Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
En a-t-on vraiment fini avec Jammeh ?
Publié le : Lundi 5 Décembre 2016 - 15:21 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 10 - Consulté : 2503 Imprimer
Le scénario est trop lisse pour être vrai ! Yaya Jammeh qui promettait de réaliser son plus gros raz de marrée électoral, a été littéralement battu par un illustre inconnu. Adama Barrow – c’est son nom - n’aura donc fait qu’une bouchée de l’intraitable boucher de Banjul.  Surgi de nulle part il y a à peine deux mois, cet ancien garde du corps reconverti dans l’immobilier a recueilli en effet 45,6 % des suffrages contre 36,7 % pour Jammeh qui pensait pourtant faire de ce scrutin du 1er décembre une simple promenade de santé.

Mais là n’est pas la surprise. Car, à moins d’être des souffre-douleur contents de leur sort, l’on voyait mal les Gambiens ne pas saisir à la volée l’occasion qui leur était offerte de se débarrasser, enfin, de celui qui a régné en tyran sur la Gambie pendant 22 longues années.

Ce qui est en revanche surprenant et imprévisible, c’est que l’homme fort de Kanilaï puisse accepter un verdict des urnes qui ne lui est pas favorable. Et pourtant, Jammeh l’a fait. Il s’est même montré étonnamment fair-play, n’hésitant pas à appeler son tombeur pour reconnaître sa défaite. « Je n’ai aucune arrière-pensée et vous souhaite tout le meilleur », a-t-il assuré à son successeur dans un échange téléphonique diffusé à la télévision nationale. Et de rappeler,  s’adressant  directement au peuple gambien : « J’ai toujours dit que si mon adversaire avait une voix de plus que moi, je respecterais votre vote. »

Seulement voilà,  tout cela est trop beau pour être vrai. Accroché à son fauteuil comme une huitre à son rocher, Jammeh ne peut s’avouer vaincu d’une manière aussi facile sans avoir une idée derrière la tête. Arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat en 1994, il a été élu pour la première fois en 1996, puis réélu tous les cinq ans et s’apprêtait  enchaîner avec un cinquième mandat à la tête de la Gambie. Démontrant ainsi sa soif inextinguible de pouvoir.

Son refus d’accepter la présence d’observateurs étrangers avait même fait craindre sa confiscation du vote en cas de défaite. Et pour cause, ni l’Union européenne, ni la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) n’avaient reçu son feu vert pour envoyer des observateurs. Seule l’Union africaine a pu envoyer six experts électoraux, sans recevoir en revanche l’autorisation de mandater un seul observateur. Preuve que le désormais ex-Président gambien ne voulait pas que les choses se passent dans la transparence et qu’il n’était guère disposé à accepter une éventuelle défaite.

Qu’est-ce qui a pu donc l’amener à faire contre mauvaise bon cœur ? Jammeh a-t-il voulu éviter une effusion de sang devant la forte mobilisation du peuple gambien à le faire partir pour ne pas corser un dossier suffisamment noirci par 22 années de dérives autocratiques ? A-t-il voulu permettre juste une petite parenthèse démocratique  pour se donner un peu de répit face à la forte pression de la communauté internationale et de la société civile gambienne ? Avec bien sûr l’espoir de revenir plus tard comme l’a déjà fait Denis Sassou Nguesso au Congo. Lui qui se réfugia d’abord dans son village d’Oyo, au nord du pays, après sa défaite électorale en 1992 face à Pascal Lissouba. Avant de s’installer avenue Rapp, à Paris, d’où il lança sa reconquête du pouvoir par les armes en 1997 avec l’appui militaire de l’Angola.

Hélas, ce scénario-là n’est pas à exclure de la part de Jammeh qui n’a pas lâché le pouvoir de gaieté de cœur. Loin de là. Or, pour éviter qu’il ne fasse comme Sassou, il faudra d’abord l’empêcher de faire de son fief de Kanilaï un sanctuaire. Ce qui n’est pas gagné d’avance.

Il faudra aussi opérer une vaste purge dans l’Armée pour en extirper les officiers et hommes de troupe de son clan. Une opération non seulement risquée mais presque impossible tellement l’Armée lui est très majoritairement favorable. Et, signe inquiétant, ses chefs se sont d’ailleurs montrés moins enclins à accepter le résultat des urnes.

