Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
Vive la démocratie!
Publié le : Lundi 28 Novembre 2016 - 10:18 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 9 - Consulté : 1630 Imprimer
On connaît désormais le candidat de la Droite et du Centre à la présidentielle de mai prochain en France. Surprenant vainqueur du 1er tour, le 20 novembre dernier, François Fillon, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a remis ça face à son grand rival et maire de Bordeaux, Alain Juppé, ce 27 novembre.

Ces primaires ont peut-être révélé le nom du prochain Président de la France, vu les difficultés de la Gauche, le faible taux d’opinions favorables à Hollande et la peur que suscite l’extrême droite. Aussi, le résultat est-il important. Mais la façon dont elles se sont déroulées ne l’est pas moins.

Ouvertes, transparentes et régulières, elles me confortent personnellement dans l’idée que la célèbre formule de Churchill est à prendre avec des pincettes. Non ! La démocratie n’est pas « le meilleur des systèmes à l’exception de tous les autres ». Elle est tout simplement le meilleur des systèmes, à condition qu’elle fonctionne correctement. Et c’est manifestement le cas avec ces primaires inédites de la Droite et du Centre.

Ils étaient sept au départ à briguer les suffrages des militants-électeurs. En l’occurrence, Alain Juppé, François Fillon, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé. Chacun d’eux a joué sa carte à fond, exposant et défendant sa vision de la France pour rallier le maximum de suffrages à son nom. Aprement disputé, le 1er tour verra Fillon pointer en tête avec 44,1 % des voix, reléguant le favori des sondages Alain Juppé à 16 points (28,6 %) et éliminant surtout Nicolas Sarkozy avec à peine 20,7 % des voix. Qui l’eut cru ?

On a donc eu droit à une de ces surprises dont la démocratie a le secret. Et ce fut aussi le cas récemment aux Etats-Unis avec l’élection inattendue de Donald Trump. Toutefois, de tels dénouements ne semblent possibles qu’en Occident où la démocratie fonctionne à plein régime. Ils sont, en revanche, inimaginables sous nos tropiques où règne la « démocrature ». Entendez une démocratie en version tropicale, plus formelle que réelle et souvent entachée par la propension à la dictature. Bref, une démocratie en trompe-l’œil qui convient hélas aussi bien au camp du pouvoir qu’à l’opposition qui fustige certes son attitude, mais ne fait rien en revanche pour promouvoir la démocratie en son sein.

La grosse désillusion qu’ont connue tour à tour Hillary Clinton et Alain Juppé, après avoir été les favoris des sondages, est donc inimaginable sous nos cieux. Tout comme la mésaventure de Sarkozy qui, en dépit de son statut d’ancien Président, a essuyé un sévère camouflet. Or, peut-on imaginer Abdou Diouf ou Abdoulaye Wade, deux de nos anciens chefs d’Etat encore en vie, se faire battre à plate couture à des primaires organisées par leurs familles politiques respectives.  Bien sûr que non.

« Notre victoire découle de cette vague qui a brisé tous les scénario écrits d’avance », s’est même exclamé hier soir François Fillon dès les premiers résultats qui l’ont donné vainqueur de ces primaires avec plus de 66% des suffrages. Que c’est beau de voir la démocratie s’exercer pleinement et déjouer ainsi tous les pronostics !

Dommage qu’on en soit pas encore là malgré toute la rhétorique qu’on nous sert sur notre prétendue démocratie. Le principe même de la tenue de primaires pour désigner un candidat à une élection présidentielle n’est pas dans nos habitudes. Le Parti socialiste s’y est essayé en 2006, mais sans succès.

A l’époque, trois candidats avaient souhaité conduire les troupes socialistes à la présidentielle du 25 février 2007, en l’occurrence Ousmane Tanor Dieng, Mamadou Diop et Robert Sagna. Mais, après avoir reçu les dossiers de candidature, le Conseil d’orientation avait privilégié la recherche du consensus plutôt que le vote. C’est ainsi que l’ancien Maire de Dakar Mamadou Diop avait fini par lâcher du lest alors que son collègue de Ziguinchor, Robert Sagna, préférait bouder. Ils avaient donc fini par laisser la voie libre à Ousmane Tanor Dieng, alors Premier Secrétaire, comme le voulaient le Conseil d’orientation et les sages du parti. Et l’expérience tourna court.

Bis repetita à l’occasion de l’élection du Secrétaire général du Parti socialiste en mai 2014. Voulant en découdre à la régulière avec Ousmane Tanor Dieng, Aïssata Tall Sall verra le Secrétaire à la vie politique, Khalifa Sall, mettre un coup d’arrêt à la compétition au nom, disait-il, de « l’intérêt supérieur du parti ».

