meilleure arme contre elle, c’est de s’atteler à la réduire à travers l’occupation mais surtout l’éducation.

 Bocar GUEYE 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Suit - 08/12/2016 - 12h 45  
C'est le meilleur
Ngor - 08/12/2016 - 21h 03  
Toute personne â une part d'animalité en elle ,un environnement déséquilibré ,un concours de circonstance particulier peuvent être catalyseur d'une remontée en surface de cette part d'animalite Le terreau est fertile dans notre société en déliquescence,où le citoyen Lambda qui évolue dans la périphérie,c'est à dire qui n'est pas fils de ,oû descendant de ,source d'une protection sociale avérée ,subit les travers de la société du réveil jusqu'au coucher sans repis .la culture du bruit est inhérente à notre société ,l'agression sonore est quasi permanente dans nos cités ,sous le couvert de la religion ,sous la baguette de jeunes retraités qui y trouve une nouvelle zone d'activité qui leur permets de s'éloigner de la maison et des réalités domestiques Apres une journée de dure labeur ,et une rentrée laborieuse à travers des embouteillages monstres ,on est accueilli par des amplificateurs tournés au maximum pour charrier soit des chants religieux,soit des thiants.Malgre lâ fatigue trouver du sommeil n'est pas chose aisée ,et à 05h00 ,commençé une autre journée de labeur ,affronter les embouteillages avec un déficit de sommeil et les nerfs à fleur de peau N'importe quel citoyen de la périphérie peut disjoncter si les circonstances l'exigent Un de mes amis qui voulait se rendre aux Usa , était questionne à l'Ambassade sur les motifs de son déplacement aux usa ,sa réponse avait laconique "je vais aux Usa pour dormir" les autorités ont complètement abandonnées le çitoyens à son sort ,son environnement,son cadre de vie ,sa quiétude ne rentrent pas dans leur préoccupation.Sous la présidence de Léopold Senghor,on était plus tranquille ,à 23h00 on annonçait à la radio qu'il fallait abaisser le volume sonore de nos postes radios ,et pendant la saison des pluie ,toute séance de tam-tam était strictement interdit ,il y avait des salles de cinéma et chaque quartier disposait de son jardin ,la société était apaisée et les meilleurs ressources humaines du pays ont été formées durant cette période la plus glorieuse ,le laissez aller à commençé sous Diouf ,s'est accentué avec Maître Wade et atteint le çime avec Macky
PERVERSION - 09/12/2016 - 22h 42  
CE PAYS EST PERVERTI PAR L´ARGENT SALE DES MAGOUILLES ET TURPITUDES DE TOUTES SORTES.UNE VIOLENCE FOUDROYANTE ET EXTRÊME S´EST ABATTUE SUR CE PAYS, DIVISER EN DEUX CLASSES EXTRÊMES ENTRE CEUX QUI ONT TOUT ET PEUVENT TOUT SE PERMETTRE IMPUNÉMENT ET SANS VERGOGNE: POLITICIENS, MARABOUTS, CORROMPUS DE TOUT BORD, VENDEURS DE DROGUES, FAUX MONNAYEURS ET DE L´AUTRE COTER LA GRANDE MAJORITÉ DES SÉNÉGALAIS QUI A DU MAL A MANGER A SA FAIM. ON VOIT DES GENS SOUVENT MÉDIOCRES ET SORTIS DE NULLE PART DEVENIR MILLIONNAIRES/MILLIARDAIRES PAR LA POLITIQUE ET LES CORRUPTIONS ET MAGOUILLES QUI VONT AVEC; LE TOUT AVEC LA PROTECTION TROP VISIBLE DU COUDE PRÉSIDENTIEL ET DE SES IMMENSES TIROIRS. L´IMMORALITÉ, L´ARROGANCE, LE NÉPOTISME, LE CLIENTÉLISME, ET LE DÉSHONNEUR DE NOS DIRIGEANTS VONT FOUDRE LE BORDEL ET LA PAGAILLE DANS NOTRE PAYS. ILS PEUVENT TOUT AVOIR, TOUT SE PERMETTRE, NOUS AUTRES AVONS DU MAL A ASSURER UN REPAS PAR JOUR A NOTRE FAMILLE. CELA NE PEUT PAS CONTINUER COMME CELA.
Quest - 14/12/2016 - 05h 36  
Où est passé Monsieur Françoise Hélène Guèye?
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Re-manie-ment, la médiocrité dans la continuité !
Le pouvoir du pourboire !
Tabaski, une psychose pour l'extrême majorité des pères de famille sénégalaise
L’appel du démon de midi !
Halte à la xénophobie et à l'ethnocentrisme politicien !!!
STOP !!!
Bac à sable…
Sectarisme citoyen !
Le Ramadan citoyen !
De la coalition à la collision !
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 66279 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 58796 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 47107 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 41495 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 39623 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 17 octobre 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 17 octobre 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 11 octobre 2017
AUTRES AUDIOS ...
Rfm grand jury invite: Mbaye Gueye -15 octobre 2017
 
SCANDALES D'ETAT
   
DIX-MILLE HECTARES POUR AFRI PARTNERS - Dodel oppose son véto, dénonce le déc ...
16/10/2017 - 21:12
Bizarrerie à la Sar: 400 milliards de chiffre d’affaires et 7 millions de bé ...
13/10/2017 - 09:11
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Macky Sall défiait les force de l'ordre vidéo
03/10/2017 - 10:03
Vidéo-Organisation des élections: quand Macky Sall récusait Ousmane Ngom et C ...
29/09/2017 - 10:44
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
La methode mackienne..
L'OEIL DU CITOYEN
Re-manie-ment, la médiocrité dans la continuité !
WAX DEUG
Le festin des pilleurs de la République : l’exemple de la Caisse des dépôts ...
AUTRES ...
Voici la chronique du 11 octobre 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Affaire dite de rétro-commissions de 12 milliards:de quel côté la vérité se ...
16/10/2017 - 21:27
En pensant à Thomas Sankara...
15/10/2017 - 14:49
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 05 août 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Spécial plateau législatives 2017 : bilan des élections avec Pape Alé Niang ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
Faram Facce - Invité : Bamba Fall - 16 Aout 2017
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017