Il se murmure même que le Général Saul Badgie et le Général de brigade Umpa Mendy seraient stationnés à «State House». Comme le seraient aussi Borra Colley et Musa Savage dans le fief de Jammeh à Kanilai. Un dispositif d’autant plus inquiétant qu’il a tout d’une veillée d’arme depuis que tous ces officiers se sont sentis trahis par Jammeh pour avoir accepté sa défaite. Ce qui n’exclut pas que les deux mois de transition puissent être mis à profit pour orchestrer un coup d’Etat qui remettrait tout à plat. Et, à défaut d’être en première ligne pour ne pas s’attirer l’hostilité de la communauté internationale, Jammeh pourrait être bien avisé de mettre en avant un de ses officiers. Lequel officier hériterait alors du pouvoir, mais en étant simplement son homme de paille.

Or, cette sombre perspective est d’autant plus probable que Jammeh n’a pas eu de son successeur la garantie de ne pas être l’objet de poursuites pour tout le mal qu’il a fait en 22 ans de règne. Contrairement à ce qu’avait relayé dans un premier temps la presse, le nouvel homme fort de Banjul n'a pas en effet exclu de traduire Yaya Jammeh devant la Cour Pénale Internationale (CPI) que dirige sa compatriote Fatou Bensouda. Adama Barrow a même tenu à apporter ces précisions, non sans s'offusquer que " la presse ait dénaturé " ses propos. A l'en croire, la Gambie fera tout pour reprendre sa place au sein des institutions internationales, y compris la CPI. Et le tombeur de l’homme de Kanilaï de préciser que son action ne vise pas les personnes en tant que telles, mais à ce que justice soit rendue au peuple gambien. « Je n'ai jamais dit que Jammeh ne sera pas traduit devant la justice, c'est la presse qui a déformé mes propos ", a-t-il martelé.

