ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL VIDEOS AUDIOS PEOPLE
 
 
 
SOCIETE
 
 
Avec les militaires de la Cedeao, à la frontière sénégalo-gambienne
Publié le : Vendredi 20 Janvier 2017 - 14:12 - Source : Dakarmatin via Jeune Afrique - Commentaires : 1 - Consulté : 1083 Imprimer
Alors qu'une médiation de la dernière chance était attendue vendredi matin à Banjul, la situation restait calme le long de la frontière entre le Sénégal et la Gambie, où sont positionnées des troupes de la coalition de la Cedeao. Si Jammeh refuse de quitter le pouvoir, celles-ci pourraient rapidement entrer en action.

C’est un jour à peu près comme les autres à Karang, petite ville du sud-ouest du Sénégal collée à la frontière avec la Gambie. Les commerces sont ouverts, les rues sont pleines, et des gamins insouciants jouent dans la rue. Seul changement au décor habituel, quelques habitants, juchés sur des camions, observent attentivement des militaires s’activant autour de blindés sur un terrain vague de la ville. Contrairement à d’autres troupes sénégalaises, ce contingent, arrivé jeudi soir, n’a pas franchi la frontière et attend les instructions de son état-major.

Ses officiers, tendus, ne pipent mot. Comme beaucoup, ils sont suspendus à l’ultime tentative de médiation de la Cedeao, ce vendredi 20 janvier, à Banjul, pour tenter de convaincre Yahya Jammeh de quitter le pouvoir pacifiquement. Après avoir fait pénétrer des troupes en territoire gambien, dans la foulée de la prestation de serment d’Adama Barrow, jeudi, à l’ambassade de la Gambie à Dakar, la Cedeao a décidé de laisser une dernière chance à Jammeh : il a jusqu’à 12h GMT, ce vendredi, pour quitter le pouvoir et le pays, sans quoi l’offensive de la coalition sera déclenchée.

Coalition régionale

Alpha Condé, le président guinéen, est chargé de la lourde tâche de lui faire entendre raison. En provenance d’Europe, il est attendu à Banjul dans la matinée, après avoir fait une escale en Mauritanie pour s’y entretenir avec son homologue Mohamed Ould Abdelaziz, qui avait mené, sans succès, une précédente tentative de médiation auprès de Yahya Jammeh mercredi soir.

À l’image des blindés sénégalais positionnés à Karang, sur lesquels ont été affichés le logo de la Cedeao, les différentes troupes engagées dans l’opération agissent sous la bannière de l’organisation ouest-africaine. D’un total estimé à environ 7 000 hommes, cette coalition ouest-africaine est principalement composée de forces sénégalaises et nigérianes (qui ont toutes deux déployé des moyens terrestres, aériens et naval), mais aussi de sous-groupements togolais, ghanéens, et maliens.
 
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Danger - 20/01/2017 - 14h 35  
Un précédent dangereux est entrain d'être créé. Et si demain un autre chef d'état de la cedeao rejette les résultats d'une élection ou fait du wax waxet, la cedeao va-t-elle envoyer des troupes pour le déloger?
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
 
AUTRES ARTICLES
Avec les militaires de la Cedeao, à la frontière sénégalo-gambienne
Lettre ouverte au Président de la République sur la situation des sénégalais du Brésil, injustement privés de passeport.
Président Adama Barrow: Inédite et insolite prestation de serment
Crise en Gambie: la région de Kolda enregistre environ 3 500 personnes déplacées
Gambie: un Etat, deux présidents
Can 2017: la RTS s’octroie tous les droits de la CAN
CAN 2017-Qualification du Sénégal en quart, 1ère place du groupe B: une pierre, deux coups
Contraint de céder le pouvoir avant midi: le dernier ultimatum pour Jammeh
Médina: Khalifa Sall et Cie dans la rue pour réclamer la libération de Bamba Fall
Crise en Gambie: Kara demande aux Sénégalais d’assister les réfugiés gambiens
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 53499 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 41224 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 37599 fois
Voici la chronique du 19 octobre 2016
Consulté : 32981 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 32970 fois
 
   
LES BUZZ
ACTUALITE - Nos femmes et hommes politiques sont les seuls responsables de la recrudescence des meurtres au Sénégal
ACTUALITE - La démocratie est morte, ne serait il pas temps de l'enterrer ?
ACTUALITE - Le Sénégal et ses multiples institutions : présomption forte d’inutilité
ACTUALITE - Interdiction des partis politiques , un préalable à l'émergence du Sénégal
ACTUALITE - Souvenir quand Souleymane Jules Diop nous parlait de Macky et les Marabouts
 
   
 
   
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright InfiniGroup, 2014