Toutefois, le Parti socialiste n’est pas la seule formation politique du pays à se montrer allergique à la compétition interne. Pour preuve, cet ersatz d’élection primaire ayant conduit au choix de Karim Wade comme candidat du Pds à la prochaine présidentielle. On a eu droit à un vrai cinéma, un scénario écrit d’avance sous la dictée du Secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade. Le Bureau politique du 21 mars 2015 s’était ainsi transformé, à sa demande, en congrès extraordinaire et 257 délégués sur 268 avaient porté leur choix sur Wade fils. Mais pour sauver les apparences, 8 candidats s’étaient déclarés dont Serigne Mbacké Ndiaye, Aïda Ndiongue et Habib Sy qui se retireront tous les trois au profit de Karim Wade. 
Quant aux autres candidats (Amadou Kane Diallo, Mountaga Guéye, et Ahmadou Seydi), ils ne faisaient franchement pas le poids. En somme, il s’est agi de prétendues « primaires » orchestrées par le Pape du Sopi qui espérait ainsi tirer d’affaire son fils à la veille de son verdict devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei).

Ces primaires-là qui ont eu lieu chez nous n’ont donc rien à voir avec les celles qui viennent d’être bouclées en France et dont l’exemplarité appelle au moins quatre autres observations.

Primo : le choix du candidat de la Droite a donné lieu à plusieurs débats télévisés dont trois entre les sept candidats du 1er tour et un dernier entre les deux qualifiés du second tour. Lequel débat a d’ailleurs battu tous les records d’audience avec rien moins que 8,4 millions de téléspectateurs. C’est donc en connaissance de cause que les électeurs ont choisi leur candidat préféré. Contrairement à ce qui se passe ici où, faute de débat, on se livre à des attaques personnelles plutôt qu’à la confrontation des idées et des programmes.

Deuxio : ces primaires ont été si transparentes que les perdants ont non seulement vite reconnu leur défaite, mais ont aussitôt exprimé leur soutien à l’un des qualifiés du second tour sans aucun marchandage contrairement à ce qu’on voit sous nos tropiques. Tertio : après que la Droite et le Centre ont placé la barre très haut,  la Gauche se fait un point d’honneur de ne pas faire moins.  "Cet exercice nous oblige, à gauche, à réussir notre primaire", dixit Manuel Valls qui n’exclut pas de se présenter face à François Hollande dont il est le chef du Gouvernement. Lequel Hollande, bien qu’étant le chef de l’Etat sortant, pourrait d’ailleurs passer par ces primaires pour briguer l’investiture du Parti socialiste. Alors qu’il faut être vraiment fou pour imaginer un seul instant Macky Sall passer par des primaires pour valider sa candidature à sa propre succession.

Quatro : quelle belle image pour boucler ces primaires que cette poignée de main symbolique entre Fillon et Juppé au siège de la Haute Autorité !

Il faut donc se rendre à l’évidence : comparée à ce qu’on a vu de ces primaires de la Droite et du Centre en France, notre démocratie est juste formelle et a encore un long chemin devant elle.  

   

 

 

      

 