En voilà donc une donne qui change tout et qui pourrait amener Jammeh, réputé imprévisible, à changer de fusil d’épaule. Sous la pression, bien sûr, de ses officiers qui ne veulent pas perdre leurs privilèges, encore moins payer pour leurs exactions. Faisons donc comme Saint Thomas : attendons de voir Jammeh partir pour y croire vraiment !
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (10)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Lice - 06/12/2016 - 10h 54  
belle contribution
Dino - 06/12/2016 - 12h 18  
l'auteur de cet article est vraiment idiot quoi.Comment imaginer un coup d'état de Yaya alors qu'il a reconnu lui meme sa defaite devant tous les gambiens et devant le monde entier?Purger l'armée voila encore une betise de l'auteur. Comment un nouveau elu peut passer son temps à virer la quasitotalité des hauts gradé d'une armée et espérer gouverner en paix?Les observateurs européens et internationaux, Yaya a dit ceci: la Gambie n'envoie pas d'observateurs en Europe pour superviser des éléctions pour eux le feront chez nous, pas question. ça c'est un homme digne et fier. Pourquoi vous vous imaginer qu'une éléction ne peut pas etre transparente sous Yaya. En tout cas vous avez un cinglant démenti. Bande d'idiot
Ngor - 06/12/2016 - 19h 57  
Yaya a surpris tout ce beau monde surtout les medias Senegalais et les. ONG qui avaient fait de lui leur souffre douleur ,j'aurais conseille au niveau President de ne pas céder à leur pression sur des règlements de compte qui risqueraient de plonger le pays dans des incertitudes .La transition de Jammey a permis de façonner un type de Gambien discipline ,responsable et limite dans ces travers ,c'est important dans nos pays oû le niveau d'éducation reste faible dans l'ensemble Prenons notre cas les autorités ont toujours été dans l'impossibilité d'exiger le respect des règles du jeu à nos concityens,lâ Gambie de Yaya â mis fin au phénomène du xessal qui gangrène notre pays ,la circoncision des jeunes filles n'y est plus d'actualité ,le phénomène des enfants de la rue complètement éradiqué ,le détournement de derniers publiques qui est le sport favori de notre classe politique ,n'y est plus d'actualité parce les conséquences on les subit dans l'immédiat,il n'y a pas de marabout qui ose interférer tout ceci constitue un acquis qui permettra aux nouveaux autorités de se projeter vers des priorités économiques,avec une population disciplinée et responsable,des atouts qu'on donnerait cher pour les avoir
AMOU - 07/12/2016 - 10h 21  
Si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et .moi je pense celui qui devait partir c se salaud de ministre voleur AMADOU BA qui s’enrichit avec l'argent du contribuable sénégalaise qu'il torde la main pour leur propre argent AMADOU ONT VEUT PLUS DE TOI
Nous dans nous - 07/12/2016 - 10h 31  
L'ennui dans ce monde, c'est que les idiots sont sûrs d'eux et les gens sensés pleins de doutes.pask si nous somme tous contre l'ex président JAMMEH pourquoi ont le ferait pas avec avec les grands s croqueurs sénégalaise comme le dit AMOU le ministre de l’économie et des finances qui finances que s'il réussira a voler des millions soyons juste avec nous m
YAYA JAMMEH - 07/12/2016 - 10h 40  
Yaya a surpris tout ce beau monde surtout les médias Senegalais et les. ONG qui avaient fait de lui leur souffre douleur mais je connait un autre surprendra bientôt beaucoup de média et investisseurs en l'occurrence AMADOU BA ministre de l'économie et des finances oui oui la vérité éclatera bientôt et vous serait tous surpris
Le choisi - 08/12/2016 - 10h 40  
Chacun se fait spécialiste des question politique ou géopolitique alors au réalité on ne fait que écrire ce que les gens s'imagine alors qu'on rien de solide aucune preuve ni une analyse objective. Yaya n'a jamais confisqué le pouvoir même s'il est arrivé par un coup d'état, il a toujours organisé des élections et gagné jusque cette année où il a perdu et accepté la volonté des gambiens. Alors que voulez-vous d'autre? vous analyse vous seriez ravi qu'il confisque le pouvoir afin de de trop engueuler et nous baver de théories infondées comme toujours.la Gambie est un état souverain et nous Sénégalais pensons toujours comme si la Gambie est une région du pays, alors détrompez vous...
Sisi - 13/12/2016 - 04h 38  
C'est toujours un plaisir de te lire
Astou - 14/12/2016 - 10h 09  
c tjrs décevant d lire vos semblant d'analyse
Citoyen - 20/12/2016 - 15h 50  
Et pourtant, le journaliste a fini par avoir raison. Jammeh a finalement confisqué le pouvoir au grand dam de ceux qui traitaient le journaliste d'idiot et de ceux qui ont vite fait de chanter en choeur le mérite de Jammeh. Sacré Sénégal !
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
En a-t-on vraiment fini avec Jammeh ?
Vive la démocratie!
Oui, Mme l’Envoyée spéciale, Macky Sall sait comment gagner les élections
D’un magistrat impuissant, on ne salue que la robe
En finir avec la démocrature
Ousmane Ngom, Djibo ou la valse des mercenaires
Macky, l’Apr et le cas Aliou Sall
On en a « marre-à-bout » de ces marchands d’illusions
Pitié, les socialistes vivent un vrai drame !
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 57747 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 49210 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 41347 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 38047 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 35160 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 28 avril 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 28 avril 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 26 Avril 2017
AUTRES AUDIOS ...
AUDIO - YOON WI - invité : Ousmane Sonko - 06 Avril 2017
 
SCANDALES D'ETAT
   
Scandale à La Poste: un dossier sous les coudes
25/04/2017 - 08:47
Qui protège Luc Nicolaï ?
24/04/2017 - 16:59
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Video: Quand Souleymane Ndéné Ndiaye jurait de ne jamais rejoindre Macky Sall
26/04/2017 - 13:13
Quand Macky Sall saluait l'engagement citoyen de Y'en a marre
06/04/2017 - 09:57
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
L'OEIL DU CITOYEN
Impertinence, incompétence ou inconscience ?
WAX DEUG
Sénégal: l'urgence d'un contre pouvoir à Macky Sall
AUTRES ...
Voici la chronique du 26 Avril 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Ndéné-le-maquignon
28/04/2017 - 09:06
M. le Président, beaucoup de salaires de l’administration dépassent 5 millio ...
26/04/2017 - 17:40
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 15 Avril 2017 avec Talla Sylla
EMISSIONS PAPE
"Décryptage" sur le thème la justice sénégalaise est-elle indépendante ? - ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
Exploitation du zircon : Pape Alé Niang “Ce que m’a dit cette autorité sur ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017