 
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (9)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Fall - 28/11/2016 - 10h 40  
C'est triste de voir qu'un journaliste comme Momar Ndiongue croit encore à la démocratie qui "fonctionne en plein régime", juste parce que 4.5 millions de personnes ont choisi un candidat qui sera certainement le futur président français et pour cause, les français auront peu de choix entre un candidat 'une gauche vomie de tous et une marine le pen diabolisée par les média. Justement le problème du raccourci démocratie = élection se trouve là. Il faudra lire M. Diongue le magnifique ouvrage de Ndongo Samb Sylla "La démocratie contre la république". Il démontre dans ce livre l'imposture de la démocratie qui est une vraie arnaque. Choisir une élite qui défendra les intérêts d'un groupuscule soumis au monde de la finance n'est point la démocratie. Peu de personne participent désormais aux élections car elles ont compris que cela ne sert strictement à rien. Donald trump a 2 millions de voix de moins que Hillary, elle est où le choix du peuple et d'ailleurs qui est le peuple? Ndongo Samb Sylla apporte un éclairage très intéressant sur ces terminologies qui sont loin d'être univoques.
Ass - 28/11/2016 - 12h 15  
M. Fall, en attendant de trouver un meilleur système pour choisir nos dirigeants, M Diongue propose d'essayer de parfaire ce qui existe déjà !La politique porte sur des réalités. Des constructions théoriques et des plans sur les comètes n'ont jamais fait avancer l'école choses!
Xing - 28/11/2016 - 14h 22  
Et vous Mr Fall, que propsez vous ?je suis d'accord avec Mr Diongue cependant est ce que le sénégalais lamda " Goorgorlou" comme on l'appelle sent ce besoin de transparence ? je ne pense pas que nous ayons encore cette maturité?si vous le pensez ? pourquoi ne pas essayer de transposer cette primaire a WATTU Senegal pour enfin entendre et discuter le projet des uns et des autres?
Fall - 28/11/2016 - 16h 35  
Ce qui fait que l'Afrique n'avancera pas est que nos pseudos intellectuels ont les esprits colonisés. La démocratie est une imposture. Les africains devraient créer leur propre système politique au lieu de suivre bêtement comme des élèves l'occident. Nos intellectuels font de la masturbation intellectuelle, ils ne produisent rien et attendent qu'on leur sert tout sur un plateau. En occident, les citoyens ont commencé à compris le jeu des politiciens d'où des taux d'abstention élevés à chaque élection, ils ont compris que les médias sont possédés par les plus riches qui sont dans la finance qui contrôle les dirigeants. Le peu de citoyens qui votent encore ont démasqué certains escrocs politiciens comme Sarkozy en France, le parti socialiste. Ils sont donc tentés de voter pour les plus radicaux escrocs non encore démasqués mais cela ne va pas tarder. En Grèce Tsipras a montré que les populistes, l'extrême droite ou gauche sont les mêmes que les oligarques déjà démasqués. Enfin de compte, il s'en suivra une révolte qui signera la fin de l'imposture par la démocratie.
Maodo - 28/11/2016 - 19h 02  
Je suis tout à fait d'accord avec l'auteur de cet article. Ce que développe l'auteur ce n'est pas la démocratie totale parce qu'elle n'existe nulle part. Elle est source d'instabilité. L'auteur veut simplement montrer à juste titre qu'il ne suffit pas de crier sur les toits "démocratie" pour qu'elle soit réelle. Il ne suffit pas non plus de singer l'occident pour lui ressembler. Une démocratie même partielle va de paire avec une baisse du niveau d'ignorance. Une peuple mal instruit ou non instruit ne saura jamais comment utiliser les leviers de la démocratie. C'est le cas du Sénégal. Comment voulez vous qu'un pays avance vers la modernisation et le développement économique s'il suffit de distribuer des sacs de riz à des leader d'opinion bien choisis ou encore de construire quelques km de route pour un marabout pour que le tour soit joué. Comment peut-on avancer lorsque les hommes et femmes politiques n'ont aucune conviction et lorsqu'on constate que des communistes sont prêts à s'allier à des libéraux capitalistes pour prendre le pouvoir. La démocratie va avec l'instruction et surtout le courage de tenir à ses convictions. Le courage des juges de dire non quand il le faut. Ce qui n'est pas notre cas
Bounkhatab - 29/11/2016 - 11h 01  
Et pourtant l,explication est simple : sous nos cieux le chef de parti est proprietaire du parti, les militants n,ont pas de carte d'adherent, on se dit pds, ps ou rewmi sans aucun document pour le prouver.On transhume comme on change de chemise.Dans ces conditions, parler de primaire, c'est rever debout...
Pros - 29/11/2016 - 23h 44  
Ah bon momar
Alalou mbolo - 30/11/2016 - 14h 54  
Si nos chefs de l'opposition ou ce qu'il en reste sont réellement motivé pour mettre fin à la cacophonie (multitude de candidats)qui s'installe à chaque élection,qu'ils organisent des primaires. Le vainqueur soutenu par les autres candidats et leurs militants. Wagni ci béna léy tambalé. Essayons voir
Alalou mbolo - 30/11/2016 - 14h 58  
Motivés au lieu de motivé
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
En a-t-on vraiment fini avec Jammeh ?
Vive la démocratie!
Oui, Mme l’Envoyée spéciale, Macky Sall sait comment gagner les élections
D’un magistrat impuissant, on ne salue que la robe
En finir avec la démocrature
Ousmane Ngom, Djibo ou la valse des mercenaires
Macky, l’Apr et le cas Aliou Sall
On en a « marre-à-bout » de ces marchands d’illusions
Pitié, les socialistes vivent un vrai drame !
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 59120 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 51014 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 42664 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 38825 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 35874 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 19 mai 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 19 mai 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 17 mai 2017
AUTRES AUDIOS ...
Émission grand jury avec Hélène Tine (MANKO TAXAWU SENEGAAL)
 
SCANDALES D'ETAT
   
Le rapport de l'IGE qui confirme les révélations de Baba Aidara suite à l'af ...
24/05/2017 - 08:40
Enquête-L’incroyable bamboula au FAISE
19/05/2017 - 11:14
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Video: Quand Souleymane Ndéné Ndiaye jurait de ne jamais rejoindre Macky Sall
26/04/2017 - 13:13
Quand Macky Sall saluait l'engagement citoyen de Y'en a marre
06/04/2017 - 09:57
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
L'OEIL DU CITOYEN
Restons sur l’essentiel !
WAX DEUG
Sénégal: l'urgence d'un contre pouvoir à Macky Sall
AUTRES ...
Voici la chronique du 17 mai 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
La purification spirituelle du Sénégal
23/05/2017 - 08:14
Il est urgent de dépolitiser la question du gaz et du pétrole au Sénégal
16/05/2017 - 11:37
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
ÇA ME DIT MAG avec Pape Alé Niang à Keur Moussa du 20 mai 2017
EMISSIONS PAPE
Décryptage : y a-t-il des risques dans la cohabitation? - avec Pape Alé Niang ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
LE GRAND RENDEZ-VOUS DU 19 MAI 2017 1ère Partie Guy Marius Sagna
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017